Des drones sur le Santiaguito (Guatemala)

En avril, mai et août 2017, en mars 2018 et 2019, et en juillet 2019, j’ai écrit plusieurs notes sur l’utilisation des drones en volcanologie, que ce soit sur le Kilauea ou l’Etna. Ces aéronefs sans pilote  peuvent être utilisés pour surveiller l’activité volcanique, mais aussi pour mesurer les gaz.
L’utilisation des drones en volcanologie vient d’être confirmée par des scientifiques du Centre de recherche allemand pour les géosciences (GFZ Potsdam). Ils ont présenté les résultats d’une série de vols effectués avec des drones dotés de caméras d’imagerie visuelle et thermique au-dessus du Santiaguito au Guatemala. Le volcan est né en 1922 dans la caldeira du Santa Maria, volcan qui est entré en éruption en octobre 1902, la même année que Montagne Pelée en Martinique, tuant environ 6 000 personnes.
Le Santiaguito est actif en quasi permanence depuis 1922. Son complexe de dômes de lave est instable avec des effondrements fréquents générant des coulées pyroclastiques destructrices et des lahars. C’est la raison pour laquelle les chercheurs allemands ont voulu observer le comportement du Dome Caliente qui est actuellement le plus actif. Ce dôme montre deux types de mouvements: d’une part une expansion et une croissance radiales lentes, et d’autre part une extrusion rapide de lave visqueuse. Les deux processus produisent également des systèmes de fractures détectables par les mouvements de surface, et des zones de déformation associées à des anomalies thermiques.
Les scientifiques ont équipé leur drone de différentes caméras et l’ont envoyé au-dessus du cratère à différents intervalles. Ils ont pu ainsi analyser le comportement de la coulée de lave et du dôme en utilisant un type particulier de photographie stéréo avec une précision jamais vue auparavant.
En comparant les données fournies par le drone, les chercheurs ont pu déterminer la vitesse d’écoulement de la lave, modéliser les mouvements du dôme et la température de surface du volcan.
Ces facteurs sont importants dans la prévision des volcans explosifs. Les scientifiques allemands pensent que, grâce aux progrès de la technologie, une observation régulière et systématique des volcans dangereux est aujourd’hui tout à fait réalisable à l’aide des drones.
Deux caméras à bord du drone utilisé sur le Santiaguito ont pris des photos haute définition du dôme, mais aussi réalisé des images thermiques. Elles ont permis d’élaborer des modèles 3D très précis du volcan à l’aide d’un algorithme informatique spécial. Il a également été possible d’acquérir une topographie 3D et un modèle de température du volcan, avec une résolution de quelques centimètres seulement.
Les missions de drones sont très intéressantes d’un point de vue humain et sécuritaire. Ces aéronefs sans pilote réduisent le risque pour les volcanologues car les caméras peuvent être dirigées directement vers les zones dangereuses sans que les scientifiques se trouvent à proximité.
Cependant, le travail à l’aide de drones n’est pas facile. Les modèles 3D obtenus lors des différents vols doivent être positionnés de manière très précise pour pouvoir être comparés. Cela nécessite un travail minutieux mais le jeu en vaut la chandelle car même des mouvements ou des déformations infimes peuvent être immédiatement détectés.
Source: The Watchers, GFZ German Research Centre for Geosciences.

 ——————————————-

In April, May and August 2017, in March 2018 and 2019, and in July 2019, I wrote several posts about the use of drones in volcanology, whether on Kilauea or Mt Etna. These Unmanned Aicraft Systems (UAS) can be oused to monitor volcanic activity, but also to measure volcanic gases.

This use of drones in volcanology is confirmed by researchers from the German Research Centre for Geosciences (GFZ Potsdam) who presented results of a series of repeated flights with visual and thermal imaging cameras of Santiaguito volcano in Guatemala. The volcano was born in1922 in the caldera of Santa Maria which erupted in October 1902, the same year as Montagne Pelée in Martinique, killing about 6,000 people.

Santiaguito has been permanently active since 1922. Its lava dome complex is instable with frequent collapses generating destructive pyroclastic flows and lahars. This is the reason why the German researchers wanted to observe the behaviour of the Caliente Dome which is currently the most active. This dome shows two kinds of movements: slow radial expansion and growth, and fast-moving extrusion of viscous lava. Both processes also produce distinctive fracture sets detectable with surface motion, and high strain zones associated with thermal anomalies.

The scientists equipped a drone with different cameras. They flew it over the crater at various intervals, measuring the movements of the lava flow and a lava dome using a specific type of stereo photography with a precision never seen before.

By comparing the data provided by the drone, the scientists were able to determine the flow velocity, movement patterns, and surface temperature of the volcano.

