Fuego (Guatemala): L’éruption touche à sa fin // The eruption is coming to an end

drapeau-francaisDans son dernier bulletin en date du 23 mai 2016, l’INSIVUMEH indique que la dernière crise éruptive du Fuego touche à sa fin. De type essentiellement strombolien, elle a été caractérisée par des projections et effusions de lave, avec des panaches de cendre qui ont parfois atteint 5 km d’altitude, avant de s’étirer dans le ciel sur une quinzaine de kilomètres.

Le Fuego s’est maintenant calmé et on  n’observe plus que des émissions fumerolliennes avec encore quelques petites explosions sporadiques. On observe une coulée de lave d’environ 1,5 km de longueur, en cours de refroidissement, sur le versant SE du volcan, dans la ravine La Lajas. Il n’y a pas de coulées pyroclastiques.

——————————-

drapeau-anglaisIn its latest update (May 23rd, 2016), INSIVUMEH indicates that Fuego’s last eruptive crisis is coming to an end. Mainly strombolian, it was characterized by lava ejections and effusions, with ash plumes that sometimes reached 5 km a.s.l. before drifting over about fifteen kilometers.
Fuego has now calmed down and one can only observe fumarolian activity with a few occasional explosions. There is a lava flow of approximately 1.5 km in length, in a cooling process, on the SE slope of the volcano, in the Las Lajas drainage. There are no pyroclastic flows.

Les coulées pyroclastiques meurtrières du Sinabung (Indonésie) // Mt Sinabung’s deadly pyroclastic flows (Indonesia)

drapeau-francaisVoici quelques détails supplémentaires sur la (ou les ?) coulée(s) pyroclastique qui a (ont) tué sept villageois samedi et grièvement blessé deux autres.

Le Sinabung avait semblé relativement calme au cours des dernières semaines, mais le dôme sommital continuait à gonfler lentement. Comme d’habitude dans de telles situations, il arrive un moment où le dôme perd son équilibre et s’effondre, générant des écoulements pyroclastiques terriblement dangereux.
Au moment des éruptions de 2013-2014, les autorités indonésiennes avaient mis en place une zone de sécurité de 4 km de rayon autour du Sinabung. Seize personnes ont perdu la vie lors d’une éruption particulièrement violente en 2014, et le volcan est resté à son niveau d’alerte le plus élevé depuis cette époque.
En dépit de l’interdiction officielle, plusieurs dizaines de fermiers travaillaient encore dans leurs fermes situées à l’intérieur du périmètre de sécurité. On a observé un comportement similaire lors de l’éruption de 2010 du Merapi. Comme je l’ai expliqué à l’époque,  les villageois sont très attachés à leur petite propriété et à leur bétail qui représentent leur seule source de revenu. Cet argent sert souvent à financer les études de leurs enfants.
A l’issue de la coulée pyroclastique de samedi qui atteignait une température de 700°C, les témoins ont décrit des scènes de panique, avec des villageois terrifiés et couverts de cendre qui erraient parmi les maisons qui brûlaient. Le bétail gisait, noirci par la cendre, avec le pelage qui partait en lambeaux, scènes typiques de ce genre de situation. .
Les coulées pyroclastiques et les nuages de cendre étaient si volumineux que des localités distantes de 12 km ont été recouvertes d’une épaisse couche de cendre. Les villages les plus touchés étaient tous dans la «zone rouge». Six cadavres ont été retrouvés dimanche, tandis que trois autres personnes étaient conduites à l’hôpital avec d’horribles brûlures. L’une des victimes a succombé à ses blessures pendant la nuit, ce qui a porté le bilan officiel à sept morts. Deux autres villageois sont toujours dans l’unité de soins intensifs ; leur corps a été brûlé à 90 pour cent. Les images des chaînes de télévision ont montré leurs vêtements noircis qui pendaient de leurs membres brûlés tandis que les équipes de secours les transportaient sur des civières à l’hôpital.

https://youtu.be/lzSjT_AeQLM

Les équipes de secours étaient toujours à la recherche de survivants dimanche ; elles inspectaient les maisons et les fermes dans le village de Gamber.
Source: Journaux asiatiques.

—————————————-

drapeau-anglaisHere are some more details about the pyroclastic flow that killed seven villagers on Saturday and severely injured two others. Mount Sinabung had looked relatively quiet during the past weeks but the summit dome was still slowly inflating. As usual in such situations, there comes a moment when the dome loses its balance and collapses, generating life-threatening pyroclastic flows.

During the 2013-2014 eruptions, Indonesian authorities had set up a 4-km-radius no-entry zone around Mt Sinabung. Sixteen people died during a particularly fierce eruption in 2014, and Sinabung remains at the highest alert level.

