Les volcans n’ont pas tué les dinosaures

Selon une étude conduite par des scientifiques européens, états-uniens, canadiens, mexicains et japonais, et dont les résultats viennent d’être publiés dans la revue Science, il semble maintenant acquis que la disparition des dinosaures a été causée par la collision d’un astéroïde géant avec notre planète, et non par des éruptions cataclysmales d’une durée de 1,5 million d’années dans les Trapps du Deccan (l’Inde aujourd’hui), comme l’affirment certains scientifiques.

La nouvelle étude rappelle qu’un astéroïde de 15 kilomètres de diamètre a percuté la terre à Chicxulub au Mexique, provoquant des incendies à grande échelle, des séismes dépassant 10 sur l’échelle actuelle de Richter, ainsi que des glissements de terrain qui ont généré des tsunamis. Les chercheurs s’accordent pour dire que l’astéroïde a heurté la terre avec une force un milliard de fois supérieure à la bombe atomique d’Hiroshima. Les dinosaures ont vu leur mort arriver quand les matériaux projetés dans l’atmosphère lors de la collision ont plongé la Terre dans l’obscurité, entraînant un hiver planétaire auquel de nombreuses espèces ont été incapables de s’adapter.  

Les scientifiques impliqués dans cette étude ont analysé le travail de paléontologues, géochimistes, climatologistes, géophysiciens et sédimentologues qui ont rassemblé au cours des vingt dernières années une foule de documents sur l’extinction Crétacé-Tertiaire.

Selon les géologues, la théorie de l’astéroïde, par sa destruction rapide des écosystèmes marin et terrestre, est « la seule explication plausible » de la disparition des dinosaures. Les fossiles révèlent clairement une extinction de masse il y a quelque 65,5 millions d’années, époque mieux connue sous le nom de « limite Crétacé-Tertiaire (KT) ». 

En dépit de l’existence d’un volcanisme actif dans le Deccan, les écosystèmes terrestre et marin n’ont subi que des modifications mineures dans les 500 000 ans qui ont précédé la limite Crétacé-Tertiaire, ce qui laisse supposer que l’extinction ne s’est pas produite en amont et n’a pas été provoquée par des éruptions.

La théorie des éruptions volcaniques du Deccan est également mise à mal par les modélisations de chimie atmosphérique qui montrent que l’impact de l’astéroïde a libéré des quantités beaucoup plus importantes de soufre, de poussière et de cendre en un temps beaucoup plus bref que des éruptions volcaniques, entraînant une obscurité et un froid extrêmes.

La conclusion de l’étude est que la collision de l’astéroïde avec la Terre a provoqué une « journée d’enfer » qui a marqué la fin du règne des dinosaures qui avait duré 160 millions d’années. L’extinction Crétacé-Tertiaire a constitué un moment essentiel dans l’histoire de la Terre car les humains allaient pouvoir devenir l’espèce dominante sur la planète.

Source: Synthèse d’articles parus dans la presse britannique.

 

Sismicité en Islande (suite)

drapeaufrancais.jpgLa sismicité sous l’Eyjafjallajökull est en baisse. Au cours des dernières 24 heures, aucun événement supérieur à 1 sur l’échelle de Richter n’a été enregistré. Selon Iceland Review Online, le dispositif de surveillance est en passe d’être allégé. La Protection Civile islandaise avait qualifié la situation d’« incertaine », mais ce niveau d’incertitude ne devrait pas rester en vigueur très longtemps. La sismicité du volcan reste néanmoins contrôlée 24 heures sur 24. Déjà en 1994 et 1999, une série semblable de séismes avaient été observée dans ce secteur, probablement suite à une intrusion magmatique sous le volcan.

 

drapeau anglais.jpgSeismicity under Eyjafjallajökull  is declining. No earthquake has been stronger than one point on the Richter scale for 24 hours. According to Iceland Review Online, the monitoring system is about to be reduced. The Icelandic Civil Protection Department had rated the situation as « uncertain » but the uncertainty stage is expected to be lifted shortly. However, seismicity will still be controlled round the clock. In 1994 and 1999 a series of similar earthquakes were measured in the area, which are believed to have been caused by magma intrusion deep inside the volcano.

myrdalsjokull-4.jpg
Situation sismique de l’Eyjafjoll hier en fin de soirée