Ambae (Vanuatu)

L’automne dernier, Ambae a fait la une des journaux lorsque près de 13 000 personnes ont dû être évacuées suite à des éruptions de plus en plus violentes. J’ai écrit plusieurs articles entre septembre et novembre 2017 pour expliquer ce qui se passait au Vanuatu. L’activité s’est calmée au bout de quelques semaines et les gens ont pu retourner chez eux. Après le mois de novembre, l’activité éruptive s’est stabilisée, avec quelques panaches de vapeur et de cendre en provenance du Lac Voui dans la caldeira.
Dans le magazine Discover, Erik Klemetti, professeur de sciences de la Terre à l’Université Denison, indique qu’à partir de la mi-mars 2018, l’activité volcanique s’est de nouveau intensifiée. La cendre émise par les éruptions est retombée sur les zones habuitées et agricoles, contaminant l’eau et devenant un danger potentiel pour les personnes revenues vivre sur l’île.
Ces nouvelles éruptions ont également marqué un changement car elles est ont émis plus de cendre que celles de l’automne 2017. Il a de nouveau été conseillé à la population d’évacuer l’île en raison de cette nouvelle activité qui s’ajoutait à des inondations majeures causées par un cyclone.
Bien que les éruptions observées depuis la mi-mars 2018 n’aient pas fait l’objet d’articles de presse comme celles de l’automne 2017, elles ont pourtant eu des conséquences plus significatives. Un volumineux panache de dioxyde de soufre (SO2) émis par Ambae au début du mois d’avril était visible sur l’imagerie de l’OMI (Ozone Monitoring Instrument) embarqué sur le satellite Aura de la NASA. L’éruption survenue le 5 avril a probablement émis les plus grandes quantités de SO2 depuis l’éruption du Calbuco au Chili en 2015. L’événement n’a pas été relaté par les médias, probablement parce qu’il semble avoir eu lieu pendant la nuit, mais il a produit des quantités considérables de cendre chargées de SO2 qui ont atteint 6 kilomètres de hauteur. Le 8 avril, le panache de SO2 émis par l’éruption s’étendait depuis la côte orientale de l’Australie jusqu’à Tahiti.
C’est bien connu, le dioxyde de soufre est l’un des principaux gaz émis par les volcans. S’il atteint la stratosphère – à environ 15 000 mètres à la latitude du Vanuatu – il peut se propager rapidement et refroidir la basse atmosphère, niveau où le SO2 est converti en particules de sulfate qui réfléchissent ou absorbent le rayonnement solaire. Si elles se rapprochent du sol, elles peuvent provoquer des pluies acides qui endommagent les cultures, comme cela a été observé à Ambae lors de la nouvelle activité éruptive.
Le niveau d’alerte à Ambae est maintenu à 3, avec une zone d’exclusion de 3 kilomètres autour du lac dans la caldeira sommitale qui est le siège des éruptions.
Source: Discover Magazine.

—————————————-

During the last autumn, Ambae made headlines after almost 13,000 people had to be evacuated due to the increasingly violent eruptions. I wrote several posts between September and November 2017 to explain what was happening in Vanuatu. The activity subsided after a few weeks and people were able to return to their homes. Since November of last year, the volcano settled down, producing minor steam-and-ash plumes from the summit caldera lake, Lake Voui.

In the Discover magazine, Erik Klemetti, a professor of Geosciences at Denison University, explains that, starting in mid-March 2018, the volcano became more restless again. Ash from eruptions fell on residential and agricultural regions, contaminating water and potentially becoming a real hazard for the people who had come back to live on the island again.

These new eruptions marked a change as they became more ash-rich, explosive events versus the types that occurred in the fall of 2017.  There were calls for renewed evacuations of the island’s residents due to this new bout of activity, along with some major flooding caused by a cyclone.

