Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion / Reunion Island) : Nouvelle éruption ! // New eruption !

Après plusieurs jours de sismicité et d’inflation, le Piton de la Fournaise a eu pitié des scientifiques de l’OVPF et la lave a daigné percer la surface vers 19 heures (heure locale) ce9 avril 2021. L’éruption se situe sur le flanc sud-est du Dolomieu, à l’intérieur de l’Enclos.  La dernière crise sismique a démarré à 14h57, avec l’apparition du tremor, signe de l’ascension du magma dans sa phase terminale.

Avec le mauvais temps sur le massif, la presse locale explique qu’il est difficile de dire avec précision le nombre de fractures qui se sont ouvertes, mais elles semblent se trouver au sud du Château-Fort.

L’accès à l’Enclos est évidemment interdit, que ce soit depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis tout autre sentier. La Réunion, ce n’est pas l’Islande !

Attention ! Dans les prochaines heures, je donnerai la priorité à l’éruption qui vient de débuter sur La Soufrière de St Vincent. Contrairement à la Réunion, des populations sont concernées et la situation est donc beaucoup plus sensible.

———————————————–

After several days of seismicity and inflation, the Piton de la Fournaise took pity on the OVPF scientists and lava accepted to pierce the surface around 7 p.m. (local time) on April 9th, 2021. The eruption is located on the south-eastern flank of the Dolomieu Crater, inside the Enclos. The last seismic crisis started at 2:57 p.m., with the appearance of the tremor, a sign of magma ascent in its terminal phase.

With the bad weather on the volcano, the local press explains that it is difficult to determine the number of eruptive fissures, but they seem to be located to the south of the Château-Fort.

Access to the Enclos is obviously prohibited, whether from the Pas de Bellecombe trail or from any other trail. Reunion Island is not Iceland!

Warning ! In the next few hours, I will give priority to the eruption that has just started on St Vincent’s La Soufrière. Unlike La Fournaise, populations are at risk and the situation is therefore much more serious.

°°°°°°°°°°

L’image de l’éruption proposée par la webcam du Piton de Bert ce soir est intéressante. On voit parfaitement la fracture éruptive de laquelle jaillissent des fontaines de lave.

Urgence et évacuations à St Vincent-et-les Grenadines // Emergency and evacuations at St Vincent-and-the Grenadines

9 avril 2021 – 8h (heure française): Selon les derniers bulletins de l’UWI, la situation évolue rapidement et une urgence a été décidée à La Soufrière de St Vincent.

Une évolution rapide de l’activité sismique a été observée le 8 avril 2021. Six épisodes de tremor ont été enregistrés à partir de 3 heures du matin, à des intervalles d’environ deux heures et demie. De plus, ces épisodes de tremor, généralement associés à l’ascension du magma vers la surface, ont lentement augmenté en intensité.

Le réseau sismique a également enregistré cinq séismes longue période (LP), généralement associés à des mouvements de magma, au cours des deuxième et quatrième épisodes de tremor. Il y a également eu deux brefs essaims sismiques volcano-tectoniques (VT) à des profondeurs allant jusqu’à 5 kilomètres sous le sommet du volcan. Deux essaims VT avaient déjà été enregistrés les 23-26 mars et le 5 avril.

Les émissions de gaz au sommet du volcan ont également augmenté. En particulier, la hauteur du dôme a considérablement augmenté le 8 avril. Il a maintenant atteint la hauteur du cratère à l’ouest (partie sous le vent) de l’île. Son incandescence est désormais visible depuis l’Observatoire de Belmont.

Tous ces paramètres montrent que le magma s’approche probablement de la surface, avec le risque d’une éruption explosive. En conséquence, le niveau d’alerte a été élevé au Rouge et un ordre d’évacuation a été émis pour les habitants de la zone Rouge autour du volcan

Le navire MV Gem Star est amarré à la jetée de Chateaubelair pour accueillir les personnes évacuées. Le Centre national des opérations d’urgence (NEOC) fonctionne désormais 24 heures sur 24. Les navires de croisière font route vers St Vincent pour aider aux évacuations. La compagnie Carnival Cruise Lines envoie deux navires. Chaque navire pourra accueillir jusqu’à 1 500 personnes qui seront transportés vers les îles voisines. Toutes les précautions seront prises pour protéger la santé et la sécurité de l’équipage du navire et des passagers qui montent à bord. Les compagnies Royal Caribbean et Celebrity Cruises ont envoyé chacune un navire qui devait arriver le 8 avril dans la soirée.

