Le glacier Pichillancahue (Volcan Villarrica / Chili) // Pichillancahue glacier (Villarrica Volcano / Chile)

Le Villarrica est le volcan le plus actif du sud Chili. Vous pourrez voir ci-dessous deux images du volcan acquises par le système Advanced Land Imager sur le satellite EO-1 de la NASA les 22 février et 5 mars 2015, avant et après l’épisode éruptif du 3 mars. Le Villarrica,  stratovolcan qui culmine à  2 582 mètres, est habituellement recouvert de glaciers sur une surface de 30 kilomètres carrés. Le 3 mars 2015, l’éruption a envoyé un panache avec des retombées de cendre sur le glacier Pichillancahue, sur les flancs N et E du volcan, où de petits lahars ont été observés par la suite dans ravines. Les pentes occidentales du Villarrica sont parcourues d’innombrables ravines empruntées par la lave et les lahars. Plus loin, le volcan est entouré de forêts; la région est un parc national.
Au cours des récentes éruptions, les coulées de lave ont fait fondre les glaciers et ont généré des lahars qui se sont déplacés à une vitesse de 30 à 40 km / heure en direction du Lago Villarrica et du Lago Calafquéen (en bas à gauche).

A côté des éruptions, le changement climatique affecte aussi les glaciers du sud Chili. Ainsi, les mesures sur le terrain ont montré que le front du glacier Pichillancahue sur le Villarrica a reculé de 500 mètres depuis 2002.

Le Villarrica n’est pas une exception. La plupart des glaciers du sud Chili ont reculé et ont perdu de leur volume au cours des dernières décennies en raison du réchauffement de la planète et de la diminution des précipitations. Cependant, les fluctuations de certains glaciers sont directement associées à l’activité effusive et géothermale car ils se trouvent sur des volcans actifs largement répandus dans la région. Afin d’analyser ces effets, un programme d’études glaciologiques et géologiques a été réalisé sur le Villarrica.
Entre 1961 et 2004, on a observé une perte de glace de 0,81 ± 0,45 m par an et la réduction annuelle de la surface du glacier Pichillancahue a atteint 0,090 ± 0,034 km² entre 1976 et 2005. L’épaisseur de la glace a également été mesurée, avec un maximum de 195 mètres La structure interne de la glace présentait une certaine complexité en raison de la présence de couches de cendres et de pierre ponce intra et supraglaciaires, réduisant la capacité de réflexion du sol. La glace atteint un volume d’eau équivalent à 4,2 ± 1,8 km³, ce qui est beaucoup plus faible et plus précis que les estimations précédentes. Ces estimations permettront de mieux apprécier le risque de lahar sur le Villarrica..

Source : NASA, Proyecto Observación Volcán Villarrica (POV).

—————————————————-

Villarrica is the most active volcano of South Chile. It is pictured here below in two images acquired by the Advanced Land Imager on NASA’s EO-1 satellite on February 22nd and March 5th, 2015. The 2,582-metre stratovolcano is usually mantled by a 30-square-kilometre glacier field, most of it amassed south and east of the summit in a basin made by a caldera depression.The 3 March 2015 eruption sent a plume which spread ash on the Pichillancahue  glacier around the N and E flanks of the volcano where small lahars were later observed in drainages. The western slopes of Villarrica are streaked with innumerable gullies, the paths of lava and lahars. Farther away, the volcano is surrounded by forests; the area is a national park.

During the recent eruptions, lava flows melted glaciers and generated lahars that spread at speeds of 30–40 kilometres per hour toward Lago Villarrica and toward Lago Calafquéen (lower left).

In addition to the eruptions, climate change also affects glaciers in southern Chile. Thus, field measurements have shown that the Pichillancahue glacier front on Villarrica has retreated by 500 metres since 2002.
Villarrica is no exception. Most glaciers in southern Chile have retreated and lost volume in recent decades as a result of global warming and reduced precipitation. However, fluctuations in some glaciers are directly associated with effusive and geothermal activity which occur on active volcanoes that are widespread in the region. In order to analyze these effects, a program of glaciological and geological studies was carried out on Villarrica.
Between 1961 and 2004, an ice loss of 0.81 ± 0.45 metres per year was observed and the annual reduction in Pichillancahuay glacier surface area was 0.090 ± 0.034 km² between 1976 and 2005. The thickness of the ice was also measured, with a maximum of 195 meters The internal structure of the ice had a certain complexity because of the presence of layers of ash and pumice, reducing the capacity of reflection of the soil. Ice reaches a volume of water equivalent to 4.2 ± 1.8 km³, which is much smaller and more accurate than previous estimates. The latest estimates will help to better assess the risk of lahar on Villarrica.
Source: NASA, Proyecto Observación Volcan Villarrica (POV).

