Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : La lave fait du surplace // Lava is no longer moving forward

 9 heures (heure métropole) : L’éruption du Piton de la Fournaise continue, mais la lave fait du surplace dans le Grand Brûlé et il y a peu de risque d’elle atteigne et traverse la RN2. Comme je l’ai indiqué précédemment, le front de coulée se trouvait à 25 mètres de la chaussée samedi vers 17 heures.

Ce matin, la coulée n’a avancé que de quelques mètres. La progression de la lave se fait désormais sur des pentes moyennes de 19%, sans pour cela vraiment accélérer sa progression. Cette lenteur s’explique par la baisse du débit à la source (traduite par la décroissance rapide du tremor), de sorte que la lave n’exerce plus suffisamment de pression sur l’aval.

Par mesure de sécurité, la RN 2 reste coupée. A noter que les gendarmes surveillent attentivement le comportement des curieux et freinent les ardeurs de ceux qui s’approchent trop près des coulées. Les pompiers sont également sur le qui-vive pour pallier les risques de départs de feu de végétation.

Source : Réunion La 1ère.

12 heures : Après une baisse progressive depuis le début de l’éruption, l’intensité du tremor montre des signes de fluctuation depuis 2h45 (heure locale). Selon l’OVPF, ce phénomène est à mettre en relation avec le processus d’édification et de démantèlement du cône volcanique qui s’est formé au niveau de la bouche éruptive. Cela induit forcément des variations de pression qui influent sur le tremor. Toutefois, l’activité au niveau du site éruptif localisé à 1050 m d’altitude est faible. La hauteur des projections de lave est inférieure à 20 mètres, et le cône qui s’est édifié fait une dizaine de mètres de hauteur. Comme je l’ai indiqué précédemment, le front de coulée le plus proche de la RN2 (à environ 250 mètres de la chaussée) est figé et ne progresse plus.

Il est à noter toutefois qu’un nouveau bras de coulée, de petite taille, s’est formé en amont des coulées principales sur le côté sud du Piton Tremblet. Cette nouvelle émission de lave contribue forcément à ralentir la progression du front proche de la RN 2.

Source : OVPF.

Je pense personnellement qu’il va falloir se dépêcher à profiter du spectacle. La hausse ponctuelle du tremor (sans augmentation par ailleurs de la sismicité) pourrait bien signifier que le dyke à l’origine de l’éruption est en train de se refermer, un peu comme une blessure qui a fini de vider son sang et est en passe de se cicatriser…

——————————————

9:00 (Paris time): The eruption of Piton de la Fournaise continues, but lava is stagnating in the Grand Brûlé and there is little risk it might reach and cross RN2. As I put it before, the flow front was 25 metres from the roadway Saturday around 17:00.
This morning, lava has advanced only a few metres. The progression of the lava is now on slopes of 19%, without really accelerating its progression. This slowness is explained by the decrease of the output at the source (accompanied by the rapid declineof the tremor), so that lava does not exert enough pressure on the flow downslope.
As a safety measure, RN 2 remains closed. The gendarmes carefully control the behaviour of the visitors, and especially those who get too close to the flows. Firefighters are also on the alert to mitigate the risk of fire in the nearby vegetation.
Source: Réunion La 1ère..

12 p.m.: After a gradual decline since the beginning of the eruption, the intensity of the tremor has been showing signs of fluctuation since 2:45 (local time). According to OVPF, this phenomenon is related to the process of erection and dismantling of the volcanic cone at the eruptive vent. This necessarily induces pressure variations that affect the tremor. However, activity at the eruptive site (1050 m. a.s.l.) is weak. The lava projections are less than 20 metres high, and the cone that has been built is about ten metres high. As I indicated previously, the flow front located about 250 metres from the road is no longer advancing. It should be noted, however, that a new small lava branch is observed upslope of the main flows on the south side of Piton Tremblet. This new lava inevitably contributes to slowing the progression of the flow front close to RN 2.
Source: OVPF.
I personally think that tourists will have to rush to enjoy the show. The punctual rise in tremor (without any increase in seismicity) could well mean that the dyke causing the eruption is closing, much like an injury that has stopped bleeding and is about to heal …

Vue de la coulée samedi après-midi (Photo: Fabrice Juignier)

Le tremor ce matin (Source: OVPF)

Une nouvelle technique pour essayer de prévoir les éruptions // A new technique to try to predict eruptions

