Exercice d’évacuation annuel à Kagoshima (Japon) // Annual evacuation drill in Kagoshima (Japan)

drapeau-francaisLa préfecture de Kagoshima vient d’organiser son exercice annuel d’évacuation dans l’éventualité d’une éruption majeure du Sakurajima. Cette année, le coréen et le chinois ont été ajoutés aux langues étrangères utilisées pendant l’exercice.
En août 2015, le niveau d’alerte du Sakurajima a été porté à 4, sur une échelle de 5, ce qui signifie que les habitants devaient se tenir prêts pour une possible évacuation. Certains touristes étrangers qui n’étaient pas au courant de la situation sont entrés dans des zones interdites.
Dans le dernier exercice, l’avis d’évacuation a été diffusé par haut-parleurs dans toute l’île en japonais, anglais, coréen et chinois. La population locale et quelque 150 organisations ont participé à l’exercice. Après la diffusion de l’alerte par des fonctionnaires municipaux, les gens ont été évacués de l’île par ferry. Etant donné que l’année dernière certains habitants se sont dirigés vers des endroits autres que ceux pour lesquels ils étaient prévus, on a remis cette année aux participants à l’exercice, avant qu’ils montent dans le ferry, des cartes montrant leur destination individuelle.
Selon l’Agence météorologique japonaise, l’activité du Sakurajima a ralenti depuis la dernière éruption majeure en septembre. Le niveau d’alerte actuel est de 2, ce qui signifie que l’approche du cratère est interdite.
Source: The Japan Times.

————————————

drapeau-anglaisThe prefecture of Kagoshima has just held the annual disaster drill to prepare for a large-scale eruption of Mount Sakurajima. This year, Korean and Chinese were added to evacuation advisory languages.
Last August, the eruption warning level for Sakurajima volcano was raised to 4, on a scale of 5 levels, which means residents must be ready to evacuate. Some foreign tourists were unaware of the warning and entered areas that had been declared off-limits.
In the latest drill, an evacuation advisory was aired through speakers around the island in Japanese, English, Korean and Chinese. Local residents and some 150 organizations took part in the drill. Following a disaster warning conducted by city officials, participants were evacuated from the island by ferry. Considering that last year some residents went to places other than designated evacuation centres, participants in the drill were asked to hand over cards showing where they were headed before boarding the ferry.
Japan Meteorological Agency reports that volcanic activity had slowed since the last major eruption in September. The current alert level is 2, which means people should not approach the crater.
Source: The Japan Times.

Sakurajima-blog

Le Sakurajima et la ville de Kagoshima  (Crédit photo: Wikipedia)

Overflowing of the Paterno salinelle and gaseous emissions on the lower slopes of Mt Etna(Sicily / Italy)

In the past days there has been a reactivation of mud emissions in the Paterno salinelle. The mud flowed several times in Via Salso, to the great despair of the residents who had to clean up their yards and gardens. However, the phenomenon is not exceptional. I studied it in the years 2000, together with the gaseous emissions on the lower slopes of Mount Etna. Here is a summary of my study.

GASEOUS EMISSIONS ON THE LOWER SLOPES OF MOUNT ETNA

Referring to statistics, Etna is said to be one of the most polluting volcanoes in the world, because of heavy emissions of gas. According to T.M. Gerlach (1), the craters emit some 25,000 tons of CO2 per day, which corresponds to 10% of the CO2 of volcanic origin on our planet.

Generalities :

The sources of CO2 on the lower slopes of Mt Etna are essentially concentrated around Paterno (where they are better known as salinelle owing to their strong salinity) but also in the Bronte and Giarre areas.
Let’s not forget the gas emissions located along the 1989 fracture, at about 1650 m a.s.l., where it crosses the SP.92 provincial road. Owing to a magma intrusion, this fissural system – which, by the way, was reactivated during the 1991-93 eruption – represents a potential risk for some villages, hence the need for an increased surveillance.
The emissions of gases at a low altitudes might be explained by the presence of thinner clay-rich layers that would allow their passage.
These emissions of gas have been known for a very long time and several studies already mentioned them as early as the 19th century (2). By that time, the reports sometimes described fountains of mud-rich water that could reach heights ranging from 50 cm to 3 metres, with an average temperature of 46°C. These mud paroxysms were often connected to seismic events in the area.

The salinelle of Paterno.

