Pavlof (Alaska / Etats Unis)

drapeau francaisL’Alaska Volcano Observatory (AVO) vient de m’envoyer un message indiquant que « des températures de surface élevées ont été détectées au sommet du volcan Pavlof sur les images satellites ce matin, ce qui laisse supposer que le volcan connaît une petite éruption avec émission de lave. Un panache de vapeur est visible sur les images satellites et celles de la webcam installée à Cold Bay. Un pilote a signalé un panache de gaz et de cendre qui s’étirait vers le nord à 7000 à 8000 pieds (2100 – 2400 mètres) d’altitude. Sur la base de ces observations, l’AVO a élevé la couleur de l’alerte aérienne à l’Orange et l’alerte volcanique à Vigilance pour le volcan Pavlof ».

 ————————————-

drapeau anglaisThe Alaska Volcano Observatory has just sent me a message indicating that “elevated surface temperatures were detected at the summit of Pavlof volcano in satellite imagery this morning suggesting that the volcano is experiencing a low-level eruption with lava at the surface. A low level steam plume is visible in satellite imagery and in the web camera located in Cold Bay. A pilot reported a gas and ash plume drifting north at 7,000 to 8,000 feet (2,100 – 2,400 metres) above sea level. Based on these observations AVO is raising the Aviation Color Code to ORANGE and the Volcano Alert Level to WATCH for Pavlof volcano.”

Le Sangeang Api (Indonésie) perturbe le trafic aérien en Australie // Sangeang Api (Indonesia) disrupts air traffic in Australia

drapeau francaisSelon les agences de presse australiennes, le volcan Sangeang Api est entré en éruption à trois reprises depuis vendredi après-midi. Bien que le volcan soit situé à environ 1200 km à l’ouest-nord-ouest de Darwin, les vols vers et depuis l’aéroport international ont été annulés samedi.
Le directeur du VAAC de Darwin a indiqué que le nuage de cendre se dispersait en se dirigeant vers le sud, mais la situation pourrait changer à tout moment. Si une violente éruption se produisait dans les prochaines six à 12 heures, les conséquences seraient plus importantes à travers l’Australie. Pour le moment, des villes comme Brisbane ou Sydney ne sont pas susceptibles d’être affectées par le nuage de cendre. Cette dernière affectera Darwin au cours des prochaines 18 heures et sera probablement présente pendant un jour ou deux.
Elle se trouve dans une bande comprise entre 10 km et 15 km d’altitude, celle empruntée par les vols commerciaux.

Je me pose une question: Où sont les avions magiques et leur célèbre système AVOID censé pouvoir détecter les cendres volcaniques et informer les compagnies aériennes en conséquence?

 ———————————————-

drapeau anglaisAccording to Australian press agencies, Sangeang Api has erupted three times since Friday afternoon. Although the volcano is located about 1200km west-northwest of Darwin, flights to and from Darwin International Airport were cancelled on Saturday.

The manager of the Volcanic Ash Advisory Centre (VAAC) said the cloud was dispersing as it spread south but the situation could change at any time. Should a big eruption occur in the next six to 12 hours, longer effect is more likely across Australia. For the moment, places like Brisbane or Sydney are not likely to be affected by the ash cloud. The ash will affect Darwin for the next 18 hours and will probably hang around for a day or so.

The ash near Darwin is in a band between 10km and 15km in the air, which is the cruising altitude for commercial jet aircraft.

My question is : Where are the magic planes and their famous AVOID system supposed to be able to detect volcanic ash and inform air companies about the situation ?

Des explosifs autour du Mont St Helens! // Explosives around Mount St Helens!

drapeau francaisDepuis l’éruption du Mont Saint Helens il y a 34 ans, les scientifiques essayent de comprendre le fonctionnement du volcan.

Cet été, en utilisant des techniques mises au point par l’industrie pétrolière, les chercheurs vont faire sauter des charges explosives enfouies à 25 mètres de profondeur dans une vingtaine de puits forés autour de la montagne. Ils enregistreront alors l’énergie sismique des explosions sur des milliers de sismomètres portables. L’objectif est de « mieux comprendre comment le magma se fraye un chemin jusqu’au cratère du Mont St. Helens à partir de la zone où les plaques tectoniques entrent en collision et où se forme le magma, à quelque 100 kilomètres sous la surface de la Terre ».
L’expérience, d’un coût de 1 million de dollars, fait partie d’un projet de 3 millions de dollars financé en grande partie par la National Science Foundation. En plus des tests avec les explosifs, des spécialistes d’autres disciplines feront des expériences en utilisant des capteurs très sensibles pour enregistrer l’activité sismique naturelle du volcan. Ils vont aussi examiner les propriétés magnétiques et électriques des roches en profondeur, ce qui, selon eux, sera très utile pour identifier le magma.
L’objectif du projet est aussi de «voir» sous le St. Helens et d’observer la zone où la plaque Juan de Fuca s’enfonce sous la plaque nord-américaine. Cette zone de subduction des Cascades est une région qui peut produire des séismes de M 9 lorsque les plaques glissent ou se brisent.
D’un point de vue volcanique, les scientifiques espèrent savoir si le magma s’accumule dans un réservoir dans la croûte ou bien s’il se fraye un chemin vers le haut en suivant un conduit unique et étroit, ou encore s’il fait étape dans une ou plusieurs poches en cours de route. Les réponses à ces questions sont importantes car elles permettraient de mieux interpréter les signaux émis par le volcan lorsque le magma entre en mouvement. Cette connaissance pourrait permettre de prédire les éruptions du Saint- Helens mais aussi d’autres volcans de la chaîne des Cascades, voire du monde entier.

Source : The Herald of Everett.

 ———————————————

Ever since Mount St. Helens’ eruption 34 years ago, scientists have tried to understand how the volcano works.

This summer, using techniques developed by the oil industry, researchers are preparing to set off explosive charges buried in two dozen 25-metre-deep wells drilled around the mountain. They’ll record the seismic energy of the explosions on thousands of portable seismometers. The goal is “to see with greater clarity the details of how magma makes its way to Mount St. Helens’ crater from the area where tectonic plates collide and the magma is created, some 100 kilometres beneath the surface”.

The $1-million experiment is part of a $3-million project, funded mostly by the National Science Foundation. In addition to the explosive testing, specialists in other disciplines are preparing for experiments using enhanced receptors for naturally occurring seismic activity. They’ll also examine the magnetic and electrical properties of rock deep beneath the volcano, which scientists say is a useful guide to identifying magma.

The goal is also to “see” deep below St. Helens to the area where the Juan de Fuca tectonic plate from the Pacific is forced under the North America plate. This Cascade “subduction zone” also is the area that can produce M 9 earthquakes when the plates slip or break.

From a volcanic point of view, scientists hope to understand whether the magma pools in a reservoir at the crust, if it makes its way upward in a single, narrow pipelike conduit or if it collects in one or more underground ponds along the way. Finding answers is important because it will help to better interpret the volcano’s signals when magma is on the move. That knowledge might also help predict eruptions not only at St. Helens but also at other volcanoes in the Cascade Range and around the world.

Source : The Herald of Everett.

St-Helens-blog

Le Mont St Helens  (Photo:  C.  Grandpey)