Notre capacité à prévoir les éruptions est encore très faible aujourd’hui. Des progrès ont certes été réalisés au cours des dernières décennies avec de nouveaux instruments performants, mais les centaines de morts causées par les éruptions du Merapi (Indonésie) en 2010 et du Fuego (Guatemala) en 2018 montrent que nous sommes encore très loin de la prévision parfaite.
Une équipe de chercheurs de l’Illinois et du Michigan a testé une nouvelle technique qui, selon eux,  pourrait permettre de prévoir avec précision à quel moment une éruption volcanique se produira. La méthode utilise physique et statistique pour analyser la probabilité de modèles d’éruptions passées. Pour ce faire, les scientifiques ont étudié l’histoire éruptive du volcan Okmok en Alaska.
Un panache de cendre émis lors de l’éruption de l’Okmok en 2008 s’est étiré sur environ 1,6 km dans le ciel et a constitué un danger pour les moteurs d’avion. L’éruption fut une surprise. En effet, après une éruption en 1997, on avait observé des périodes de légère activité dans les années qui ont suivi, mais pratiquement pas de sismicité ou d’autres signes annonciateurs d’une éruption.
Selon les chercheurs, pour développer de meilleures prévisions, il est essentiel de comprendre les éruptions volcaniques qui s’écartent de la norme. Les éruptions sont généralement prévisibles au vu de la sismicité, de l’inflation de l’édifice volcanique et des émissions de gaz, ainsi que d’autres paramètres analysés au cours de la période précédant une éruption. Cependant, l’Okmok ne présentait aucun de ces paramètres.
L’équipe de chercheurs a utilisé le filtrage de Kalman – Ensemble Kalman Filter (EnKF) – une technique d’analyse de données statistiques qui a été améliorée après la Seconde Guerre mondiale. La version utilisée pour l’étude a été mise à jour en 1996 et a continué à être utilisée dans les prévisions météorologiques et climatiques, ainsi que dans l’océanographie physique. L’équipe de chercheurs a été la première à utiliser la méthode en volcanologie, en particulier pour l’étude de l’éruption de l’Okmok.
Les scientifiques ont constaté qu’il n’y avait pas eu d’augmentation de la sismicité avant l’éruption de l’Okmok en 2008. Cela pourrait s’expliquer par le fait que le réservoir magmatique sous le volcan avait conservé la même taille pendant qu’il se remplissait de gaz à haute température et de magma. Cela a entraîné une hausse de pression dans la chambre qui a provoqué le déplacement des roches environnantes, phénomène qui a fini par déclencher des séismes. Lors de l’éruption de 2008, il apparaît que la chambre magmatique s’est agrandie pour s’adapter à l’augmentation de pression, de sorte que l’activité sismique qui aurait dû normalement précéder l’éruption n’a pas eu lieu et n’a donc pas pu être détectée.
En regardant dans le passé grâce aux nouveaux modèles, les scientifiques ont pu constater que des contraintes s’étaient accumulées pendant des semaines dans les roches autour de la chambre magmatique et la croissance du système magmatique avait finalement entraîné sa rupture et l’éruption volcanique. La modélisation en amont et en aval a permis aux chercheurs d’observer l’évolution du système volcanique. Ils ont été en mesure de faire évoluer le nouveau modèle dans le temps et de prévoir le comportement éruptif de l’Okmok.
Cependant, l’équipe scientifique a ajouté que chaque volcan était différent et qu’un modèle spécifique devrait être élaboré  pour chacun d’eux.

Source: American Geophysical Union (AGU) – Geophysical Research Letters / The Watchers.

———————————————–

Our capacity to predict eruptions is still very low today. Progress has been made in the past decades with new effective instruments but the hundreds of deaths caused by the eruptions of Mt Merapi (Indonesia) in 2010 and Mt Fuego (Guatemala) in 2018 show that we are still very far from the perfect prediction.

A research team from Illinois and Michigan has tested a new technique that could possibly forecast how a volcanic eruption will happen accurately. The method combined physics and statistics to capture the probability of past eruption patterns. The scientists studied the history of the eruption of the Okmok Volcano in Alaska.

An ash plume from the eruption of Okmok in 2008 extended about 1.6 km into the sky and posed a hazard to aircraft engines. The eruption came a a surprise. Indeed, after an eruption in 1997, there were periods of slight unrest, but very little seismicity or other eruption precursors.