Salinelle are mud volcanoes that are located in three sites around Paterno :
• Site n°1 – Simeto – lies to the west of the town, close to the river with the same name.
• Site n°2 – Stadio – lies close to the football ground ; it is undoubtedly the best known and the most accessible; today, it is a waste ground lined with heaps of rubbish. Due to the instability of the ground, visitors need to be careful because the crust may break and cause a very unpleasant foot-bath, even if it is without danger!
• Site 3 – Vallone Salato – lies to the south-east. .

Each site covers several thousand square metres. The mud pools have a strong salinity, an average PH of 6 and a conductivity of 88ms/cm. In most cases, the water temperature is about 19°C; for instance, I measured temperatures between 18°1 and 20°3°C on the site of Stadio. Some differences can be noted between one spring and another, but they are on the whole very stable, whether it be in Spring or in Summer when I made the measurements. The chemical composition (on an equivalent basis) is as follows:

Na » Ca > Mg > K et Cl » HCO 3 > SO4 (3)

The strong salinity, the low rate of sulphates and the absence of seasonal variations in the chemical composition mean that they are waters associated with hydrocarbon deposits.
Apart from the Paterno salinelle, one can observe other places where gases are released in some amounts. For example, the spring of Aqua Grassa, not far from Paterno, releases about 20 cubic metres of gas each day. In the past, the CO2 was exploited for the industry. In 1937 the emission rate even reached 100 m3 per day (4). The water temperature is 19°C and its PH is 6.
The salse (4) of Fondachello – near Giarre – were famous for their mud eruptions in the 17th century, perhaps in relation with the earthquake that destroyed Catania (5).
The mud fountains were sometimes as high as six metres and the texts of that time mention a “vulcano di fango” – a mud volcano – that was salt-rich and three metres high. Other eruptions, though less dramatic, took place during the following centuries (6). However, there does not seem to exist any description of a recent activity, even if the inhabitants pretend that a mud volcano, one metre high, was still active some twenty years ago and that its gases were used to cook the meals!…
Today the gas activity is limited to emissions of bubbles in an irrigation ditch which is difficult to find.
Mofettes or gas emissions of the same type can also be observed near Santa Venerina (near Acireale), at San Nicola (near Bronte), at Nafta (near Palagonia) or at Aragona, although in these last two places the phenomenon is probably not linked to Mt Etna.

The gases of the salinelle.(7)

In the salinelle, the main gases are: CO2 (largely dominant), CH4, N2 and He. Each mud pool presents very little chemical variation with the time, but the chemical composition may vary from one pool to another, even if they are not far the ones from the others. Geothermal studies based on the composition of the water and the gases of the salinelle may lead to think that the temperature of the feeding system is comprised between 100 and 150°C.
Each salinella has its own relation He / CH4 which remains constant in time and space. On the contrary, CO2 may vary because, during its ascent, it undergoes different interactions with the waters of the different pools, whereas He and CH4 only have a low solubility in water.
The studies performed in the past (Silvestri in the 19th century) reveal a strong concentration of H2 in the salinelle whereas today the presence of this gas is very rare. However, a characteristic odour of H2S is present on the sites of the salinelle.

Salinelle and seismology:

According to D’Alessandro, some salinelle show variations of chemical composition in relation with the seismic events that took place in the eastern part of Sicily between 1990 and 1993. These variations concern:
• the concentrations of CH4 and He at the Stadio salinella in Paterno (in relation with an earthquake that took place on December 13th 1990).
• the concentrations de H2, He, CH4 at Stadio and Vallone Salato (in relation with an earthquake that took place on September 20th 1991).

It could not be proved whether the variations in the chemical composition of the gases preceded or not the tremors.
The change in H2 may be attributed to reactions between water and the surface of silicate-rich rocks. Such reactions (and thus the emission of H2) are increased when the rocks undergo micro-fractures at the moment an earthquake is about to occur.
The changes in He and CH4 could be explained by variations of pressure exerted on the deep magmatic chamber during the period that precedes the earthquake.
To be confirmed, these hypotheses would require more precise and more regular studies, along with an automatic system of control that would allow to measure some parameters of the fluids (PH, temperature, CH4, He, etc.); this might contribute to setting up a surveillance program in relation with seismic activity.

Relationship between gas emissions at low altitude and the eruptive activity of Mt Etna.