Although the eruptions that have been observed since mid-March 2018 have not made the news like the ones in the autumn 2017, they might be even more significant. A large sulphur dioxide (SO2) plume emitted from Ambae in early April could be seen on the imagery from the Ozone Monitoring Instrument (OMI) onboard NASA’s Aura satellite. The eruption that occurred on April 5th may have emitted the largest quantities of SO2 since the 2015 eruption at Calbuco in Chile. This event was not related by the media because it seems to have happened at night, but it produced significant ash during one of these eruptions. The SO2-laden ash columns earlier in the week reached as high as 6 kilometres. By April 8th, the SO2 plume from the eruption was spreading from the eastern coast of Australia to Tahiti.

Sulphur dioxide is one of the major gases emitted by volcanoes. If it reaches the stratosphere, about 15,000 metres at the latitude of Vanuatu, then it can be spread rapidly and has the potential for cooling the lower atmosphere as SO2 is converted to sulphate particles that reflect or absorb solar radiation. If it gets closer to the ground, it may cause acid rain which is damaging to crops, as has been reported at Ambae during the new eruptive activity.

The alert level at Ambae is kept at 3, with a 3-kilometre exclusion zone around the summit caldera lake, where the eruptions are located.

Source: Discover Magazine.

Vue satellitaire du panache de cendre d’Ambae le 27 mars 2018 (Source : NASA)

 

Ambae (Vanuatu): Baisse du niveau d’alerte // The alert level has just been lowered

Selon le dernier bulletin du Vanuatu Meteorology & Geohazards Department (VMGD), «l’éruption volcanique à Ambae se poursuit mais reste stable et confinée au lac Voui. Les analyses scientifiques confirment qu’il n’existe actuellement aucune preuve d’escalade de l’activité. En conséquence, le niveau d’alerte volcanique vient d’être abaissé de 4 à 3. L’éruption va probablement se poursuivre sans hausse significative. Le danger se limite à la zone qui s’étend à 3 km de la bouche active dans le lac Voui (autrement dit le cratère Manaro Voui)».
Si on se réfère au bulletin précédent (voir ma note publiée ce matin), cela pourrait signifier que toutes les personnes évacuées seraient autorisées à retourner chez elles. A condition que les autorités locales tiennent leur promesse…

————————————-

According to the Vanuatu Meteorology & Geohazards Department (VMGD) ‘s latest bulletin, “the volcanic eruption at Ambae is continuing but remains stable and confined to Lake Voui. Further scientific analyses confirm that there is currently no evidence of escalation of the activity. As a consequence, the Volcanic Alert Level has been lowered to Level 3 from Level 4. The volcanic eruption is likely to continue in a steady state. Danger is restricted to the danger zone that extends 3 km from the active vent in Lake Voui.”

If we refer to the previous bulletin (see my note released this morning), this might mean that all the people who were evacuated would be allowed to return to their homes. Let’s see if local authorities keep their promise…

Image thermique du lac Voui, avec le cratère du Manaro Voui en son centre (Source: VMGD)

Ambae / Aoba (Vanuatu)

Selon l’agence Reuters, les évacuations se poursuivent à Ambae (également appelée Aoba). Comme je l’ai indiqué précédemment, les autorités ont décidé d’évacuer les 11 000 habitants de l’île. La situation est d’autant plus préoccupante que l’éruption a pollué une grande partie des sources, de sorte que des milliers de personnes sont dépourvues d’eau potable.
Un survol du volcan Manaro Voui a permis samedi de voir qu’il émettait des panaches de vapeur et projetait des matériaux dans les airs. Des explosions avaient lieu toutes les 8 à 10 secondes, avec des projections de bombes jusqu’à 50 ou 100 mètres au-dessus du cratère. Il y avait aussi deux petites coulées de lave qui traversaient l’île avant d’entrer dans le lac.
Des foules d’habitants en provenance d’au moins trois sites d’évacuation ont commencé à embarquer dans des ferries, canots et navires commerciaux pour aller se réfugier dans des îles environnantes comme Maewo, Pentecôte et Santo. Le gouvernement du Vanuatu veut que les 11 000 habitants d’Ambae soient évacués d’ici le 6 octobre. Certains ont pris l’avion alors que d’autres ont déjà rejoint des amis ou des proches à Port Vila, la capitale. Plus de 6 000 personnes sont hébergées dans des abris d’urgence en prévision de l’évacuation totale.