These factors are important for predicting the danger of explosive volcanoes. The German researchers believe that, thanks to the progress of the drone technology, a regular and systematic survey of hazardous volcanoes is quite feasible today.

Two cameras of the drone used on Santiaguito took both high definition and thermal photos. They allowed to work out complete and detailed 3D models using a special computer algorithm. It was also possible to acquire a 3D topography and temperature model of the volcano, with a resolution of only a few centimetres.

Drone missions are very interesting from a human and security point of view. They lessen the risk for volcanologists, as cameras can be flown directly to the dangerous areas without scientists having to be near them.

However, the job is not easy. The 3D models of the various flights must be positioned exactly so that they can be compared. This requires painstaking detail work, but the effort is worth it because even minimal movements become immediately visible.

Source : The Watchers, GFZ German Research Centre for Geosciences.

Photos : C. Grandpey

Merapi (Indonésie)

Une dépêche de l’AFP en date du 29 janvier 2019 nous apprend que le Merapi « a émis une rivière de lave qui a avancé sur 1 400 mètres sur ses pentes ». Selon le Centre gestion des risques, le volcan est entré dans une « phase éruptive effusive ». La coulée de lave émise en fin de journée le 29 janvier est la plus longue observée depuis le début de la nouvelle éruption au mois d’août.
Cette phase effusive n’est pas vraiment une surprise. Un dôme de lave se développait depuis quelques semaines dans le cratère et il commençait à s’effondrer.
Le niveau d’alerte n’a pas été relevé, mais les habitants de la région doivent rester en dehors de la zone de danger de 3 km autour du cratère.
Source: AFP.

————————————————–

An AFP report released on January 29th, 2019 informs us that Mt Merapi “has unleashed a river of lava that flowed 1,400 metres down its slopes.”  According to the Volcanology and Geological Hazard Mitigation Center, the volcano has entered an “effusive eruption phase.”  The volcanic material that was emitted late on January 29th was the longest lava flow since Mt Merapi began erupting again in August.

The effusive phase is not really a surprise. A lava dome had been growing during the past weeks and started to collapse.

The alert level has not been raised but people should stay out of a 3-kilometre danger zone around the crater.

Source: AFP.

Crédit photo: CVGHM

Merapi (Indonésie)

Le dôme de lave du Merapi continue de croître et a atteint un volume estimé à 453 000 mètres cubes le 16 janvier 2019, avec une vitesse de croissance de 2 300 mètres cubes par jour. Il existe de nombreux effondrements qui déclenchent des chutes de blocs incandescents.
Le niveau d’alerte du Merapi est maintenu à 2, sur une échelle à quatre niveaux. Les habitants doivent éviter de mener des activités dans un rayon de trois kilomètres du sommet.
Source: Antara News.

————————————————

The lava dome of Mount Merapi keeps growing and has now reached a volume estimated at 453,000 cubic metres on January 16th, 2019, with the growth rate of 2,300 cubic metres per day. There are numerous dome collapses that trigger incandescent rockfalls.

The alert level for Mt Merapi is kept at 2, on a four-level scale. Residents should avoid conducting activities within a three-kilometre radius of the summit.

Source: Antara News.

Source: BPPTKG

Merapi (Indonésie): Poursuite de la croissance du dôme // The summit dome keeps growing

Dans chacune de mes notes précédentes sur le Merapi, j’ai indiqué que le dôme de lave au sommet du volcan grandissait régulièrement. Entre le 30 novembre et le 6 décembre 2018, il a grossi à raison d’environ 2 200 m3 par jour. Le 6 décembre, le volume du dôme était estimé à 344 000 m3. Selon le Centre de volcanologie et de géologie, le Merapi a vomi 439 000 mètres cubes de lave à raison de 3 400 mètres cubes par jour depuis le 10 janvier 2019. On observe des coulées de lave incandescentes qui sortent du cratère et avancent sur 500 – 800 mètres sur la pente. En outre, on entend plus souvent des explosions qui ressemblent à des grondements de tonnerre. Cette situation ce qui a incité les habitants à augmenter également la fréquence des patrouilles de surveillance indépendantes.
Toute activité a été interdite dans un rayon de 3 km du cratère.
Le niveau d’alerte du Merapi a été maintenu à II (Waspada) depuis le 21 mai 2018.
L’Agence de gestions des catastrophes pour le centre de l’île de Java (BPBD Central Java) travaille avec d’autres régences pour préparer des itinéraires d’évacuation et des centres d’hébergement d’urgence en prévision d’une éruption majeure.Les routes d’évacuation existantes sont gravement endommagées par les centaines de camions transportant du sable et de la cendre volcaniques. Les fortes pluies fréquentes n’ont rien arrangé. L’Agence a proposé un budget de 100 milliards de roupies (7 millions de dollars) pour la réparation des routes. La BPBD a également commencé à calculer les besoins logistiques en cas d’aggravation de la situation éruptive, en prévoyant notamment des masques, des cuisines collectives et des tentes d’urgence. Trois caméras de vidéosurveillance supplémentaires ont été installées à Klaten, Magelang et Boyolali pour contrôler le volcan.
Tout le monde se souvient de l’éruption de 2010 qui a fait au moins 353 morts et déplacé plus de 350 000 personnes. La plupart des victimes vivaient sur les pentes du Merapi.
Source: The Jakarta Post.