Volcanic activity is often heralded by geochemical signals , such as changes in the chemical composition of fumaroles or crater lakes. Paradoxically, very little research has been performed on gas emissions at ground level in volcanic areas. However, abnormal concentrations in the emissions of rare gases from the ground have already been observed during periods of seismic activity. During a pre-eruptive phase, micro-fractures in the rocks increase the permeability of the ground and thus favour the passage of the gases accumulated under the volcanic structure.
In Italy, changes in CO2, Rn, He concentrations have been observed on such sites as the Campi Phlegrei (in repose today), Stromboli or Etna (active today). The study of these gases can thus be a precious indicator of the evolutive process inside an active volcano.
That’s why, since 1989, scientists from the CNR and of the University of Palermo have undertaken a systematic study of the gases in particular areas around Mount Etna:
Zafferana Etnea / San Venerina , where 69 measuring points have been set up over 42 km2 at 600 m a.s.l.
Paterno, with 69 measuring points over 45 km² at 200 m a.s.l.
The south/south-east fracture that split open Etna’s flank in 1989 between the South-East Crater and the 1500 m altitude.
This study was intensified at the end of 1989, 1991 and at the beginning of 1992 during eruptive crises of the volcano. Two types of measurements of CO2 have been performed: punctual (with monthly readings) and continuous (by means of a station installed on the lower part of the 1989 fracture).
During the measurements, three anomalies were recorded in the area Zafferana / S. Venerina in Summer 1990, March-April 1991 and October 1991, respectively.
In Paterno, only the March-April anomaly was recorded.
On the 1989 fracture, a degassing anomaly was observed in April-August 1990 and September-October 1991, which corresponds with two of the vents recorded in Zafferana / S. Venerina.
The result of these different observations reveals an increase in CO2 in March-April, which was only detected in the peripheral areas but not on the 1989 fracture. This increase in CO2 corresponded with a period of inflation of the volcano and thus an accumulation of pressure in depth.
As a consequence, it looks as if peripheral areas receive a “loss of tectonic gas” linked to the deep feeding system of the volcano, and this depth is too great for the 1989 fracture – much too high in altitude – to be affected. The abnormal degassing of September-October 1991 that was also observed on the 1989 fracture and at Zafferana/S. Venerina (but not at Paterno) can be explained by an early magma intrusion in the fracture. The proximity of Zafferana and S. Venerina and the distance to Paterno account for the differences in the emissions between these two areas.

From these observations, it appears that the areas of Zafferana / S. Venerina on the one hand and Paterno on the other hand might have a common and deep source of CO2. The only increase proper to all these areas was recorded in early 1991, with a climax by the end of March. It was in relation with an inflation of the volcanic structure which was at the same time recorded by tiltmeters (SEAN 1992). This inflation of the volcano was due to an accumulation of pressure in depth which led to a new start of eruptive activity in mid-December.
Another increase (however much lower) of CO2 was observed in October 1991. Then, a sudden decrease occurred at low altitude – which was in relation with the start of the eruption – while, in the meantime, degassing was stronger on the summit of Etna. This suggests that the ascent of the magma column, while concentrating the main degassing in the upper feeding conduits, contributed to reducing exhalations in the peripheral areas.

Conclusion.

All these results show that the control and analysis of gas emissions at low altitude can allow to detect the early phases of a new activity of a volcano, likely to lead to an eruption. Besides, the control of gases in the area of a system of fractures like the one of 1989 may give indications about the behaviour of magma and then be used for the purpose of prevention.

+++++++++++++++++++

Most of the elements that allowed the writing of this report can be found in Acta Vulcanologica (Journal of the National Volcanic Group of Italy) / Vol. 4 – 1994 and Vol. 8 (1) – 1996. They complete a personal work of research and measurements on the field performed between 1994 and 1997.

++++++++++++++++++++++
(1) T.M. Gerlach. Etna’s greenhouse pump. (1991).
(2) G.A. Mercurio (1847) ou O. Silvestri (1866) for example.
(3) D’Alessandro, Parello, Valenza (1990-1993).
(4) A.G.I.P. (1938).
(5) G.A. Mercurio. Sulla Salsa di Fondachello nel commune di Mascali (1847)
(6) G.A. Mercurio. Sulla Salsa di Fondachello nel commune di Mascali (1847)
(7) D’Alessandro, Parello, Valenza. Acta Vulcanologica 8 (1). 1996.

Paterno 01

Paterno 02

Paterno 03

The salinelle of Paterno in 1999 (Photos: C. Grandpey)

Le débordement des salinelle de Paterno et les émanations gazeuses sur les basses pentes de l’Etna (Sicile / Italie)

On observe en ce moment une réactivation des émissions de boue dans les salinelle de Paterno, petite localité située au SO de l’Etna. La boue s’est écoulée à plusieurs reprises ces derniers jours dans la Via Salso, au grand désespoir des habitants qui doivent nettoyer cours et jardins souillés par la boue.
Le phénomène n’a rien d’exceptionnel et plusieurs localités siciliennes au pied de l’Etna connaissent ce phénomène que j’avais étudié au cours des années 2000, dans le cadre des émissions gazeuses sur les basses pentes de l’Etna. En voici le résumé.

