Lokon (Nord Sulawesi / Indonésie)

drapeau francais.jpgLe volcan a connu sa phase éruptive la plus violente ce dimanche à 10h35, avec des émissions de cendre jusqu’à 3500 mètres de hauteur, et un mouvement de panique parmi les villageois qui se sont précipités vers les centres d’abris. Les volcanologues indonésiens espèrent que cette crise va contribuer à réduire la pression qui s’est accumulée sous le volcan et permettre une baisse de l’activité.

Sur les 33 000 personnes qui vivent sur les flancs du Lokon, plus de 6 000 dont les habitations sont proches du cratère ont été relogées dans des écoles, des mosquées et autres hébergements de fortune au pied du volcan.

Comme d’habitude en Indonésie (il suffit de se souvenir de l’éruption du Merapi), des villageois étaient remontés ce dimanche travailler dans les champs et s’occuper du bétail en dépit des mises en garde des autorités. L’explosion de ce matin les a fait détaler à toute vitesse…

 

drapeau anglais.jpgThe volcano unleashed its most powerful eruption yet Sunday at 10:35, spewing hot ash up to 3,500 metres into the air and sending panicked villagers racing back to emergency shelters. Indonesian volcanologists hope this will help ease pressure building up behind the magma dome lead to a reduction in activity.

Out of more than 33,000 people who live along the slopes of Mount Lokon, more than 6,000 of them with homes nearest to the crater have been relocated in recent days to schools, mosques and other makeshift shelters near the base.

As usual in Indonesia (just remember the eruption of Merapi) despite warnings that the mountain was still not safe, some had returned early Sunday to tend to their crops and their livestock. The powerful explosion sent them racing back down the slopes…

Etna (Sicile / Italie)

drapeau francais.jpgL’Etna est en forme en ce moment. Boris Behncke indique sur le site de l’INGV que le cratère SE s’est à nouveau réveillé le 16 juillet au matin avec une série d’émissions de cendre et d’explosions que l’on pouvait entendre depuis les localités sur les pentes du volcan.

Dans le même temps, l’activité strombolienne se poursuit au fond de la Bocca Nuova. De plus, le 13 juillet au soir, une petite coulée de lave est sortie d’un dépôt de débris à l’ouest de la bouche qui est la source de cette activité. A noter que la dernière activité effusive de la Bocca Nuova a eu lieu à l’automne 1999 avec une coulée qui a parcouru plus de 4 km sur le versant occidental de l’Etna.

 

drapeau anglais.jpgMount Etna is in great shape ! Boris Behncke indicates on the INGV website that the SE Crater woke up again on July 16th in the morning with a series of ash emissions and explosions that were widely heard in populated areas on the slopes of  the volcano.

Meantime, strombolian activity is going on in the Bocca Nuova. Besides, on July 13th in the evening, immediately to the west of the explosive vent, a lava flow was observed, which was oozing from underneath a sheet of pyroclastics that were deposited by the nearby strombolian activity. The most recent effusive activity within the Bocca Nuova occurred in the fall of 1999with a lava flow that travelled down the western flank of Etna to a distance of 4.2 km.

Eruptions volcaniques et climat

Selon des chercheurs français du Laboratoire de Météorologie Physique de Clermont Ferrand et du Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement de Grenoble, les éruptions volcaniques affecteraient le climat de notre planète dans des proportions beaucoup plus importantes que l’affirmaient les études effectuées jusqu’à présent. 

Pour aboutir à une telle conclusion, les scientifiques se sont appuyés sur l’éruption de l’Eyjafjallajökull (Islande) en mars 2010 et sur le volumineux panache de cendre émis par le volcan. Ils ont analysé le nombre de particules secondaires générées par la cendre au moment de sa réaction chimique avec les autres composants de l’atmosphère, en sachant .que les particules générées par les éruptions sont essentiellement composées d’acide sulfurique et évoluent avec le temps. Si ces particules d’acide sulfurique deviennent suffisamment volumineuses, elles peuvent jouer le rôle de ‘semence’ lors de la formation des nuages. Ces nuages, à leur tour, peuvent modifier la quantité et le type de précipitations sur une certaine zone.

Les données atmosphériques rassemblées par les chercheurs pendant l’éruption de l’Eyjafjallajökull laissent supposer que les éruptions volcaniques peuvent générer jusqu’à 100 millions de fois plus de particules de cendre qu’on le pensait jusqu’alors. De plus, des particules d »ensemencement’ peuvent se former à des altitudes plus basses et à des distances plus grandes que l’avaient suggéré les études précédentes.