Ambae (Vanuatu): impact de l’éruption de 2017-2018 // Impact of the 2017-2018 eruption

Le dernier article « Volcano Watch » publié par l’Observatoire des Volcans d’Hawaii (HVO) est consacré aux volcans d’Ambae au Vanuatu. Au début, l’article nous rappelle que le Pacifique abrite des dizaines de systèmes volcaniques actifs. La plupart des volcans boucliers basaltiques du Pacifique sont liés aux points chauds qui ont façonné les îles hawaïennes et de nombreuses chaînes d’îles polynésiennes et micronésiennes. Ces volcans boucliers volumineux issus de points chauds ont été pour la plupart édifiés par des éruptions effusives, périodiquement interrompues par des cycles d’activité explosive. Il existe d’autres grands volcans boucliers le long des zones de subduction bordant l’Océan Pacifique, mais ils peuvent se comporter très différemment du Kilauea et du Mauna Loa à Hawaii.
L’île d’Ambae est un grand volcan bouclier basaltique situé le long de la zone de subduction entre les Fidji et la Papouasie-Nouvelle-Guinée dans le Pacifique Sud. Depuis 1995, Ambae a connu plusieurs épisodes explosifs. Ambae a l’aspect d’ une version miniature du Mauna Loa. L’île mesure 14 km de large et 39 km de long avec des pentes douces et une végétation dense. Comme le Mauna Loa, le sommet a un grand cratère et plusieurs autres plus petits.
Les cratères d’Ambae sont remplis d’eau à la couleur vive qui sont le signe d’un système profond d’eaux souterraines à haute température et riches en soufre. À Ambae, ce sont ces grands lacs de cratère et les eaux souterraines qui contribuent aux éruptions phréatiques ou phréatomagmatiques.
Ambae a connu deux forts épisodes d’éruptions explosives modérées et parfois violentes en 2017-2018 qui ont fait suite à une activité mineure au cours de la décennie précédente. Le premier épisode s’est produit en octobre 2017 et a recouvert l’île de cendres, avec des gaz et des pluies acides qui ont causé des dégâts aux cultures, ainsi qu’une pollution de l’eau et des problèmes respiratoires. Ces impacts, aggravés par un manque de nouvelles précipitations pour remplacer l’eau potable qui avait été polluée, ont entraîné l’évacuation d’environ 11 000 habitants. L’activité éruptive a diminué peu de temps après, ce qui a permis à la population locale de revenir sur l’île vers le début de l’année suivante.
L’activité éruptive au Vanuatu est surveillée par le Département de météorologie et de géorisques [GeoHazards] du Vanuatu (VMGD) à l’aide de données sismiques et de visites périodiques sur le terrain par des volcanologues. Après le premier épisode éruptif, une activité volcanique de faible intensité s’est poursuivie avec de petites émissions de gaz et de cendres. A la saison des pluies d’octobre à avril, les cendres remobilisées se sont transformées en lahars.
En juillet et août 2018, le VMGD et une équipe de chercheurs basée en Nouvelle-Zélande sont arrivés à Ambae pour collecter des échantillons de cendres et d’eau, acquérir des données sismiques et acoustiques et documenter les impacts des éruptions. Au moment où les scientifiques se trouvaient sur place, ils ont été confrontés à des éruptions explosives de plus en plus nombreuses. La plus importante a généré des panaches de cendres à plus de 9100 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui a affecté le trafic aérien du Pacifique Sud.
Le réseau sismique-acoustique nouvellement déployé a enregistré la majeure partie de la deuxième phase de l’éruption et ces données ont ensuite été analysées par des chercheurs de Nouvelle-Zélande, du Vanuatu et des États-Unis. Les données ont montré en détail le moment et la taille des explosions. Elles montrent non seulement l’activité sismique provoquée par l’éruption, mais aussi les sons émis par le volcan. À l’heure actuelle, la surveillance au Vanuatu est effectuée par l’intermédiaire de l’observation en temps réel des données sismiques transmises au centre de surveillance à distance de Port Vila, la capitale. L’observation acoustique des volcans du Vanuatu n’en est qu’à ses débuts, mais le déploiement temporaire des instruments illustre l’intérêt de ces données à des fins de surveillance.
La nouvelle phase éruptive a entraîné la deuxième évacuation complète d’Ambae en août 2018. Toutefois, alors que l’éruption de 2018 sur l’île d’Hawaï a attiré l’attention du monde entier, l’éruption d’Ambae a eu un impact mondial plus important en raison de l’énorme quantité de gaz émis. Heureusement, l’éruption s’est terminée plus tard dans l’année et les habitants d’Ambae ont pu rentrer chez eux en toute sécurité. Fin septembre 2019, les scientifiques sont retournés à Ambae pour récupérer les stations sismiques et acoustiques temporaires. Les agriculteurs d’Ambae, qui étaient revenus plus tôt dans l’année, ont signalé des récoltes abondantes, peut-être en raison des sols enrichis par les dernières retombées de cendres.
Source : USGS/HVO.