Le Villarrica avant et après l’éruption du 3 mars 2015 (Crédit photo : NASA)

Les limites du glacier Pichillancahue-Turbio sont indiquées en noir (2005) et en pointillé (1976).

Photos illustrant le recul glaciaire sur le Villarrica (Source : POV)

Les infrasons au service de la volcanologie // Could nfrasound help predict eruptions?

Une nouvelle étude conduite par des scientifiques de la Stanford School of Earth, Energy & Environmental Sciences et de l’Université de Boise (Idaho), et publiée dans la revue Geophysical Research Letters, montre que l’étude des infrasons émis par un certain type de volcans pourrait améliorer la prévision d’éruptions potentiellement mortelles. Les chercheurs ont analysé les infrasons détectés par les stations de surveillance du Villarrica dans le sud du Chili. Ces infrasons proviennent des mouvements du lac de lave à l’intérieur du cratère et changent en fonction de l’activité du volcan. L’étude tente de démontrer comment ces variations ont pu annoncer la hausse soudaine du niveau du lac, ainsi que ses fluctuations rapides vers le bord du cratère juste avant l’éruption majeure de 2015. Le suivi des infrasons en temps réel et son association à d’autres données, telles que la sismicité et les émissions de gaz, pourrait permettre d’alerter la population locale et les touristes lorsque’un volcan est sur le point d’entrer en éruption.
La dernière éruption majeure du Villarrica a eu lieu le 3 mars 2015. Ce fut un événement de courte durée au cours duquel on a observé une fontaine de lave de 1 500 mètres de hauteur, avec des projections de cendre et autres matériaux. 4 000 personnes ont été évacuées. Les stations de surveillance infrasonique installées sur le Villarrica deux mois avant l’événement de 2015 ont enregistré son activité sonore avant et après l’éruption. En analysant ces données, les chercheurs ont constaté que dans la période précédant l’éruption, l’intensité du signal infrasonique augmentait, tandis que sa durée diminuait. Des survols ont fourni des informations sur les changements intervenus dans le lac de lave du Villarrica, ce qui a permis aux chercheurs d’étudier la relation entre les variations de son niveau et le niveau des sons émis.
Un des chercheurs a proposé une comparaison avec un instrument de musique pour expliquer cette relation. De la même façon qu’une personne souffle dans un trombone, les explosions provoquées par les bulles de gaz qui montent puis éclatent à la surface du lac de lave créent des ondes sonores. Tout comme la coulisse d’un trombone peut faire varier la tonalité des notes qu’il produit, la géométrie du cratère qui contient le lac de lave module ses sons. Lorsque le lac de lave est profondément enfoncé à l’intérieur du cratère, le son est émis à une fréquence plus basse. Lorsque le lac de lave remonte dans le cratère, annonçant une possible éruption, la fréquence du son augmente, comme lorsque la coulisse du trombone est raccourcie.
Le but des recherches à venir sera d’établir un lien entre l’étude des infrasons et d’autres variables – telles que la sismicité – qui sont essentielles à la surveillance des volcans et la prévision de leurs éruptions. Avant une éruption, l’activité sismique augmente presque toujours. Cette sismicité provient de plusieurs kilomètres de profondeur, pendant l’ascension du magma dans le système d’alimentation du volcan. Les volcanologues pensent que les variations de niveau du lac de lave – et les infrasons correspondant – sont dus à l’injection d’un nouveau magma dans les conduits d’alimentation du volcan, avec augmentation du risque d’une éruption violente.
Cette étude montre que l’enregistrement des infrasons devrait être une aide supplémentaire dans la prévision du comportement des volcans « ouverts » comme le Villarrica, où existe un lac de lave bien visible et où des conduits d’alimentation font le lien entre les entrailles de la Terre et la surface du volcan. Cependant, les volcans « fermés » comme le Mt St Helens aux Etats Unis, où le magma reste prisonnier à l’intérieur de l’édifice jusqu’à ce qu’une éruption explosive se produise, ne génèrent pas le même type d’infrasons et posent donc d’autres problèmes de prévision. Cela confirme que les volcans sont un monde complexe et qu’il n’existe actuellement aucun moyen universel de prévoir leurs éruptions.
Source: Science Daily.