Pour le moment, on ne sait pas combien de personnes seront évacuées, où le navire les emmènera ou si elles resteront temporairement à bord. Environ 16 000 personnes vivent dans la zone Rouge et devront être évacuées vers le sud de l’île où les abris d’urgence sont prêts à les accueillir. Les supermarchés et les stations service ont rapidement été pris d’assaut, par les riverains qui craignent sans doute une crise économique consécutive à la catastrophe naturelle attendue.

Il se peut que la pandémie de Covid-19 vienne brouiller les cartes. Le Premier ministre de Saint-Vincent a déclaré lors d’une conférence de presse que les gens doivent être vaccinés s’ils montent à bord d’un bateau de croisière ou s’ils sont hébergés temporairement dans d’autres îles voisines.

Il est bon de rappeler que l’éruption explosive du 6 mai 1902, a tué 1700 personnes. La dernière éruption explosive remonte à 1979. Elle n’a pas fait de victimes

Source: médias d’information locaux.

Source : UWI

Source : NEMO

++++++++++

18h00: Les scientifiques de l’Observatoire de Belmont indiquent qu’il y a eu une crise éruptive sur La Soufrière à 8h40 le matin du 9 avril 2021. Des panaches de cendres jusqu’à 8 km de hauteur ont été observés. Des retombées de cendre ont affecté l’aéroport international d’Argyle Comme je l’ai déjà écrit, toutes les personnes vivant dans la zone Rouge ont été invitées à évacuer immédiatement. Les géologues de l’Université des Antilles (UWI) indiquent que la « percée » du dôme a eu lieu à 8 h 41, et qu’un panache de cendres vertical s’en est échappé. Contrairement à ce qu’ont affirmé certains médias, il n’y a pas eu d’explosion majeure du dôme sommital. Selon l’UWI, le volcan a retrouvé une période calme, mais d’autres explosions sont attendues prochainement et la première crise éruptive n’était probablement pas la plus importante. De plus, les séquences éruptives à La Soufrière peuvent se poursuivre pendant des jours ou des semaines.

En raison de la direction du vent, la plupart de la cendre devrait rester dans la partie nord de l’île où il est toutefois fait état de chute de «graviers chauds» (probablement des lapilli) sur les toits des maisons dans différentes parties de l’île.

La police a déployé son personnel dans les endroits stratégiques pour protéger la vie et les biens et assurer la libre circulation des véhicules sur les routes de l’île. Les points de contrôle garantiront qu’aucune personne ou véhicule non autorisé ne pénètre dans la zone Rouge. De plus, il est conseillé aux personnes qui ne résident pas dans la zone rouge de ne pas s’y rendre car cela pourrait compliquer l’évacuation des personnes affectées par l’éruption. La police exhorte tous les automobilistes à se garer sur le côté gauche des routes et à céder le passage à tous les véhicules prioritaires et autres impliqués dans le transport des personnes évacuées. La police, avec d’autres agences de sécurité, assurera la sécurité dans tous les sites d’hébergement et fera en sorte que les personnes évacuées se trouvent dans un environnement sécurisé pendant et après l’éruption de La Soufrière. La police sécurisera également les biens et le bétail laissés par les familles évacuées.

 Source: médias d’information locaux.

Le panache éruptif le 9 avril 2021 au matin (Source : UWI)

——————————————–

April 9th, 2021 – 8 am (French time): : According to the latest reports, the situation is changing rapidly and an emergency has been decided at St Vincent’s La Soufriere.

A rapid change in seismic activity was observed on April 8th, 2021. Six separate episodes of tremors starting at 3 am were recorded with intervals of about two and a half hours between them. Moreover, the tremor episodes, usually associated with the movement of magma to the surface, have slowly increased in magnitude.

The seismic network has also recorded five long-period earthquakes, isually associated with the movement of magma, during the second and fourth episodes of tremor.

