Eruption du Soputan (Indonésie)

drapeau-francaisSelon les médias indonésiens, le Soputan (Sulawesi Est) est entré en éruption à 20h53 (heure locale), le lundi 4 janvier 2016. Les autorités ont fait passer le niveau d’alerte de 2 à 3.
Le volcan a émis une colonne de cendre de 2k de hauteur, qui a ensuite dérivé vers le sud-est.
Le niveau d’alerte 3 signifie que toute activité est interdite dans un rayon de 4 kilomètres autour du volcan. Plusieurs localités ont subi des retombées de cendre. Aucune évacuation n’a été décidée pour le moment.

——————————–

drapeau-anglaisAccording the Indonesian news media, Soputan volcano (eastern Sulawesi) erupted at 8:53 p.m. (local time) on Monday. Authorities have increased the alert level from 2 to 3.
The volcano spewed an ash column as high as 2,000 metres, which then drifted southeast.
Alert level 3 means that people are prohibited from any activity within a radius of 4 kilometres from the volcano. Several municipalities have been affected by the ash from the eruption. No evacuation has been decided yet.

Nouvelle intensification de l’activité du Fuego (Guatemala)

drapeau-francaisLe Fuego connaît ces jours-ci une activité intense. Dans un bulletin spécial mis en ligne le 3 janvier, l’INSIVUMEH indique que les panaches de cendre atteignent 7300 mètres d’altitude. Les explosions sont fréquentes ; elles projettent des matériaux incandescents jusqu’à 500 mètres au-dessus du cratère. Des coulées de lave avancent sur environ 3 km dans les ravines Trinidad, El Jute et Las Lajas. L’INSIVUMEH n’exclut pas le déclenchement de coulées pyroclastiques. Des retombées de cendre sont observées dans plusieurs localités, mais aucune évacuation de la population n’est prévue en ce moment.

En cliquant sur ce lien, vous verrez une petite vidéo montrant l’activité du Fuego au cours des dernières heures:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=tuS-8xy3Zo4

———————————

drapeau-anglaisFuego volcano is currently going through a new outbreak of activity. In a report released on January 3rd, INSIVUMEH indicates that ash columns rise up to 7,300 metres a.s.l. Explosions are frequent, with ejections of material 500 metres above the crater. Lava flows are travelling over about 3 km down the Trinidad, El Jute and Las Lajas drainages. Pyroclastic flows might also occur. Ashfall has been observed in several communities but no evacuation of the population is predicted in the short term.

By clicking on this link, you will see a short video showing Fuego’s recent activity:

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=tuS-8xy3Zo4

Fuego Janvier

L’activité du Fuego vue ce matin par la webcam.

Fonte de l’Arctique et trafic maritime // Arctic melting and sea traffic

drapeau-francaisComme je l’ai écrit dans des notes précédentes, le réchauffement climatique actuel fait fondre la glace de l’Arctique en découvrant de nouvelles ressources énergétiques et en ouvrant de nouvelles routes maritimes. Voici un exemple qui illustre cette situation.
Un brise-glace russe à propulsion nucléaire – le Vaygach – vient d’effectuer le trajet le plus rapide sur la Route Maritime du Nord qui longe la côte russe de l’Arctique, entre la mer de Barents à l’ouest et le détroit de Béring à l’est.
Avec un temps record de sept jours et demi, on remarquera que le brise-glace a effectué le voyage de 4000 km plus d’un mois après la date qui marque généralement la fin de la navigation dans l’Arctique. En effet, selon les statistiques, les trois dernières saisons de navigation ont pris fin à la mi-novembre.
La performance du Vaygach montre que la couche de glace est relativement mince dans l’Arctique. Lors d’un forum international de l’Arctique à Saint-Pétersbourg début décembre, un diplomate russe a déclaré que la Route Maritime du Nord pourrait bientôt être opérationnelle toute l’année.
Cependant, cela ne signifie pas forcément que l’on se dirige vers un boom du trafic maritime dans l’Arctique. Alors que la flotte impressionnante de brise-glace russes permet au pays d’offrir plus d’escortes et d’assistance le long de son littoral arctique, elle n’a pas vraiment attiré davantage de trafic international. Cela peut être dû à la récente chute des prix du pétrole, ce qui signifie que la route maritime la plus courte présente moins d’intérêt pour le trafic international. Par ailleurs, la situation en Ukraine en 2014 a nui aux relations commerciales russes sur la Route Maritime du Nord. Cependant, il est un type de trafic qui a connu une hausse: le trafic local avec des étapes le long de la Route Maritime du Nord proprement dite.
A l’avenir, il est prévu que la banquise continuera à s’amincir, de sorte que la glace sera plus aisément éloignée des côtes par le vent. Avec un peu de chance – et les vents adéquats – la Route Maritime du Nord sera de nouveau ouverte au commerce dès le mois de juin.
Source: Arctic Newswire.

————————————-

drapeau-anglaisAs I put it in previous posts, the current global warming is melting Arctic ice, uncovering new energy resources and opening new maritime routes. Here is an example that illustrates this point.
A Russian nuclear-powered icebreaker – the Vaygach – has just completed the fastest transit of the Northern Sea Route that runs along Russia’s Arctic coast from the Barents Sea in the west to the Bering Strait in the east.
Along with setting the speed record of seven and a half days, the icebreaker has also completed the trip of 4,000 km more than a month after the shipping season usually ends in the Arctic. Indeed, according to statistics, the last three shipping seasons wrapped up in mid-November.
The Vaygach’s successful transit is an indication that the ice is pretty thin in the Arctic. At an international Arctic forum in St. Petersburg in early December, a Russia diplomat said the Northern Sea Route could soon be operational year-round.
However, this might not be the sign of an Arctic boom. While Russia’s unmatched fleet of icebreakers allows it to offer more escorts and assistance along its Arctic coastline, it hasn’t exactly attracted more international traffic. This may be due to the recent plunge in oil prices, which means the shorter route is just less attractive to international traffic. Besides, the incidents in Ukraine in 2014 damaged the business climate for Russian collaboration in the Northern Sea Route. However, one type of traffic has been on the rise: destinational traffic, or transits with a destination along the Northern Sea Route itself.
In the future, it is predicted that as the ice gets thinner, it will be more easily blown by the winds, so it can more easily move away from the coast. With any luck – and the right winds – the Northern Sea Route will be back open for business in June.
Source: Arctic Newswire.

Northern Sea Route copie

Voies maritimes dans l’Arctique (Source: Arctic Council)