—————————————–

According to the Reuters press agency, evacuations are continuing at Ambae (also called Aoba). As I put it before, authorities have decided to evacuate the 11,000 residents of the island. The situation is all the more preoccupying as the eruption has polluted many of the island’s water sources leaving thousands of people in need of safe drinking water.

An overflight of the Manaro Voui volcano on Saturday allowed to see that it was hurling steam and rocks into the air. Explosions occurred every 8 to 10 seconds, throwing lava bombs up to 50 to 100 metres above the crater and there were also two small lava flows flowing across the island into the lake as well.

Crowds of islanders from at least three evacuation points on the island have begun boarding a flotilla of ships including ferries, canoes and commercial vessels for the safety of surrounding islands Maewo, Pentecost and Santo. The Vanuatu Government wants all 11,000 islanders evacuated by October 6th. Some islanders are flying out while others have already moved to stay with friends or relatives in the capital, Port Vila. More than 6000 people have gone to emergency shelters in preparation for the total evacuation.

Quelques nouvelles du Vanuatu // Some news of Vanuatu

Des séances de sensibilisation ont eu lieu à Ambae à propos du déroulement de l’évacuation des 11 000 habitants de l’île, soit environ 4% de la population totale du Vanuatu. Il a été indiqué que 28 patients ont été transférés des hôpitaux de Lolowai et Nduindui à Ambae vers l’hôpital du district nord de Luganville, à Santo. Une attention particulière est également accordée aux lycéens d’Ambae qui vont passer leur examen de fin de scolarité.
Le comité de gestion des catastrophes à Ambae est mécontent de la politique suivie par le Bureau national (NDMO) qui, soi disant, ne prend pas au sérieux l’état d’urgence. Le comité accuse le NDMO de ne pas avoir fait grand-chose depuis que les mesures de transfert de population de l’ouest vers l’est d’Ambae ont été décrétées mardi dernier.
Des organisations appartenant à la société civile viennent en aide aux évacuations d’Ambanga vers Lolopuepue, et les autres îles du Vanuatu apportent leur aide elles aussi. Le gouvernement néo-zélandais a fourni des purificateurs d’eau à ceux qui en ont besoin, tandis que le gouvernement australien fournit de l’eau, des trousses d’hébergement et des équipements d’urgence. Ce dernier point est important car des épidémies de diarrhée et de vomissements ont été signalées chez certains enfants qui ont été déplacés vers les centres d’hébergement provisoire, probablement en raison de leur surpopulation. Le Conseil des ministres est convenu de la nécessité de déménager les gens d’Ambae alors que personne ne peut prévoir comment se comportera le volcan dans les prochains jours.
Source: Vanuatu Digest.

Voici quelques vues du volcan Manaro Voui proposées par la presse philippine:

—————————————-

Awareness sessions have been taking place across Ambae to discuss how the evacuation of Ambae’s 11,000 residents (about 4% of Vanuatu’s total population) will proceed. 28 patients are being transferred from Lolowai and Nduindui hospitals on Ambae to the Northern District Hospital at Luganville, Santo. Special attention is being given to Ambae’s senior examination year high school students as well.

The Ambae Disaster Committee is said to be unhappy with the efforts of the National Disaster Management Office (NDMO) which, they feel, is not taking the state of emergency seriously. They have not seen the NDMO achieving much since their announcement of relocations from west to east Ambae last Tuesday.

