Eruption dans la Meradalir (Islande) : parking et nouvelles recommandations // Eruption in Meradalir (Iceland): parking and new recommendations

L’éruption dans la Meradalir semble avoir adopté un rythme de croisière. Le Met Office islandais indique que l’éruption dans la Meradalir n’a pas montré de changements significatifs au cours des dernières heures. Le débit de la lave a diminué de près de moitié entre le 3 et le 4 août 2022. Dans les premières heures de l’éruption, il était de 32 mètres cubes par seconde, soit quatre à cinq fois plus qu’au début de l’éruption de 2021. Une autre mesure effectuée le 4 août a révélé que le débit de lave avait chuté à 18 mètres cubes par seconde. A noter que l’année dernière, le début de la rupture s’est produit à partir de plusieurs fissures qui se sont ouvertes jour après jour, alors qu’en 2022 une seule fissure s’est ouverte, du moins pour le moment.
La fissure éruptive active présente toujours une longueur d’une centaine de mètres et la quantité de gaz émise par l’éruption est stable depuis son début. Il y a peu d’activité sismique dans la région.

Bien que les autorités conseillent toujours à ceux qui ne sont pas des randonneurs expérimentés de ne pas se rendre sur le site de l’éruption, un nombre de plus en plus important de touristes ignorent ces recommandations. Beaucoup sont surpris de découvrir que le stationnement n’est pas gratuit et qu’une amende sera infligée à quiconque ne met pas la main au portefeuille
Lors de l’éruption du Fagradalsfjall l’année dernière, il y avait déjà un parking payant quotidien de 1000 ISK (environ 7,00 €) payable via le site Web ou l’application parka.is. Ceux qui ne paient pas sont passibles d’une amende de 4 750 ISK (environ 34,00 €).
Des panneaux sont apposés dans les deux parkings; ils indiquent qu’il y a un tarif journalier pour le stationnement. Un effort est fait actuellement pour améliorer la signalisation. Des caméras et horodateurs vont être installés sur les parkings, similaires à ceux que l’on trouve dans les parkings de la capitale.

L’éruption a lieu dans la vallée de Meradalir, plus à l’intérieur des terres que l’éruption de Fagradalsfjall l’année dernière. Le parcours vers le site est d’environ 17 kilomètres aller-retour et comprend un important dénivelé. Plusieurs personnes ont été blessées ces derniers jours; l’une a dû être évacué par hélicoptère avec une cheville cassée.
La police rappelle au public que le parcours est difficile et pas pour tout le monde. Les secouristes regrettent que de nombreux visiteurs n’apportent pas de lampes de poche.
Ceux qui visitent l’éruption doivent également être particulièrement conscients du risque lié aux gaz. Comme je l’ai déjà écrit, les autorités conseillent aux visiteurs d’éviter d’amener des enfants, qui sont plus sensibles aux gaz toxiques et risquent d’être incommodés car les gaz toxiques lourds s’accumulent près du sol.
La police rappelle également au public que la conduite hors piste est interdite sur le site, comme partout ailleurs en Islande. Plusieurs personnes ont été verbalisées pour ne pas avoir respecté l’interdiction en début de semaine.
Source : Iceland Review.

A titre personnel, j’ajouterai qu’il faut prendre en compte la météo très changeante en Islande. De bons vêtements de pluie sont fortement recommandés.

Les informations sur l’accès au site éruptif se trouvent à cette adresse :

https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2022/08/05/islande-comment-acceder-a-leruption-iceland-how-to-reach-the-eruption/

————————————————

The eruption in Meradalir seems to have adopted a cruising speed. The Icelandic Met Office indicates that there have been no changes in the lava flow in the eruption at Meradalir in the past hours. The lava flow decreased by almost half between August 3rd and 4th. The average lava flow in the first hours of the eruption was 32 cubic metres per second, which is four to five times more than at the beginning of the eruption last year. Another measurement on August 4th showed lava flow had dropped to 18 cubic metres per second. It should be noted that last year, the start of the ruption occurred from several fissures which opened day after day, whereas in 2022 only one fissure has opened, at least for the moment.

The active eruptive fissure still appears to be about one hundred meters long and the amount of gas from the eruption remains the same from when it first started. There has been little seismic activity in the area recently.