There have also been two brief swarms of small volcano-tectonic (VT) earthquakes, located at depths up to 5 kilometres below the summit of the volcano. Two similar VT swarms had already been recorded on 23-26 March and on April 5th.

Gas emissions at the summit of the volcano gave also increased.

Visual observations indicate that the dome’s height increased significantly on April 8th. It has now reached the height of the crater on the western (Leeward side) of the island. The glow from the dome is now visible from the Belmont Observatory.

All these parameters show that a fresh batch of magma is probably getting close to the surface, with the risk of an explosive eruption.  As a consequence, the alert level has been elevated to RED and an evacuation order has been issued for residents in the Red Hazard Zone of the La Soufriere Volcano.

The MV Gem Star is docked at the Chateaubelair Jetty to transport residents who are evacuated. The National Emergency Operating Center (NEOC) has been fully activated and is operating around the clock. Cruise ships are heading to St Vincent to assist in evacuations. Carnival Cruise Lines is sending two ships. Each ship will accommodate up to 1,500 residents who will be transported to neighbouring islands. All precautions will be taken to protect the health and safety of Carnival crew and the passengers who board the ships. Royal Caribbean and Celebrity Cruises are each sending one ship expected to arrive on April 8th in the evening.

It is not immediately clear how many people will be evacuated, where the ship will take them or if they will remain temporarily aboard. Roughly 16,000 people live in the red zone and will need to be evacuated to the south of the islands where emergency shelters are ready to welcome them. Supermarkets and gas stations were quickly invaded by residents who feared an economic crisis following the expected natural disaster.

Evacuation efforts could be hampered by the pandemic. St Vincent’s Prime Minister told a news conference that people have to be vaccinated if they go aboard a cruise ship or are granted temporary refuge in other nearby islands.

Let’s bear in mind that the explosive eruption of May 6th, 1902, killed 1,700 people. The last explosive eruption dates back to 1979. It claimed no casualties

Source: Local news media.

+++++++++

6:00 pm : Scientists at the Belmont Observatory indicate that there was an explosive eruption at the La Soufriere Volcano at 8.40 on the morning of April 9th, 2021. Ash plumes of up to 8 km were observed. Ashfall has been recorded at the Argyle International Airport

As I put it before, all persons in the Red zone have been asked to evacuate immediately.

The University of the West Indies (UWI) geologists indicate that the “punching” of the dome took place around 8.41, with a vertical ash plume. According to UWI, the volcano is now back into a quiet period, but more explosions expected soon; the first one was not the biggest and the eruptions at La Soufriere could continue for days or weeks.

Due to the wind direction, most of the ash is expected to remain in the northern part of the island where there have been reports of “hot gravel” (probably lapilli) falling on house roofs across different parts of the island

The police has deployed its staff at strategic locations throughout the country to safeguard life and property, and to ensure the free flow of traffic on the nation’s roads. Check points will ensure that no unauthorized persons or vehicles enter the Red Zones. In addition, persons who do not reside in the “Red Zones” are advised not to visit these areas as it could complicate the transportation of affected persons from the Disaster Zones. The police is urging all motorists to pull to the “left side” of the roads and “give way” to all emergency and other vehicles involved in transporting persons out of the danger zones so as to maintain a free flow of traffic at all times. The police, along with other security agencies, will coordinate security at all designated shelters to ensure that evacuees are in a safe and secure environment during and after the explosive eruption of the La Soufriere volcano.

The police will also secure the properties and livestock that are left behind by the evacuees from break-ins and thefts.

Source: Local news media.

Eruption islandaise: Attention aux gaz volcaniques ! // Eruption in Iceland : Watch out for volcanic gases !

Les autorités islandaises préviennent que plusieurs personnes ont eu des problèmes de santé lors de leur séjour sur le site de l’éruption ou après l’avoir visité. Une fille de 14 ans a d’abord ressenti de fortes nausées, puis elle a eu froid et a eu des crampes dans les mains et les genoux, au point de ne pas pouvoir se tenir debout. Les médecins disent qu’elle a probablement été empoisonnée par les gaz volcaniques. Ils ont testé son niveau de dioxyde de carbone qui s’est révélé très anormal, tellement anormal qu’ils ont pensé que leur équipement était défectueux. À l’hôpital, la jeune fille a reçu de l’oxygène et des perfusions pendant quatre heures.

