Salton Buttes (Californie / Etats Unis)

Connaissez-vous la Mer de Salton ou Salton Sea ? C’est un lac salé endoréique (c’est-à-dire que l’eau n’a jamais atteint la mer) situé en  Californie du Sud. Avec 974 km2, il représente le plus grand lac de cet Etat, mais sa superficie change en fonction de son alimentation en eau. Il mesure en moyenne 24 km sur 56 km (voir carte ci-dessous).

En lisant la presse californienne, on apprend qu’il existe à proximité de la berge SE de cette étendue d’eau un alignement de quatre petits volcans, les Salton Buttes qui sont considérés comme actifs par les scientifiques car leurs dernières éruptions ont eu lieu il y a seulement un millier d’années, quelques secondes à l’échelle géologique, donc beaucoup plus près de nous que les dernières études le laissaient supposer.

On a récemment enregistré une augmentation de l’activité sismique et des odeurs de soufre dans la région, ainsi que la présence de volcans de boue. Il se pourrait donc qu’une nouvelle activité éruptive soit en préparation. Les chercheurs pensent qu’un réservoir magmatique se trouve à seulement 3 – 6 km à l’aplomb des Salton Buttes. Ils pensent aussi qu’un puissant séisme pourrait faciliter la remontée du magma vers la surface.

En août 2012, un essaim sismique a été enregistré à Brawley, une localité proche de la Mer de Salton, avec des événements atteignant une magnitude de 5,5 sur l’échelle de Richter. Au début, l’USGS  a attribué cette sismicité à des mouvements de failles sur la zone sismique de Brawley. En y regardant mieux, les chercheurs pensent qu’il est plus probable que ces essaims soient dus à des mouvements – voire une montée – de magma.

En septembre, les habitants de la région ont fait état, sur une vaste zone, d’odeurs d’œufs pourris d’abord attribuées à des poissons morts dans la Salton Sea dont la profondeur n’excède pas une quinzaine de mètres. En fait, il se pourrait bien que l’origine de ces odeurs soit liée à la présence de gaz volcaniques, d’autant qu’une activité géothermale est apparue en certains endroits, avec son lot de geysers et de mares de boue.

Les scientifiques américains ne peuvent que reconnaître les faits. Ils admettent humblement qu’ils sont incapables de dire si une éruption aura lien à court ou moyen terme.

A noter que cet article paru dans The Examiner est critiqué par plusieurs scientifiques américains dont Erik Klemetti, professeur de GeoSciences à l’Université Denison dans l’Ohio. Selon lui, l’article s’ajoute à une longue liste de publications qui alarment inutilement l’opinion publique.

Salton-sea.gif

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s