Ouverture d’une nouvelle fracture sur l’Eyjafjoll (Islande)

        22 heures: drapeau francais.jpgLa situation vient d’évoluer ce soir. Une nouvelle fracture s’est ouverte à l’est de celle qui existait déjà et sept nouvelles coulées s’en échappent. Deux d’entre elles sont plus vigoureuses que les autres. La nouvelle fracture a une longueur d’environ 300 mètres. Il est conseillé aux personnes qui visitant le site éruptif d’être extrêmement prudentes.

23h15: La nouvelle fracture se situe à proximité du canyon de Hvannárgil. Cela pourrait signifier que l’activité volcanique est en train de se déplacer dans cette direction.

Aux dernières nouvelles, tout le secteur autour de l’éruption a été évacué.

 

 

        22:00: drapeau anglais.jpgThe situation is changing tonight. A new rift has opened up to the east of the existing one, with seven new lava flows. Two of them are more energetic than the others. The new rift is about 300 metres long. Visitors to the area are advised to remain extremely cautious.

The new rift is located near the Hvannárgil canyon and might mean that the volcanic activity is moving down into the canyon.

It looks as if the areas around the eruption zone have been evacuated

Eruption-Islande.jpg
Publicités

Trop de touristes imprudents (Eyjafjoll / Islande)

drapeau francais.jpgLes équipes de secours font remarquer que beaucoup de personnes qui viennent voir le volcan prennent des risques inutiles. On les a appelées ce matin pour venir en aide à trois femmes dont le véhicule avait été bloqué par la neige et la glace lors de la traverse d’une rivière en direction du volcan. Elles se trouvaient à bord d’un 4X4 de base destiné davantage à la conduite sur route ordinaire qu’au hors-piste par des conditions hivernales.

De la même façon, les équipes de secours ont dû venir en aide – pour la troisième nuit de suite – à des randonneurs frigorifiés et épuisés qui rentraient du site éruptif. Le flot de visiteurs est pratiquement ininterrompu 24 heures sur 24.

Les équipes de secours indiquent par ailleurs que les visiteurs s’approchent beaucoup trop près de la zone active et envisagent d’ériger des barrières de protection dans les zones les plus dangereuses. Ils recommandent aux randonneurs de se faire accompagner par des guides professionnels.   

Source : Iceland Review.

 

drapeau anglais.jpgSearch and Rescue teams say too many volcano visitors are taking unnecessary risks. They were called out very early this morning to assist three women who had got their car stuck in ice and snow trying to cross a glacial river on the way to the volcano. The trio were in an unmodified 4×4 car better suited to road driving than Highland off-roading in heavy winter weather.

Rescue teams also had to rescue several cold and exhausted walkers from the volcano last night – the third night in a row. The flow of visitors is currently nearly 24 hours a day.

Rescue workers as complaining that visitors are also getting much too close to the active volcano and are preparing to erect some small guide fences in the most dangerous spots. Professional guides are particularly recommended.

Source : Iceland Review.

Mort sur un volcan

drapeau francais.jpgDans la série « Les volcans peuvent tuer sans être en éruption », un touriste suédois âgé de 25 ans vient de trouver la mort aujourd’hui sur le Mont Batur (Ile de Bali, Indonésie). Le jeune homme a fait une chute de 150 mètres dans le cratère alors qu’il se promenait sur la lèvre au petit jour en compagnie de deux amis. Il a semble-t-il été tué sur le coup. Le mauvais temps pourrait retarder les opérations de remontée du corps. L’accès à ce volcan dont la dernière éruption remonte à l’an 2000 ne présente pourtant pas de danger particulier en ce moment.

 

drapeau anglais.jpgIn the series « Volcanoes may kill without erupting », a 25-year-oild Swedish tourist died today on Mount Batur, on the island of Bali (Indonesia). The young man made a fall of 150 metres in the crater while walking on the rim with two firends early this morning. He probably did not survive the initial impact of the fall. Poor weather around the cratemight slow the efforts to recover the body. The access route to the volcano whose last eruption occurred in 2000 is considered safe at the moment.