****************************

LES EMANATIONS GAZEUSES SUR LES BASSES PENTES DE L’ETNA

Au vu des statistiques, l’Etna serait l’un des volcans les plus pollueurs au monde, du fait de l’abondance de son dégazage. Selon T. M. Gerlach (1), les cratères émettraient 25000 tonnes de CO2 par jour, ce qui correspondrait à 10% du CO2 d’origine volcanique de notre planète.
S’il émane essentiellement des zones sommitales du volcan, le CO2 est aussi présent (en plus petites quantités) à basse altitude, dans les régions où les structures tectoniques sont les plus actives.

Présentation générale.

Les sources de CO2 sur les basses pentes de l’Etna se concentrent essentiellement autour de Paterno (où elles sont mieux connues sous le nom de salinelle à cause de leur forte salinité) mais aussi dans les régions de Bronte ou Giarre.
Signalons également les émanations gazeuses qui se situent au niveau de la fracture de 1989, à environ 1650 m d’altitude, à l’endroit où elle traverse la route provinciale S.P.92. Suite à une intrusion de magma, ce système fissural – par ailleurs réactivé pendant l’éruption de 1991-93 – représente un risque potentiel pour certains villages, d’où la nécessité d’une surveillance accrue.
La présence des gaz à basse altitude s’expliquerait par une épaisseur moindre des couches imperméables à dominante argileuse, ce qui favoriserait leur passage.
Ces manifestations gazeuses sont citées depuis des temps lointains et plusieurs études en font état dès le 19ème siècle (3). Les rapports de l’époque décrivent parfois des fontaines d’eau boueuse d’une hauteur allant de 50 cm à 3 mètres, avec une température moyenne de 46°C. Ces paroxysmes « boueux » étaient souvent liés à des événements sismiques dans la région.

Les salinelle de Paterno.

Les salinelle sont des volcans de boue qui occupent trois sites autour de Paterno :
• Le site 1 – Simeto – se trouve à l’ouest du bourg, tout près de la rivière du même nom.
• Le site 2 – Stadio – jouxte le terrain de sports ; il est sans aucun doute le mieux connu et le plus accessible ; c’est aujourd’hui un terrain vague bordé de dépôts d’ordures. L’instabilité du sol demande d’être vigilant car la croûte superficielle peut se rompre et entraîner un bain de pieds très désagréable, même s’il est sans danger !
• Le site 3 – Vallone Salato – se trouve au sud-est.

Chaque site couvre plusieurs milliers de mètres carrés. Les mares de boue ont une forte salinité, un PH moyen de 6 et une conductivité de 88ms / cm. Dans la plupart des cas, la température de l’eau se situe aux alentours de 19°C ; ainsi, sur le site de Stadio, les relevés que j’ai effectués vont de 18,1°C à 20,3°C. On note de petits écarts d’une source à l’autre, mais l’ensemble reste stable, que ce soit au printemps ou en été, époques où j’ai effectué les mesures. La composition chimique (sur une base équivalente) est la suivante :

Na » Ca > Mg > K et Cl » HCO 3 > SO4 (2)

La forte salinité, la faible teneur en sulfates et l’absence de variations saisonnières dans la composition chimique indique qu’il s’agit d’eaux associées à des dépôts d’hydrocarbures.
En dehors des salinelle de Paterno, on observe d’autres lieux où les gaz sont libérés en plus ou moins grande quantité. Ainsi, la source d’Aqua Grassa, non loin de Paterno, rejette environ 20 m³ de gaz par jour. Dans le passé, le CO2 y était exploité à des fins industrielles et en 1937 le débit a même été évalué à 100 m³ par jour (4). La température de l’eau est de 19°C et son PH est de 6.
Les salse (6) de Fondachello – près de Giarre – ont connu des éruptions de boue au 17ème siècle, peut-être en relation avec le séisme qui détruisit Catane. Les fontaines de boue ont parfois atteint six mètres de hauteur et les écrits de l’époque font mention d’un « vulcano di fango » – volcan de boue – riche en sel et de trois mètres d’élévation. D’autres éruptions, moins spectaculaires, ont eu lieu pendant les siècles suivants (7). Toutefois, il ne semble pas qu’il existe une description d’activité récente, bien que les habitants prétendent qu’un volcan de boue d’un mètre de hauteur était encore actif il y a une vingtaine d’années et que les gaz étaient utilisés pour faire chauffer les plats !… Aujourd’hui, l’activité gazeuse se limite à l’émission de bulles dans un fossé d’irrigation d’ailleurs difficile à trouver.
Des mofettes ou émanations gazeuses du même type sont également à signaler à San Venera (près d’Acireale), à San Nicola (près de Bronte) ou à Naftia (près de Palagonia) bien que dans ce dernier secteur le phénomène semble en relation beaucoup plus lointaine avec l’Etna.