—————————————-

The latest « Volcano Watch » article released by the Hawaiian Volcano Observatory (HVO) is dedicated to the volcanoes of Ambae in Vanuatu. To begin with, the article reminds us that the Pacific is home to dozens of active volcanic systems. Most basaltic shield volcanoes in the Pacific are related to the hotspots that created the Hawaiian Islands and many of the Polynesian and Micronesian island chains. These massive hotspot shield volcanoes are built largely by eruptions of lava that are periodically interrupted by cycles of explosive activity. There are other large shield volcanoes found along subduction zones rimming the Pacific Ocean, but they can behave very differently from Kilauea and Mauna Loa.

The island of Ambae is a large basaltic shield volcano that lies along the subduction zone between Fiji and Papua New Guinea in the South Pacific. Since 1995, Ambae has experienced several explosive episodes. Ambae looks like a smaller version of Mauna Loa. The island is14 km wide and 39 km across with gentle slopes and dense vegetation. Like Mauna Loa, the summit has more than one large crater.

The craters at Ambae are filled with colorful lake water which testifies to a deep system of heated, sulfur-rich groundwater beneath the summit. At Ambae, these large crater lakes and associated groundwater contribute to phreatic or phreatomagmatic eruptions.

Ambae had two strong episodes of moderate to large explosive eruptions in 2017–2018 after mostly minor activity during the previous decade. The first episode occurred in October 2017 and covered the island with ash, gas, and acid rain causing crop damage, water pollution, and respiratory problems. These impacts, compounded by a lack of new rainfall to replace affected drinking water, forced the evacuation of about 11,000 residents. Eruptive activity waned shortly after, which prompted the local population to begin to return to the island around the start of the new year.

Eruptions and their impacts in Vanuatu are monitored by the Vanuatu Meteorology and Geohazards Department (VMGD) using transmitted seismograph data and periodic island site visits by volcano scientists. After the first episode, low-level volcanic activity continued with minor gas and ash discharge from the volcano. Remobilized ash also turned into mudflow lahars throughout the rainy season, from October to April.

In July and August 2018, VMGD and a New Zealand-based research team arrived at Ambae to collect ash and water samples, acquire seismograph and acoustic data, and document the impacts of the eruptions. By coincidence, the field teams and local residents were met by new and increasing explosive eruptions. The largest of these eruptions produced ash plumes over 9,100 meters above sea level which affected South Pacific air traffic.

The newly deployed seismic-acoustic array captured most of the second phase of eruption and these data were subsequently analyzed by researchers from New Zealand, Vanuatu, and the United States. The data showed in detail the timing and size of explosions on the volcano. They show not only the ground shaking from the eruption but also the sounds of the volcano. At present, monitoring in Vanuatu is conducted by real-time observation of transmitted seismic data to the remote monitoring center in the capital of Port Vila. Acoustic observation of Vanuatu volcanoes is in its infancy, but the temporary deployment illustrates the value of such data for monitoring purposes.

