Ça chauffe sur l’Ile de la Réunion ! // Things are getting heated on Reunion Island !

Le Journal de l’Ile de la Réunion a publié un article fort intéressant qui met bien en évidence la difficulté d’accès du public à un site éruptif actif. Pour le moment, l’Enclos Fouqué est fermé dès qu’une éruption débute. Pour permettre aux touristes et à la population locale d’admirer de plus près les éruptions du Piton de la Fournaise, une solution serait de les conduire en sécurité sous la houlette de guide compétents. Cela fait pas mal de temps que cette hypothèse est évoquée, mais le Préfet traîne les pieds. Aujourd’hui, les guides de montagne perdent patience et interpellent le Préfet pour qu’il donne son feu vert à l’accompagnement de touristes sur les sites éruptifs. Ils menacent de se mobiliser dans les prochains jours.

Depuis le 27 avril dernier, c’est à huis clos que se poursuit le spectacle de l’éruption du Piton de la Fournaise. Maintenu à bonne distance, le public doit toujours se contenter du point de vue depuis le Piton de Bert pour tenter d’apercevoir un peu de lave. La fermeture est même devenue totale : plus aucune accréditation n’est accordée par la Préfecture pour descendre dans l’Enclos Fouqué. C’est donc en douce, et avec le risque de ne pas être couverts en cas d’accident, que quelques passionnés se rendent au plus près de l’éruption. Sans eux, il n’y aurait pas d’images dans les médias, sur les réseaux sociaux et dans les journaux TV locaux et nationaux. Ces observations sont également utiles pour le travail scientifique de l’Observatoire Volcanologique.

Présenté comme l’atout touristique numéro un de La Réunion, le volcan est cadenassé à double tour. Selon les informations obtenues par le Journal de l’Ile, c’est en enjambant les grilles de l’Enclos qu’une équipe de la télévision espagnole a pu tourner la semaine dernière un reportage sur l’éruption. Diffusé en Espagne, il pourrait faire venir des touristes à la Réunion, mais il faudrait qu’ils puissent accéder au volcan !

Entre tout interdire et tout ouvrir, le Préfet avait ouvert une porte en se disant favorable à un accompagnement sécurisé, avec la reprise d’un projet initié dès 2010 par le Syndicat national des accompagnateurs en montagne. Dans la foulée, 47 accompagnateurs ont suivi une formation début 2017, financée par la Région, et se sont équipés en conséquence. L’investissement a été estimé en moyenne à 2 500 euros par professionnel. Une phase de test avait été mise en place lors de l’éruption de juillet 2017. La Préfecture avait jugé le projet «réaliste» mais ne pouvait totalement le valider car certains points restaient à améliorer notamment en matière de couverture radio. Deux nouvelles simulations concluantes ont été menées en mars 2018 et il ne manque plus que le feu vert de l’Etat. C’est la transmission avec la Préfecture qui est désormais au point mort.

Le lendemain du début de l’éruption actuelle, un mail a été envoyé à la Préfecture demandant l’autorisation d’enclencher le dispositif d’accompagnement. On attend toujours la réponse ! S’il fait toujours débat – il serait payant – le dispositif permettrait de conduire des groupes de 8 personnes dans l’Enclos, jusqu’à 80 personnes au maximum par rotation, à environ 200 mètres du site éruptif.

Depuis le début de l’éruption, les initiateurs du projet sont submergés d’appels de locaux et de touristes. Aujourd’hui, ils perdent patience. Faute d’avancées, ils promettent de passer à l’action dans les prochains jours.

L’interdiction d’accès au volcan a des répercussions jusqu’en métropole. Spécialisée dans l’organisation rapide de voyages « spécial éruption », l’agence Aventure et Volcans continuera de «boycotter La Réunion tant que l’accès au volcan ne sera pas autorisé, comme promis à de nombreuses reprises lors des différents salons du tourisme», écrit Tanguy de Saint-Cyr, son responsable, sur les réseaux sociaux. Cela ne manquera pas de réjouir Hawaï et d’autres destinations volcaniques à travers le monde.

Source : Journal de l’Ile.

