Eyjafjöll (Islande)

drapeau francais.jpgSelon des géologues islandais qui ont survolé le volcan, un spatter cone continue à s’édifier dans le cratère le plus septentrional et la lave s’écoule toujours vers le nord, en direction de la langue glaciaire du Gigjökull.

L’éruption semble stable. La cendre émise actuellement est beaucoup plus grosse que pendant les premiers jours de l’éruption. Les fines particules qui ont posé tant de problèmes au trafic aérien ont disparu. D’ailleurs, les vols internationaux s’effectuent presque normalement en Islande et il ne semble pas que l’Eyjafjöll puisse causer de nouvelles perturbations dans les prochains jours. Toutefois, rien n’indique que l’éruption est en train de se terminer.

Un avion ‘renifleur de cendre’ va prélever des échantillons directement dans le nuage éruptif afin que des analyses soient effectuées. En effet, des intérêts non négligeables sont en jeu. Au plus fort de la crise éruptive, les informations et prévisions fournies par le Met Office britannique ont été pessimistes et probablement exagérées par rapport à la situation réelle. Ces analyses de cendre sont indispensables car la fermeture d’un espace aérien est extrêmement coûteuse et il faut savoir si elle est vraiment justifiée.

Source : Iceland Review.

 

drapeau anglais.jpgAccording to Icelandic geologists who flew over the volcano, a spatter cone continues to grow in the northernmost crater and lava keeps flowing to the north towards the Gígjökull glacial tongue.

The eruption seems similar as in the past days. The ash being emitted is much coarser than it was during the first days of the eruption. The fine particles that caused the most disturbances in the upper atmosphere, and thus disrupted flights, have disappeared. For the most part, domestic and international flight schedules in Iceland have returned to normal. It doesn’t appear as if the ash from Eyjafjöll will disrupt flights in the coming days. Yet there is nothing to indicate that the eruption is coming to an end.

A test plane from Germany is going to take samples of ash in the eruptive cloud in order to analyse them. Significant interests are at stake. During the eruptive crisis, the forecasts that have come from the British Met Office have been rather bleak and more pessimistic than what considered reasonable compared to the current situation of the eruption. The reason for the testing is that it is costly to close the airspace and it is very important to have confirmation of whether there is a real danger.  

Source: Iceland Review.

Publicités

Reventador (Equateur)

drapeau francais.jpgAprès un épisode de mauvais temps, les scientifiques de l’Institut Géophysique ont enfin pu survoler le volcan le 20 avril. Ils ont observé des émissions de vapeur et de gaz, ainsi qu’une explosion qui a généré une coulée pyroclastique sur 200 mètres sur le versant sud. Les dépôts de coulées antérieures étaient également visibles sur ce même versant. Des explosions ont produit des panaches de vapeur et de gaz, avec peu de cendre, entre le 20 et le 22 avril. Le 26 avril, un panache de vapeur et de cendre s’élevait à 500 mètres au-dessus du cratère.

Source: Global Volcanism Network. 

 

drapeau anglais.jpgAfter a period of bad weather, scientists of the Geophysical Institute were able to fly over the volcano on April 20th. They could see steam-and-gas emissions. They also observed an explosion generate a pyroclastic flow that travelled 200 metres down the southern flank. Deposits from previous pyroclastic flows were seen on the same flank. Explosions generated steam-and-gas plumes with low ash content between April 20th and 22nd. On April 26th, a steam-and-ash plume rose 500 metres above the crater.

Source: Global Volcanism Network. 

Ischia: une bombe à retardement?

drapeau francais.jpgLa volcanologie italienne est décidément en grande forme ! Quelques jours après les déclarations d’Enzo Boschi – président de l’INGV – sur la menace d’une éruption du volcan sous-marin Marsili et d’un tsunami dévastateur pour l’Italie du sud, c’est au tour de Guido Bertolaso – Directeur de la Protection Civile italienne – de prévenir que le volcan de l’île d’Ischia est susceptible d’entrer bientôt en éruption !

L’île d’Ischia, que l’on atteint rapidement par aliscaphe au départ de Naples, se trouve à proximité de Capri et est prisée par les touristes italiens et étrangers qui viennent soigner leurs douleurs dans des sources d’eaux thermo-minérales.