En cliquant sur ce lien, vous verrez une vidéo montrant le lac de lave du Villarrica: https://youtu.be/FuK1C6xZknY

——————————————–

A new study by scientists from Stanford School of Earth, Energy & Environmental Sciences and Boise State University (Idaho) and published in the journal Geophysical Research Letters has shown that monitoring infrasound produced by a type of active volcano could improve the forecasting of potentially deadly eruptions. The researchers analyzed the infrasound detected by monitoring stations on the slopes of the Villarrica volcano in southern Chile. The distinctive sound emanates from the movements of a lava lake inside the crater and changes according to the volcano’s activity. The study tries to demonstrate how changes in this sound signaled a sudden rise in the lake level, along with rapid up-and-down motions of the surging lake near the crater’s rim just ahead of a major eruption in 2015. Tracking infrasound in real time and integrating it with other data, such as seismic readings and gas emission, might help alert nearby residents and tourists that a volcano is about to erupt.
Villarrica’s last significant eruption occurred on March 3rd, 2015. Itas a short-lived event during which the volcano emitted a fountain that went up to 1,500 metres into the sky, together with ash and debris. Around 4,000 people were evacuated close to the volcano. Infrasound monitoring stations established at Villarrica just two months before the 2015 event captured its before-and-after sonic activity. Studying these data, the research team saw that in the build-up to the eruption, the pitch of the infrasound increased, while the duration of the signal decreased. Flyovers in aircraft documented the changes in Villarrica’s lava lake, allowing researchers to explore connections between its height and the sound generation.
One of the researchers offered a music analogy to explain this relationship. Similar to a person blowing into a trombone, explosions from gas bubbles rising and then bursting at the surface of the lava lake create sound waves. Just as the shape of a trombone can change the pitch of the notes it produces, the geometry of the crater that holds the lava lake modulates its sounds. When the lava lake is deep down in the volcano’s crater, the sound registers at a lower pitch or frequency. When the lava lake rises up in the crater, potentially heralding an eruption, the pitch or frequency of the sound increases, just like when the trombone is retracted.
Future research will seek to tie infrasound generation to other critical variables in volcano monitoring and eruption forecasting, such as seismicity. Ahead of an eruption, seismic activity almost always increases. This seismicity emanates from several kilometress underground as magma moves through the volcano’s feeding system. Volcanologists think that changes in lava lake levels — and their corresponding infrasound — result from the injection of new magma through volcanic plumbing, increasing the odds of a violent eruption.
In this way, the collection of infrasound should prove beneficial for forecasting purposes at « open vent » volcanoes like Villarrica, where an exposed lake or channels of lava connect the volcano’s innards to the atmosphere. However, closed vent volcanoes like Mt St Helens, where the pooling magma remains trapped under rock until an explosive eruption occurs, do not generate the same kind of infrasound and thus pose additional forecasting challenges. This confirms that volcanoes are complicated and there is currently no universally applicable means of predicting eruptions.
Source: Science Daily.

By clicking on this link, you will see a video showing Villarrica’s lava lake: https://youtu.be/FuK1C6xZknY

Vue du Villarrica et d’une fontaine de lave dans son cratère (Crédit photo: Wikipedia)

Histoires de systèmes d’alerte en Alaska et au Chili // Stories of warning systems in Alaska and Chile

drapeau francaisDans une note écrite le 20 février 2015, j’indiquais que l’Augustine était probablement la plus grande menace de tsunami pour la ville d’Homer située à 100 km du volcan, et pour la partie sud de la Péninsule du Kenai. La dernière éruption de l’Augustine en 2006 a généré un panache de cendre et émis suffisamment de lave pour rehausser encore davantage le sommet du volcan. Ce sommet domine des pentes abruptes et c’est lui qui, en s’effondrant, pourrait déclencher un tsunami. En 1883 – avant que la ville d’Homer soit construite – une éruption a fait glisser le versant nord de l’Augustine dans Cook Inlet et généré une vague de 9 mètres de hauteur qui a fini sa course dans le village de Nanwalek. Les scientifiques ont par ailleurs trouvé des preuves d’effondrements similaires remontant à des milliers d’années.