Although authorities are still advising those who are not experienced hikers to refrain from visiting the eruption, an increasing number of tourists are making their way there. However, many may be surprised to discover that parking is not free and that a fine will be levied against anyone who doesn’t pay for it.

During last year’s Fagradalsfjall eruption, there was aleady a daily parking fee of ISK 1,000 (about €7,00) payable through the parka.is website or app. Those who don’t pay the fee are charged a fine of ISK 4,750 (about €34.00).

Signs are posted in the two parking lots indicating that there is a daily charge for parking. Work is underway to improve the posted signage. Cameras and automated charging systems are expected at the parking lots, similar to those found in capital-area parking garages.

The eruption is located in Meradalir valley, further inland from the Fagradalsfjall eruption that occurred on the Reykjanes peninsula last year. The hike to the site is around 17 kilometres long return and includes considerable elevation. Several people were injured while hiking there in the past days; one had to be evacuated by helicopter with a broken ankle.

The police reminds the public that the hike is difficult and not for everyone. Many visitors are not carrying flashlights.

Those who do visit the eruption also need to be particularly aware of the risk of gas poisoning. As I put it before, authorities advise visitors to avoid bringing children, who are more sensitive to toxic gases and more prone to poisoning, as heavy toxic gases collect closer to the ground.

The police also reminds the public that off-road driving is banned at the site, as everywhere else in Iceland. Several individuals were fined for off-road driving near the eruption earlier this week.

Source: Iceland Review.

I would add that visitors need to take into account the very changeable weather conditions in Iceland. Good rain gear is highly recommended.

Information about access to the eruptive site can be dound at this address:

https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2022/08/05/islande-comment-acceder-a-leruption-iceland-how-to-reach-the-eruption/

Capture écran webcam

Nouvelles du Sabancaya (Pérou) // News of Sabancaya Volcano (Peru)

L’Institut de Géophysique du Pérou (IGP) vient de me faire parvenir son dernier rapport sur le Sabancaya. On peut lire que l’activité éruptive reste à des niveaux modérés, avec en moyenne 42 explosions quotidiennes depuis le mois d’avril 2022 et une importante émission de cendres et de gaz. Les panaches montent souvent à 3500m au-dessus du sommet du volcan, avant de s’étirer sur toute la vallée de Colca, jusqu’à 30 km de distance.

Au cours des mois d’avril et de mai 2022, un important apport de magma a été observé à la surface, ce qui a provoqué la croissance d’un dôme préexistant dans le cratère. Les scientifiques pensent que ce dôme de lave peut donner naissance dans les prochains jours ou semaines à deux scénarios : 1) poursuite de l’activité explosive à son niveau habituel et ; 2) légère augmentation de l’activité explosive due à la surpression du système magmatique.

Dans la conclusion de son rapport, l’IGP écrit qu’en raison de la croissance du dôme de lave dans le cratère du Sabancaya, il est recommandé aux autorités de maintenir le niveau d’alerte volcanique de couleur Orange et adopter des mesures sanitaires préventives contre les retombées de cendres. Il est aussi recommandé de pas s’approcher à moins de 12 km du cratère. Toute approche ou ascension du volcan est à très haut risque. En cas de retombées de cendres, la population doit éviter tout contact avec ce matériau, se couvrir le nez et la bouche avec des chiffons humides ou des masques. Il est aussi conseillé de garder les portes et les fenêtres des maisons fermées.
Source: IGP.

—————————————–

The Geophysical Institute of Peru (IGP) has just sent me its latest report on Sabancaya. One can read that the eruptive activity remains at moderate levels, with an average of 42 daily explosions since April 2022 and significant ash and gas emissions. The plumes often rise to 3500m above the summit of the volcano, before drifting over the entire Colca Valley, as far as 30 km.
During the months of April and May 2022, a significant ascent of magma was observed on the surface, which caused the growth of a pre-existing dome in the crater. Scientists think that this lava dome can lead in the next days or weeks to two scenarios: 1) continuation of the explosive activity at its usual level and; 2) slight increase in explosive activity due to the overpressure of the magmatic system.
In the conclusion of its report, IGP writes that due to the growth of the lava dome in the Sabancaya crater, authorities should maintain the volcanic alert level at Orange and adopt preventive health measures in case of ashfall. It is also recommended not to approach within 12 km of the crater. Any approach or ascent of the volcano is at very high risk. In the event of ashfall, the population must avoid all contact with this material, cover their noses and mouths with damp cloths or masks. It is also advisable to keep the doors and windows of houses closed.
Source: IGP.

