Possible éruption du Pavlof (Alaska)

drapeau-francaisJe viens de recevoir un message de l’Alaska Volcano Observatory (AVO) indiquant que vers 10h35 (heure locale en Alaska) l’activité sismique du Pavlof a augmenté pour atteindre un niveau généralement associé à une petite activité éruptive. Il est donc possible qu’une éruption soit en cours. Les données satellitaires n’ont rien révélé, ni les images de la webcam, mais le Pavlof est actuellement dans les nuages. Aucun signal thermique et aucune émission de cendre ne confirment l’hypothèse d’une éruption.
En raison de cette nouvelle activité, le niveau d’alerte est passé de Normal à Vigilance et la couleur de l’alerte aérienne du Vert à l’Orange.

Le Pavlof est situé à l’extrémité sud-ouest de la péninsule de l’Alaska, à environ 953 km d’Anchorage. L’activité éruptive se manifeste généralement sous forme d’épisodes stromboliens avec fontaines de lave ; ils peuvent s’étaler sur plusieurs mois. Des panaches de cendre pouvant atteindre 14 km d’altitude ont été émis par des éruptions passées, avec un risque évident pour le trafic aérien de la région. La localité la plus proche, Cold Bay, se trouve à 60 km au sud-ouest du Pavlof.

——————————–

drapeau-anglaisI have just received a message from the Alaska Volcano Observatory (AVO) indicating that at about 10:35 AM (Alaska local time) seismic activity at Pavlof volcano increased to levels typically associated with low-level eruptive activity and an eruption may be in progress. Nothing has been observed in satellite data and web camera images, but Pavlof is presently obscured by clouds and no thermal signals or ash emissions are visible through the cloud deck.

Due to this new activity, the alert level has been raised from Normal to Watch and the aviation colour code from Green to Orange.

Pavlof is located on the southwestern end of the Alaska Peninsula, about 953 km from Anchorage. Eruptive activity is generally characterized by sporadic Strombolian lava fountaining continuing over a several-month period. Ash plumes reaching 14 km a.s.l. have been generated by past eruptions, with danger to air traffic in the region.  The nearest community, Cold Bay, is located 60 km to the southwest of Pavlof.

Pavlof 28 mars 2016

Eruption du Pavlof le 28 mars 2016.

(Crédit photo: Almandmoss, Nahshon / AVO)

Turrialba (Costa Rica): Nouvelle explosion // New explosion

drapeau-francaisEn cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une séquence éruptive spectaculaire du Turrialba enregistrée le 12 mai 2016 par la caméra infrarouge de l’OVSICORI. Le panache de cendre est monté jusqu’à environ 3 km de hauteur. Il n’est fait état d’aucun dégât et aucune victime. Malgré tout, les autorités ont ordonné la fermeture des routes d’accès au volcan et commencé des évacuations dans un rayon de 1,6 km. Des retombées de cendre ont été observées dans plusieurs localités. Cet événement explosif fait partie du comportement habituel du Turrialba.

https://www.youtube.com/watch?v=Dk-zPSzQMII

———————————

drapeau-anglaisBy clicking on the link below, you will see a dramatic eruptive sequence that was recorded yesterday (May 12th 2016) by the OVSICORI infrared camera. The ash plume rose up to 3 km above the volcano. There was no damage and no casualties. Emergency services ordered the closure of access roads near the volcano and started evacuating a radius of 1.6 km around the volcano. Asfall was reported in several communities. This kind of explosive event is part of Turrialba’s usual behaviour.

https://www.youtube.com/watch?v=Dk-zPSzQMII

Kilauea (Hawaii / Etats Unis): Situation stable

drapeau-francaisL’activité éruptive continue au sommet du Kilauea et sur l’East Rift Zone, sans changement significatif depuis ma dernière note sur ce volcan. Sismicité et déformation se maintiennent à des niveaux normaux et on observe les épisodes habituels de gonflement et de dégonflement de l’édifice.
Le lac de lave dans l’Halema’uma’u reste bien actif. Son niveau se situe actuellement à une trentaine de mètres sous la lèvre du pit crater.
Les images des webcams du Pu’uO’o montrent une lueur persistante au niveau des sources d’activité observées depuis pas mal de temps dans le cratère et au niveau des lucarnes dans les tunnels de lave sur le flanc NE du cône. On observe toujours un petit lac de lave actif d’environ 25 mètres de diamètre dans la partie ouest du cratère.
De petites émissions de lave restent visibles au NE du Pu’O’o, sans avancée significative au cours du mois écoulé. Les plus éloignées se trouvent à 5,8 km du cratère. Plusieurs petites coulées brûlent la végétation le long de la bordure nord du champ de lave, à la limite de la forêt.
Source: HVO.

————————————

drapeau-anglaisEruptive activity continues at Kilauea volcano’s summit and on the East Rift Zone with no significant changes. Seismicity and deformation rates throughout the volcano are at background levels, with the usual inflation and deflation episodes.

The lava lake within Halema’uma’u remains active with its level currently about 30 metres below the crater floor.

Webcam images of Pu’uO’o show persistent glow at long-term sources within the crater, and from skylights in the lava tube on the NE flank of the cone. There is still a small active lava pond about 25 metres in diameter in the western portion of  the crater.

Scattered breakouts persist NE of Pu’O’o, with no significant advancement over the past month. The farthest active breakouts are 5.8 km from the vent. Several small breakouts are burning vegetation along the north margin of the flow, at the forest boundary.

Source: HVO.

Puuoo mai

Lac de lave dans la partie ouest du Pu’uO’o.

