Etna (Sicile / Italie): Reprise de l’activité éruptive? // New eruption?

drapeau-francais7 heures: Après une brève pause, il semblerait que l’Etna connaisse un regain d’activité. Tremor et activité sismique sont en forte hausse. Malheureusement, le temps est bouché sur le volcan ce matin et il est impossible, pour le moment, de se rendre compte de la situation.

———————————

drapeau-anglais7:00: After a brief pause, it seems Mount Etna is erupting again. The tremor and seismic activity are increasing rapidly. Unfortunately, the weather is cloudy this morning and it is impossible for the moment to visually monitor the situation.

Etna NE 01_modifié-1

°°°°°°°°°°°°°°°

drapeau-francais8 heures: La webcam installée à Nunziata, près de Mascali, à l’ouest de l’Etna, montre qu’un important panache de cendre et de vapeur s’échappe toujours du volcan. De son côté, la webcam  postée à Giarre tend à montrer que l’origine du panache est le Cratère NE. (Mea culpa: Boris Behncke – INGV Catane – vient de me préciser que le panache provient de la Voragine).

——————————

drapeau-anglais8:00: The webcam at Nunziata, near Mascali, to the west of Mt Etna, shows that a huge ash and steam plume is still coming out of the volcano. The Giarre webcam tends to indicate that the origin of the plume is the NE Crater. (Actually, Boris Behncke – INGV Catania – has just told me that the plume is coming from the Voragine).

Etna NE 02_modifié-1

°°°°°°°°°°°°°°°°

drapeau-francais10 heures : La visibilité reste mauvaise mais il semblerait que le sursaut d’activité éruptive observé ce matin touche à sa fin, avec une chute brutale du tremor et de l’activité sismique, comme cela s’était déjà produit hier à l’issue de la crise éruptive. Il n’est pas exclu que la situation se reproduise dans les prochaines heures. Un tel comportement alternatif du volcan a déjà été observé ces dernières années.

 —————————–

drapeau-anglais10:00: Visibility remains poor but it seems that the outbreak  of eruptive activity observed this morning is coming to an end, with a sharp drop in the tremor and seismic activity, as already happened yesterday after of the eruptive crisis. A relapse cannot be excluded in the coming hours. Such alternative behaviour of the volcano has been observed in recent years.

Etna NE 03

°°°°°°°°°°°°°°°°

drapeau-francais18 heures : Retour à un calme relatif aujourd’hui sur l’Etna où la visibilité était mauvaise et n’a pas permis de faire de bonnes observations.

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une vidéo intéressante, l’une des rares à montrer l’activité éruptive de la Voragine le 18 mai 2016, avec la production de belles fontaines de lave. On remarquera que les panaches émis sont fortement chargés en vapeur d’eau, ce qui semble sous-entendre une activité phréato-magmatique. On aperçoit également le débordement de lave qui a généré une petite coulée sur le versant ouest de l’Etna.

https://youtu.be/exoFqasvF98

————————————–

drapeau-anglais18:00: It was a fairly quiet day today on Mt Etna where visibility was poor and did not allow to make good observations.

By clicking on the link below, you will see an interesting video showing yesterday’s activity at the Voragine, with lava fountaining. One can notice that the plumes contain a huge amount of water vapour, which suggests that the eruption was phreato-magmatic. One can also see on the video the lava overflow which generated a small flow on the western slope of the volcano.

https://youtu.be/exoFqasvF98

°°°°°°°°°°°°°°°°°

drapeau-francais20 heures : Dans son dernier rapport, l’INGV donne des détails supplémentaires sur l’éruption de l’Etna.

Après le spectaculaire épisode de fontaines de lave d’hier après-midi, on a observé une activité strombolienne plus modeste qui a continué à alimenter le débordement de lave vers l’ouest jusqu’en fin de soirée.