Voici quelques images issues du rapport, montrant en particulier l’évolution du dôme de lave :

Source ; IGP

Le Sommet des Océans à Brest : un coup d’épée dans l’eau?

Le One Ocean Summit, ou Sommet des Océans, s’est ouvert le 9 février 2022 à Brest. C’est à l’issue d’une sortie en bateau en Méditerranée, le 3 septembre 2021, que le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé la tenue de ce sommet qu’il a fallu préparer en un temps record. Il durera jusqu’au samedi 12 février. Au menu : des discussions et des débats devant aboutir à une série de recommandations [NDLR: Comme pour les COP, rien n’est contraignant et les recommandations ne servent donc pas à grand-chose; on sait d’avance que certains pays n’en tiendront pas compte]. Certains organes de presse affirment que ces déclarations d’intention placent Brest au centre du monde maritime. Oui, mais avec quel effet concret?

Le sommet consiste en une série de débats consacrés au transport des marchandises, au transport à la voile, à la très haute mer ou encore à la gouvernance de l’océan face au changement.

En ligne de mire de ce sommet brestois, il y a la conférence sur les océans sous l’égide des Nations Unies qui se tiendra à Lisbonne en juin prochain.

Le samedi 11 février, une vingtaine de chefs d’Etats sont attendus à Brest autour d’Emmanuel Macron et de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen. Si le président américains Joe Biden a envoyé le francophile John Kerry en émissaire à ce sommet, nulle part ne figurent des représentants russes, chinois, japonais, australiens et autres grands pollueurs de nos océans. On nous dit que c’est sur ce temps diplomatique que seront faites les annonces d’engagements – là encore, rien de contraignant – en faveur de la protection des océans.

Les deux jours de débats doivent en effet aboutir à des recommandation, par exemple sur la réduction des déchets plastiques. Par contre, je n’ai lu ou entendu aucune alerte concernant la menace que fait peser sur les littoraux la hausse du niveau des océans. Je n’ai vu aucune allusion à l’ouverture du trafic maritime dans les passages du nord-est et du nord-ouest, avec tous le bouleversements écologiques que cela va forcément entraîner.

La présence de personnes médiatiques comme le navigateur François Gabard et l’explorateur Jean-Louis Etienne est fort louable, mais suffira-t-elle à faire avancer les choses? Je n’en suis pas certain.

La fonte de la glace de mer va entraîner des bouleversements du trafic maritime dans l’Arctique

Geldingadalur (Islande) : une éruption sous contrôle… // A well controlled eruption…

Les contrôles sur le site de l’éruption dans la Geldingadalur ont été renforcés ces derniers jours. Le site sera ouvert de 6h00 à 18h00 pendant le week-end de Pâques, à condition que les conditions météorologiques le permettent. La police a décidé que les visiteurs devraient avoir quitté le site avant 22h00 chaque soir.

Il y avait tellement de monde le 30 mars que l’accès a été fermé vers 18h00. Plusieurs photos publiées sur les réseaux sociaux montrent de très longues files de véhicules sur la Grindavíkurvegur qui attendaient de pouvoir atteindre le site de l’éruption. La police rappelle qu’il est interdit de s’arrêter et de garer son véhicule sur ou à proximité de la Grindavíkurvegur. Si de telles files de véhicules réapparaissent, la police fermera les accès à l’intersection de Reykjanesbraut et Grindavíkurvegur, ainsi qu’à l’intersection de Suðurstrandarvegur et Krýsuvíkurvegur. Il y aura également une fermeture d’accès sur la Krýsuvíkurvegur.