Despite the official interdiction, several dozen farmers were still working in their farms located in the security perimeter. One could observe a similar behaviour during the Merapi eruption of 2010. I then explained that the villagers are attached to their small property and cattle that represent their only means of subsistence and the money they will spend on their children’s studies.

After Saturday’s pyroclastic flows reaching temperatures up to 700°C, witnesses described sheer panic among the incinerated homes and that livestock that was blackened and peeling.

The villagers were terrified and covered in ash.

The pyroclastic flows and the accompanying ash clouds were so powerful that townships as far away as 12 kilometres were covered in thick layers of ash. Those worst affected were all farming within the « red zone. » Six bodies were recovered Sunday, with three others rushed to hospital suffering horrific burns. One of the victims succumbed to the wounds by nightfall, taking the official toll to seven. Two more remain in the intensive care unit, suffering burns to 90 percent of their body. Footage showed their clothes blackened and hanging off charred limbs as rescue teams brought them by stretcher to hospital.

https://youtu.be/lzSjT_AeQLM

Rescue teams were still finding survivors on Sunday during sweeps of homes and farms in Gamber village.

Sinabung roared back to life in 2010 for the first time in 400 years. After another period of inactivity it erupted once more in 2013, and has remained highly active since. Sixteen people died during a particularly fierce eruption in 2014, and Sinabung remains at the highest alert level.

Source: Asian newspapers.

Sinabung PVBGM

Vue de la coulée pyroclastique du samedi 21 mai 2016 (Crédit photo: PVBGM)

Nevado del Ruiz (Colombie) [suite // continued]

drapeau-francaisDans une note précédente (22 mai 2016), j’ai indiqué qu’une éruption du Nevado del Ruiz avait entraîné la fermeture d’un aéroport régional dans l’ouest de la Colombie. Trois heures auparavant, une éruption de moindre intensité avait provoqué la fermeture de l’aéroport La Nubia à Manizales.
L’observatoire de Manizales informe le public que la sismicité du volcan reste à un niveau élevé, avec des émissions de cendres fréquentes depuis le 17 mai.
Le 22 mai, une séquence éruptive a envoyé un panache de cendre à 2.3 km au-dessus du cratère, avec la fermeture de l’aéroport de Manizales mentionnée ci-dessus. D’autres explosions ont également été observées les 17, 18, 19 et 20 mai, avec des retombées de cendre jusqu’à 30 km au NO du volcan.
La sismicité du Nevado del Ruiz reste élevée et montre des fluctuations, mais on a observé une légère diminution au cours des dernières semaines. Cette sismicité traduit des mouvements de fluides internes qui reflètent l’interaction de l’eau et des gaz magmatiques à une faible profondeur. Cela entraîne parfois des explosions et, le plus souvent, des panaches de dégazage pouvant atteindre 2 km de hauteur.
Entre le 10 et le 16 mai, la sismicité du Nevado del Ruiz a été marquée par des événements longue ou très longue période, des épisodes de tremor continu, et des épisodes épisodiques associées aux émissions de gaz et de cendre. Des anomalies thermiques ont été détectées près du Cratère Arenas dans les images satellites des 11 et 12 mai.
La couleur du niveau d’alerte reste au Jaune; le second niveau sur une échelle de quatre

————————————

drapeau-anglaisIn a previous note (May 22nd, 2016), I indicated that an eruption at Nevado del Ruiz volcano had forced the closure of a regional airport in western Colombia. Three hours before, a somewhat smaller eruption had prompted the closure of the La Nubia airport in Manizales.

The Manizales observatory informs the public that seismicity at the volcano continues at elevated levels, with frequent ash emissions since May 17th.

The May 22nd eruption sent ash 2.3 km above the crater. Similar explosions were also observed on May 17th, 18th, 19th and 20th when ashfall was reported up to 30 km NW of the volcano.

Seismicity under the volcano remains elevated at fluctuating levels but has been showing a slight decrease overall during the past weeks. It continues to be dominated by internal fluid movements which reflect the interaction of water and magmatic gasses at a shallow depth, which occasional results in explosions and more often in a strong degassing plume reaching up to 2 km.

Between May 10th and 16th, seismicity at Nevado del Ruiz was characterized by long-period and very-long-period earthquakes, episodes of continuous tremor, and pulses of volcanic tremor associated with gas-and-ash emissions. Thermal anomalies near the Arenas Crater were identified in satellite images on May 11th and 12th.

The colour of the alert level remains at Yellow; the second on a four-colour scale.

Nevado 19 mai

Explosion et panache de cendre au sommet du Nevado del Ruiz le 19 mai 2016

(Source: Servicio Geologico Colombiano)