Islande, terre des elfes / Iceland, land of the elves

drapeau francais.jpgLa ville de Reykjavik et l’administration routière islandaise ont signé un accord au mois d’août sur la construction de nouvelles pistes cyclables et de sentiers piétonniers autour de la capitale. Cette réalisation se fera le long de Vesturlandsvegur, portion du périphérique qui conduit de Reykjavik à l’ouest de l’Islande. L’accord stipule toutefois qu’il faudra contourner un gros bloc fendu qui est censé être la demeure des elfes. Baptisé Grafstein, il se trouve à Grafarholt, l’une des banlieues de Reykjavik.

En 1970-1971, ce bloc de 50 tonnes avait été déplacé jusqu’à son emplacement actuel lors de la construction de Vesturlandvegur. Le transport avait posé des problèmes car le rocher s’était fendu en deux et s’était retrouvé la tête en bas. Plusieurs accidents se sont produits suite à ce déplacement, ce qui a laissé supposer que le bloc de pierre était habité par des elfes. En 1983, il a été décidé de l’inscrire au Musée National Islandais au registre des vestiges.

Cette histoire me rappelle un trajet en bus à travers l’Islande et un arrêt effectué par le chauffeur en haut d’un petit col pour déposer une pierre sur un cairn. Il m’a expliqué qu’il voulait s’attirer les bonnes grâces des elfes afin de voyager en sécurité.

drapeau anglais.jpgThe City of Reykjavík and the Icelandic Road Administration signed an agreement in August on the making of new cycle and walking paths in the metropolitan area. However, the construction of the new walking and cycling path along Vesturlandsvegur, part of the Ring Road leading through Reykjavík to West Iceland, will be made to avoid a large boulder believed to be home to elves. Known as Grásteinn, the cleft boulder is located in the suburb Grafarholt.

It had proven costly when the 50-ton boulder was moved to its current location during the construction of Vesturlandsvegur in 1970-1971 and many accidents are said to have resulted from the move. The boulder split in two during its relocation in 1970 and ended up standing upside down. These events sparked stories of Grásteinn being inhabited by elves and in 1983 the boulder was included in the National Museum of Iceland’s registration of ancient remains in the area.

This reminds me of a bus travel across Iceland and the driver making a stop to put a stone on a cairn along the road to get the elves’ protection for a safe driving.

cairn-blog.gif

Cairn habité par les elfes? (Photo: C. Grandpey)

Poas (Costa Rica): Eruption phréatique // Phreatic eruption

drapeau francais.jpgD’après le site web Inside Costa Rica, une éruption phréatique s’est produite ce week-end sur le Poas. Vers une heure du matin dimanche, les habitants à proximité du volcan ont entendu un fort grondement.

Le cratère du Poas a éjecté de la boue et de la cendre jusqu’à plus de 500 mètres de hauteur. Le vent à transporté la cendre jusqu’au bâtiment principal à l’intérieur du Parc.

C’est la première éruption de ce type depuis 2006. Les éruptions phréatiques sont relativement fréquentes sur le Poas mais elles se limitent en général à la lagune à l’intérieur du cratère.

—————————————————-

drapeau anglais.jpgAccording to the Inside Costa Rica website, a phreatic eruption occurred this week-end at Poas volcano. At approximately 1:00 a.m. on Sunday morning, residents who live near Poas heard a big roar.

The crater ejected mud and ash over 500 metres in the air. The wind carried the ash all the way down to the main building in the park.

It has been the first eruption of this type since 2006. Though the volcano sees frequent activity, the eruptions are usually quite small, never leaving the crater’s lagoon.

Poas-blog.gif

Le cratère du Poas en 2009 (Image Wikipedia)

Salton Buttes (Californie / Etats Unis)

Connaissez-vous la Mer de Salton ou Salton Sea ? C’est un lac salé endoréique (c’est-à-dire que l’eau n’a jamais atteint la mer) situé en  Californie du Sud. Avec 974 km2, il représente le plus grand lac de cet Etat, mais sa superficie change en fonction de son alimentation en eau. Il mesure en moyenne 24 km sur 56 km (voir carte ci-dessous).

En lisant la presse californienne, on apprend qu’il existe à proximité de la berge SE de cette étendue d’eau un alignement de quatre petits volcans, les Salton Buttes qui sont considérés comme actifs par les scientifiques car leurs dernières éruptions ont eu lieu il y a seulement un millier d’années, quelques secondes à l’échelle géologique, donc beaucoup plus près de nous que les dernières études le laissaient supposer.

