El Hierro: déclin de la crise sismique? // Is the seismic crisis declining?

drapeau francais   La journée du 30 mars a été plus calme à El Hierro. On observe une diminution importante du nombre de séismes supérieurs à M 3. 31 ont été relevés hier. Si l’on regarde les histogrammes des 10 derniers jours (voir ci-dessous), on remarque que le nombre global d’événements a atteint un pic le 25 mars (232) et que depuis cette date une diminution est intervenue régulièrement, mais avec une augmentation des secousse les plus fortes (parfois supérieures à M 4) entre le 26 et le 29 mars. Dans leur ensemble, les hypocentres se sont maintenus à des profondeurs entre 15 et 20 km.

Il ne faudrait pas conclure trop vite que la crise sismique à El Hierro est terminée. Tout peut changer très rapidement. Nos connaissances sont encore trop insuffisantes pour faire des pronostics.

13h30: Même si le nombre d’événements sismiques tend à régresser, le calme est loin d’être revenu à el Hierro. Ce matin vers 11 heures ((TU), on a enregistré un séisme de M 4,9, à 20 km de profondeur. Il a été ressenti dans d’autres îles. On a observé des éboulements sur certaines falaises.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=a37qkkvxY8M

La dernière activité sismique a fait se soulever le sol de 11 cm à Punta de Orchilla, à l’ouest d’El Hierro.

 

drapeau anglais   March 30th was calmer El Hierro. There was a decrease in the number of earthquakes greater than M 3. 31 were recorded yesterday. If we look at the histograms of the last 10 days (see below), we notice that the overall number of events reached a peak on March 25th (232) and since then a decrease has occurred regularly, but with an increase in the number of the most powerful events (sometimes over M 4) between 26 and 29 March. Taken together, the hypocenters remained at depths between 15 and 20 km.
However, one should not conclude too quickly that the seismic crisis in El Hierro is over. Everything can change very quickly. Our knowledge in this field is still far too limited to make predictions.

13:30: Even if the numberof earthquakes tends to decrease, the situation is far from quiet at El Hierro. This morning at 11:00 or so, seismographs recorded a M 4.9 event at a depth of 20 km. It was felt on other islands and caused several rockfalls.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=a37qkkvxY8M

The recent seismic activity has caused the ground to rise by 11 centimetres at Punta de Orchilla on the west end of the island.

El-Hierro

Avec l’aimable autorisation de l’IGN.

Nouvelle approche des dorsales médio-océaniques // A new approach of mid-ocean ridges

drapeau francais   Des chercheurs de l’Institut Océanographique Scripps de San Diego ont publié une nouvelle étude sur la naissance du plancher le long des dorsales médio-océaniques. En utilisant une technologie électromagnétique mise au point à Scripps, ils ont cartographié une vaste zone située sous le plancher océanique dans la partie septentrionale de la dorsale Est-Pacifique, au large de l’Amérique Centrale. Il s’agit d’une zone où deux plaques tectoniques s’écartent et où le magma en provenance du manteau forme un nouveau plancher océanique.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue Nature du 28 mars. La technologie électromagnétique a démontré que le soulèvement du manteau sous cette dorsale crée une zone de fusion beaucoup plus vaste et plus profonde qu’on le pensait jusqu’à présent (voir l’image ci-dessous).

Ces résultats ont été obtenus grâce à un travail sur le terrain effectué en 2004 à bord du navire scientifique Roger Revelle, propriété de l’US Navy et géré par l’Institut Océanographique Scripps.

La technologie électromagnétique à des fins maritimes a été mise au point dans les années 1960 et a été améliorée par la suite. Depuis 1995, les chercheurs de Scripps collaborent avec le monde de l’industrie énergétique pour appliquer cette technologie à la géologie marine, en particulier dans la détection des gisements de pétrole et de gaz.

Les chercheurs sont persuadés que la science électromagnétique va continuer à progresser, en particulier avec l’amélioration des analyses de données. Jusqu’à aujourd’hui, on s’appuyait essentiellement sur les techniques sismiques pour étudier la croûte et le manteau terrestres. Désormais, la technologie électromagnétique va ouvrir de nouvelles perspectives. Par exemple, il est prévu de l’utiliser pour cartographier les lacs sous-glaciaires dans les régions polaires.

 

drapeau anglais   Researchers at the Scripps Institution of Oceanography of San Diego have studied how new seafloor is created along mid-ocean ridges. Using electromagnetic technology developed and advanced at Scripps, they mapped a large area beneath the seafloor off Central America at the northern East Pacific Rise, an area where two of the planet’s tectonic plates are spreading apart from each another. Mantle rising between the plates melts to generate the magma that forms fresh seafloor.

The results of the study were published in the March 28th issue of the journal Nature. They revealed that electromagnetic technology helped to show that mantle upwelling beneath the mid-ocean ridge creates a deeper and broader melting region than previously thought. (see image below).

Data for the study was obtained during a 2004 field study conducted aboard the research vessel Roger Revelle, a ship operated by Scripps and owned by the U.S. Navy.

The marine electromagnetic technology behind the study was originally developed in the 1960s and was improved in the following years. Since 1995 Scripps researchers have been working with the energy industry to apply this technology to map offshore geology as an aid to exploring for oil and gas reservoirs.

The researchers are convinced that electromagnetics will continue to grow as the technology matures and data analysis techniques improve. Much of what is known about the crust and mantle is a result of using seismic techniques. Now electromagnetic technology is offering promise for further discoveries. For instance, it could be used to map subglacial lakes in the polar regions.

Dorsale-blog

Credit: University of California – San Diego