Évacuation du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : Mode d’emploi

Comme je l’ai écrit dans des notes précédentes, le Piton de la Fournaise montre des signes de réveil et il ne serait pas étonnant d’assister à une éruption dans les prochains jours. Malgré tous les instruments disposés sur le volcan, une éruption peut démarrer soudainement et mettre en danger les randonneurs que se trouvent sur le site à ce moment-là. Ainsi, au mois d’octobre 2019, près de 50 randonneurs ont été évacués en urgence, mais sans encombre, du sommet du volcan, quelques heures avant son entrée en activité.

L’excellent Journal de l’Ile de la Réunion nous explique que l’évacuation des touristes présents sur le Piton de la Fournaise au moment du déclenchement d’une éruption est un rituel fixé dans le dispositif spécifique ORSEC Piton de la Fournaise. Dès que le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM) reçoit l’arrêté préfectoral d’alerte 1 [éruption probable ou imminente], l’hélicoptère décolle. La Section aérienne de la gendarmerie (SAG) dispose de deux hélicoptères, dont le fameux EC145 à la capacité d’emport étendue, en service depuis bientôt douze ans.

 

Si les prémices d’une éruption volcanique devaient être détectés lors de votre visite au volcan, voici le déroulement des opérations:

Si la météo le permet, les hommes à bord de l’hélicoptère vont effectuer une reconnaissance des itinéraires balisés, en particulier celui du sommet. C’est la raison pour laquelle, en période de « vigilance volcanique », les randonneurs sont invités à ne pas sortir de ces sentiers, pour faciliter leur repérage et leur éventuelle évacuation. Il s’agit du premier niveau d’alerte du dispositif ORSEC Volcan, en vigueur actuellement. Il correspond notamment à la présence de signes d’agitation du Piton de la Fournaise.

Le survol de la zone sommitale est prioritaire. Pour mémoire, en février et en juin 2019, c’est ici qu’ont débuté les deux premières des cinq éruptions de l’année dernière. Les fissures éruptives se sont ouvertes à quelques dizaines de mètres du belvédère sur le cratère Dolomieu, au terminus du sentier d’accès au sommet. Les coulées l’ont d’ailleurs coupé lors de l’éruption de février et ont obligé l’ONF à retracer l’itinéraire pour contourner la zone dangereuse.

Il faut compter environ une demi-heure entre le déclenchement de l’alerte et l’arrivée de l’hélicoptère au volcan. Dès qu’il commence à survoler l’Enclos, les gendarmes utilisent le haut-parleur dont il est équipé pour demander aux randonneurs de faire demi-tour et de regagner leur point de départ.

Arrivé à la zone sommitale, l’appareil se pose ou, si la topographie ne le permet pas, prend appui sur patin pour embarquer le plus efficacement possible le maximum de visiteurs. A son approche, il est fortement recommandé de ranger casquettes, chapeaux et tout ce qui peut voler. Il est demandé de tenir fermement les sacs et bâtons de marche et, si possible, de les replier et de les ranger. Le bon comportement à adopter à ce moment est de se regrouper et de s’accroupir, sans oublier de surveiller les enfants. Attention! Le souffle des pales peut projeter des lapilli et scories tant que l’hélicoptère n’est pas posé.

Les gendarmes ne procèdent en principe pas à un hélitreuillage qui demanderait trop de temps, sauf dans les cas extrêmes, et l’hélicoptère ne coupe pas ses turbines. Attention aux pales qui continuent de tourner ainsi qu’au rotor de queue !! Il faut absolument éviter toute approche inconsidérée. Pour des raisons de sécurité, les randonneurs secourus doivent obéir aux consignes transmises par gestes essentiellement, en raison du bruit. Outre le pilote, un homme de la SAG et un du PGHM gèrent les manoeuvres d’embarquement et de débarquement. Ne jamais se diriger seul vers l’hélico sans y être invité.

Le transfert vers l’aire le Pas de Bellecombe où l’hélicoptère va se poser, à proximité du parking, prend moins de trois minutes. L’arrivée sur l’hélisurface est évidemment plus confortable, mais les mêmes consignes de sécurité sont à respecter. Dès la sortie, les passagers sont invités à s’accroupir ou s’asseoir regroupés à quelques mètres devant la porte l’hélicoptère selon les indications données, en tenant leurs affaires et en sécurisant les enfants. Ne pas chercher à s’éloigner de l’appareil tant qu’il n’a pas redécollé.

En octobre dernier, jusqu’à neuf personnes (dont trois jeunes enfants) ont été évacuées en un seul voyage. La durée du débarquement entre le poser et le redécollage de l’hélicoptère a été de trente-neuf secondes exactement !

