Bogoslof (Alaska): Pas de nouvelle activité éruptive // No new eruptive activity

L’activité sismique détectée le 15 avril 2017 (voir ma note du 16 avril) n’a pas eu de suite eruptive. Aucune activité volcanique n’a été observée sur le Bogoslof depuis cette date dans les données sismiques et satellitaires. Le dernier événement explosif a eu lieu le 8 mars 2017. Les images satellites disponibles quand les conditions météorologiques le permettent ne montrent pas de modifications significatives à la surface du volcan. En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne a été abaissée à Jaune et l’alerte volcanique a été ramenée à Surveillance.

Source: AVO.

———————————–

The seismic activity detected on April 15th 2017 (see my note of April 16th) was not followed by any eruption. No new volcanic activity has been observed at Bogoslof Volcano in satellite or seismic data since that day. The last major explosive event occurred on March 8th, 2017, and occasional satellite images show no significant superficial changes. As a consequence, AVO has lowered the Aviation Colour Code to YELLOW and the Volcano Alert Level to ADVISORY.

Source: AVO.

Source: AVO.

Etna (Sicile): C’est reparti! La journée du 19 avril 2017 // New eruption! April 19th 2017 on Mt Etna

14 heures: Depuis 10 heures (TU), un nouvel épisode éruptif est en cours sur l’Etna, avec l’apparition d’une belle coulée de lave sur le versant sud du Cratère SE.

++++++++++

19 heures : L’INGV a diffusé un bulletin expliquant le déroulement des événements des dernières heures. Après l’arrêt, pendant la nuit du 14 au 15 avril,  de l’activité effusive de l’épisode éruptif précédent, l’Etna est resté calme pendant 4 jours. L’activité éruptive a redémarré dans la matinée du 19 avril avec une coulée de lave qui est sortie du petit pit crater qui s’était ouvert entre l’ancien et le nouveau Cratère SE. Au bout de quelques minutes, on a observé une petite activité strombolienne au niveau d’une bouche située plus en amont. Comme je l’ai indiqué dans ma note de ce matin, la lave est descendue rapidement sur le flanc sud du Cratère SE.

Ce soir, l’activité éruptive continue. La coulée de lave suit le même parcours que les précédentes, en direction du rebord ouest de la Valle del Bove, comme on peut le voir sur les images de la caméra thermique postée sur le Montagnola.

————————————

14:00: Since 10 :00 a.m. (UTC), a new eruptive episode has been underway on Mt Etna with a nice lava flow on the S flank of the SE Crater.

++++++++++

19:00: INGV has issued a bulletin explaining the events of the last hours. After the stopping, during the night of April 14 to 15, of the effusive activity of the previous eruptive episode, Mt Etna remained quiet for 4 days. Eruptive activity started again on the morning of April 19th with a lava flow that came out of the small pit crater that had opened between the old and new SE Craters. After a few minutes, a small strombolian activity was observed at a vent situated further upslope. As I indicated in my note this morning, the lava travelled quickly on the southern flank of the SE Crater.
Tonight, eruptive activity continues. The lava flow follows the same route as the previous ones, towards the western rim of the Valle del Bove, as can be seen in the images of the thermal camera set up on the Montagnola.

Sources: INGV; Radio Studio 7.

Source: INGV.

Source: Webcam Radio Studio 7.

Le réchauffement climatique change le cours d’une rivière! // Climate change reroutes a river!