L’adolescente n’est pas un cas unique. D’autres personnes ont ressenti les mêmes symptômes. Le centre de traitement des intoxications à l’hôpital universitaire national de Landspítali a reçu une dizaine d’appels de personnes demandant des conseils après avoir visité le volcan. Il est à noter que les personnes qui ont été intoxiquées n’étaient pas allé marcher près de la lave.

Les autorités conseillent aux visiteurs de l’éruption de rester autant que possible dans des endroits bien ventilés..

—————————————

Icelandic authorities warn that several visitors faced health problems while staying on the eruption site or after visiting it. A 14-year-ol girl first felt strong nausea, then she was cold and got cramp in her hands and knees, and couldn’t even stand up. Doctors say she was probably poisoned by the volcanic gases. The doctors tested her carbon dioxide level and it was abnormal, so abnormal that the medics thought their equipment was broken. In the hospital, the girl received oxygen and intravenous fluids for four hours.

The teenager was not a single case. Ten other people felt symptoms. The poisoning treatment centre at Landspítali national university hospital has received ten calls from people asking for advice after visiting the volcano. It should be noted that the people who were intoxicated did not walk close to the lava.

Authorities advise visitors to the eruption to stay upwind whenever possible.

Exemple de fortes émissions de gaz sur le site de l’éruption

(Capture image webcam)

Eruption islandaise: très mauvais temps, gaz volcaniques et mort d’une webcam // Icelandic eruption : very bad weather, volcanic gases and death of a webcam

14 heures : Il n’est fait nulle part état d’un ralentissement de l’éruption bien qu’il semble que les deux dernières fractures éruptives soient moins actives qu’auparavant. Ce qui est sûr en revanche, c’est que les conditions météorologiques sont très mauvaises aujourd’hui avec du froid, de la neige et un vent très fort. Cela confirme ce que m’a indiqué ce matin un contact sur place. Le sol est souvent gelé sur les sentiers qui conduisent au site de l’éruption, ce qui signifie que le parcours est devenu dangereux pour la plupart des visiteurs.

De plus, la police conseille fortement aux gens de ne pas se rendre sur le site de l’éruption dans la Geldingadalur en raison de la quantité élevée de gaz dans le secteur. La zone de l’éruption a été évacuée le 7 avril dans la soirée en raison des gaz volcaniques. Une équipe de secouristes ainsi que la police surveillent la zone aujourd’hui.

Le Met Office explique aussi que la pollution par les gaz provenant de la Geldingadalur et de la Merardalur va probablement atteindre Grindavík. Il est recommandé aux personnes qui séjournent à Grindavík de garder les fenêtres fermées et si possible de garder les enfants à l’intérieur.

L’une des webcams sur le site de l’éruption a été détruite par la lave le 7 avril. Heureusement, une autre webcam avait été installée avant que l’incident se produise. La webcam n’est pas le seul équipement à avoir été détruit. Une station de mesure des gaz volcaniques du Met Office, située juste au sud de la webcam, a connu le même sort. Une autre station de ce type continue de fonctionner sur le site de l’éruption.

Source: Iceland Review.

Capture écran webcam

++++++++++

15 heures : Les scientifiques islandais confirment que les trois sites éruptifs font partie du même dyke magmatique et que les écoulements de lave dans les vallées de Geldingadalir et Meradalir ont maintenant fusionné pour ne former qu’un unique champ de lave. L’éruption suit une fracture continue qui s’ouvre au nord-est et s’étire sur environ un kilomètre.

Un nouveau sentier d’accès au site éruptif a été ouvert.

Il commence au même endroit que le précédent mais évite la partie la plus raide. Il suit un tracé plus facile vers l’est et se termine à un endroit d’où toutes les fractures éruptives sont visibles.

Source: www.ruv.is

Vue du cône éruptif sur la 1ère fracture le 8 avril 2021

Vue générale du nouveau champ de lave

————————————

2:00 pm : No mention is made of a slowing down of the eruption although it seems the last two fissures are less active than before. What is sure is that the weather conditions are very bad today with cold, snow and a very strong wind. This confirms what a local contact told me this morning. The cold weather has frozen much of the ground on the route to the eruption site, meaning that it is not safe for most people to walk.