Une fois le sommet évacué, l’hélicoptère embarque les randonneurs présents plus bas dans la pente et en particulier les plus vulnérables (personnes âgées, enfants). En fonction de la situation, les autres visiteurs finiront de rentrer à pied.

Si la météo ne permet pas le survol du volcan, comme au mois d’août dernier, les gendarmes du PGHM arpentent à pied l’itinéraire du sommet, après avoir gagné le Pas de Bellecombe en voiture depuis leur base si la couche nuageuse interdit une dépose à la Plaine-des-Cafres.

Une évacuation en hélicoptère laisse toujours un souvenir impérissable à ses bénéficiaires. Même s’ils peuvent être déçus de ne pas avoir pu découvrir le gouffre du cratère Dolomieu, l’émerveillement d’un survol non prévu au programme représente un véritable bonus au cours d’un séjour à La Réunion.

L’article du Journal de l’Ile se termine par un bémol et un conseil à l’attention des autorités. En effet, un gros effort d’information reste à faire à l’égard des quelque 120 000 randonneurs qui descendent chaque année dans l’Enclos. Très peu – souvent aucun – sont informés de l’état du volcan avant de se mettre en route. Les panneaux affichés au niveau du portail d’accès à l’Enclos, de portée générale, ne font aucune référence à l’actualité volcanique en cours et au comportement à adopter en cas de signes d’une prochaine éruption, avant même l’arrivée des services de secours.

Il serait souhaitable que les autorités prennent ces remarques en compte, dans l’intérêt de tous.

Vous pourrez lire l’article dans son intégralité en cliquant sur ce lien :

https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2020/01/14/VIDEO-En-attendant-la-prochaine-eruption-evacuation-du-volcan-mode

Vue de l’Enclos Fouqué, avec le beau cratère du Formica Leo au premier plan

Au moindre signe d’agitation du volcan, les autorités ferment le portail d’accès à l’Enclos

Le cratère du Dolomieu, destination finale pour de très nombreux randonneurs

Photos: C. Grandpey

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : Réouverture de l’Enclos // The Enclos is open again

Suite à l’alerte sismique et le risque d’une « éruption imminente » envisagé par l’OVPF, l’Enclos Fouqué avait été fermé au public. Depuis, la situation a évolué. Même si l’inflation de l’édifice volcanique persiste, le nombre de séisme a beaucoup diminué. En conséquence, l’Enclos est à nouveau ouvert à compter du 23 octobre au soir. Dans la pratique, c’est sans doute jeudi matin que les randonneurs reprendront le chemin du sommet du volcan. Cette réouverture n’est sûrement que provisoire car le volcan continue de gonfler. Une éruption va probablement se produire dans les prochains jours.

Attention toutefois: Le Journal de l’Ile précise que seuls sont accessibles : 1) le sentier du sommet qui conduit au belvédère du Dolomieu, et 2) le sentier en direction du cratère Rivals. Le sentier vers le Piton Kapor est à nouveau interdit au public.

———————————————–

Following the seismic alert and the risk of an « imminent eruption » envisaged by OVPF, the Enclos Fouqué was closed to the public. Since then, the situation has changed. Although the inflation of the volcanic edifice persists, the number of earthquakes has decreased considerably. As a result, the Enclos has been open again as of October 23rd in the evening. In practice, it is probably Thursday morning that hikers will be allowed to walk to the summit of the volcano. This reopening is surely only temporary because the volcano keeps inflating. An eruption is likely to occur in the next few days.

Photo: C. Grandpey

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

L’OVPF vient de diffuser son bulletin quotidien concernant la journée du 22 octobre 2019. Comme je l’ai indiqué précédemment, le sismicité était en chute libre hier, avec seulement une dizaine d’événements enregistrés, contre plus de 200 la veille.

On remarque toutefois que le processus d’inflation de l’édifice se poursuit, ce qui montre bien que le magma est en train de passer d’une source profonde à un niveau plus superficiel.

On peut raisonnablement penser qu’une éruption va se déclencher dans peu de temps, mais on ne sait ni quand, ni où. Selon mes contacts sur place, il semblerait toutefois que la partie Est du volcan ait la faveur des pronostics. Tant que l’éruption se produit à l’intérieur de l’Enclos Fouqué, la prévision n’a qu’une importance relative. Ce serait bien sûr différent si la lave décidait de sortir à l’extérieur de l’Enclos, car des zones habitées seraient menacées.