The new eruption phase ultimately forced the second full evacuation of Ambae in August 2018. Interestingly, while the 2018 eruption on the Island of Hawaii received global attention, the Ambae eruption had a larger global impact due to the huge amount of gas released. Fortunately, the eruption ended later that year and local Ambae residents were able to return safely to their homes. In late September 2019, scientists returned to Ambae to remove the temporary seismic and acoustic stations. Local farmers, who had returned earlier in the year reported abundant crops, possibly a result of the newly rejuvenated ash-rich soils.

Source: USGS / HVO.

Archipel du Vanuatu et modélisation de l’île d’Ambae (Source: Wikipedia)

Volcans du monde // Volcanoes around the world

L’éruption du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) débutée le 15 septembre 2018 se poursuit. L’intensité du tremor éruptif montre des valeurs très faibles. L’activité de surface est toujours extrêmement faible elle aussi. Aucune résurgence n’a été détectée au cours des derniers jours et seul un panache de gaz reste visible au niveau de l’évent éruptif. La lave s’écoule uniquement en tunnels.

Source : OVPF.

Un nouvel épisode éruptif a été observé à Ambae (Vanuatu) dans la soirée du 30 octobre 2018 (heure locale). Les explosions étaient accompagnées de panaches de cendre montant jusqu’à 4 ou 5 km au-dessus du cratère.
Les zones sous le vent ont connu des retombées de cendre modérées. Il est fait état de grondements du volcan et d’une odeur de gaz volcaniques.
Le niveau d’alerte reste à 2. Les visiteurs et la population locale sont priés de rester à 2 km de la bouche éruptive.

Source : Geohazards.

L’Anak Krakatau (Indonésie) reste bien actif ces jours-ci. On peut voir sur les réseaux sociaux une vidéo amateur montrant des éclairs au sein des panaches de cendre et de matériaux incandescents émis par le volcan. Le niveau d’alerte reste à 2, sur une échelle de 4 ; il est rappelé aux touristes et à la population de ne pas s’approcher à moins de 2 km du cratère.

https://video.foxnews.com/v/5855394224001/?#sp=show-clips

Entre le 19 et le 25 octobre 2018, le dôme dans la cratère du Merapi (Indonésie) s’est accru à raison de 6100 mètres cubes par jour, avec peu de variations par rapport à la semain précédente. Le 21 octobre, son volume, estimé depuis la partie SE du volcan, atteignait 219 000 mètres cubes. Le niveau d’alerte est maintenu à 2, sur une échelle de 4.

Source : VSI.

L’éruption du Sabancaya (Pérou) se poursuit de manière relativement stable, avec une moyenne de 30 explosions par jour. Les panaches de gaz et de cendre s’élèvent jusqu’à 3,4 km au-dessus du cratère. Le 27 octobre 2018, les émissions de SO2 atteignaient 2 671 tonnes par jour. Il est demandé au public de ne pas s’approcher du cratère dans un rayon de 12 km.
Source: INGEMMET, IGP.

Un nouvel épisode éruptif a débuté sur le Semisopochnoi (Aléoutiennes / Alaska) le 25 octobre 2018, en se référant à des données sismiques. Un fort épisode de tremor a duré une vingtaine de minutes et a été suivi de 40 minutes séquences plus faibles. La couleur de l’alerte aérienne est passée à l’Orange et le niveau d’alerte volcanique à Vigilance.
Le réseau sismique a également détecté de petites explosions dans la soirée du 26 octobre et le 27 octobre au matin.
Source: AVO.

—————————————————-

The eruption of Piton de la Fournaise (Reunion Island) that started on September 15th, 2018 is continuing. The intensity of the eruptive tremor is showing very low values. Surface activity is very weak as well. No outbreak has been detected as lava is flowing in tunnels. A gas plume can be seen at the eruptive vent.