——————————————

The Journal de l’Ile de la Réunion has published a very interesting article that highlights the difficulty of public access to an active eruptive site. For the moment, the Enclos Fouqué is closed as soon as an eruption begins. To allow tourists and the local population to have a closer look at the eruptions of Piton de la Fournaise, one solution would be to accompany them safely under the guidance of competent guides. It’s been a long time since this hypothesis has been mentioned, but the Préfet dragged his feet. Today, mountain guides are losing patience and call on the Préfet to give the go-ahead to accompany tourists on eruptive sites. They threaten to take action in the coming days.

Since April 27th 2018, the show of the eruption of Piton de la Fournaise is taking place in camera. Maintained at a safe distance, the public is only allowed to watch the eruption from Piton Bert in order to try to see a little lava. The closure has even become total: no more accreditation is granted by the Prefecture to go down in the Enclos Fouqué. It is therefore illegally, and with the risk of not being insured in case of accident, that some enthusiasts get closer to the eruption. Without them, there would be no images in the media, on social media, and in local and national TV news. These observations are also useful for the scientific work of the Volcano Observatory.
Presented as the number one tourist attraction of Reunion Island, the volcano is totally padlocked. According to information obtained by the Journal de l’Ile, a team of the Spanish television managed to get into the Enclos by climbing over the entrance gate last week and could make a report on the eruption. Broadcast in Spain, it could bring tourists to Reunion, but they would need to have access to the volcano!
Between prohibiting and opening everything, the Préfet had opened a door saying he was in favor of a secure accompaniment, with the resumption of a project initiated in 2010 by the National Union of Mountain Guides. In the wake of the Préfet’s words, 47 guides attended a training session in early 2017, funded by the Region, and got equipped accordingly. The investment was estimated at an average of 2,500 euros per guide. A test phase was set up during the eruption of July 2017. The Prefecture judged the project « realistic » but could not fully validate it because some points remained to be improved, in particular in terms of radio coverage. Two new successful simulations were conducted in March 2018 and only the green light of the State is missing.

The day after the start of the current eruption, an email was sent to the Prefecture requesting permission to activate the accompaniment. The guides are still waiting for the answer! If it is still controversial – tourists would have to pay – the project would lead groups of 8 people into the Enclos, up to 80 people maximum per rotation, about 200 metres from the eruptive site.
Since the beginning of the eruption, the initiators of the project have been overwhelmed by calls from locals and tourists. Today, they are losing patience. If nothing is done, they promise to take action in the coming days.
The ban on access to the volcano has repercussions as far as the metropolis. Specialized in the rapid organization of « special eruption » trips, the agency Aventure et Volcans will continue to « boycott Reunion Island as long as access to the volcano is not allowed, as was promised many times at various tourism fairs » , wrote Tanguy de Saint-Cyr, its manager, on social networks. This will delight Hawaii and other volcanic destinations around the world.
Source: Journal de l’Ile.

Frustration des touristes devant un spectacle qu’ils ne peuvent pas approcher (Crédit photo: Christian Holveck)

Ça risque de jaser à la Réunion ! // A billionaire soon to land on the volcano ?

Une information étonnante fait aujourd’hui la une du Journal de l’Ile de la Réunion. Hier mardi, l’un des hélicoptères de Paul Allen, co-fondateur de Microsoft, a survolé l’éruption du Piton de La Fournaise en fin d’après-midi. Les appareils du milliardaire ont effectué plusieurs rotations, sans que l’on sache si Paul Allen était à chaque fois présent l’intérieur.

Selon les informations recueillies par le JIR, l’équipe entourant Paul Allen négocierait avec la préfecture pour se poser dans la zone de l’éruption, ce qui est actuellement interdit, tout comme l’accès du public à l’Enclos Fouqué.  .

A noter qu’un dispositif d’accompagnement du public (moyennant finance) sur les éruptions à l’intérieur de l’Enclos a été testé ce week-end par la préfecture.