According to the researchers, in order to develop better forecasting, it is crucial to understand volcanic eruptions that deviate from the norm. Eruptions are commonly predicted by studying seismicity, inflation of the volcanic edifice and gas emissions, and other established parameters analused during the period that precedes an eruption. However, Okmok did not display any of the patterns.

The research team used a statistical data analysis technique called Ensemble Kalman Filter (EnKF) or Kalman filtering, which was improved after World War II. The version used for the study was updated in 1996 and has continued to be used in weather and climate forecasting, as well as physical oceanography. The research team was the first group to use the updated method in volcanology, especially for Okmok’s eruption study.

The researchers noticed there was a lack of increased seismicity before the eruption. A hypothesis explains that the reservoir under the volcano remained the same size as it filled with hot gases and magma. This resulted in pressure in the chamber that triggered surrounding rocks to move, eventually leading to earthquakes. In the 2008 eruption, it appears that the magma chamber grew larger to accommodate the increasing pressure, so that the precursor seismic activity could not be detected.

By looking back in time with the new models, the scientists could observe that stress had been building up in the rocks around the chamber for weeks, and the growth of the magma system ultimately led to its failure and eruption. The backward and forward modelling enabled researchers to observe the evolution of the volcanic system. They were also able to propagate the new model forward in time and predict Okmok’s eruptive behaviour afterward.

However, the scientific team added that since every volcano is different, a model must be specifically made for each of them.

Source: American Geophysical Union (AGU) – Geophysical Research Letters / The Watchers.

Vue du cratère de l’Okmok le 15 septembre 2008 (Crédit photo : Alaska Volcano Observatory)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : L’éruption continue // The eruption continues

6h30 (heure métropole / 8h30 heure locale) : Je suis en attente des nouvelles sur le terrain. Je n’ai pas vu de message alarmant. J’en conclus que la lave n’a toujours pas traversé la RN 2 ce matin.

Hier soir vers 23 heures, la lave avait parcouru environ 3 km et se trouvait à environ 1 km de la RN 2, à environ 400 mètres d’altitude. A cet endroit, il y a un replat, ce qui freinait sa progression. Le débit observé à la source était de 10 mètres cubes par seconde ce qui correspond à la moyenne habituelle en début d’éruption.

Par précaution, les autorités ont fermé la route car la lave était susceptible de la traverser pendant la nuit. Cela pose bien sûr un problème aux personnes désireuses de profiter du spectacle. La RN2 n’est pas large et les emplacements de stationnement peu nombreux. Le Préfet a demandé à ces personnes de faire preuve de civisme, de ne pas bloquer la circulation,  et surtout de ne pas gêner le passage des véhicules prioritaires.

7 heures : Les dernières nouvelles de l’éruption sont diffusées par l’excellent Journal de l’Ile. On apprend que ce matin, la lave se trouve à 400 mètres de la RN 2. Cela semble près et laisserait penser que la rivière incandescente pourrait traverser la route dans la journée. Ce n’est pas gagné ! Comme je l’indiquais précédemment,  la coulée a nettement ralenti sa progression au cours de la nuit et se trouve maintenant sur un replat. Malgré tout, c’est la première coulée à se trouver aussi près de la RN2 depuis l’éruption de 2007. Personne ne peut dire si la lave aura la force d’atteindre la chaussée.

Des mesures de sécurité ont été mises en place pour prévenir tout accident. Il est prévu l’aménagement d’un accès sécurisé.  Il s’agirait d’utiliser la piste qui menait aux statues de Mayot, Symbiose volcan et oiseaux, qui avaient été englouties par les laves en 2007.

8 heures: Un contact sur place vient de m’indiquer que « la coulée est figée à moins d’un kilomètre de la route ».

12h30 : L’activité éruptive qui a débuté le 25 octobre 2019 se poursuit. Toutefois, après un début en fanfare, l’intensité du tremor a entamé une décroissance progressive qui se poursuit en ce moment. S’agissant de la déformation de l’édifice volcanique, la zone sommitale ne montre pas de signaux particuliers.

Ce matin une seule bouche éruptive restait active. Comme indiqué précédemment, la coulée a rejoint le Piton Tremblet avant de progresser sur la coulée de 2007. En aval du Piton Tremblet, la lave a bifurqué pour former un bras secondaire dont le front progresse dans la forêt au nord de la coulée principale. Vers 8h30 ce matin les 2 fronts de coulées se trouvaient à environ 400 mètres en amont de la RN2 et poursuivaient une progression  très lente.