Les gaz des salinelle.(8)

Dans les salinelle, les principaux gaz sont : CO2 (majoritaire), CH4, N2 et He. Chacune des mares de boue ne présente que très peu de variation chimique dans le temps, mais la composition chimique peut varier d’une mare à l’autre, même si elles sont peu éloignées les unes des autres . Des études géothermiques basées sur la composition de l’eau et des gaz des salinelle laissent supposer que la température du réservoir oscille entre 100 et 150°C.
Chaque salinella a son propre rapport He / CH4 qui reste constant dans le temps et dans l’espace. En revanche, le CO2 peut varier, car au cours de son ascension il subit diverses interactions avec les eaux des différentes mares, alors que He et CH4 ne présentent qu’une très faible solubilité dans l’eau.
Les études réalisées dans le passé (Silvestri au 19ème siècle) ont fait apparaître de fortes concentrations d’H2 dans les salinelle alors qu’aujourd’hui la présence de ce gaz est très rare. Cependant, une odeur caractéristique d’H2S imprègne le secteur des salinelle.

Salinelle et sismologie.

Selon D’Alessandro, certaines salinelle montrent des variations de composition chimique en relation avec les événements sismiques qui se sont produits dans la partie Est de la Sicile entre 1990 et 1993. Ces variations concernent :
• les concentrations de CH4 et He de la salinella de Stadio à Paterno (en relation avec un séisme ayant eu lieu le 13 décembre 1990).
• les concentrations de H2, He, CH4 à Stadio et Vallone Salato (en relation avec un séisme ayant eu lieu le 20 septembre 1991).

Il n’a pas pu être prouvé si les variations de la composition chimique des gaz avaient – ou non – précédé les secousses sismiques.
La modification en H2 est peut-être due à des réactions entre l’eau et la surface de roches riches en silicates. Ces réactions (et donc la production de H2) se trouvent accrues quand les roches subissent des microfractures lors de l’imminence d’un séisme.
Les modifications en He et CH4 s’expliqueraient par des variations de pression exercées sur le réservoir magmatique situé en profondeur au cours de la période précédant le séisme.
Ces hypothèses, pour être confirmées, demanderaient une étude plus fine, plus régulière aussi, avec un système de contrôle automatique permettant de mesurer certains paramètres des fluides (PH, température, CH4, He etc…), et qui pourrait contribuer à la mise en place d’un programme de surveillance en relation avec l’activité sismique.

Relation entre les émanations à basse altitude et l’activité éruptive de l’Etna.

