Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Rien de nouveau, mais la sismicité reste élevée // Nothing new but seismicity is still high

drapeau francaisCeux qui, comme moi, consultent régulièrement le site de l’Observatoire du Piton de la Fournaise auront sûrement remarqué que c’est le silence total depuis l’annulation du niveau « Vigilance » le 1er décembre et sa réactivation » le 4 de ce même mois.

Les dernières nouvelles que je viens de recevoir de l’île indiquent que la situation n’a pas évolué. L’OVPF enregistre en moyenne une douzaine de séismes par jour. A noter toutefois 98 séismes pour la journée de samedi et 21 événements pendant la journée d’hier. Il n’y a pas d’éruption envisagée à court terme (a priori) mais on sait que le Piton est capricieux et a souvent déjoué les pronostics des scientifiques.

Comme je l’écrivais dans ma note du 6 décembre (http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2014/12/06/piton-de-la-fournaise-ile-de-la-reunion-remplissage-de-la-chambre-magmatique-is-the-magma-chamber-filling-up/), le système semble bien réamorcé avec une réalimentation en profondeur de la chambre magmatique qui s’était vidangée lors de la méga éruption de 2007. Un autre facteur révélateur de cette évolution est la présence constante de SO2 dans les émissions gazeuses au sommet du Piton.

La préfecture a déclenché la phase de Vigilance avec un arrêté valable jusqu’au 15 janvier. Cela permettra de passer les fêtes de Noël sereinement ! Le fois gras et la dinde n’ont qu’à bien se tenir….
Le seuil de déclenchement du niveau d’alerte « Vigilance » est fixé par l’Observatoire à partir de 10 séismes par jour, ce qui est cohérent avec les chiffres mentionnés ci-dessus. La Vigilance n’entraîne pas de mesures très contraignantes. Il est demandé aux randonneurs de rester sur les sentiers. C’est assez compréhensible, car cela évite de devoir leur courir après partout sur le volcan en cas d’alerte éruption.

 ——————————————

 drapeau anglaisThose who, like me, regularly consult the website of the Observatory of the Piton de la Fournaise will surely have noticed that there has been a total silence since the cancellation of the « Watch » alert level on December 1st and its reactivation on December 4th.
The latest news I have just received from the island indicate that the situation has not changed. OVPF indicates that seismicity amounts to about a dozen earthquakes per day. However, 98 quakes were recorded on Saturday and 21 yesterday. No short-term eruption is predicted, but we all know that the Piton is capricious and often goes against the scientists’ predictions.

As I wrote in my note of December 6th (http://volcans.blogs-de-voyage.fr/2014/12/06/piton-de-la-fournaise-ile-de-la-reunion-remplissage-de-la-chambre-magmatique-is-the-magma-chamber-filling-up/), there seems to be an in-depth recharge of the magma chamber that drained during the huge eruption of 2007. Another factor indicative of this trend is the constant presence of SO2 in the gas emissions in the summit area of the Piton.
The “Watch” alert level triggered by the Prefecture is valid until January 15th. This will allow to spend the Christmas holidays peacefully! Foie gras and turkey had better watch out…
The threshold for the « Watch » alert level is set by the Observatory from 10 earthquakes per day, which is consistent with the above mentioned figures. “Watch” does include very restrictive measures. Hikers are asked to stay on the trails. This is quite understandable, as this avoids having to run after them around the volcano in case of emergency.

Une réflexion au sujet de « Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Rien de nouveau, mais la sismicité reste élevée // Nothing new but seismicity is still high »

  1. Bonjour,

    Oui, réalimentation ! Sismicité importante + déformation généralisée à l’Enclos (encore faible en amplitude) + émission gazeuse. Ce qui est étonnant, c’est les fortes magnitude de deux de ces séismes (2.4 le 13 et 2.9 le 04).
    Ce qui me fait rire avec cette vigilance et le « rester sur les sentiers », c’est que le sentier qui monte là-haut croise la rift-zone nord-est…une belle blague !

    Enfin bon, espérons une éruption de plus grande ampleur…

    Ludovic

    J'aime

  2. Bonjour Claude Grandpey,
    « Eruption urticante, surement due au SO2 »,
    Observer un sismographe et un inclinomètre, lire le rapport d’interférométrie radar d’un satellite, modéliser tous azimut des scénarii farfelus, et renifler le SO2, l’équipe de l’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise semble définitivement opter pour la banalité. Dire de ce volcan : « attention, il va surement bientôt entrer en éruption » relève effectivement de la plus « haute performance scientifique ».
    Alors que ce point chaud traverse la plaque africaine qui se déplace de 2 cm par an en moyenne en direction du nord est, ne serait-il pas probable que le centre éruptif lié au panache qui le produit apparaisse de plus en plus vers le sud ouest ? De plus, déstabilisé par le vidange de la chambre de 2007, le cône percé maintenant d’un gouffre béant n’est-il pas en position de s’effondré dès lors que, comme annoncé la chambre magmatique est en train de se remplir ?
    Par ailleurs, ne risquons nous pas de voir se déclencher une éruption phréto-magmatique du fait de la profondeur plus humide de l’apparition du magma ?
    Voici pour moi quelques interrogations pour lesquelles j’apprécierais que les équipes de l’observatoire volcanologique permanent (c. à d. financé en permanence) communiquent de manière plus scientifique et volcanologiquement fondée, plutôt que de, par exemple, baliser le chemin d’accès au sommet.
    Mais il est vrai que les vraies questions de sciences n’intéressent que les vrais scientifiques.
    Bien cordialement
    Toujours fidèle au blog
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Bonjour,