Source: OVPF.

A new eruptive episode was observed at Ambae volcano (Vanuatu) in the evening of October 30th, 2018 (local time). The explosions were accompanied by ash plumes up to 4 – 5 km above the crater.

Downwind areas experienced moderate ashfall. There were reports of rumbling from the volcano and smell of volcanic gases.

The alert level remains at 2. Visitors and local residents are asked to remain at 2 km around the eruptive vent.

Source: Geohazards.

Anak Krakatau (Indonesia) is quite active these days. One can see on the social network a video showing flashes of lightning among the ash clouds and the ejection of incandescent material.spewed by the volcano. The alert level remains at 2 (on a scale of 1-4); residents and visitors are warned not to approach within 2 km of the crater. .

https://video.foxnews.com/v/5855394224001/?#sp=show-clips

Between October 19th and 25th, 2018, the lava dome in Merapi’s summit crater (Indonesia) grew slowly at a rate of 6,100 cubic metres per day, similar to the previous week. By October 21st, the volume of the dome, based on photos from the SE sector, was an estimated 219,000 cubic metres. The alert level remains at 2 (on a scale of 1-4).

Source : VSI.

The eruption of Sabancaya (Peru) is going on in a fairly stable way, with an average of  30 explosions per day. Gas-and-ash plumes rise as high as 3.4 km above the crater rim. On 27 October, 2018, the SO2 emissions reached 2,671 tons per day. The public should not approach the crater within a 12-km radius.

Source: INGEMMET, IGP.

A new eruptive episode started at Semisopochnoi (Aleutians / Alaska) on October 25th, 2218 based on seismic data. Strong volcanic tremor lasted about 20 minutes and was followed by 40 minutes of weak tremor pulses. The aviation colour code was raised to Orange and the volcano alert level to Watch.
Small explosions were also detected by the seismic network in the evening of October 26th and in the morning of October 27th.

Source: AVO.

Le tremor traduit la lente agonie de l’éruption du Piton de la Fournaise (Source: OVPF)

Volcans du monde // Volcanoes around the world

Ambae (Vanuatu):
D’après la presse néo-zélandaise, les habitants d’Ambae ont obéi à l’ordre du gouvernement et ont commencé à évacuer l’île dans les premiers jours du mois d’août. La décision gouvernementale a été motivée par les effets des retombées de cendre provoquées par l’éruption dans le Lac Voui. Le 8 août, plus de 3 000 personnes s’étaient dirigées vers les îles Espiritu Santon et Maewo.

Etna
(Sicile / Italie):
L’INGV indique que l’activité de l’Etna consiste en des émissions de gaz et une activité strombolienne dans les cratères sommitaux. Trois bouches sont actives au fond de la Bocca Nuova, avec des émissions de gaz au niveau de deux d’entre elles et une activité strombolienne sporadique dans la troisième. Trois bouches sont également actives au fond du cratère nord-est; l’une d’elles produit des émissions de cendre ; une autres de la vapeur et une troisième projette des matériaux incandescents qui ne dépassent pas la lèvre du cratère. Après plusieurs mois de calme, l’activité explosive a repris dans la bouche E sur le flanc E du Nouveau Cratère Sud-Est. L’activité a débuté le 1er août avec un panache de cendre qui s’est élevé de plusieurs centaines de mètres au-dessus du sommet.
Source: INGV.

Krakatau (Indonésie):
L’activité est relativement stable sur le volcan. Les explosions génèrent des panaches de cendre qui montent jusqu’à 600 mètres au-dessus du sommet où l’incandescence est visible la nuit. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 1 à 4). Les habitants et les touristes sont invités à ne pas s’approcher du volcan à moins d’1 km du cratère.
Source: VSI.

Nevados de Chillan (Chili)
L’activité se poursuit sur le volcan ; elle est liée à la croissance du dôme de lave Gil-Cruz dans le cratère Nicanor. La sismicité est modérée à élevée et se compose d’événements longue période (LP) et d’épisodes de tremor. Le niveau d’alerte reste à l’Orange,
Source: SERNAGEOMIN.