——————————————————–

In each of my previous posts about Mount Merapi, I indicated that the lava dome at the summit of the volcano was growing regularly. Between November 30th and December 6th, 2018, the dome grew at a rate of about 2 200 m3 per day. By December 6th, the volume of the dome was an estimated 344 000 m3. According to the Center of Volcanology and Geological Hazard Agency, Mt Merapi has expelled 439,000 cubic metres of lava at a rate of 3,400 cubic metres per day since January 10th, 2019.  Incandescent lava flows can be seen coming out of the crater and travelling 500 – 800 metres down the slope. Besides, booming sounds resembling thunder can be heard more frequently, which had prompted local residents to also increase the frequency of their independently organized patrols.

All activity has been banned within a 3-kilometre radius from the crater.

The alert level for Mt Merapi has been kept at II (Waspada) since May 21st, 2018.

The Central Java Disaster Mitigation Agency (BPBD Central Java) is working with other regencies to prepare evacuation routes and emergency shelters in anticipation of a major eruption. The established Mt. Merapi evacuation routes are heavily damaged, because of the hundreds of trucks transporting volcanic sand and ash. The frequent heavy rainfall contributes to worsening the situation. The agency had proposed a budget of Rp 100 billion (US$7 million) to repair the roads. BPBD has also started calculating logistical needs in case the eruptions worsened, including masks, community kitchens and emergency tents. Three additional CCTV cameras have been installed in Klaten, Magelang and Boyolali to monitor the volcano.

Everybody remember the 2010 eruption which killed at least 353 people while more than 350,000 others were displaced. Most of the victims lived on the volcano’s slopes.

Source : The Jakarta Post.

Vue du sommet du Merapi, du dôme de lave et de la coulée qui s’en échappe (Crédit photo : presse indonésienne)

Cleveland (Iles Aléoutiennes / Alaska) // Cleveland (Aleutians / Alaska)

L’Observatoire volcanologique de l’Alaska (AVO) vient de m’adresser un message indiquant qu’au cours des cinq derniers jours, un nouveau dôme de lave s’est développé dans le cratère sommital du Cleveland.

Selon l’AVO, la présence du dôme de lave risque de déboucher sur une activité explosive. Les explosions du Cleveland se produisent généralement sans prévenir, avec des nuages de cendre pas très importants qui se dissipent en quelques heures; cependant, des émissions de cendre plus importantes sont toujours possibles.

En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne est passée à l’Orange et le niveau d’alerte volcanique à Vigilance.
Source: AVO.

—————————————————–

The Alaska Volcano Observatory (AVO) has just sent me a message indicating that over the past five days a new and growing lava dome is present in Cleveland’s summit crater. According to AVO, the presence of the lava dome may increase the likelihood of explosive activity. Explosions at Cleveland usually occur without warning and typically produce relatively small volcanic ash clouds that dissipate within hours; however, more significant ash emissions are possible.

As a consequence, the aviation colour code has been raised to ORANGE and the Volcano Alert Level to WATCH.
Source: AVO.

Situation géographique du Cleveland au coeur des Iles Aléoutiennes

Cratère sommital du Cleveland

(Source: AVO)

Sinabung (Indonésie / Indonesia)

La dernière éruption du Sinabung (19 février 2018) qui a généré un panache de cendre de 5 kilomètres de hauteur, a aussi détruit une grande partie du sommet du volcan. Des images du Centre Indonésien de Volcanologie et de Gestion des Risques Géologiques montrent que le dôme de lave qui trônait au sommet de l’édifice volcanique a été détruit pendant la crise  éruptive. Il avait un volume d’au moins 1,6 million de mètres cubes.
Des coulées pyroclastiques ont dévalé ses pentes du Sinabung jusqu’à 4,9 kilomètres du cratère. La cendre a atteint Lhokseumawe, une ville située à plus de 260 kilomètres au nord-ouest.
Des photos et vidéos spectaculaires de l’éruption ont été diffusées sur les réseaux sociaux. Ainsi, on peut voir des enfants qui s’enfuient en hurlant d’une école située en dehors de la zone d’exclusion, avec une colonne de cendre impressionnante à l’arrière-plan. Heureusement, personne n’a été blessé.