Le volcan et le Formica Leo (Photo: C. Grandpey)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) : Le volcan interdit ?

C’est toujours la même rengaine : Dès qu’une éruption se déclenche sur le Piton de la Fournaise, le premier réflexe de la Préfecture est de fermer l’Enclos Fouqué au public et les gendarmes se précipitent pour cadenasser la porte au Pas de Bellecombe-Jacob.

La dernière éruption du mois de juillet n’a pas failli à cette tradition. Le problème, c’est que l’éruption était presque à portée de main du Pas de Bellecombe. Ce qui devait arriver est arrivé : des centaines de personnes ont bravé l’interdiction et son allées voir la lave de plus près !

C’est un secret de polichinelle : Chaque fois qu’une éruption démarre sur le Piton, il y a une bande de « fous furieux » (c’est ainsi qu’ils se sont baptisés) qui escalade le rempart de l’Enclos et va photographier fontaines et coulées de lave. Très honnêtement, si j’habitais sur l’Ile de la Réunion, je ferais partie de ce gang de volcanophiles ! Ce sont des gens qui connaissent parfaitement le terrain et qui n’ont jamais créé de souci aux autorités.

Le problème avec l’éruption du mois de juillet, c’est que ce n’est pas une poignée de connaisseurs, mais des centaines de personnes plus ou moins initiées à la volcanologie qui sont descendues dans l’Enclos pour admirer l’éruption de plus près. Certains n’ont d’ailleurs pas hésité à déployer la tente pour profiter au maximum du spectacle, parfois avec des enfants. Cela me rappelle des scènes que j’ai observées sur l’Etna à l’époque où j’épaulais les guides. J’ai vu des gens en tongs sur les coulées encore chaudes et même un couple avec un nouveau-né dans les bras déambuler le long des coulées actives au milieu des nuages de gaz toxiques à près de 3000 mètres d’altitude ! On se rend compte que la prise de conscience des risques a très vite ses limites chez des personnes qui ne connaissent pas le milieu volcanique.

Comme le fait remarquer l’auteur d’un article dans le Journal de l’Ile (JIR), la situation de ces derniers jours repose la question de l’accès à l’Enclos en phase éruptive et montre les limites de l’interdiction pour tous. On veut empêcher les gens de descendre et au final, c’est le contraire qui se produit.

Je pose la question : Pourquoi diable la Préfecture rejette-t-elle en permanence l’idée d’organiser des sorties guidées en période éruptive ? Il y a des guides sur l’Etna et sur le Stromboli et tout se passe bien !

Dans une note rédigée le 24 février 2017, je relayais un article paru dans le JIR et j’écrivais qu’une cinquantaine d’accompagnateurs en montagne allaient entamer une formation dans le but de conduire des groupes dans l’Enclos pendant les éruptions. Le dispositif était susceptible d’être opérationnel dès le mois d’avril 2017. Entre tout interdire et tout ouvrir, le Préfet de l’époque avait adopté une solution intermédiaire en annonçant début 2016 le lancement d’une formation pour les accompagnateurs en montagne afin de conduire le public au plus près de l’éruption tout en respectant les mesures de sécurité. Avec le nouveau système d’accompagnement, 80 personnes au maximum seraient autorisées à descendre simultanément dans l’Enclos à raison de 7 personnes par groupe. Le nombre de participants dans chaque groupe serait volontairement restreint pour permettre une évacuation rapide en cas d’urgence. L’accompagnement serait payant.

Malheureusement, les préfets se suivent et ne se ressemblent pas et le dossier a été mis au placard,  pour longtemps semble-t-il. Un ami réunionnais qui était partie prenante dans cette initiative était très pessimiste quand nous avons abordé le sujet au mois de juin. L’accès à l’Enclos ne semble pas faire partie des priorités des autorités… Affaire à suivre, mais je ne suis guère optimiste !

Note inspirée d’un article paru le 31 juillet 2019 dans l’excellent Journal de l’Ile de la Réunion.

Photos: C. Grandpey

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

Suite à la reconnaissance de terrain effectuée le 4 juillet 2019 par les services de  l’OVPF, du BRGM, de l’ONF, du peloton de gendarmerie et de la protection civile, le préfet de La Réunion a décidé de mettre en place la phase de VIGILANCE du niveau d’alerte du Piton de la Fournaise à compter du samedi 6 juillet 2019 à 8h.

Cela signifie que l’accès à la partie haute de l’Enclos reste strictement limité aux deux sentiers balisés suivants :

* sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – sentier Rivals – cratère Caubet

* sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – sentier d’accès au site d’observation du cratère Dolomieu (accès par le nord du cratère)

Les sentiers Kapor jusqu’à Piton Kapor et du cratère Caubet au Belvédère sur Château Fort restent interdits d’accès.
Source : OVPF.