(Crédit photo: HVO)

Bonnes nouvelles pour l’environnement dans l’Arctique // Good news for the Arctic environment

drapeau-francaisLa compagnie pétrolière BP, gestionnaire du plus grand gisement de pétrole de la région de North Slope en Alaska, le long de la côte de l’océan Arctique, prévoit une forte réduction de l’activité de forage cette année en raison de la baisse du prix du pétrole. Cette décision va entraîner une diminution de la production d’or noir dans la majeure partie du site de Prudhoe Bay, point de départ de l’oléoduc trans-alaskien.
La décision de faire fonctionner les plates-formes au ralenti a été annoncée en mars, peu de temps après que le prix du brut produit à North Slope ait chuté à 27 dollars le baril. Les cours ont certes remonté depuis pour atteindre 45 dollars, mais c’est encore moins de la moitié du cours du brut il y a deux ans.
Le plan annuel prévoit l’utilisation de 32 puits de forage, contre 60 l’an dernier. Il faudrait que le prix du brut à North Slope atteigne un niveau acceptable, au-dessus de 50 dollars le baril, avant que d’autres plates-formes de forage puissent reprendre du service à Prudhoe Bay. Leur nombre ne devrait pas recommencer à augmenter avant 2018, à condition que les cours soient favorables.

De son côté, la compagnie pétrolière Shell a décidé de renoncer à toutes ses concessions sauf une en Mer des Tchouktches, ce qui semble mettre un terme définitif à un investissement de plusieurs milliards de dollars destiné à transformer les eaux arctiques au large du nord-ouest de l’Alaska en une nouvelle frontière pour la production de pétrole. Cette stratégie est toutefois conforme à une décision antérieure de ne pas explorer au large des côtes de l’Alaska dans les années à venir. Les concessions en Mer des Tchouktches devaient arriver à leur terme en 2020. Malgré tout, Shell détient toujours des concessions dans la mer de Beaufort au large du nord de l’Alaska, ainsi que d’autres en Alaska territoriale.
Certains sont déçus par la décision de Shell de renoncer à ses concessions en Mer des Tchouktches. Avec un oléoduc qui est aux trois quarts vide et un déficit budgétaire de 4 milliards de dollars, il est absolument essentiel que la compagnie pétrolière trouve de nouvelles opportunités de forage à la fois sur terre et en mer en Alaska
D’autres disent que la décision d’abandonner les concessions est une bonne nouvelle. Dans la perspective d’un avenir durable pour l’Océan Arctique, la compagnie Shell a été forcée de reconnaître que l’exploration pétrolière offshore dans l’Arctique ne mérite pas de prendre des risques environnementaux ou économiques.

Ce sont là de bonnes nouvelles, à condition que les décisions prises par les deux sociétés soient valables sur le long terme. Il est à craindre que si le prix du pétrole augmente à nouveau, les grandes compagnies pétrolières seront tentées d’entreprendre de nouveaux forages dans l’Arctique, quelles que soient les conséquences environnementales.

Source : Alaska Dispatch News.

D’autres compagnies pétrolières comme Total, Eni, Encana, Armstrong et Iona ont déjà abandonné leurs concessions trop coûteuses dans les mers arctiques.

————————————-

drapeau-anglaisBP, the operator of the largest oil field on the North Slope, along the Arctic Ocean in Alaska, is planning a big reduction in drilling activity this year because of low oil prices, a step that will lead to less oil production from the largest part of Prudhoe Bay, starting point of the trans-Alaska pipeline. .

The decision to idle the rigs was announced in March, not long after Alaska North Slope crude was selling for $27 a barrel. The price of that oil has since risen, to $45, still less than half what it was two years ago.

The annual plan calls for 32 wells to be drilled, compared to 60 the year before. North Slope crude prices will need to rise to a sustainable level above $50 before more drilling rigs can be returned to work at Prudhoe Bay. The Prudhoe Bay rig count is not expected to begin increasing until 2018, provided prices are favourable.

Shell has decided to give up all but one of its federal offshore leases in the Chukchi Sea, bringing what appears to be an anticlimactic end to its multibillion-dollar effort to turn those icy Arctic waters off northwestern Alaska into a new oil-producing frontier. This action is consistent with an earlier decision not to explore offshore Alaska for the foreseeable future

The Chukchi Sea leases were scheduled to expire in 2020. Shell still holds leases in the Beaufort Sea off northern Alaska,as well as leases in Alaska state territory

Some think the news that Shell will be relinquishing all but one of its offshore leases in the Chukchi Sea is disappointing. With a pipeline that is three-quarters empty and a $4 billion budget deficit, it is absolutely critical that the company finds safe and responsible opportunities to drill for more oil both on-shore and off-shore in Alaska

Others say the company’s decision to give back the leases is good news. In the effort to have a sustainable future for the Arctic Ocean, Shell has had to recognize that offshore oil exploration in the Arctic is not worth the environmental or economic risks.

This is good news, provided the decisions taken by both companies are kept for the long term. We may fear that if oil prices rise again, the big oil companies will be tempted to start new drilling in the Arctic, whatever the environmental consequences.

Source: Alaska Dispatch News.

It should be noted that other companies have already dropped their too costly offshore Arctic leases, including Total, Eni, Encana, Armstrong and Iona.

prudhoe

Vue de l’Alaska, avec la Mer des Tchouktches, la Mer de Beaufort, la région de North Slope avec Prudhoe Bay, et en rouge l’oléoduc trans-alaskien.

Oleoduc

Portion de l’oléoduc trans-alaskien (longueur: 1300 km) entre Prudhoe Bay au nord et Valdez au sud.

(Photo: C. Grandpey)