On a récemment enregistré une augmentation de l’activité sismique et des odeurs de soufre dans la région, ainsi que la présence de volcans de boue. Il se pourrait donc qu’une nouvelle activité éruptive soit en préparation. Les chercheurs pensent qu’un réservoir magmatique se trouve à seulement 3 – 6 km à l’aplomb des Salton Buttes. Ils pensent aussi qu’un puissant séisme pourrait faciliter la remontée du magma vers la surface.

En août 2012, un essaim sismique a été enregistré à Brawley, une localité proche de la Mer de Salton, avec des événements atteignant une magnitude de 5,5 sur l’échelle de Richter. Au début, l’USGS  a attribué cette sismicité à des mouvements de failles sur la zone sismique de Brawley. En y regardant mieux, les chercheurs pensent qu’il est plus probable que ces essaims soient dus à des mouvements – voire une montée – de magma.

En septembre, les habitants de la région ont fait état, sur une vaste zone, d’odeurs d’œufs pourris d’abord attribuées à des poissons morts dans la Salton Sea dont la profondeur n’excède pas une quinzaine de mètres. En fait, il se pourrait bien que l’origine de ces odeurs soit liée à la présence de gaz volcaniques, d’autant qu’une activité géothermale est apparue en certains endroits, avec son lot de geysers et de mares de boue.

Les scientifiques américains ne peuvent que reconnaître les faits. Ils admettent humblement qu’ils sont incapables de dire si une éruption aura lien à court ou moyen terme.

A noter que cet article paru dans The Examiner est critiqué par plusieurs scientifiques américains dont Erik Klemetti, professeur de GeoSciences à l’Université Denison dans l’Ohio. Selon lui, l’article s’ajoute à une longue liste de publications qui alarment inutilement l’opinion publique.

Salton-sea.gif

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francais.jpgAprès la très longue phase de gonflement du Kilauea que je signalais dans mes notes précédentes, le volcan a traversé un bref mais important épisode de dégonflement, avant de connaître un timide gonflement, puis à nouveau un dégonflement significatif (voir courbe ci-dessous). Ces mouvements ont entraîné une baisse du niveau du lac de lave de l’Halema’uma’u qui se situait à une trentaine de mètres sous la lèvre ces jours derniers.

L’activité reste soutenue dans le cratère du Pu’uO’o. Le lac de lave surélevé dans la partie NE reste active et des épisodes de spattering sont observés dans les secteurs N et S du cratère.

Des coulées restent actives sur le pali et la plaine côtière mais elles n’ont guère progressé au cours de la semaine écoulée. Leur front se situe à environ 1,4 km du rivage.

Si l’on prend en compte la situation actuelle et le net ralentissement (peut-être la fin?) du gonflement du Kilauea, il semble peu probable – comme beaucoup l’espèraient – que la lave de l’Halema’uma’u déborde sur le plancher du cratère dans les prochaines heures, voire les prochains jours. On peut se demander où est passée la lave qui a provoqué le gonflement remarquablement long du Kilauea ces derniers jours.

Personnellement, je misais sur une éruption quelque part le long de l’East Rift Zone plus que sur un débordement du lac de lave sommital. Rien de tout cela ne s’est produit. Il est très surprenant de constater que le Pu’uo’o et les coulées de lave en aval de ce dernier n’ont que timidement réagi à cette nouvelle montée de magma.

Il faudra tout de même observer étroitement la situation au cours des prochains jours car Madame Pele n’a peut-être pas dit son dernier mot !

—————————————————

drapeau anglais.jpgAfter the prolonged inflation episode I mentioned in my previous notes, Kilauea went through strong deflation before starting new but moderate inflation, then again significant deflation (see chart below). The deflation caused the lava lake level at the summit to drop. It was measured about 30 metres below the rim during the past days.

At Pu`u `O`o, activity remains elevated. The perched lava lake within the NE pit is still active and spattering can be seen from sources at the south and north edges of the crater floor.

Surface flows continued to be active across the coastal plain but they have not advanced much over the past week, and are about 1.4 km from the coast.
Considering the current situation and the reduced inflation, lave does not seem ready to overflow over the floor Halema’uma’u Crater. It is very difficult to understand what happened with the lava that caused the very long inflation of Kilauea during the past days.

Personally, I expected an eruption along the East Rift Zone more than an overflow of the summit lava lake. None of these happened. What is surprising is that both Pu’uO’o and the lava flows on the pali and the coast weakly reacted to the new magma ascent.