Cette décision de Préfet intervient trois semaines après la fin l’éruption éclair du 11-13 juin dans la partie sud-est du volcan, dans une zone très difficile d’accès et loin des sentiers mentionnés ci-dessus. Lors de mon séjour sur l’île j’ai été surpris de voir que l’Enclos restait fermé aussi longtemps alors qu’aucun paramètre n’annonçait une reprise de l’éruption.

En revanche, la décision de la Préfecture intervient alors que l’on observe une certaine  reprise de la sismicité sur le volcan et de l’inflation de l’édifice volcanique. Dans son dernier bulletin, l’OVPF indique que « l’activité volcano-tectonique sommitale qui avait fortement chuté suite à l’éruption du 11-13 juin, semble repartir depuis le 21 juin et 10 séismes sommitaux ont été détectés le 30 juin. » S’agissant de la déformation, l’OVPF écrit que la pressurisation du réservoir magmatique qui a conduit à l’éruption du 11-13 juin « n’a vidangé que très partiellement ce réservoir. Ainsi, dès la fin de l’éruption, l’inflation du volcan a repris. »

La mise en place de la phase VIGILANCE n’est probablement que provisoire….

————————————————-

Following a survey carried out on July 4th, 2019 by the services of OVPF,  BRGM, ONF, the gendarmerie and the civil defence, the prefect of Reunion has decided to set up the alert level VIGILANCE (= WATCH) for Piton de la Fournaise starting Saturday, July 6th, 2019 at 8 am.
This means that access to the upper part of the Enclos is strictly limited to the following two marked trails:
* Pas de Bellecombe trail – Formica Léo – Rivals trail – Caubet Crater
* Pas de Bellecombe trail – Formica Léo – Dolomieu Crater trail (access from the north of the crater)
Access to the Kapor trails to Piton Kapor and Caubet Crater Belvedere on Château Fort is still forbidden.
Source: OVPF.

This Prefect’s decision comes three weeks after the end of the flash eruption of 11-13 June in the south-eastern part of the volcano, in an area very difficult to access and far from the above mentioned trails. During my stay on the island I was surprised to see that the Enclos remained closed for so long while no parameter announced a resumption of the eruption.

On the other hand, the decision of the Prefecture intervenes at a time when one observes a certain increase in seismicity and the inflation of the volcanic edifice. In its latest update, OVPF indicates that « the volcano-tectonic activity that had fallen sharply following the eruption of June 11th-13th, has been starting again since June 21st and 10 earthquakes were detected on June 30th. With regard to deformation, OVPF writes that the pressurization of the magma reservoir that led to the 11th-13th June eruption « only partially emptied this reservoir. Thus, the inflation of the volcano has resumed at the end of the eruption. »

The VIGILANCE phase of the alert level may be temporary ….

Cône sommital de la Fournaise et Formica Léo (Photo: C. Grandpey)

 

Eruption du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

8h30 (heure métropole): Dans un premier bulletin diffusé à 00 heures, l’OVPF indiquait que depuis 23h40 (heure locale) le 12 juillet, une forte augmentation de la sismicité était observée sur le Piton de la Fournaise, avec une déformation rapide de l’édifice volcanique, signe que le magma avait commencé son ascension vers la surface. Dans le bulletin suivant émis à 5 heures le 13 juillet, l’Observatoire indiquait que le tremor volcanique, synonyme d’arrivée du magma à proximité de la surface, était apparu très progressivement depuis 3h30 environ. D’après les enregistrements de l’OVPF, la source de ce tremor est localisée sur le flanc nord du volcan. Les premières lueurs attestant d’un début d’éruption sont apparues sur les webcams de l’OVPF à 4h30.

L’année dernière, le Piton avait choisi d’entrer en scène le 14 juillet, avec une éruption qui avait duré plus de six semaines. Il s’agit de la 3ème éruption de l’année 2018.

Affaire à suivre…

Source : OVPF.

++++++++++

13 heures : Le site éruptif a pu être localisé avec précision par l’OVPF. Comme je l’indiquais précédemment, il se situe sur le flanc nord du volcan. Au total, 4 fissures éruptives se sont ouvertes sur 1 km de long, se propageant de l’amont de la Chapelle de Rosemont en direction du Formica Leo

Pour une fois, le public n’aura pas à effectuer de longues marches d’approche. Les fontaines de lave sont en effet visibles depuis le parking du Pas de Bellecombe et la zone est facile d’accès. Il faut quand même bien se couvrir car il fait froid au petit matin et pendant la nuit !