Bertolaso fait remarquer que le Vésuve est souvent considéré comme le volcan italien le plus dangereux, mais Ischia – qui a connu une éruption il y a 700 ans – connaît actuellement une montée de magma. A ses yeux, une éruption à Ischia « pourrait être pire qu’une éruption hypothétique du Vésuve ».

Alors que les scientifiques ne détectent actuellement aucun signe éruptif à Ischia, les paramètres volcaniques y sont contrôlés de la même façon que sur le Vésuve. Guido Bertolaso indique par ailleurs que les volcanologues et sismologues italiens sont sur le point de lancer un projet de plusieurs années destiné à mieux contrôler et explorer 13 volcans sous-marins très mal connus en Méditerranée, près de la Sicile et au sud-ouest de la côte italienne.

A mon avis, ces déclarations ne devraient pas changer les plans de vacances de celles et ceux qui ont décidé de faire un séjour à Ischia l’été prochain! 

Source : Presse anglo-saxonne.

 

drapeau anglais.jpgA few days after the declarations of Enzo Boschi – President of INGV – about the threat on an eruption and a devastating tsunami caused by the submarine Marsili volcano, Guido Bertolaso, Head of Italy’s Civil Protection Agency, is warning that the volcano of Ischia, a resort island famed for its thermal waters off the coast of Naples, could potentially erupt.

Ischia, a short hydrofoil trip from the port of Naples and the island of Capri, is often overrun with Italian and foreign visitors seeking to ease their aches and pains in pools filled with thermal waters.

Bertolaso said that while Vesuvius was more commonly considered the nation’s most worrisome volcano, Ischia, which last erupted 700 years ago, was experiencing a build-up of magma. In his opinion, an eruption on Ischia « could be worse than a hypothetical Vesuvius eruption ».

While scientists detect no sign of an eruption in the offing, Ischia’s volcanic potential is being monitored along with that of Vesuvius. Guido Bertolaso indicates that Italian volcano and earthquake experts are about to launch a project over several years to monitor and explore 13 largely unstudied undersea volcanoes in the Mediterranean, near Sicily and the south-west Italian coast.

In my opinion, these declarations should not change the minds of those who have decided to spend their holidays at Ischia next summer!

Source : Presse anglo-saxonne.

Imposture volcanique?

Alors que l’éruption de l’Eyjafjöll se poursuit de manière stable, une question me vient à l’esprit : Claude Allègre a-t-il été sollicité par les radios et les télévisions lorsque le nuage de cendre perturbait le trafic aérien en Europe? Personnellement, je n’ai pas eu l’occasion (je n’irai pas jusqu’à dire le plaisir !) de l’entendre. J’ai essentiellement entendu les interventions de mon ami Jacques-Marie Bardintzeff, professeur au Laboratoire de Pétrographie-Volcanologie de l’Université d’Orsay.

Du « dégraisseur de mammouth », rien ! Il semblerait que la presse s’intéresse à Claude Allègre quand il s’agit d’aborder des sujets à polémique qui font de l’audience et divertissent le public. Quand il s’agit de choses sérieuses, on s’adresse ailleurs ! Il est vrai que la piètre prestation de l’intéressé lors de la crise de la Soufrière en 1976 n’était pas la meilleure des publicités…

Toujours plus fou! (suite)

Ma note « Toujours plus fou ! » sur la commercialisation d’une montre « Spéciale Eyjafjallajökull » a fait naître un certain nombre de commentaires, dont celui de mon ami sicilien Pippo Scarpinati, spécialiste de l’Etna. Ses remarques montrent que, quel que soit le pays, il existe une exploitation commerciale quasi permanente de ce qui se passe autour de nous. En particulier, une éruption volcanique est un terrain idéal pour gagner de l’argent ! Les moyens sont nombreux. Il y a la visite des sites éruptifs avec guides obligatoires comme à Stromboli. L’accès à certains cratères – comme celui du Vésuve – est  payant. Des boutiques ont été construites au pied de certains volcans pour vendre des babioles qui permettront de montrer aux amis que l’on a vraiment fréquenté ces monstres de feu.