————————————-

Mt Sinabung’s last eruption (February 19th 2018) that shot ash 5 kilometres high, also blew away much of the mountain’s summit. Before and after images from Indonesia’s Center for Volcanology and Geological Hazard Mitigation show an enormous chunk missing from the summit of the volcano. The lava dome had a volume of at least 1.6 million cubic metres.

Pyroclastic flows rolled down its slopes, traveling as far as 4.9 kilometres from the crater, and the ash reached Lhokseumawe, a city more than 260 kilometres to the northwest.

Dramatic photos and videos of the eruption can be seen on the social networks. One can see screaming children fleeing a school outside the volcano’s exclusion zone with a billowing column of ash rising in the background. However, no one was injured.

Le dôme sommital du Sinabung avant et après l’éruption du 19 février 2018 (Source: PVMBG)

Varte à risques du Sinabung (Source: GVP / Smithsonian Institution)

Mayon (Philippines): Intensification de l’éruption

7 heures: Il semble que l’éruption observée sur le Mayon depuis le 14 janvier 2018 ne soit pas seulement phréatique. En effet, le PHILVOCS indique maintenant que « le cratère sommital présente maintenant forte incandescence qui signifie qu’un nouveau dôme de lave est en train de croître et que la lave a commencé à couler sur le versant sud ». En conséquence, le niveau d’alerte a été élevé à 3, ce qui signifie que le magma a atteint le cratère et qu’une éruption majeure est possible à court terme.
Les habitants sont priés de ne pas entrer dans la zone de sécurité de 6 et 7 km autour du volcan et les pilotes sont invités à éviter le sommet car la cendre produite par de soudaines éruptions peut être dangereuse pour les avions.
Source: PHILVOCS.

Selon la presse philippine, plus de 3000 familles, soit quelque 12 000 personnes ont été évacuées.

++++++++++

18 heures : Selon la dernière mise à jour du PHILVOCS (15 janvier 2018 à 13h30), « deux effondrements se sont produits aujourd’hui sur le Mayon; ils ont généré des chutes de pierres et des coulées pyroclastiques de faible volume qui se sont produites à 09h41 et 10h05, et ont duré respectivement 5 minutes et 7 minutes, au vu des données sismiques. Ces événements semblent se situer au niveau du front de lave ; ils ont produit un nuage de cendre qui s’est dirigé vers le sud-ouest « . Des retombées de cendre ont été signalées dans plusieurs localités.
Un événement de dégazage d’une durée de 8 minutes a été observé à 11:07 ; il a produit une colonne de cendre grisâtre d’environ 1000 mètres au-dessus du sommet.

Le niveau d’alerte 3 reste en vigueur.
Source: PHILVOCS.

Voici en accéléré un aperçu de l’activité du 15 janvier 2018 :

https://www.youtube.com/watch?v=ANJLpKKZgM8

——————————————

It seems that the eruption observed on Mayon Volcano since January 14th 2018 was not only phreatic. Indeed, PHILVOCS now indicates that “the summit crater is now exhibiting bright crater glow that signifies the growth of a new lava dome and beginnings of lava flow towards the southern slopes”. As a consequence, the alert level has been raised to 3, which means that magma is at the crater and that a major eruption is possible in the short term.

Residents  are told not to enter the 6- and 7-km-radius danger zone around the volcano and pilots are advised to avoid flying close to the volcano’s summit as ash from any sudden eruption can be hazardous to aircraft.

Source : PHILVOCS.

According to the Philippine newspapers, more than 3,000 families, or about 12,000 individuals have been evacuated.

++++++++++

18:00: According to PHILVOCS’ latest update (15 January 2018 1:30 P.M.), “two lava collapse events occurred today at Mayon Volcano; they produced rockfall and small-volume pyroclastic density currents. These occurred at 09:41 AM and 10:05 AM, and lasted 5 minutes and 7 minutes, respectively, based on seismic record. These events appear to have originated from the lava front and produced an ash cloud that drifted to the southwest sector”. Ashfall was reported on several municipalities.

A degassing event at 11:07 AM that lasted 8 minutes produced a grayish to dirty white ash column with a maximum of height of approximately 1000 metres above the summit.

Alert Level 3 remains in effect.

Source: PHILVOCS.

Here is a short timelapse video of the activity on January 15th 2018:

https://www.youtube.com/watch?v=ANJLpKKZgM8

Le Mayon peut être très dangereux en raison des coulées pyroclastiques qui peuvent se déplacer très rapidement sur ses pentes raides. Cette photo a été prise lors de l’éruption de 1984 qui n’a causé aucune victime car la population avait été évacuée (Source: USGS)

Mayon Volcano can be very dangerous due to the pyroclastic flows that can travel very fast down its steep slopes. This photo was taken during the 1984 eruption which caused no casualties because the population had been evacuated (Source: USGS)