Une deuxième coulée de lave, émise par une bouche effusive située près des deux petits cônes formés au cours de l’activité subterminale de juillet-août 2014, à la base est du cratère NE, s’est dirigée vers la partie nord de la Valle del Bove, dans la direction du Monte Simone. Cette coulée de lave est restée active jusqu’aux premières heures de la matinée du 19 mai. Peu avant minuit le 18 mai, on a enregistré une nouvelle augmentation de l’amplitude du tremor volcanique, et l’inclinomètre installé à Punta Lucia, à environ 1 km au nord-ouest du Cratère NE, a enregistré une nouvelle inflation de la zone sommitale du volcan.
Dans la matinée du 19 mai, l’amplitude du tremor a montré une forte hausse (voir ma note diffusée à 8 heures) tandis que de fortes détonations étaient entendues dans les localités à l’est et au sud du volcan. Un nuage éruptif dense était poussé par le vent fort vers l’est. Des retombées de cendre et de lapilli ont été observées sur le flanc est du volcan. L’observation de l’activité a été difficile en raison de conditions météorologiques défavorables. Toutefois, les données instrumentales ont indiqué qu’un nouvel épisode paroxystique était en cours dans la Voragine. Cela a été confirmé quelques heures plus tard par les images transmises par la caméra thermique de Bronte qui ont révélé un nouveau débordement de lave vers l’ouest, avec une coulée de lave qui s’est superposée à celle de la veille.
Les mauvaises conditions météorologiques empêchent l’observation de l’activité en cours au sommet de l’Etna.

———————————-

drapeau-anglais20:00: In its latest report, INGV gives a few more details about the eruption at Mt Etna.

After the dramatic lava fountaining episode yesterday afternoon, one could observe a more modest strombolian activity which continued to feed the lava overflow toward west until the late evening. A second lava flow, which was emitted from an effusive vent located near the lower of the two conelets formed during the subterminal activity of July-August 2014, at the eastern base of the Northeast Crater, expanded into the northern portion of the Valle del Bove in the direction of Monte Simone. This lava flow remained active until the early morning hours of May 19th. Shortly before midnight, there was a new increase in the volcanic tremor amplitude, and the tiltmeter installed at Punta Lucia, about 1 km northwest of the NEC, recorded renewed inflation of the summit area of the volcano.

In the morning of May 19th, the volcanic tremor amplitude showed a sharp increase (see my 8o’clock note) and contemporaneously loud bangs were heard in the communities to the east and south of the volcano. A dense eruption cloud was blown by the strong wind toward east. Ash and lapilli fell onto the east flank of the volcano.. Observation of the activity was difficult due to rather poor weather conditions. However, instrumental data indicated that a new paroxysmal episode was underway at the Voragine. This was confirmed a few hours later when the images transmitted by the Bronte thermal camera revealed a new lava overflow toward west, feeding a lava flow that descended on top of the lava of the previous evening.

Inclement weather conditions are currently preventing observation of the activity going on at Etna’s summit.

1er festival « Printemps-Nature » à Colombiers (Vienne)

Colombiers, petite commune de la Vienne à proximité de Châtellerault, organise les 21 et 22 mai 2016 son premier festival « Printemps-Nature ». Comme vous pourrez le lire sur l’affiche ci-dessous, le festival propose expositions, conférences, sorties nature, ainsi qu’un salon du livre auquel j’aurai le plaisir de participer l’après-midi du samedi avec Terres de Feu, Mémoires Volcaniques et Dans les Pas de l’Ours.

Dans le cadre des animations, je présenterai également le samedi à 16 heures deux petites vidéos réalisées aux Etats-Unis dans le Parc National de Yellowstone, et en Alaska avec les saumons…et les ours.

Nul doute que ce premier festival rencontrera le succès qu’il mérite. Toutes les informations se trouvent à cette adresse:

http://www.printempsnature-colombiers.fr/

Colombiers

Réchauffement climatique et faune arctique // Global warming and Arctic fauna

drapeau-francaisLe réchauffement global de la planète affecte la faune dans l’Arctique et plusieurs exemples en Alaska montrent que les animaux sont très sensibles aux changements climatiques.
Pour des raisons que les scientifiques ne comprennent pas vraiment, des loutres malades, mourantes ou en détresse ont été observées en grand nombre sur les plages et dans les ports de l’Alaska. L’année dernière, le Fish and Wildlife Service a recensé plus de 300 loutres mortes ou en difficulté dans la partie méridionale de l’Etat.
Les scientifiques se posent beaucoup de questions. Il se pourrait que la mort des loutres soit due à une algue toxique dont le développement serait lié aux températures élevées de l’eau le long de la côte Pacifique, entre l’Alaska et le Mexique. Il se pourrait aussi que l’eau chaude soit à l’origine d’une infection bactérienne.
Le mystère des animaux malades et mourants dans les eaux du sud de l’Alaska ne se limite pas aux loutres. Fin décembre 2015 et début janvier 2016, les cadavres de milliers de guillemots communs ont été rejetés par la mer sur les plages de Whittier et dans d’autres endroits autour du Prince William Sound.
Comme pour les loutres, les scientifiques ne savent pas exactement ce qui a causé cette hécatombe. Les oiseaux étaient extrêmement maigres. Il se peut que les conditions océaniques plus chaudes aient entraîné les poissons servant de nourriture aux guillemots à une trop grande profondeur, ou qu’une maladie ou une autre raison médicale les ait fait mourir de faim. Il est également possible que les vents forts aient poussé les oiseaux au large, ce qui expliquerait leur état d’épuisement et leur mort.
Un autre exemple des problèmes rencontrés par les animaux est la mort mystérieuse de baleines dans le Golfe du Mexique en août 2015. On a comptabilisé les cadavres de 30 cétacés, avec d’autres dans les eaux au large de la Colombie-Britannique. Le phénomène est intervenu à un moment où les scientifiques et les gestionnaires des ressources naturelles faisaient face à plusieurs anomalies dans le Pacifique. Une importante prolifération d’algues nuisibles d’une durée inhabituelle était apparue dans les eaux du Pacifique entre l’Alaska et la Californie. Dans le même temps, la température de surface du Pacifique nord était beaucoup plus élevée que la normale. Le principal suspect dans le cas de la mort des baleines de l’Alaska est un certain type de toxine produite par la prolifération d’algues. Les maladies infectieuses sont également des coupables possibles, de même que d’autres facteurs environnementaux.
Plus récemment, et de façon inattendue, des milliers de morses ont trouvé refuge au printemps 2016 sur une plage de sable la Baie de Bristol, où personne ne se souvient en avoir vu auparavant. Ce sont essentiellement des mâles, avec le plus grand nombre autour du Cap Greig, sur la péninsule de l’Alaska. Les femelles et leurs petits passent en général l’été sur la glace. Cependant, avec la fonte rapide au cours des dernières années, la limite de glace de mer en Mer des Tchouktches a reculé tellement qu’elle se trouve maintenant au-dessus d’une eau trop profonde pour que les morses puissent plonger pour se nourrir. Depuis 2007, des dizaines de milliers de femelles avec leurs petits viennent accoster sur une île barrière près de Point Lay sur la côte nord de l’Alaska, ainsi que sur d’autres plages nordiques.
On ne sait pas pourquoi les morses ont trouvé refuge au Cap Greig, mais la fonte précoce de la glace de mer pourrait être une cause du phénomène.

Source: Alaska Dispatch News.

En cliquant sur ce lien, vous verrez – via la webcam – la colonie de morses à Round Island (Alaska):

http://explore.org/live-cams/player/walrus-cam-round-island

 ————————————-

drapeau-anglaisGlobal warming affects the fauna in the Arctic and several examples in Alaska show that animals are very sensitive to climate change.

For reasons scientists don’t yet fully understand, otters are showing up sick, dying or distressed on beaches and in harbours in unprecedented numbers. Last year saw more than 300 reports of dead or distressed otters in Southcentral Alaska, according to the U.S. Fish and Wildlife Service.

Scientists are asking many questions. Are the deaths caused by a toxic algae bloom linked to record-high water temperatures along the Pacific coast, from Alaska to Mexico? Is the warm water causing a bacterial infection that has killed otters in the past ?

The mystery of sick and dying animals in the waters of Southcentral Alaska isn’t limited to otters. In late December 2015 and early January 2016, thousands of dead common murres were washed up on the beaches of Whittier, with many more thousands in other places throughout Prince William Sound.