Moreover, the police says that people should avoid going to the eruption site in Geldingadalur due to a high amount of gas in the area. The eruption area was evacuated on April 7th in the evening due to pollution in the area. A rescue squad as well as the police are closely monitoring the area today.

The Met Office warns that gas pollution from the eruption sites in both Geldingadalur and Merardalur will likely be found in some quantities in Grindavík. It is recommended that those who are staying in Grindavík keep windows closed whilst in their houses and if possible, children should stay indoors.

One of the webcams on the eruption site was destroyed by the lava on April 7th. Luckily, another webcam had been installed before this occurred.

The webcam was not the only equipment to be destroyed. The same fate awaited a volcanic gas monitoring station from the Icelandic Met Office, located just south of the webcam. Another such station at the eruption site still survives.

Source: Iceland Review.

++++++++++

3:00 pm: Icelandic scientists say that the three eruptive sites are part of the same magma dyke and the flow of lava from them into Geldingadalir and Meradalir valleys has now merged into one lava field. The eruption is a continuing fissure opening to the northeast, over about one kilometre.

A new hiking trail has been opened. It starts at the same spot as the old trail but avoids the very steep part. Instead, it takes a shallower route to the east, ending at a spot from which all the erupting fissures can be seen.

Source : www.ruv.is

Péninsule de Reykjanes : une éruption fissurale de longue durée? // Reykjanes Peninsula : a long-lasting fissure eruption ?

La carte géologique qui accompagnait ma note à propos de la 3ème fracture éruptive sur la Péninsule de Reykjanes montre parfaitement à quel point cette région est fracturée. Elle n’est que le reflet de la position de l’Islande sur la dorsale médio-atlantique et du phénomène d’accrétion généré par l’écartement des plaques tectoniques Eurasienne et Nord-Américaine.. Il n’est donc guère surprenant que le magma parvienne à d’infiltrer dans ces fractures et donne naissance à des éruptions fissurales comme celle qui se déroule en ce moment dans la Geldingadalur. Personne se sait pendant combien de temps la lave va s’écouler à la surface de la péninsule. Certains scientifiques avaient misé sur une éruption de courte durée. D’autres ont évoqué des éruptions beaucoup plus longues dans d’autres régions de l’Islande comme celles du Krafla dans le nord de l’île.

Le Krafla se situe lui aussi sur le rift médio-atlantique, à une dizaine de kilomètres au nord-est du lac Myvatn. La région est très active d’un point de vue volcanique et hydrothermal. Les nombreux panaches de vapeur visibles dans la région proviennent des forages géothermiques qui alimentent la centrale électrique toute proche.

Le Krafla est discret en altitude, ce qui s’explique par ses épanchements de laves basaltiques de type aa et plus rarement pahoehoe.

Le volcan a connu 29 éruptions historiques depuis le 17 mai 1724. La lave s’écoule en général le long d’une fissure orientée nord-sud, de plusieurs dizaines de kilomètres de long, dans une zone d’effondrement ou graben. La chambre magmatique se trouve à  3-7 km seulement sous la zone de la faille Elle est si peu profonde que la lave a jailli d’un forage géothermique profond de 1138 m, le 27 avril 1977.

Le 17 mai 1724, a débuté une éruption appelée  » Les feux de Myvatn  » qui a duré 5 ans jusqu’en 1729, en particulier à partir de Leirhnjúkur. Une longue fissure s’est ouverte le 11 janvier 1725 avec des coulées qui ont atteint Reykjahlíð. Trois fermes ont été détruites, mais l’église, construite sur une petite éminence a été épargnée.

En 1746 une nouvelle éruption a eu lieu au nord de Leirhnjúkur. La lave est sortie d’une fissure de 11 km de long. La surface totale recouverte par cette éruption a été de 35 km².

Plus récemment, de 1975 à 1984, une nouvelle série d’éruptions fissurales et de séismes a été observée dans la caldeira du Krafla, en particulier à Leirhnjúkur. Les coulées ont atteint une longueur de 19 km et une épaisseur maximale de 8 mètres. Pendant cette phase éruptive, on a pu mesurer plusieurs épisodes d’inflation et de déflation du plancher de la caldeira. Certains terrains se sont affaissés de 2 à 3 mètres après l’éruption. On a aussi mesuré un écartement des bords est et ouest de la caldeira de 900 mm pendant les 9 ans du cycle, démontrant ainsi que l’ouverture du rift est un processus discontinu.