      Etant à La Réunion et connaissant le sujet, je me permet de répondre à ce commentaire.
      1/. Suivre les informations des capteurs placés sur La Fournaise est une des occupations des chercheurs de l’observatoire et elle n’a rien de banale. L’objectif, vous le comprendrez, est de remarquer les changements dans le comportement du volcan, s’ils ont lieu.
      2/. la durée de vie d’un volcan ne correspond pas du tout à notre échelle de temps et il faut relativiser les phénomènes que nous observons. Une éruption pour La Fournaise est une respiration pour nous. En 2007, imaginez que le volcan s’est simplement mouché. Le déplacement du centre éruptif est remarquable à La Réunion de quelques centaines de mètres par siècle : en 1800, le cratère Bory était le centre actif et actuellement l’activité se concentre dans le Dolomieu, plus à l’est. De là à imaginer une activité sous-marine à une quinzaine de kilomètres dans un futur proche…cela fera sûrement suite à une activité de grande ampleur (glissement de flanc) qui détruira le cône entier. Ces phénomènes de grande ampleur n’ont jamais été observés.
      3/. l’éruption de 2007 vu l’effondrement du cratère suite à la vidange partielle du réservoir magmatique, comblant le vide laissé par la lave de l’éruption : pourquoi voudriez-vous un nouvel effondrement ? Au contraire, la réalimentation (que l’observatoire enregistre) déstabilise ce chaos et est à l’origine des gros séismes enregistrés, probablement.
      4/. Une éruption phréatomagmatique ne concerne pas la réalimentation magmatique mais un phénomène de sub-surface lié à une éruption en cours ou à venir, moment où brutalement l’eau entre en contact du magma. Et même si ces scénarii sont difficiles à prévoir, les chercheurs de l’observatoire travaillent sur ces sujets.
      5/. En ce qui concerne leur communication, ce qui visiblement vous gène, ce n’est pas leur métier. Les autorités ont connaissance de ce que je viens d’écrire (et bien plus), après s’ils ne communiquent pas…cela ne concerne pas l’observatoire. Si le sujet vous intéresse, vous pouvez essayer de contacter l’observatoire (avec de la chance et de la courtoisie…) où aller/joindre la Cité du Volcan qui travaille en partenariat avec eux, structure où des médiateurs (que je suis) seront capables de répondre à vos questions.

      Alors oui, je crois que les vraies questions de science intéressent les scientifiques, il suffit de chercher les informations là où elles sont !

      Cordialement,

      Ludovic Leduc

      J'aime

      1. Bonjour,
        C’est effectivement la communication, ou plutôt le manque de communication de l’OVPF qui me gêne et je ne suis pas d’accord avec votre point de vue. Je suis habitué à la communication des observatoires des Etats Unis qui est un modèle du genre. Il suffit de voir la situation actuelle à Hawaii et les informations données par le HVO (et la Protection Civile) pour s’en rendre compte. Non seulement cet observatoire met en ligne les informations sur son site web, mais je fais partie de sa mailing list (ainsi que de celle de l’Alaska Volcano Observatory) de sorte que je reçois les informations en temps réel dès qu’il se passe quelque chose.
        C’est bien connu, la communication n’a jamais été le point fort de l’IPG qui gère les observatoires français et on ne peut que le regretter. Par moment, on est à la limite de la rétention d’informations.

        J'aime

      2. Alors regrettons qu’ils ne communiquent pas assez pour vous. Mais en attendant, il y a des structures par lesquelles vous pouvez avoir vos réponses !

        Et puis vous comparez l’incomparable. C’est facile de décrire une activité éruptive mais quand il s’agit de prédire, c’est encore trop compliqué. A Hawaï, quand il s’agit de description tout va bien. D’autant plus qu’on est sur un fonctionnement simple depuis plus de 20 ans où les mêmes phénomènes se répètent. Par contre personne n’a pu prédire l’ouverture du tunnel à la mi-novembre ou même l’avancée des fronts de lave à Pahoa ! A La Réunion, il faut parler de ce que l’on imagine qu’il se passe à 2 km de profondeur…j’espère que vous comprenez la différence.

        Et puis une petite précision, à La Réunion, c’est le parc qui gère le marquage au sol sur le volcan.

        J'aime

      3. Le Kilauea et le Piton sont tous les deux des volcans de point chaud et sont tous les deux truffés d’instruments. Malgré cela, les aléas concernant la prévision sont les mêmes. Les deux observatoires ont connu des ratés dans la prévision des éruptions. De toute façon, quoi qu’en disent certains, nous ne savons pas vraiment prévoir une éruption volcanique. Les tergiversations qui ont précédé le début de l’éruption islandaise sont là pour le prouver. La différence majeure entre le HVO et l’OVPF, c’est que le HVO décrit la situation quotidiennement et donne des informations. Je ne suis pas du tout d’accord quand vous dites que cela n’est pas le rôle d’un observatoire. Autres exemples: le PHILVOCS donne quotidiennement des informations sur les volcans Mayon et Taal. Pareil avec le KVERT pour les volcans du Kamchatka, ou encore l’INSIVUMEH avec les volcans du Guatemala, et je pourrais en citer d’autres!

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.