Quand on roule sur l’Alaska Highway entre Fairbanks en Alaska et Whitehorse au Canada, on longe pendant longtemps le lac Kluane dans la partie sud-ouest du Territoire du Yukon. C’est le plus grand lac du Yukon avec une superficie de 408 km2 et une longueur de 81 km. Quand j’ai longé le lac en septembre 2016, j’ai remarqué que son niveau avait fortement baissé, en particulier dans sa partie sud-est. Là où j’avais pris de belles photos des eaux turquoise lors de mes précédents voyages en 2009 et 2013, il n’y avait qu’une zone de terre asséchée. Je me suis demandé quelle pouvait être la cause de ce manque d’eau. J’ai pensé que ce pouvait être une conséquence du réchauffement climatique qui affecte en ce moment l’Alaska et le Yukon. Je viens de trouver la réponse à ma question en lisant un article du Washington Post.
Une équipe de scientifiques de six universités canadiennes et américaines a constaté que vers le milieu de l’année 2016, la fonte et le recul du très grand glacier de Kaskawulsh, dans le Parc National de Kluane sur le Territoire du Yukon, a entraîné le transfert de la Slims River, née de l’eau de fonte qui s’en échappe, vers un autre bassin fluvial, celui de la Kaskawulsh River. Cette profonde modification a coupé l’alimentation en eau du Lac Kluane en aval et envoyé l’eau du glacier vers l’Océan Pacifique au sud de l’Alaska, et non plus vers la Mer de Béring comme cela se faisait auparavant. L’étude a été publiée dans ta revue Nature Geoscience. Les chercheurs ont qualifié ce détournement de « piratage » d’une rivière par une autre. Ils ont fait remarquer que de tels événements se sont déjà produits à plusieurs reprises dans le passé géologique de la Terre, mais jamais avec une telle rapidité.
L’étude a révélé que la rivière Slims, alimentée par le glacier de Kaskawulsh, avait connu une forte chute de son débit à cause du recul de ce dernier. Le « piratage » prive désormais le Lac Kluane de son alimentation en eau. Le lac était à son niveau le plus bas en août 2016, et deux petites localités – Burwash Landing et Destruction Bay – qui vivent sur les berges du lac devront s’adapter à la baisse de son niveau qui devrait continuer. Cela aura inévitablement des conséquences sur la chimie de l’eau, la structure du lac, la biologie. Il existe une colonie de mouflons de Dall sur le flanc sud-est du lac. Il est fort probable que les animaux migreront s’ils ne trouvent plus l’eau nécessaire à leur survie. Ils risqueront alors de se trouver hors du Parc National, dans des secteurs où la chasse est autorisée.

Cet événement s’est produit dans une région sauvage relativement peu peuplée, et il n’y aura donc pas, pour l’instant, de conséquences majeures pour la population locale qui vit du passage sur l’Alaska Highway et des activités nautiques sur le lac. Dans d’autres régions du monde comme la Cordillère des Andes, les conséquences d’un tel phénomène peuvent être dramatiques. Comme je l’indique au cours de mes conférences, la fonte des glaciers péruviens privera les villages d’eau pour la vie de tous les jours, pour l’irrigation des cultures et pour la production d’électricité. Au final, les populations de ces montagnes devront se déplacer vers d’autres lieux, peut-être vers Lima, la capitale qui, elle aussi, dépend des glaciers pour son alimentation en eau.
Le glacier de Kaskawulsh, à 60 degrés de latitude nord, se trouve dans une région relativement tempérée bien au-dessous du cercle polaire arctique, ce qui le rend particulièrement sensible aux changements climatiques. Les chercheurs ont effectué des mesures qui montrent qu’avant le changement du cours de la rivière, le glacier connaissait des températures élevées au printemps, ce qui semble avoir provoqué un excès d’eau de fonte et son recul.
Les chercheurs pensent que le glacier et son système fluvial ne connaîtront pas un retour en arrière. Le changement géographique est définitif.

Source: The Washington Post.

——————————————

Driving along the Alaska Highway from Fairbanks in Alaska to Whitehorse on Canada, you pass along Kluane Lake in the southwest area of the Yukon Territory. It is the largest lake contained entirely within Yukon at approximately 408 km2, and 81 km long. When I drove along the lake in September 2016, I noticed that its level had dropped, especially in its south-eastern part, a place where I took nice photos of the turquoise waters during my previous trips in 2009 and 2013. I wondered what the cause of this lack of water could be. I thought it might be a consequence of global warming which affects both Alaska and the Yukon. I have just found the cause of the phenomenon while reading an article in the Washington Post.