Reste à savoir maintenant comment évoluera l’éruption sur la Péninsule de Reykjanes. Evénement de courte durée ? Ouverture de nouvelles fractures ? Fontaines de lave ? Eruption s’étendant sur plusieurs mois, voire plusieurs années ? Au stade actuel, les volcanologues n’ont malheureusement pas la réponse. Il faudrait peut-être s’adresser au petit peuple des elfes qui ont élu domicile dans certaines fractures et certaines cavernes. ..

Source : L.A.V.E., Guide des Volcans d’Europe (Krafft, De Larouzière).

————————————————-

The geological map that accompanied my post about the 3rd eruptive fracture on the Reykjanes Peninsula perfectly shows how fractured this region is. It corresponds to Iceland’s position on the mid-Atlantic ridge and the accretion phenomenon generated by the separation of the Eurasian and North American tectonic plates. It is therefore hardly surprising that the magma should manage to creep into these fissures and trigger fissure eruptions like the one happening now in Geldingadalur. No one knows how long the lava will flow over the surface of the peninsula. Some scientists said it would be a short-lived eruption. Others have referred to much longer eruptions in other parts of Iceland such as the Krafla eruption in the north of the island.

Krafla is located on the mid-Atlantic rift too, about ten kilometers northeast of Lake Myvatn. The region is very active from a volcanic and hydrothermal point of view. The many steam plumes that can be seen in the area come from geothermal boreholes that feed the nearby power station.

Krafla is not a high volcano, which is explained by its basaltic lava type aa and more rarely pahoehoe effusions.

The volcano has gone through 29 historical eruptions since May 17th, 1724. Lava generally flows along a north-south oriented fissure, several tens of kilometres long, in a collapse zone called graben by geologists. The magma chamber is only 3-7 km beneath the fault zone.It is so shallow that lava gushed out of a 1,138 m deep geothermal borehole on April 27th, 1977.

On May 17, 1724, began an eruption called « The Myvatn Fires » which lasted 5 years until 1729, starting  from Leirhnjúkur. A long crack opened on January 11th, 1725 with lava flows that reached Reykjahlíð. Three farms were destroyed, but the church, built on a small hill, was spared.

In 1746 a new eruption took place north of Leirhnjúkur. Lava erupted from an 11 km long fissure. The total surface covered by this eruption was 35 km².

More recently, from 1975 to 1984, a new series of fissure eruptions and earthquakes were observed in the Krafla caldera, in particular at Leirhnjúkur. The lava flows reached a length of 19 km and a maximum thickness of 8 metres. During this eruptive phase, several episodes of inflation and deflation of the caldera floor were measured. Some land subsided 2 to 3 meters after the eruption. Scientists also measured a separation of the east and west edges of the caldera by 900 mm during the 9 years of the cycle, thus demonstrating that the opening of the rift is a discontinuous process.

There remains to be seen how the eruption will develop on the Reykjanes Peninsula now. Will it be a short-lived event? Will there be the opening of new fractures? Lava fountains? Will the eruption last several months or several years? At this stage, volcanologists unfortunately do not have the answer. Perhaps they should address the little elven people who have made their home in some fractures and caverns. ..

Source: L.A.V.E., Guide des Volcans d’Europe (Krafft, De Larouzière).

Vue de l’éruption dans la Geldingadalur (Capture image webcam)

Champ de lave du Krafla (Photo : C. Grandpey)

Site de Leirhnjúkur (Photo : C. Grandpey)

Energie hydrothermale dans la région du Krafla (Photo : C. Grandpey)

Le système fissural sur la Péninsule de Reykjanes (Islande) // The fissure system on the Reykjanes Peninsule (Iceland)

Compte tenu de la situation éruptive actuelle sur la Péninsule de Reykjanes et de l’ouverture de plusieurs fissures éruptives, il est intéressant de jeter un œil aux cartes géologiques de la région. J’en ai choisi deux proposées par Dominik Pałgan du Département de géophysique de l’Institut d’océanographie de l’Université de Gdansk.