Sierra Negra
(Isla Isabela / Equateur):
L’éruption du Sierra Negra se poursuit. L’incandescence produite par les coulées de lave actives est visible quotidiennement. Une augmentation du tremor a commencé à 22h20 le 3 août et a duré deux heures, signe d’une intensification de l’activité sur le flanc N.
Source: Instituto Geofisico.

Sabancaya (Pérou):
Des explosions sont encore observées sur le Sabancaya, avec une vingtaine d’événements en moyenne chaque jour. Les panaches de gaz et de cendre montent jusqu’à 2,6 km au-dessus du cratère. Le 2 août, les émissions de SO2 atteignaient 5 000 tonnes / jour. Le public ne doit pas s’approcher du cratère dans un rayon de 12 km.
Source: INGEMMET.

Kilauea (Hawaii) :

Activité inchangée depuis ma dernière note.

 ———————————————————

Ambae (Vanuatu):

According to New Zealand newspapers, residents of Ambae obeyed the government order and began to evacuate the island in the first days of August. The order was potivated by the effects of significant ashfall from the ongoing eruption at Lake Voui. By August 8th, over 3,000 people had been moved to Espiritu Santon and Maewo islands.

Etna (Sicily / Italy):

INGV reports that activity at Mt Etna is characterized by gas emissions at the summit craters and strombolian activity. Three vents at the bottom of Bocca Nuova are active, with gas emissions rising from two vents and sporadic strombolian activity occurring at a third. Three vents are also active at the bottom of Northeast Crater; one produces ash emissions, one steam emissions, and strombolian explosions at the third ejects incandescent material as high as the crater rim. After several months of quiet conditions, explosive activity resumed at the E crater on the E flank of the New Southeast Crater. The activity began on August 1st with an ash plume that rose several hundred metrs above the summit.

Source: INGV.

Krakatau (Indonesia):

Activity is relatively stable at the volcano. Explosions generate ash plumes that rise as high as 600 metres above the summit where incandescence is visible at night. The Alert Level remains at 2 (on a scale of 1-4). Residents and visitors are asked not to approach the volcano within 1 km of the crater.

Source: VSI.

Nevados de Chillan (Chile)

Activity continues at the volcano, associated with the growth of the Gil-Cruz lava dome in the Nicanor Crater. Seismicity is moderate to high and consists of long-period events and tremor episodes. The Alert Level remains at Orange,

Source : SERNAGEOMIN.

Sierra Negra ( Isla Isabela / Ecuador):

The eruption at Sierra Negra continues. Incandescence from active lava flows is visible daily. An increase in the tremor began at 22:20 on August 3rd and lasted two hours, signifying a new pulse of activity on the N flank.

Source: Instituto Geofisico.

Sabancaya (Peru):

Explosions are still observed at Sabancaya with an average of about 20 events per day. Gas-and-ash plumes rise as high as 2.6 km above the crater rim. On August 2nd, the SO2 emissions were measured at 5,000 tons/day. The public should not approach the crater within a 12-km radius.

Source: INGEMMET.

Kilauea (Hawaii) :

Activity has not changed since my last post.

Kilauea: Fissure 8 (Crédit photo: USGS / HVO)

Volcans du monde // Volcanoes around the world

L’éruption du Kilauea (Hawaii) continue. La Fracture n° 8 envoie toujours la lave dans le chenal orienté vers le nord-est de la bouche active. Aucun débordement n’est actuellement signalé. Sur la côte, le front sud de la coulée n’a pas progressé et reste à moins de 175 mètres de la rampe de mise à l’eau de Pohoiki. La lave pénètre en abondance dans l’océan le long d’un front de 2 km, essentiellement à proximité de l’ancien site de Ahalanui Beach Park.
La lave a allumé des feux de broussailles ces derniers jours. Ils ont détruit quatre autres maisons et endommagé un équipement du HVO.
Des séismes sont encore observés au sommet du Kilauea, en même temps que de nouveaux effondrements. L’affaissement du plancher de l’Halema’uma’u continue.
Source: HVO.