Les visiteurs sont fortement invités à respecter la règlementation COVID. Il leur est en particulier rappelé qu’ils doivent porter un masque si la distanciation de deux mètres ne peut pas être respectée. Le chef du service islandais d’épidémiologie demande aux gens d’attendre pour visiter le site de l’éruption tant que l’épidémie en Islande n’est pas maîtrisée.

Le site web Iceland Monitor a publié une liste de recommandations destinées aux personnes désireuses de se rendre sur le site de l’éruption.. Voici des extraits de la liste:

– Il est interdit aux personnes en quarantaine de visiter la zone.

– Tout le monde doit quitter le site de l’éruption avant 22 heures (voir ci-dessus).

– Les visiteurs doivent consulter les prévisions météorologiques lors de la planification de leur excursion.

– Les téléphones portables doivent être complètement chargés.

– Les gens doivent apporter un sac à dos avec une collation et de l’eau.

– Comme le sentier est parfois pentu et recouvert de glace, il est conseillé d’apporter des crampons et les bâtons de randonnée sont très utiles.

– Une lampe frontale est un must si vous visitez la région la nuit ou avant le lever du soleil.

– Les visiteurs doivent apporter un sac pour les détritus. Ils doivent respecter la nature et se rappeler que la conduite hors route est illégale.

– Des chaussures de randonnée confortables et des vêtements chauds et imperméables sont recommandés

– Il est judicieux d’apporter des pansements contre les ampoules.

– Si les gens visitent la zone la nuit, il est conseillé d’apporter un gilet réfléchissant pour être plus visible des conducteurs au moment de rejoindre son véhicule.

– Il est rappelé aux visiteurs que le parcours depuis la route dure une à deux heures dans chaque sens.

Bon voyage, à condition que vous trouviez un avion pour vous rendre en Islande, que vous ayez été vacciné, ou que vous acceptiez de vous soumettre à la quarantaine de 5 ou 6 jours entre les deux tests PCR,…. et que vous aimiez les foules !

————————————————

Access to the eruption site at Geldingadalur has been reinforced in the past days. It will be open from 6:00 in the morning to 18:00 in the evening over the Easter weekend, provided weather conditions remain good. The police has decided that responders should begin evacuating the eruption site at 22:00 each evening.

There were so many visitors on March 30th that access was closed around 18:00. Several photos posted on the social media show very long queues of vehicles on Grindavíkurvegur waiting to reach the eruption site. An announcement from the police states that it is forbidden to stop and park vehicles on or by Grindavíkurvegur. If such problems reappear, the police will set up closing posts at the intersection of Reykjanesbraut and Grindavíkurvegur, the intersection of Suðurstrandarvegur and Krýsuvíkurvegur. There will also be a closing post on Krýsuvíkurvegur.

Visitors are stromgly asked to respect the COVID rules. The police reminds people that there is a regulation on the restriction of meetings due to COVID-19. Visitors to the eruption site are also reminded that if it is not possible to stay two metres apart at the site, masks should be worn. Iceland’s chief epidemiologist has encouraged people to wait to visit the eruption site while the epidemic in Iceland is being brought under control.

The Iceland Monitor website published a list of what visitors should do and should not do at the eruption site, the precautions they should take and the items they should bring along with them. Here are excerpts from the list:

People in quarantine are prohibited from visiting the area.

Everyone must leave the eruption site by 10 pm (see above).

Visitors should check the weather forecast when planning their trip.

Cellphones should be fully charged.

People should bring a backpack with a snack and water. Hot chocolate is good, too.

As the trail is steep at times and can be very icy, it is advisable to bring crampons along and trekking poles are very helpful.

A headlamp is a must if you visit the area at night or before sunrise.

They should also bring a bag for trash. They should respect nature, and remember that off-road driving is illegal.

Comfortable hiking boots and warm, water-proof clothing are recommended

It is smart to bring band-aids that provide cushioning against blisters, in case shoes hurt.

If people visit the area at night, it is advisable to bring along a thin reflective vest to be more visible to drivers on the road where there is an endless line of cars driving by.

Visitors are reminded that the hike from the road takes one to two hours each way.

Have a nice trip, provided you find a plane to go to Iceland, you have been vaccinated, or you submit to the 4 or 5-day quarantine between the two PCR tests, ….and you like the crowds!

Capture image webcam le 2 avril 2021