(A) La carte A propose la topographie de la péninsule basée sur le modèle numérique d’élévation (DEM) quadrillé à 100 m. La zone est un prolongement direct sur terre de la Dorsale de Reykjanes. Sept séismes majeurs (M l> 4) se sont produits dans la région entre 1950 et 2015 (points rouges). D’une manière générale, la Péninsule de Reykjanes possède 4 grands champs géothermiques à haute température (étoiles rouges) et 4 champs géothermiques beaucoup plus petits (étoiles orange). Les quatre champs à haute température sont: 1-Reykjanes, 2-Krýsuvík, 3-Brennisteinsfjöll et 4-Nesjavellir (Hengill).

(B) La carte B est une présentation géologique simplifiée de la péninsule basée sur les travaux de Saemundsson et al. (2010). La zone se caractérise par quatre essaims distinctifs survenus sur des fissures. Chaque site présente de multiples fissures éruptives, failles, fractures, édifices volcaniques, ainsi qu’un champ géothermique à haute température.

L’éruption actuelle se trouve sur le système volcanique de Krysuvik, au sud du mont Fagradalsfjall

——————————————

Considering the current eruptive situation on the Reykjanes Peninsula and the opening of several eruptive fissures, it is interesting to have a look at geological maps of the region. I have chosen two of them as suggested by Dominik Pałgan from the Department of Geophysics, Institute of Oceanography at the University of Gdansk.

(A) Map A shows the topography of the peninsula based on the Digital Elevation Model (DEM) gridded at 100 m. The area is a direct, onshore prolongation of the Reykjanes Ridge. Seven major earthquakes (M l >4) occurred here between 1950 and 2015 (red dots). In general, the Reykjanes Peninsula has 4 major high-temperature (red stars) and 4 much smaller geothermal fields (orange stars). The four high-temperature fields are: 1-Reykjanes, 2-Krýsuvík, 3-Brennisteinsfjöll and 4-Nesjavellir (Hengill). (B) Simplified geological map of the peninsula based on Saemundsson et al. (2010). The area is characterized by four distinctive fissure swarms (named underneath each swarm) each with multiple eruptive fissures, faults, fractures, volcanic edifices and an associated high-temperature geothermal field.

The current eruption is located on the Krysuvik volcanic system, south of Mt Fagradalsfjall.

Islande : nouvelles de la double éruption // Iceland : news of the double eruption

11h30 (heure française) : La situation n’a guère évolué en ce 6 avril 2021. La lave continue à percer la surface dans la Geldingadalur où le double cône reste très actif. Le débit reste soutenu, sans être énorme. Il reste probablement à 5-7 mètres cube par seconde. Les images proposées par la webcam sont superbes.

L’éruption dans la Geldingadalur ne semble donc pas avoir perdu de sa vigueur après l’ouverture des fissures dans le secteur de la Meradalir où s’écoule la lave de l’éruption qui a débuté le 5 avril.

La grande question est de savoir si les deux éruptions sont alimentées par le même dyke. Que ce soit dans la Geldingadalur ou dans la Meradalir, l’intensité éruptive est relativement faible. Le géophysicien Páll Einarsson expliquait hier que la nouvelle fissure principale est une extension d’une fracture qui a été active tout le temps. Il a indiqué qu’il s’agissait d’ « une très petite éruption », mais il s’est empressé d’ajouter que l’on ne sait jamais comment elle peut évoluer…

++++++++++

17h00: Comme je l’ai écrit précédemment, les volcanologues islandais s’accordent pour dire que l’éruption actuelle est mineure mais ils ne savent pas comment elle peut évoluer. Ils se demandent si de nouvelles fissures sont susceptibles de s’ouvrir. L’ouverture de la fracture d’hier les a surpris, et ils se demandent maintenant si d’autres ne peuvent pas faire de même. Les scientifiques qui surveillent la zone ont détecté une activité sismique significative dans la Geldingardalur et au niveau de la nouvelle fissure. De plus, la coulée de lave émise par la nouvelle fissure n’a pas montré de signes de ralentissement.