Le Journal de l’Ile a mis en ligne une galerie de photos prises par Serge Gélabert :

https://www.clicanoo.re/Eruption-du-13-juillet-2018/Societe/Article/2018/07/13/PHOTOS-Leruption-de-la-Fournaise-vue-du-ciel

++++++++++

15 heures (heure métropole) : L’éruption débutée le 13 juillet 2018 entre 03h30 (début de l’apparition du tremor) et 04h30 (premières lueurs visibles sur les webcams) se poursuit mais l’intensité du tremor est en baisse depuis sa phase d’intensité maximale
enregistrée à 06h00 (heure locale). Alors que les 4 fissures éruptives ouvertes en début d’éruption étaient toujours actives à 08h00 ce matin, la fissure la plus en amont (n°1) ainsi que le haut de la fissure n°2 n’étaient plus actifs à 12h30. La longueur de propagation des 4 fissures a été revue à la baisse (500 mètres au lieu de 1000 mètres dans les estimations
aériennes). Le débit de surface était compris ce matin entre 2.88 et 5.34 m3/s.

Aucun séisme volcano-tectonique et aucune déformation n’ont été enregistrés depuis le début de l’éruption.

Source : OVPF

————————————————

8:30 (Paris time): In a first bulletin released at midnight, OVPF indicated that since 23:40 (local time) on July 12th, a sharp increase in seismicity was observed on Piton de la Fournaise, with a rapid deformation of the volcanic edifice, the sure sign that magma had begun its ascent to the surface. In the following bulletin issued at 5:00 a.m.on July 13th, the Observatory indicated that the volcanic tremor, synonymous with the arrival of magma close to the surface, had appeared very gradually since about 3:30. According to OVPF parameters, the source of this tremor is located on the northern flank of the volcano. The first glows of eruption appeared on the OVPF webcams at 4.30am.
Last year, the Piton had chosen to erupt on July 14th, with an eruption that lasted more than six weeks. This is the 3rd eruption of the year 2018.

To be continued…
Source: OVPF.

++++++++++

1:00 pm: The eruptive site could be precisely located by OVPF. As I indicated previously, it is located on the north side of the volcano. A total of 4 eruptive fissures opened over a distance of 1 km,  from Rosemont Chapel to Formica Leo
This time, public will not have to go for long walks. The lava fountains are indeed visible from the Pas de Bellecombe car park and the area is easily accessible. Visitors are advised to wear warm clothes because it is cold in the morning and during the night!
The Journal de l’Ile has posted a gallery of photos taken by Serge Gélabert:
https://www.clicanoo.re/Eruption-du-13-juillet-2018/Societe/Article/2018/07/13/PHOTOS-Leruption-de-la-Fournaise-vue-du-ciel

++++++++++

3 :00 pm (Paris time): The eruption that started on July 13th, 2018 between 3:30 am (beginning of the tremor) and 4:30 am (first glow visible on the webcams) continues but the intensity of the tremor has been declining since its maximum intensity recorded at 06:00 a.m. (local time). While the 4 eruptive fissures which opened at the beginning of eruption were still active at 08:00 this morning, the most uplope one (# 1) and the upper part of fissure # 2 were no longer active at 12:30. The length of the 4 cfissures is 500 metres instead of 1000 metres as initially estimated. The lava output at the surface this morning was ranging between 2.88 and 5.34 m3 / s.
No volcano-tectonic earthquakes and no deformation have been recorded since the onset of the eruption.
Source: OVPF

Source: OVPF

Crédit photo: OVPF

N’oublions pas le Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) ! // Let’s not forget Piton de la Fournaise (Reunion Island) !

Comme je l’ai écrit il y a quelques jours, l’éruption du Piron de la Fournaise se poursuit à un petit rythme dans l’Enclos Fouqué. Le tremor se maintient à un niveau faible mais, comme aurait dit Robert Lamoureux, le canard est toujours vivant !

Voici trois belles photos réalisées dans l’Enclos par Christian Holveck que je remercie chaudement (sur un volcan actif, c’est un peu normal !)

—————————————

As I put it a few days ago, the eruption of Piton de la Fournaise in going on at a slow pace in the Enclos Fouqué. The tremor is at a low level but, as Robert Lamoureux would have said, the duck is still alive!

Here are three nice photos taken in the Enclos by Christian Holveck I thank warmly (which is quite normal on an active volcano!)

Crédit photo: Christian Holveck