Si le milliardaire obtenait effectivement l’autorisation de se poser dans l’Enclos, face à un tel traitement de faveur, on imagine aisément la réaction des très nombreux amoureux du volcan, Réunionnais et touristes qui se voient refuser l’accès au volcan ! Affaire à suivre…. La question est posée: Le fric sera-t-il plus fort que les interdictions?

Je pense personnellement que le Piton de la Fournaise serait bien inspiré de mettre tout le monde d’accord en mettant un point final à son éruption avant que Paul Allen pose le pied sur la lave !

Ce soir, l’éruption continue son petit bonhomme de chemin mais n’est plus guère visible par la webcam du Piton de Bert, probablement parce que le cône a continué à s’édifier autour de la bouche éruptive.

Une carte mise en ligne par l’OVPF montre le site de l’éruption.

————————————-

An astonishing piece of news can be read on the front page of today’s issue of Journal de l’Ile de la Réunion. Yesterday, one of the helicopters of Paul Allen, co-founder of Microsoft, flew over the eruption of Piton de La Fournaise in the late afternoon. The billionaire’s chopper made several rotations, but nobody knows if Paul Allen was present each time inside the aircraft.
According to information gathered by the JIR, the team surrounding Paul Allen is likely to negotiate with the prefecture to land in the area of ​​the eruption, which is currently prohibited, in the same way as public access to the Enclos. .
It should be noted that a system to accompany the public (for a fee) on eruptions inside the Enclos was tested this weekend by the prefecture.
If the billionaire got a preferential treatment and was allowed to land in the Enclos, one can easily imagine the reaction of the many lovers of the volcano, residents of Reunion Island and tourists, who are denied access to the volcano! To be continued ….
I personally think that it would be a good idea if Piton de la Fournaise put an end to its eruption before Paul Allen sets foot on the lava! It would put an end to all conflict.
Tonight, the eruption continues quietly but is hardly visible through the webcam of Piton de Bert, probably because the cone has continued to build around the eruptive vent
A map posted by OVPF shows the site of the eruption.

Source: OVPF

Nouveau règlement d’accès à l’Etna (Sicile / Italie)

Le Préfet de Catane a publié une déclaration indiquant qu’à partir du vendredi 5 avril 2013 l’accès au sommet de l’Etna serait régi par un document intitulé « Procédures d’alerte des risques volcaniques et modalités d’utilisation de la zone sommitale de l’Etna. »

En pratique, on ne peut pas avoir accès à la zone sommitale et aux secteurs à risques (les plus intéressants !) sans être accompagné par les guides, accompagnement qui, bien sûr, ne sera pas gratuit !

Plusieurs zones allant du Vert au Rouge sont définies par le texte publié par la Préfecture de Catane. Vous pourrez en lire l’intégralité (en italien et c’est très long !!) en cliquant sur ce lien : http://www.prefettura.it/catania/news/1930934.htm. Merci à mon ami sicilien Santo Scalia de me l’avoir communiqué.

 

Voici un résumé de la partie de la déclaration préfectorale qui concerne les randonneurs.
Zone Jaune sous la responsabilité des guides.
« Tous ceux qui, individuellement ou en groupes, appelés ci-après «excursionnistes», ont l’intention d’effectuer des excursions dans cette zone (Jaune) devront être en permanence accompagnées par du personnel possédant les exigences professionnelles nécessaires et qualifiés conformément à la loi – appelés désormais «guides » – et s’engageant à la fois à respecter les articles contenus dans le règlement actuel du Parc et les règles énumérées ci-dessous.

Le guide, avant le début de l’excursion, devra:
– se renseigner sur l’état du volcan et les conditions météorologiques;
– informer correctement les randonneurs sur les dangers, les difficultés et les risques que l’excursion comporte;
– obtenir une déclaration certifiant que chaque randonneur se trouve dans un état physique et psychologique correct, qu’il ne souffre pas d’une maladie cardiaque et respiratoire et qu’il s’est informé sur les dangers, les difficultés et les risques que l’excursion implique;
– s’assurer que chaque randonneur possède des vêtements et un équipement adaptés ;

– refuser d’accompagner les personnes qui ne présenteraient pas les conditions psycho-physique et médicale, ou l’habillement nécessaires à l’excursion. »