A team of scientists from six Canadian and U.S. universities found that in mid-2016, the retreat of the very large Kaskawulsh Glacier in Kluane National Park in Canada’s Yukon Territory led to the rerouting of its vast stream of meltwater from one river system to another, cutting down flow to the Yukon’s Kluane lake, and channelling freshwater to the Pacific Ocean south of Alaska, rather than to the Bering Sea. The study was published in Nature Geoscience. The researchers dubbed the reorganization an act of “rapid river piracy,” saying that such events had often occurred in the Earth’s geologic past, but never before, to their knowledge, as a sudden present-day event.

The study found that the Slims River lost much of its flow because of the retreat of the Kaskawulsh Glacier. In turn, it deprived Kluane Lake. The lake level was at a record low in August 2016, and two small communities – Burwash Landing and Destruction Bay – that live on the lake may now have to adjust to the lower water levels. The Kluane lake level dropped last year and is likely to continue dropping. That will have changes to the chemistry, the structure of the lake, the biology.

These events have occurred in a relatively sparsely populated wilderness area, and so will not have ramifications for large human populations, but they give a sense of just how dramatic and sudden climate-linked changes can be. Similarly, recently mountain glacier changes in the Bolivian Andes have created the risk of dangerous outburst floods that could imperil communities below them. As I indicate in my conferences, the melting of Peruvian glaciers will deprive the villages of water to drink and to irrigate and electricity, so that people will have to move to other places.

 The Kaskawulsh glacier, at only 60 degrees north latitude, is in a relatively temperate region well below the Arctic Circle, helping to make it particularly susceptible to climate change. The researchers provided measurements suggesting that just before the river reorganization, the glacier was experiencing quite warm temperatures for the springtime, which seems to have triggered a large burst of meltwater.

The researchers do not expect the glacier and the river system that depends on it to flip back; rather, it has entered a new state.

Source: The Washington Post.

 

Vue du Kaskawulsh Glacier et de la nouvelle trajectoire empruntée par l’eau de fonte (Source : Yukon Government – Energy, Mines and Resources)

Vue du Lac Kluane depuis Destruction Bay. (Photo: C. Grandpey)

Vues de la partie sud-est du Lac Kluane en 2013 et en 2016. En 2016, elle était complètement asséchée.

Mouflons de Dall sur les pentes au-dessus du lac Kluane.

(Photos: C. Grandpey)

Sabancaya (Pérou / Peru)

L’éruption du Sabancaya continue, avec quelques variations d’une semaine à l’autre. Dans son bulletin en date du 17 avril, l’IGP indique que l’on observe en moyenne 37 explosions par jour, accompagnées de panaches de cendre qui montent jusqu’à 3000 mètres au-dessus du cratère avant de s’étirer sur une quarantaine de kilomètres vers le NE et le SE.

La sismicité associée à l’ascension du magma (événements hybrides) montrait une légère hausse ces derniers jours.

On n’enregistre pas de déformations significatives de l’édifice volcanique.

Les émissions de SO2 atteignaient 4051 tonnes / jour le 16 avril.

Plusieurs anomalies thermiques continuent à être détectées sur le volcan dont le niveau d’alerte reste à la couleur Orange.

Source : IGP / INGEMMET.

—————————————

The eruption of the Sabancaya Volcano continues, with some fluctuations from one week to another. In its bulletin released on 17 April, the IGP indicates that on average there are 37 explosions per day, accompanied by ash plumes rising up to 3,000 meters above the crater before drifting over 40 kilometres or so to the NE and SE.
The seismicity associated with the ascent of magma (hybrid events) showed a slight increase in recent days.
There are no significant deformations of the volcanic edifice.
SO2 emissions reached 4,051 tonnes / day on 16 April.
Several thermal anomalies are still detected on the volcano whose alert level remains Orange.
Source: IGP / INGEMMET.