Au vu de la baisse d’intensité du tremor, on peut raisonnablement penser que la lave a peu de chances d’atteindre la RN2, mais avec le Piton, on ne sait jamais ; un sursaut d’énergie est toujours possible.

Source : OVPF.

17 heures : La lave finira-t-elle par atteindre la RN 2 ? C’est la question que tout le monde se pose ce soir. Comme je l’ai indiqué précédemment, le tremor éruptif est sur le déclin et l’alimentation à la source est donc moins fournie. Jusqu’à présent, la lave avançait sur un replat où la pente était relativement faible, d’environ 16%. Elle avance maintenant sur une pente plus forte, d’environ 19%, ce qui pourrait compenser la baisse de débit à la source. Ce soir, le front des coulées de trouve à environ 250 mètres de la RN 2. Cela signifie qu’il y a eu une progression de 150 mètres en 9 heures. La nuit sera déterminante…

Source : OVPF, JIR.

—————————————————

6:30 am (Paris time / 8:30 am local time): I’m waiting for the latest on the field news. I have not seen any alarming message. I conclude that lava has not yet  crossed RN 2 this morning.
Last night around 11 pm, lava had travelled about 3 km and was about 1 km from RN 2, at about 400 metres above sea level. At this place, there is a flat, which slowed down its progression. The output at the source was 10 cubic metres per second, which corresponds to the usual average at the beginning of an eruption.
As a precaution, the authorities closed the road because lava was likely to cross it during the night. This of course poses a problem for people wanting to enjoy the show. RN2 is not wide and there are not many parking spaces. The Prefect asked these people to be civic, not to block traffic, and especially not to hinder the passage of priority vehicles.

7:00 a.m.:The latest news of the eruption are given by the excellent Journal de l’Ile. We learn that this morning, lava is 400 metres from RN 2. It seems close and one might think that the incandescent river could cross the road in the day. Not so sure ! As I explained before, the flow has slowed down significantly during the night and is now on a flat area. Nevertheless, it is the first lava flow to be soclose to RN2 since the 2007 eruption. Nobody can tell if lava will have the strength to reach the roadway.
Safety measures have been put in place to prevent any accident. There is a plan for secure access. It would use the trail which led to the statues of Mayot, Symbiose volcano and birds, which had been engulfed by lava in 2007.

8:00 a.m.: A friend of mine who is on the field has just told me that lava has stopped less than one kilometre from the road.

12:30: The eruptive activity that began on October 25th, 2019 continues. However, after a great start, the intensity of the tremor began a gradual decline that continues at this time. Regarding the deformation of the volcanic edifice, the summit area does not show any particular signals.
This morning only one eruptive vent remained active. As indicated previously, the flow reached Piton Tremblet before advancing on the 2007 flow. Downslope of Piton Tremblet, the lava bifurcated to form a secondary branch whose front progresses in the forest north of the main flow. Around 8:30 this morning the 2 flow fronts were about 400 metres from RN2 and continued a very slow progression.
Given the drop in intensity of the tremor, it is reasonable to think that lava is unlikely to reach RN2, but with the Piton, you never know; a burst of energy is always possible.
Source: OVPF.

5 pm: Will the lava eventually reach RN 2? This is the question everyone is asking tonight. As I put it before, the eruptive tremor is declining and the source is therefore less fed. Until now, the lava was advancing on a rather flat area where the slope was relatively low, about 16%. It is now advancing on a steeper slope of about 19%, which could offset the decline of output at the source. Tonight, the front of the lava flows is about 250 metres from RN 2. This means that there was an increase of 150 metres in 9 hours. The night will be decisive …
Source: OVPF, JIR.

Voici une image du front de coulée qui venait d’encercler un petit cône:

Photo: Fabrice Juignier

Le Piton Tremblet (Photo: C. Grandpey)

Etna 1669: A la découverte de Catane

Si vous êtes de passage à Catane dans les prochains jours, cet événement peut vous intéresser…