Un séisme de magnitude 6,4 a été enregistré le 29 juillet 2019 et ressenti dans les îles de Lombok, Bali et Sumbawa (Indonésie), causant d’importants dégâts aux bâtiments et aux routes, ainsi que de multiples blessures. 17 personnes ont péri à Lombok. Les répliques ont été nombreuses et atteignaient M 5,7. Les secousses ont provoqué la remobilisation de dépôts de cendre sur le Rinjani ainsi que des glissements de terrain. Au moment du séisme, il y avait 1 226 visiteurs dans la zone du parc national du Mont Rinjani et, selon les articles de presse, environ 690 randonneurs étaient sur le volcan et ont dû être secourus. Une personne est décédée dans le parc national suite à des chutes de pierres. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 1 à 4). Il est demandé au public de ne pas s’approcher du cratère à moins de 1,5 km.
Source: VSI.

Des explosions sont toujours observées dans la bouche active du Lac Voui sur l’île d’Ambae (Vanuatu). Le cratère  éjecte des matériaux incandescents et émet des panaches de cendre. L’augmentation de l’activité a incité les autorités à élever le niveau d’alerte à 3 (sur une échelle de 0 à 5) le 21 juillet 2018. Il a été demandé à la population de rester à au moins 3 km du cratère actif. L’activité actuelle est semblable à celle du mois de mars, mais avec des émissions de cendre plus soutenues. Le 26 juillet, des explosions ont généré un nuage de cendre qui est monté jusqu’à 12 km de hauteur avant de se diriger vers le NE, l’E et le SE. L’événement a provoqué une longue période d’obscurité pendant la journée et a entraîné un ordre d’évacuation des 10 000 habitants de l’île. Une nouvelle explosion a été enregistrée en début de journée le 27 juillet. Les retombées de cendre ont un impact significatif sur l’approvisionnement en nourriture et en eau, ainsi que sur la santé des habitants de l’île.
Source: GeoHazards.

Sur la base de données satellitaires, le VAAC de Darwin indique que les panaches de cendre de l’Anak Krakatau (Indonésie) s’élevaient à 1,2 km le 25 et le 26 juillet. Les mauvaises conditions météorologiques ont empêché d’observer le volcan entre le 27 et le 30 juillet. Le niveau d’alerte reste à 2 (sur une échelle de 1 à 4). Les habitants et les touristes sont invités à ne pas s’approcher à moins de 1 km du cratère. Le volcan a donc repris goût à la vie mais son activité n’a rien d’exceptionnel.
Source: Darwin VAAC, VSI.

L’éruption du Sierra Negra (Galapagos) continue. Les émissions de SO2 s’élèvent en moyenne à 1 400 tonnes par jour. Entre 24 et 65 événements volcano-tectoniques et entre 3 et 32 événements longue période sont enregistrés quotidiennement.On observe toujours de l’incandescence au-dessus des coulées de lave pendant la nuit. Les panaches de gaz s’élèvent à plus de 1,8 km au-dessus des bouches actives.
Source: Instituto Geofisico.

Bien que l’éruption ne soit pas aussi dévastatrice qu’au début de l’année, le Fuego (Guatemala) émet toujours des panaches de cendre et laisse échapper des avalanches de matériaux qui descendent la ravine Cenizas. Des lahars générés par de fortes pluies le 30 juillet ont dévalé les ravines Taniluyá, Las Lajas, El Jute et Cenizas, transportant des blocs de 2 à 3 mètres de diamètre, avec de fortes odeurs de soufre.
Source: INSIVUMEH.