Un volcan sous-marin menace-t-il l’Italie du sud?

drapeau francais.jpgOn peut lire depuis quelques jours dans la presse que « le plus grand volcan sous-marin d’Europe pourrait se désintégrer et provoquer à tout moment un tsunami qui engloutirait l’Italie du sud ». C’est du moins ce qu’a déclaré dans le Corriere delle Sera  le volcanologue italien Enzo Boschi qui préside l’INGV. Selon lui, le volcan Marsili – qui regorge de magma – a des parois fragiles susceptibles de s’effondrer et une chambre magmatiques aux dimensions respectables. En cas d’éruption, « un puissant tsunami pourrait frapper les côtes de Campanie, de Calabre et de Sicile ».

Le volcan sous-marin Marsili, d’une hauteur de 3000 mètres, se situe à 150 km au sud-ouest de Naples. Il a une longueur de 70 km et une largeur de 30 km. Son cratère se trouve à environ 450 mètres sous la surface de la Mer Tyrrhénienne. Il n’a pas connu d’éruption dans les temps historiques.

Pas de panique toutefois ! Enzo Boschi indique que le risque est réel mais qu’il est impossible de prévoir quand la catastrophe se produira.

 

drapeau anglais.jpgOne can read in the press that « Europe’s largest undersea volcano could disintegrate and unleash a tsunami that would engulf southern Italy at any time. » This is what Enzo Boschi, president of the National Institute of Geophysics and Volcanology (INGV) declared in the Corriere della Sera. In his opinion, the Marsili volcano, which is bursting with magma, has « fragile walls » that could collapse, and a magma chamber of sizeable dimensions. The eruption would result in « a strong tsunami that could strike the coasts of Campania, Calabria and Sicily. »

The undersea Marsili volcano, 3,000 metres tall, is located some 150 kilometres southwest of Naples.

It is 70 kilometres long and 30 kilometres wide, and its crater is some 450 metres below the surface of the Tyrrhenian Sea. No eruption has been recorded in historic times.

However, there is no room for panic! Enzo Boschi indicated the risk is real but it is impossible to predict the moment when the disaster will happen.

Eyjafjoll (Islande)

Pour répondre à un commentaire qui fait suite à ma note du 30 mars, son titre « Une éruption pour touristes » ne se veut pas péjoratif, au contraire. Il montre que tout le monde peut assister au spectacle. Les autorités islandaises ont opté pour une approche intelligente et conviviale de l’éruption en filtrant les véhicules et les personnes mal équipées. Cela évite des accidents et permet d’assister au spectacle dans de bonnes conditions de sécurité. Un exemple à suivre par beaucoup, à commencer par la France, à la Réunion en particulier.

 ++++++++++

drapeau francais.jpgL’éruption connaît actuellement des hauts et des bas. Ce matin, la webcam de Fimmvödurhalsi révèle de vigoureuses fontaines de lave  (voir image ci-dessous). Les mesures GPS montrent que la phase d’extension de la fracture éruptive est terminée et même que l’on est entré dans une phase de contraction. Le volume de lave émis depuis le 21 mars est estimé à 15 – 20 millions de mètres cubes, avec une surface couverte d’environ un kilomètre carré. La sismicité se maintient à un niveau peu élevé.

Source : Iceland Review.

 

drapeau anglais.jpgThe eruption is currently going through ups and downs. This morning, the Fimmvördurhalsi webcam reveals some good lava fountaining (see image here below). GPS monitors that measure tectonics show that the eruptive fracture has ceased expanding and is even contracting a little. Some 15-20 million cubic metres of lava have spurted to the surface from inside the earth since the eruption began on March 21st, with a covered surface of approximately one square kilometre. Seismicity is at a low level.

Source : Iceland Review.

Eruption-Islande.jpg

Voici une nouvelle image de la NASA montrant le sud de l’Islande avec l’Eyjafjallajökull, le Myrdalsjökull et le site de l’éruption.  

Iceland-NASA.jpg

 

Une éruption pour touristes (Eyjafjoll / Islande)

Alors que l’Islande traverse une période de difficultés économiques, l’éruption qui a débuté samedi dernier dans le sud de l’île est une aubaine pour le secteur touristique. Après avoir déclenché l’évacuation de plusieurs centaines de personnes, le volcan en attire maintenant des milliers ! Plusieurs hôtels affichent complets et les listes d’attente s’allongent dans les agences de voyage.