Lundi prochain 28 octobre 2019 à 10 heures, se tiendra à Catane, au Castello Ursino, une conférence de presse  pour présenter la « Journée Nationale du Trekking Urbain à Catane.» Cette journée est organisée par l’Association naturaliste et culturelle Etna’ngeniousa, avec le parrainage de la municipalité de Catane.
L’initiative nationale, qui en est à sa seizième édition, est célébrée le 31 octobre et propose des itinéraires de découverte lente de la ville construits sur un thème spécifique. Celui proposé pour l’année 2019 a pour titre « Lents murmures d’eau et d’histoire. »A cette occasion, Catane laissera murmurer la lave à travers les traces laissées par l’éruption de l’Etna en 1669. Les visiteurs pourront participer à deux tours de ville intitulés « 1669, au coeur du feu  » le jeudi 31 octobre et le dimanche 3 novembre.
La participation à ces sorties est gratuite et ouverte à tous. Pour plus d’informations, il suffit de contacter le 3381441760 / 3339119648 ou écrire à trekkingurbano.ct@gmail.com. On peut aussi se connecter au site www.etnangeniousa.it.

Source : La Sicilia.

L’éruption de 1669 – Fresque dans la cathédrale de Catane (Photo: C. Grandpey)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Eruption !

13h20 (heure métropole): Une de mes sources réunionnaises vient de m’informer que l’éruption a commencé. Plus de détails dès que possible. On ne voit rien sur les webcams. L’événement se situe probablement du côté Est.

13h45: Selon le Journal de l’Ile, l’éruption se déroule au même endroit qu’en août, soit à 1 200 mètres d’altitude, assez bas dans les Grandes Pentes côté Saint-Philippe. Les coulées ne sont, pour l’instant, pas visibles depuis la RN 2.

15 heures: Les coulées sont déjà à 700 mètres d’altitude, au-dessus du Piton Tremblet.

16h30. Selon un de mes contacts qui se trouve sur le terrain, la lave descend vite. Elle a passé le Piton Tremblet et se trouve à environ 2,5 km de la RN 2.

17h30: La situation évolue rapidement. En effet, le débit de lave est particulièrement élevé et les coulées avancent vite. Vers 18 heures (heure locale), le front de lave se trouvait à 400 mètres d’altitude. Selon l’OVPF, une ou plusieurs fissures se sont ouvertes à 1400 mètres d’altitude en début d’après-midi. Les coulées ont parcouru environ 2,8 km. La coulée se trouve actuellement entre 1,8 et 1,5 km de la route nationale. A noter que des largages de retardant ont été effectués pour empêcher que la lave mette le feu à la végétation à proximité.

Selon le Journal de l’Ile, la direction des routes va installer des barrières côté Saint-Philippe, pour empêcher le public d’accéder au site car la lave pourrait couper la RN 2 dans la nuit. Les forces de l’ordre et les services de gestion des routes ont procédé à l’évacuation et la fermeture de la RN2 entre Saint-Philippe et Sainte-Rose peu après 19 heures.

18 h30 : Voici quelques informations supplémentaires fournies par l’OVPF. Alors que l’éruption se poursuit, l’intensité du tremor éruptif est stable depuis le début de l’éruption. Les premières observations de terrain font état de 2 fissures actives qui se sont ouvertes dans la partie sud de l’Enclos Fouqué environ 1km au nord du rempart sud et vers 1400 m d’altitude. En début d’éruption, plusieurs bras de coulées ont pu être observés. Le front de la coulée la plus active se situait à 17h00 à 2 km en amont de la RN2, sur la coulée de 2007, une centaine de mètres en aval du Piton Tremblet. La progression du front de coulée reste conditionnée par le débit de lave au niveau de l’évent. Il est évident que si le tremor reste stable, la lave ne tardera pas à atteindre la RN2. Il faut toutefois rester prudent, car on a vu des éruptions cesser brutalement alors que l’on s’attendait à des événements plus longs.

—————————–

13:20 (Paris time): One of my sources on Reunion Island has just informed me that the eruption has started. More details as soon as possible. There is nothing to be seen on the webcams. The event is probably located on the eastern flank of the volcano.

13:45: According to the Journal de l’Ile, the eruption is at  the same place as in August, at 1,200 metres above sea level, quite low in the Grandes Pentes, on the Saint-Philippe side. The lava flows are, for the moment, not visible from the RN 2.

15:00: The lava flows are already at 700 metres a.s.l., above Piton Tremblet.

16:30: According to one of my contacts who is on the field, lava is flowing down rapidly. It has travelled past the Piton Tremblet and is about 2.5 km from the road.

17:30: The situation is changing rapidly. Indeed, the lava output is particularly high and the flows advance quickly. Around 6 pm (local time), the lava front was 400 metres above sea level. According to OVPF, one or more fissure opened at 1400 metres a.s.l. at the beginning of the afternoon. The lava flows travelled about 2.8 km. Their front is currently between 1.8 and 1.5 km from the national road. Planes have poured a retardant to prevent fires on the nearby vegetation.