Like for the otters, scientists do not know exactly what caused the die-offs. The birds were dangerously underweight and emaciated. It’s possible that warmer ocean conditions pushed prey fish deeper, beyond the murres’ diving range, or that a disease or some other medical condition caused them to starve. It’s also possible that strong winds pushed the birds off course, or stressed the already starving murres to the point of exhaustion and death.

Another example of the problems encountered by animals is the mysterious die-off of large whales in the Gulf of Mexico in August 2015. 30 dead whales were counted, with additional whale deaths reported in waters off British Columbia, They came at a time when scientists and resource managers were coping with several abnormalities in the Pacific marine environment. A harmful algal bloom of unusual size and duration had emerged in waters from Alaska to California. It corresponded with a time when northeastern Pacific surface temperatures were much higher than normal.A leading suspect in the Alaska whale deaths was some type of toxin produced by the algal bloom. Infectious diseases were also possible culprits, as were other environmental factors.

More recently and unexpectedly, thousands of walruses showed up this spring on a sandy Bristol Bay beach where no one remembers seeing them before. They are big bulls mainly, the mass of them around Cape Greig on the Alaska Peninsula. The females and their calves used to spend summers mainly on ice. However, with rapid melting in recent years, the Chukchi Sea ice edge has retreated so much that it ends up over water too deep for walruses to dive for food. Most years since 2007, tens of thousands of females and calves have hauled out on a barrier island near Point Lay on Alaska’s north coast as well as other northern spots.

It’s not clear why the walrus bulls are hauling out at Cape Greig but the early melting of the sea ice might be a likely cause of the phenomenon.

Source: Alaska Dispatch News.

By clicking on this link, you will see – through the webcam –  the walrus colony at Round Island (Alaska):

http://explore.org/live-cams/player/walrus-cam-round-island

Loutres blog

Loutres de mer dans le Prince William Sound (Photo: C. Grandpey)

Morses_modifié-1

Colonie de morses de Round Island au soleil levant vue par la webcam.

Kilauea (Hawaii / Etats Unis): Lac de lave visible depuis le Jaggar Museum !

drapeau-francaisSi vous avez raté hier l’éruption de l’Etna, pourquoi ne pas prendre l’avion et vous rendre à Hawaii ? Avec un peu de chance, vous verrez le lac de lave de l’Halema’uma’u depuis la terrasse du Jaggar Museum ! Son niveau se trouve en ce moment à 24 mètres sous la lèvre du pit crater et hier on pouvait voir la lave depuis la terrasse du musée. Malgré tout, vous avez intérêt à vous dépêcher car le spectacle est souvent éphémère et dépend des épisodes de gonflement et de dégonflement du Kilauea. Le lac a déjà baissé de plusieurs mètres au cours des dernières heures. Le HVO indique que les émissions de SO2 oscillent en moyenne entre 4500 et 6400 tonnes par jour, ce qui est normal pour un lac de lave comme celui-ci. Les données fournies par les capteurs GPS et par l’interférométrie radar (InSAR) montrent la poursuite de la tendance inflationniste du sommet du Kilauea et de la zone de rift sud-ouest.

Source : HVO.

————————————–

drapeau-anglaisIf you missed yesterday’s eruption of Mt Etna, you might take a plane and fly to Hawaii. With a bit of luck, you will see the Halema’uma’u  lava lake from the Jaggar Museum overlook! Its level is currently 24 metres below the rim of the pit crater and could be seen yesterday from the terrace. However, you’d better hurry up as the show could be ephemeral and depends on the inflation and deflation episodes on Kilauea volcano. The lava level already dropped several metres in the past hours. HVO indicates that SO2 emissions from the summit vent usually range from 4,500 to 6,400 tons per day, which is typical for active pond conditions. Data from GPS networks and interferometric satellite radar (InSAR) show continued long-term inflation of the summit and upper Southwest Rift Zone magma reservoirs.

Source: HVO.

H

Même de jour, on aperçoit la surface du lac de lave depuis le Jaggar Museum.

(Image webcam USGS / HVO du 18 mai 2016)