However, the situation should be closely observed during the next days as we may not have seen the last of Madame Pele.

kilauea,volcans,volcanoes,volcano news

Avec l’aimable autorisation du HVO.

Volcan sous-marin Havre / Havre seamount (Iles Kermadec / Nouvelle Zélande)

drapeau francais.jpgDes scientifiques néo-zélandais ont récemment embarqué à bord du navire de recherche Tangaroa pour une mission de 23 jours dans les Iles Kermadec, au nord de la Nouvelle Zélande, afin d’étudier cette chaîne volcanique qui s’étire sur un millier de kilomètres au nord de la Bay of Plenty. Ils ont pu cartographier le volcan Havre et ont eu la confirmation que c’est bien lui qui est entré en éruption le 19 juillet 2012 en donnant naissance à une impressionnante nappe de ponce. Un nouveau cône volcanique de 240 mètres de hauteur est apparu sur le bord de la caldeira.

L’éruption du volcan Havre a eu lieu à une profondeur de 1100 mètres et le nuage de cendre était visible sur les images satellites, tandis que la nappe de ponce couvrait une surface estimée à 22 000 kilomètres carrés.

Les scientifiques connaissaient la topographie du volcan qui avait été cartographié au cours d’une mission effectuée en 2002. Ils savaient que le volcan était, à cette époque, une montagne de 1000 mètres de hauteur pour un diamètre de 5 km et que le cratère se trouvait à 800 mètres de profondeur.

En utilisant un sonar multi-faisceaux, ils ont pu déterminer la forme actuelle du volcan et la comparer à ce qu’elle était avant l’éruption.

Source : Bay of Plenty Times.

————————————————

drapeau anglais.jpgNew Zealand scientists aboard the research vessel Tangaroa recently embarked on a 23-day voyage of discovery in the Kermadecs, north of New Zealand, to study the volcanic chain that stretches for 1000 kilometres north from Bay of Plenty. They have just mapped the Havre volcano and the confirmation that it erupted on July 19th 2012, producing a huge pumice raft. They found a new volcanic cone which has formed on the edge of the Havre caldeira, towering 240 metres above the crater rim.

The Havre volcano eruption was strong enough to breach the ocean surface from a depth of 1100 metres.  It produced clouds of ash visible by satellite, and a pumice raft that covered an area of 22,000 square kilometres.

The scientists knew the shape of the volcano from previous research. Using the multibeam echosounder, they made a before and after comparison of the volcano to determine the size of the eruption and the change it has made to the seafloor.

The Havre volcano had previously been mapped in 2002, showing a 1-kilometre-high undersea mountain with a 5-kilometre-wide, 800-metre-deep central crater.

Source: Bay of Plenty Times.

havre seamount,kermadecs,volcans,volcanoes,volcano news

                               Modélisation du Havre seamount (CREDIT: NIWA/GNS Science)


havre seamount,kermadecs,volcans,volcanoes,volcano news

La nappe de ponce vue par satellite le 19 juillet 2012 (CREDIT: NASA)

Alaid (Iles Kouriles / Russie // Kuril Islands / Russia)

drapeau francais.jpgLe volcan Alaid est le plus haut (1339 m) et le plus septentrional des Iles Kouriles. Selon un rapport du KVERT, des observateurs en poste sur l’île Paramushir (à l’est d’Alaid) ont fait état d’émissions de vapeur et de gaz les 11, 16 et 17 octobre. Une anomalie thermique a été détectée sur les images satellites au cours de cette période. La couverture nuageuse a souvent perturbé les observations. Des observateurs sur l’île Shumshu (à 50 km à l’est d’Alaid) ont indiqué qu’un panache de cendre montait jusqu’à 700 mètres de hauteur le 23 octobre tandis qu’une anomalie thermique était à nouveau détectée sur les images satellites. La couleur du niveau d’alerte pour l’aviation reste Jaune.

—————————————————

drapeau anglais.jpgAlaid (2339 m) is the highest and northernmost volcano of the Kuril Islands. According to KVERT, observers on Paramushir Island (SE) reported weak gas-and-steam activity from Alaid on October 11th and on October and 16th and 17th. A thermal anomaly on the volcano was detected in satellite imagery during the same period. Cloud cover often prevented observations. Observers on Shumshu Island (50 km E) reported that an ash plume rose 700 metres above the crater on October 23rd and a thermal anomaly was detected in satellite imagery. The aviation colour code remains at Yellow.

Alaid-blog.gif

Le volcan Alaid vu depuis l’espace le 18 mai 2012.

(Avec l’aimable autorisation de la NASA)