According to the Journal de l’Ile, barriers will be installed on the road (Saint-Philippe side), to prevent the public from getting to  the site because lava could cross RN 2 during the night. Law enforcement and road management services have evacuated thand closed RN2 between saint-Philippe and Sainte-Rose shortly after 19:00.

18:30: Here is some additional information provided by OVPF. As the eruption continues, the intensity of eruptive tremor has been stable since the onset of the eruption. The first field observations report 2 active fissures that opened in the southern part of the Enclos Fouqué about 1 km north of the southern rampart and around 1400 metres a.s.l.. At the beginning of the eruption, several flows could be observed. The front of the most active one was located at 17:00 to 2 km upslope of  RN2, on the 2007 lava flow, about a hundred metres downslopeof Piton Tremblet. The progress of the lava remains conditioned by the lava output at the vent. It is obvious that if the tremor remains stable, lava will soon reach RN2. However, caution must be exercised as several eruptions stopped abruptly when longer events were expected.

Tremor éruptif (Source: OVPF). Je ne le dirai jamais assez: il est extrêmement regrettable que l’IPGP s’obstine à ne pas mettre en ligne le tremor éruptif et les sismogrammes du Piton de la Fournaise. Cela permettrait de mieux se rendre compte de l’évolution de la situation, comme cela se fait sur l’Etna, par exemple.

Photos: C. Grandpey

Des photos et des vidéos de l’éruption à cette adresse, avec ma très sincère amitié à François Martel-Asselin:

https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2019/10/25/PHOTOS-VIDEOS-5eme-eruption-de-lannee-nos-images-au-pied-des-laves

 

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : Ça se précise ! // An eruption in the very short term ?

 8 heures (heure métropole): Depuis  04h15 (heure  locale),  une  crise  sismique  est  enregistrée  sur  les  instruments  de l’OVPF. Cette  crise  sismique  s’accompagne de déformations rapides de l’édifice volcanique. Ceci indique que le magma est en train de quitter le réservoir et se propage vers la surface, comme il le faisait déjà il y a quelques jours. Une éruption est donc probable à brève échéance dans les prochaines minutes ou heures. Espérons que cette alerte est la bonne ! L’Enclos ne sera pas resté ouvert très longtemps! lol

Les « fous furieux du volcan » sont dans les starting blocks !

°°°°°°°°°°

Il est 10 heures en métropole et toujours pas d’éruption! C’est donc plus une affaire d’heures que de minutes ! Je suis en contact permanent avec la Réunion. Pas impossible que l’éruption se produise à l’heure du déjeuner…

——————————————

8:00 a.m. (Paris time): Since 4:15 (local time), a seismic crisis has been recorded on the OVPF instruments. This seismic crisis is accompanied by rapid deformations of the volcanic edifice. This indicates that magma is leaving the reservoir and is ascending to the surface, as it did a few days ago. An eruption is likely in the near futuren in the next minutes or hours. Let’s hope this alert is the right one this time! The Enclos is closed…again!

The “volcano’s madmen” are ready to go!

°°°°°°°°°°

It is 10 o’clock on the continent and no eruption has been observed yet. So, it was a matter of hours, not minutes! I have a permanent contact with my friends on the island. The eruption might occur at lunch time…

Photo: C. Grandpey

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

L’OVPF vient de diffuser son bulletin quotidien concernant la journée du 22 octobre 2019. Comme je l’ai indiqué précédemment, le sismicité était en chute libre hier, avec seulement une dizaine d’événements enregistrés, contre plus de 200 la veille.

On remarque toutefois que le processus d’inflation de l’édifice se poursuit, ce qui montre bien que le magma est en train de passer d’une source profonde à un niveau plus superficiel.

On peut raisonnablement penser qu’une éruption va se déclencher dans peu de temps, mais on ne sait ni quand, ni où. Selon mes contacts sur place, il semblerait toutefois que la partie Est du volcan ait la faveur des pronostics. Tant que l’éruption se produit à l’intérieur de l’Enclos Fouqué, la prévision n’a qu’une importance relative. Ce serait bien sûr différent si la lave décidait de sortir à l’extérieur de l’Enclos, car des zones habitées seraient menacées.

Le volcan et le Formica Leo (Photo: C. Grandpey)