Il est vrai qu’il s’agit d’une petite éruption qui, pour le moment, ne présente pas de risque majeur. Sur le terrain, seuls les nuages de gaz rabattus par le vent peuvent incommoder momentanément  les touristes souffrant de problèmes respiratoires. Par ailleurs, personne n’est, bien sûr, à l’abri d’une chute sur un terrain parfois difficile. Le facteur le plus dangereux reste la météo. Après un week-end ensoleillé, le froid (-28°C !) et la neige sont de retour et la police déconseillait formellement hier d’emprunter le sentier au départ de Skogar. Dimanche en fin de journée, il a fallu porter secours à des randonneurs mal équipés. 

Il existe plusieurs façons de s’approcher du site éruptif. Les plus téméraires opteront – si la météo le permet – pour le sentier au départ de Skogar qui leur permettra d’arriver entre l’Eyjafjallajökull et le Myrdalsjökull après cinq ou six heures de marche. Il leur faudra un temps identique pour rejoindre leur point de départ.

Les plus fortunés choisiront l’avion ou l’hélicoptère pour survoler les fontaines et coulées de lave. Ils pourront aussi profiter des joies du skidoo (autrement dit du motoneige) pour aller voir l’éruption de plus près.

Personne ne peut dire combien de temps durera l’éruption. Quelques jours encore ? Quelques semaines ? Quelques mois ? On observe un net déclin d’activité depuis deux jours, avec une accélération au cours des dernières heures. Malgré tout, on voyait encore des fontaines de lave accompagnées d’une certaine hausse de la sismicité hier soir (voir image de la webcam ci-dessous). Il se peut que l’éruption arrive à son terme ou que ce soit une simple pause. L’alimentation des coulées n’étant pas très forte, elles ne devraient pas aller très loin et ne devraient donc pas causer de gros dégâts. 

Il ne semble pas non plus que l’éruption ait envie de migrer vers le volcan Katla qui se cache sous la glace du Myrdalsjökull. Il ne faut pas le souhaiter car la situation prendrait alors une tournure fort différente, avec des risques d’inondation importants pour tout le sud de l’Islande.

Les milliers de personnes présentes sur le site de l’éruption ce week-end ont pris des milliers de photos ! Vous pourrez les voir en cliquant sur le lien ci-dessous :

http://www.flickr.com/search/?s=rec&ss=1&w=all&q=eldgos&m=text#page=0

Eruption-Islande.jpg

Parfum de lave…

De nombreux blogonautes – surtout ceux que la volcanologie intéresse – auront vu une pub de la maison Dior pour une marque de parfum, avec un homme qui marche sur la lave à Hawaii. En cliquant sur le lien ci-dessous, vous découvrirez la pub (elle dure 22 secondes), mais aussi son tournage au cours d’une petite vidéo de 1’19 ».

Au tout début du tournage effectué sur Big Island, on aperçoit le sommet enneigé du Mauna Kea, puis on arrive sur la plaine côtière, là où la lave arrivait il y a encore quelques semaines dans l’océan Pacifique. On se rend alors compte de toute la mise en scène que suppose le tournage d’un spot publicitaire. L’homme que l’on voit dans la pub déambule sur le champ de lave d’où s’échappent des fumerolles. En fin de tournage, on le voit debout sur la banquette littorale froide (le sol est parfaitement noir autour de lui), en train de contempler l’océan.

Si vous regardez bien et comparez les deux vidéos, la publicité a été truquée. Dans le spot définitif, l’homme finit son trajet parmi les coulées de surface tandis que la lave dégouline dans le Pacifique. Il a des chaussures de ville, ce qui n’est pas concevable à cet endroit quand la lave arrive dans l’océan. Je peux vous affirmer que c’est très chaud sous les pieds et que très souvent les semelles des chaussures de montagne s’enflamment !

Ce n’est pas très grave car, après tout, c’est le résultat qui compte et le spot publicitaire est réussi avec, au final, un fondu-enchaîné parfait entre l’homme et le flacon de parfum…   

http://www.youtube.com/watch?v=xgWVpF2uUIY&NR=1

Pub-Dior.jpg
Lieu magique où la lave bascule dans l’océan à Hawaii… Chaussures de ville interdites!
(Photo: C. Grandpey)