Comme le fait remarquer Pippo, l’Etna est un exemple parfait de l’exploitation commerciale d’un volcan. Il suffit de se rendre à Sapienza, sur le parking au pied du téléphérique pour s’en rendre compte. On y trouve une foule de boutiques de souvenirs qui vont des statuettes enrobées de cendre censée provenir du volcan jusqu’au Fuoco dell’Etna, breuvage soi-disant confectionné à partir de baies ramassées sur les flancs du Mongibello. Sans oublier les cailloux aux couleurs vives, voire fluorescentes, dont le droit de fabrication n’appartient sûrement pas au volcan ! Haroun Tazieff, qui n’avait pas sa langue dans sa poche, rêvait de voir une coulée détruire ce complexe commercial qui, à ses yeux, entamait la beauté de ce versant de l’Etna.

Si la vente de bouteilles remplies de cendre de l’Etna n’est pas loin de l’escroquerie, je pense que les cendriers de lave dont parle mon ami sont des souvenirs intéressants, surtout si les guides les ont fabriqués devant vous. Quand une éruption donne naissance à des coulées éphémères, il n’est pas rare de voir les guides plonger une fourche dans la lave et en récolter un échantillon qu’ils pressent fermement dans un moule. C’est ainsi que sont confectionnés des cendriers encore tout chauds que l’on peut acheter pour quelques euros. Cela permet de rapporter un souvenir authentique d’un voyage en Sicile ! Je n’ai aucune honte à dire que je me suis laissé aller à cette fabrication de cendriers il y a quelques années, comme on peut le voir sur la photo ci-dessous où je récolte un morceau de lave à cet effet…

Photo-perso-Etna-coulée.jpg

Voyage en Islande: Quelques informations pratiques

drapeau francais.jpgVoici quelques informations pratiques à l’attention de ceux qui ont projeté de se rendre en Islande dans les prochains jours.

La route n°1 est ouverte dans son intégralité, même à proximité de l’Eyjafjallajökull. Toutefois, les automobilistes sont invités à conduire prudemment à cause des travaux en cours.

La zone d’interdiction autour de l’Eyjafjöll vient d’être réduite et l’on peut à nouveau  accéder au Solheimajokull et même au Myrdalsjokull dont la partie ouest reste interdite.

La route qui conduit au col de Fimmvorduhals reste fermée et le site de la première phase de l’éruption est toujours interdit d’accès. Il en va de même de l’accès à Thorsmork car la piste a été endommagée par les inondations sur 6 kilomètres.

Les avions resteront cloués au sol aujourd’hui dans le sud-ouest de l’Islande, mais les aéroports d’Akureyri et Egilsstadir continuent à fonctionner normalement.         

Source : Iceland Review.                                                        

 

drapeau anglais.jpgHere is some information for the attention of those who intend to visit Iceland in the coming days.

Route 1 is open all around Iceland, even near Eyjafjallajokull, but motorists are advised to drive with care due to ongoing repair work to the road.

The area around the volcano declared off limits to public access has been shrunk and the public are once again allowed access to Solheimajokull path and even onto Myrdalsjokull.

The route up to Fimmvorduhals remains closed, including the site of the recently-stopped Fimmvorduhals volcano. The westernmost parts of Myrdalsjokull are also closed. Thorsmork also remains closed, as a six-kilometre stretch of road has been severely damaged by flooding.

Flights in southwest Iceland are grounded today, but the airports at Akureyri and Egilsstadir remain open.

Source : Iceland Review.

Llaima (Chili)

drapeau francais.jpgSuite à une augmentation de la sismicité accompagnée de l’apparition de séismes à haute énergie et de séquences de tremor atteignant parfois une durée de 20 minutes, le SERNAGEOMIN a élevé le niveau d’alerte de la couleur Jaune Niveau 3 à la couleur Jaune Niveau 4 le 25 avril.

Vous aurez accès à l’une des webcams pointées sur le volcan en cliquant le lien suivant :

http://www2.sernageomin.cl/ovdas/ovdas7/webcam_llaima.html

 

drapeau anglais.jpgOwing to an increase in seismicity with ‘the occurrence of earthquakes with high energy levels and tremor signals with durations of up to 20 minutes’, SERNAGEOMIN raised the alert level from Yellow Level 3 to Yellow Level 4 on April 25th.

You’ll have access to one of the webcams directed at the volcano by clicking on the following link:

http://www2.sernageomin.cl/ovdas/ovdas7/webcam_llaima.html