C’est la raison pour laquelle des sirènes ont été installées à Homer et dans les quelques villages qui pourraient être exposés à un tsunami. Pendant plusieurs jours, les médias ont annoncé que le mercredi 25 mars aurait lieu un test du système d’alerte aux tsunamis sur les régions côtières de l’Alaska. Comme dans beaucoup d’endroits dans le monde, les gens sont habitués à entendre ici un test des sirènes une fois par mois, le mercredi à 13 heures. Cependant, le 25 mars, l’essai était censé être un peu différent. Les sirènes devaient hurler plus tôt et soi-disant « avec plus de réalisme » dans le cadre de la Semaine de Prévention des Tsunamis.
Les sirènes retentirent à 10h25 du matin, relayées par tous les haut-parleurs qui se trouvent dans les zones basses, le long du littoral d’Homer. On entendit une voix annoncer: « Une alerte au tsunami a été émise pour ce secteur. Ecoutez votre station de radio locale pour plus de détails ». Le message a été répété trois fois. Il n’a jamais été précisé qu’il s’agissait d’un test.
Sept minutes après les sirènes, un animateur a interrompu en direct les programmes de radio et indiqué aux auditeurs que les sirènes « signalaient des tests » et qu’il n’y avait « pas de danger pour le moment. »
Deux minutes s’écoulèrent avant qu’une voix à peine audible venue des haut-parleurs annonce à Homer que le test était « conforme ».
Beaucoup de gens à Homer ne sont pas certains que le test ait été effectué avec suffisamment de sérieux et ait eu un impact sur la population dans son ensemble. Beaucoup de personnes ont fait remarquer que les tsunamis ne sont pas des plaisanteries et que le test de prévention aurait dû être mieux géré par toutes les parties concernées. Ces personnes espèrent que des leçons ont été tirées et que les gens qui entendront les sirènes à l’avenir ne penseront pas qu’il s’agit toujours de tests. Il ne faudrait jamais oublier que le tsunami qui a accompagné le séisme de 1964 en Alaska a tué 115 habitants dans cet Etat et a fait disparaître le rivage de plusieurs localités.
Au niveau local, il y a eu au moins un raté, quand une alerte au tsunami destinée aux Aléoutiennes a retenti à Homer en 2011. Selon le journal local Homer News, « des centaines de personnes qui se trouvaient sur la jetée d’Homer (le Spit) et dans les zones basses de la ville ont quitté les lieux ». La police a sillonné la ville pour prévenir la population que l’alerte était une erreur.

Le danger occasionné par un tsunami augmente avec la proximité de sa source par rapport à la côte. S’il se déclenche à des centaines de kilomètres, on aura le temps de prendre rapidement des mesures d’évacuation, à condition que la population ait été bien préparée à une telle éventualité. En 1964, le tsunami a démarré près de la côte. L’épicentre du séisme qui l’a provoqué a été localisé à seulement 90 km à l’ouest de Valdez et 120 km à l’est d’Anchorage, à une profondeur de 25 km. Il y a eu 131 morts (115 en Alaska, 16 dans l’Oregon et la Californie). Le nombre de victimes a été extrêmement faible pour un séisme de cette ampleur (M 9,2) en raison de la faible densité de population, le moment de la journée, le fait que c’était un jour férié (le Vendredi Saint), et le type de matériau (principalement le bois) utilisé pour construire de nombreux bâtiments. Aujourd’hui serait bien différent.
D’après un article paru dans l’Alaska Dispatch News.

°°°°°°°°°°°°°°°

De la même manière, les habitants de la ville chilienne de Pucon ont déclaré avoir ressenti une grande confusion quand les sirènes de la ville ont retenti dimanche dernier. La ville est située à proximité du Villarrica et le maire a ordonné aux pompiers d’actionner les sirènes pour que les gens comprennent que le volcan représente « une menace persistante ». Dans le même temps, le niveau d’alerte volcanique n’avait pas changé.
On pouvait voir des nuages de cendre s’élever du cratère pendant le week-end. Quand les sirènes de la ville ont hurlé dimanche après-midi, de nombreux habitants ont pensé que c’était un signal d’évacuer la ville.
Des commentaires ont été affichés sur Facebook accusant le maire d’avoir « causé une peur inutile» parmi les 22 000 habitants de la ville. En effet, le protocole officiel dit que les sirènes doivent être actionnées pour évacuer les gens, et pas comme mesure préventive.
Source: BBC News.