Civil society organisations are assisting with evacuations from Ambanga to Lolopuepue, and Vanuatu’s neighbours are also assisting: the New Zealand Government is providing water purifiers for those needing them, while the Australian Government is providing water, shelter kits and emergency rations. This is important, as outbreaks of diarrhoea and vomiting have been reported in some children who have been moved to evacuation centres, possibly due to the overcrowded conditions. The Council of Ministers has agreed on the need to move people out of Ambae, but nobody can predict what the volcano will do next.

Source : Vanuatu Digest.

Source: NASA

Vanuatu: La menace d’une éruption persiste // Vanuatu still under threat of an eruption

La situation reste préoccupante à Ambae (également appelée Aoba) où plus de 8 000 personnes ont été forcées de quitter leurs maisons au cours des derniers jours en raison de l’augmentation de l’activité volcanique. Le Geohazards maintient le niveau d’alerte à 4 (sur une échelle de 5).
Le conseil des ministres du gouvernement du Vanuatu a déclaré l’état d’urgence sur l’île le 25 septembre, ce qui a permis de débloquer des fonds publics pour faire face à la situation d’urgence créée par le risque d’éruption du volcan.
Un nouveau cône de cendre et un lac de lave se sont formés sur le volcan, tout près de l’étendue d’eau douce qui l’entoure. La présence d’eau signifie qu’une éruption pourrait être phréatique ou phréato-magmatique, donc particulièrement explosive.
Les habitants du sud de l’île ont été évacués de leurs villages et vivent maintenant dans des bâtiments scolaires et religieux dans les villages au nord et à l’est de l’île. Quelque 36 écoles ont également été fermées. Avec le nombre croissant d’arrivants, le besoin le plus urgent maintenant est la nourriture et l’eau.  .
La Protection Civile et la Police du Vanuatu ont vérifié que tous les habitants avaient été évacués des zones dangereuses.
Source: The Watchers & journaux néo-zélandais

—————————————

The situation is still worrying at Ambae (also called Aoba) where more than 8 000 people were forced to evacuate over the past several days due to increase in volcanic activity. The Geohazards Department maintains the alert level at 4 (out of 5).

The Vanuatu Government’s Council of Ministers declared the State of Emergency on the island on September 25th, allowing public funds to be released for the emergency response to the eruption of the volcano.

A new cinder cone and magma lake have formed at the volcano, precipitously close to the freshwater lake surrounding it. The presence of water means that any eruption could potentially be phreatic, and thus more explosive.

People from the south of the island have been evacuated from their villages and are now sheltering in school and church buildings in villages in the north and east of the island. Some 36 schools have also been closed. The most pressing need now with the significant number of arrivals is food and water.

The National Disaster Management Office and the Vanuatu Police made a final check that all inhabitants have been removed from the danger areas.

Source : The Watchers & New Zealand newspapers.

Source: Geohazards

 

Aoba (Vanuatu)

   D’après l’Observatoire Geohazards du Vanuatu, des villageois ont fait état d’une petite reprise d’activité sur l’île d’Aoba (aussi appelée Ambae) au mois de décembre 2012. Les observations effectuées sur place entre le 30 janvier et le 2 février 2013 ont confirmé un important changement d’activité sur le volcan Lombenden. Les instruments ont détecté d’importantes émissions gazeuses les 18 et 25 janvier, ainsi qu’au début du mois de février. La zone à risques reste autour du cratère Manaro Voui. Le niveau d’alerte est maintenu à 1, sur une échelle de 4 niveaux.

 

   According to the Vanuatu Geohazards Observatory, villagers reported that minor activity at Ambae (also called Aoba) began in December 2012. The site observations made from January 30th to February 2nd 2013 confirmed that the activity of Lombenben volcano had changed significantly. The instrument detected strong gas emissions on January 18th and 25th, as well as early in February. The area of risk remains near the Manaro Voui crater. The alert level remains at 1, on a scale of 4.