L’activité volcanologique est souvent annoncée par des signes d’ordre géochimique, tels que la modification de composition des fumerolles ou des lacs de cratères, entre autres. Paradoxalement, peu de recherches ont été effectuées sur les émissions de gaz au niveau du sol dans les régions volcaniques. Pourtant, des concentrations anormales dans les émanations de gaz rares en provenance du sol ont déjà été observées au moment de périodes d’activité sismique. En phase pré-éruptive, les microfractures des roches accroissent la perméabilité du sol et favorisent donc le passage des gaz accumulés sous l’édifice volcanique.
En Italie, des modifications concernant le CO2, le radon (Rn) ou l’hélium (He) ont été observées sur des sites aussi variés que les Champs Phlégréens (actuellement au repos), le Stromboli ou l’Etna (actuellement actifs). L’étude de ces gaz peut donc se révéler un indicateur précieux du processus évolutif à l’intérieur d’un volcan actif.
C’est pourquoi depuis 1989 (9), les scientifiques du CNR et de l’Université de Palerme ont entrepris une étude systématique des gaz dans des zones choisies sur les flancs de l’Etna :
• Zafferana Etnea / San Venerina d’une part, où 69 points de relevés ont été répertoriés sur 42 km² à 600 mètres d’altitude.
• Paterno, avec 69 points de relevés sur 45 km² à 200 mètres d’altitude.
La fracture sud/sud-est qui a déchiré sur 7 km le flanc de l’Etna en 1989 entre le cratère sud-est est l’altitude 1500m.
Cette étude a été intensifiée fin 1989, fin 1991 et début 1992 lors des crises éruptives de l’Etna. Deux types de mesures du CO2 ont été effectuées : ponctuelles (avec des relevés mensuels) et continues (par l’intermédiaire d’une station installée dans la partie basse de la fracture de 1989.
Lors des relevés, trois anomalies ont été notées sur la zone Zafferana / S. Venerina en été 1990, mars-avril 1991 et octobre 1991, respectivement.
A Paterno, seule l’anomalie de mars-avril a été perçue.
Sur la fracture de 1989, une anomalie de dégazage a été observée en avril-août 1990 et septembre-octobre 1991, ce qui correspond à deux des événements enregistrés à Zafferana / S. Venerina.
Le bilan de ces différentes observations rend compte d’un accroissement du CO2 en mars-avril qui n’a été détecté que dans les zones périphériques, mais pas sur la fracture 1989. Cette augmentation de CO2 correspondait à une période de gonflement du volcan et donc à une accumulation de pression en profondeur.
En conséquence, il semblerait que les zones périphériques reçoivent une « perte de gaz tectonique » liée à l’alimentation en profondeur du volcan, profondeur trop grande pour que la fracture 1989 – beaucoup trop élevée – soit affectée. Le dégazage anormal de septembre-octobre 1991 relevé en même temps sur la fracture 1989 ainsi qu’à Zafferana / S. Venerina (mais pas à Paterno) peut s’expliquer par une intrusion précoce de magma dans la fracture. La proximité de Zafferana et S. Venerina et l’éloignement de Paterno expliquent les différences d’émissions entre ces deux zones.

De ces observations, il ressort que les zones de Zafferana / S. Venerina d’une part et de Paterno d’autre part auraient une source commune et profonde de CO2. La seule augmentation propre à toutes ces zones a été relevée début 1991, avec une apogée fin mars. Elle correspondait à un gonflement de l’édifice volcanique par ailleurs enregistré par les inclinomètres (SEAN 1992). Ce gonflement du volcan traduisait une accumulation de pression en profondeur qui a conduit à la reprise de l’activité éruptive à la mi-décembre.
Un autre accroissement (bien que plus faible) du CO2 a été observé en octobre 1991. Puis une chute brutale est intervenue à basse altitude – ce qui correspondait au début de l’éruption – alors que, dans le même temps, le dégazage s’intensifiait au sommet de l’Etna. Cela suggère que la montée de la colonne de magma, en concentrant le dégazage principal dans les conduits d’alimentation supérieurs, a réduit les exhalaisons des zones périphériques.

Conclusion.

Les résultats ci-dessus montrent que le contrôle et l’analyse des émanations gazeuses à basse altitude peuvent permettre la détection des premières phases d’éveil d’un volcan, susceptibles de conduire à une éruption. D’autre part, le contrôle des gaz dans le secteur d’un système de fractures comme celui de 1989 peut donner des indications sur le comportement du magma et être utilisé à des fins de prévention.

+++++++++++++++++++

La plupart des éléments qui ont permis la rédaction de ce rapport se trouvent dans l’Acta Vulcanologica (Journal of the National Volcanic Group of Italy) / Vol. 4 – 1994 et Vol. 8(1) – 1996. Ils viennent s’ajouter à un travail d’observation et de mesure que j’ai effectué entre 1994 et 1997.

————————————————–

(1) T.M. Gerlach. Etna’s greenhouse pump. (1991).
(2) G.A. Mercurio (1847) ou O. Silvestri (1866) par exemple.
(3) D’Alessandro, Parello, Valenza (1990-1993).
(4) A.G.I.P. (1938).
(5) « salse » : variante locale de « salinelle ».
(6) G.A. Mercurio. Sulla Salsa di Fondachello nel commune di Mascali (1847)
(7) G.A. Mercurio. Sulla Salsa di Fondachello nel commune di Mascali (1847)
(8) D’Alessandro, Parello, Valenza. Acta Vulcanologica 8 (1). 1996.
(9) Acta Vulcanologica. Vol. 4. 1994.

Paterno 01

Paterno 02

Paterno 03

Les salinelle de Paterno en 1999.  (Photos: C. Grandpey)