L’inflation du Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion) a repris après le 13 juillet 2018 qui marquait la fin de la très courte dernière éruption. Une augmentation de la sismicité a été enregistrée le 26 juillet 2018, avec 32 événements volcano-tectoniques à moins de 2 km de profondeur. Une nouvelle éruption est susceptible de se produire, mais personne ne sait quand….

——————————————————

The eruption of Kilauea Volcano (Hawaii) continues. Fissure 8 is still sending lava into the channel leading northeastward from the vent. No overflows are currently reported. At the coast, the south edge of the lava flow has not advanced westward in the past day, and remains less than 175 metres from the Pohoiki boat ramp. Lava is actively entering the ocean along a broad 2 km flow front centered near the former Ahalanui Beach Park.

Brush fires triggered by the lava have been observed in the past days. They have destroyed four more homes and damages HVO equipment.

Earthquakes are still observed at Kilauea’s summit together with more collapse events. Inward slumping of Halema’uma’u continues.
Source: HVO.

An M 6.4 earthquake was recorded on July29th, shaking the islands of Lombok, Bali, and Sumbawa, and causing significant damage to buildings and roads, as well as multiple injuries, and the death of 17 people in Lombok. Aftershocks were numerous and as large as M 5.7. The earthquakes caused remobilization of ash deposits on Rinjani Volcanoas well as landslides. There were 1,226 visitors to the Mount Rinjani National Park Area at the time, and, according to news articles, about 690 climbers were on the volcano and had to be rescued. One person in the national park died from rockfalls. The Alert Level remains at 2 (on a scale of 1-4). The public is warned not to approach the crater within a 1.5-km radius.

Source: VSI.

Explosions are still observed within the active vent of Ambae’s Lake Voui (Vanuatu)  which is ejecting hot material and producing ash plumes. Increased activity prompted authorities to raise the alert level to 3 (on a scale of 0-5) on July 21st, and warn residents to stay at least 3 km away from the active crater. The report notes that current activity was similar to that in March, but with more sustained ash emissions. On July 26th, explosions generated an ash cloud that rose as high as 12 km and spread NE, E, and SE. The event caused darkness in the daytime and prompted an order for an island-wide evacuation of the 10,000 residents. Another explosive event occurred early on July 27th. The ashfall has had a significant impact on the island’s food and water supplies, and the health of the island residents.

Source: GeoHazards.

Based on satellite and wind model data, the Darwin VAAC reported that on July 25th and 26th minor ash plumes from Anak Krakatau (Indonesia) rose to an altitude of 1.2 km. Poor weather conditions prevented views of the volcano during between July 27th and 30th. The alert level remains at 2 (on a scale of 1-4). Residents and visitors are warned not to approach the volcano within 1 km of the crater.

Source: Darwin VAAC, VSI.

The eruption at Sierra Negra (Galapagos) continues . SO2 emissions are measured at 1,400 tons per day and daily counts of volcano-tectonic and long-period events were 24-65 and 3-32, respectively. Nightly incandescence from advancing lava flows is visible. Gas plumes rise more than 1.8 km above the active vents.

Source: Instituto Geofisico.

Even though the eruption is not as devastating as early this year, Fuego (Guatemala) is still emitting ash plumes and avalanches of material that descend the Cenizas drainage. Hot lahars generated by heavy rains on July 30th descended the Taniluyá, Las Lajas, El Jute and Cenizas drainages, carrying blocks 2-3 metres in diameter and smelling of sulphur.

Source: INSIVUMEH.

Inflation at Piton de la Fournaise (Reunion Island) resumed after July 13th, 2018 which marked the end of the last eruption. A period of increased seismicity was detected on July 26th, with 32 volcano-tectonic events less than 2 km deep. A new eruption is likely to occur, but nobody knows when…

Source: OVPF.

Même si elle semble un peu moins intense, l’éruption du Kilauea est en ce moment la plus spectaculaire au monde. On voit ici la lave en chenal s’écouler le 1er août 2018 à proximité du Kapoho Crater, avec quelques débordements au premier plan (Crédit photo : USGS)