Le site de l’éruption dans la Geldingadalur a été fermé aux visiteurs en raison des gaz toxiques. La zone pourrait rouvrir bientôt, en fonction de la direction du vent. Lors de la réouverture du site, il est probable que des précautions supplémentaires seront prises en raison du risque d’ouverture de nouvelles fissures.

Source: The Reykjavik Grapevine.

Vue du site éruptif dans la Geldingadalur (nouvelle webcam)

++++++++++

22h30 : Les géologues de l’Université d’Islande indiquent ce soir que l’éruption a augmenté en intensité et produit désormais environ 10 mètres cubes de lave par seconde. Les scientifiques ont conduit de nouvelles observations sur le champ de lave dans la Geldingadalur. À l’aide de la photogrammétrie verticale depuis un avion, ils ont découvert que la nouvelle fissure qui s’est ouverte le 5 avril 2021 laisse échapper 7 mètres cubes de lave par seconde. Dans le même temps, les cratères jumeaux de l’éruption initiale continuent de vomir de la lave. En tout, les scientifiques estiment que l’ensemble du site de l’éruption déverse une dizaine de mètres cubes par seconde

Les analyses de la lave ne montrent aucun changement dans sa composition chimique. Elles révèlent que le magma provient d’un «réservoir magmatique profond qui se trouve probablement près de la limite entre la croûte et le manteau sous la Péninsule de Reykjanes». Les scientifiques expliquent que le magma provenant d’une source aussi profonde n’a pas été observé en Islande depuis 7 000 à 8 000 ans.

Le site de l’éruption est resté fermé aux visiteurs aujourd’hui. Les autorités cartographient la zone afin de déterminer comment rouvrir en toute sécurité le site au public.

Source: Iceland Review.

Vue de l’éruption dans la Meradalir ce soir

———————————–

11:30 am (French time) : The situation has hardly changed on April 6th, 2021. Lava continues to pierce the surface in Geldingadalur where the double cone remains very active. The lava output remains sustained, without being enormous. It probably averages 5-7 cubic meters per second. The images offered by the webcam are superb.

The eruption in Geldingadalur therefore does not appear to have lost its vigour after the fissures opened in the Meradalir area where one can see the lava flows from the eruption that began on April 5th.

The big question is to know whether the two eruptions are fed by the same dyke. Whether in Geldingadalur or Meradalir, the eruptive intensity is relatively low. Geophysicist Páll Einarsson explained yesterday that the new main fissure was an extension of a fracture that has been active all the time. He daid it was « a very small eruption », but he was quick to add that you never know how it can evolve …

++++++++++

5:00 pm : As I put it before, Icelandic geologists agree to say that the current eruption is a small one but they do not know how it could evolve. They wonder whether new fissures might open. Yesterday’s fissure came as a surprise, raising questions as to whether there might be more on the way. Scientists monitoring the area have now detected significant seismic activity at the Geldingardalur and the new fissure, and the lava flow from the new fissure has not showed signs of slowing down.

The eruption site in Geldingadalur has been closed to visitors because of the toxic gases. The area might reopen soon, depending on the wind direction. When the site opens again, it is likely that further precautions will be taken due to the risk of new fissures.

Source: The Reykjavik Grapevine.

++++++++++

10:30 pm : Geologists from the University of Iceland indicate this evening that the ongoing eruption has grown in intensity and is now producing around 10 cubic metres of lava per second. Scientists have conducted a new survey of the lava flowing from the eruption in Geldingadalur. With the help of vertical aircraft photogrammetry, they have found the new fissure that opened on April 5th, 2021 was producing 7cubic metres of lava per second. Meanwhile, the eruption’s original twin craters continue to spew lava. All in all, the rough estimate of the full discharge rate at the eruption site is about 10 cubic metres per second

Studies conducted on the lava show no changes in its chemical composition. The measurements indicate that magma is coming from a “deep magma reservoir that probably lies close to the boundary between the crust and mantle below the Reykjanes peninsula.” Scientists explain that magma from such a deep source has not reached Iceland’s surface for around 7,000-8,000 years.

The eruption site is closed to visitors today. Authorities are mapping the area with the help of experts in order to determine how to safely reopen the popular destination to the public.

Source: Iceland Review.