 ————————————————–

drapeau anglaisIn a note written on February 20th 2015, I indicated that the most serious tsunami threat for Homer and the southern flank of the Kenai Peninsula in Alaska might be Augustine Volcano, 110 km to the west. Augustine last erupted in 2006, sending up an ash cloud and emitting enough lava to build a new summit. It’s this summit enhancement on steep slopes that makes the volcano vulnerable to collapse. In 1883 – before Homer’s founding – an eruption caused its north side to slide into Cook Inlet, sending a 9-metre wave into the village of Nanwalek. Scientists have found evidence of similar collapses going back thousands of years.

This is the reason why sirens have been set up in Homer and the few villages that might be exposed to a tsunami. For several days various news media reported that on Wednesday, March 25th, there would be a test of the tsunami warning system in coastal Alaska. Like in many places of the world, people are accustomed to sirens once a month here, on Wednesdays at 1 p.m., always with the key word “test.” However, the March 25th test was supposed to be a little different. The sirens were to hoot at an earlier time and supposedly “with more realism” as part of Tsunami Preparedness Week.

The sirens sounded at 10:25 in the morning, echoing from the multiple speakers in Homer’s low-lying areas. A voice said: “A tsunami warning has been issued for this area. Tune to a local radio station for details.” The message was repeated three times. There was no mention of a test.

Seven minutes after the sirens, a live announcer interrupted the radio programmes to tell listeners that the sirens were “just testing warnings” and there was “no danger present at the moment.”

Two more minutes passed before a barely audible voice came over the tsunami speakers to say the test was “complete”.

Many people in Homer were not sure the test was serious enough and had any effect on the population at large. Many said tsunamis are no joke, and that a preparedness test could have been better managed by all involved. They hope that lessons were learned and that people hearing sirens in the future won’t assume they’re always tests. They should never forget that the tsunami accompanying Alaska’s 1964 earthquake killed 115 Alaskans and wiped out the entire waterfronts of several communities.

Locally, there was at least one false alarm from the system, when a tsunami warning meant for the Aleutians sounded in Homer in 2011. According to the Homer News, “hundreds of people on the Homer Spit and in low-lying areas evacuated.” Police fanned out around town to alert people that the warning was in error.

The danger of a tsunami increases with the proximity of its source to the coast. Should it start hundreds of kilometres away, there will be time to take rapid evacuation measures, provided the population has been well prepared to such an event.  In 1964, the tsunami was triggered close to the coast. The epicentre of the earthquake that caused it was only 90 km west of Valdez and 120 km east of Anchorage, at a depth of 25 km. The number of deaths totalled 131; 115 in Alaska and 16 in Oregon and California. The death toll was extremely low for a quake of this magnitude (M 9.2) due to low population density, the time of day and the fact that it was a holiday, and the type of material (mostly wood) used to construct many buildings. Today would be different.

After an article in the Alaska Dispatch News.

°°°°°°°°°°°°°°°°

In the same way, residents of the Chilean town of Pucon said they felt confused when the town’s sirens went off on Sunday. The town is located near the Villarrica volcano and the mayor of the town ordered firefighters to ring the sirens to alert people « to the continued threat ». Meantime, the volcanic alert level had not changed.

Ash could be seen rising from the crater during the weekend, so when the town’s sirens rang on Sunday afternoon, many residents said they thought it was a signal to evacuate the town.

Comments were posted on Facebook criticising the mayor for « spreading fear » among the town’s 22,000 residents. Indeed, the official protocol says that the sirens ring to evacuate people, not as a preventive measure.

Source: BBC News.

Augustine-flancs

Les flancs pentus de l’Augustine contribueraient au déclenchement d’un tsunami.

Evacuation-blog

En théorie, tout est prêt pour l’évacuation des populations menacées.

(Photos:  C.  Grandpey)

Villarrica (Chili) & Turrialba (Costa Rica)

drapeau francaisLe Villarrica (Chili) reste très actif, avec les panaches de gaz qui enveloppent fréquemment le sommet, tandis que la température à l’intérieur du cratère a atteint 1 000 ° C. Cependant, le niveau d’alerte est maintenu à l’Orange, ce qui signifie qu’il n’y a pas actuellement de risque pour la population.
Le comportement du Villarrica n’inquiète pas les habitants de la ville de Pucon et les enfants ont repris le chemin de l’école. .
Il ne faudrait pourtant pas oublier que le 3 mars une brève éruption, avec émissions de cendre et projections de blocs incandescents, a entraîné l’évacuation de plus de 3000 personnes autour du volcan. Les autorités ont établi un périmètre de sécurité de 5 km autour du cratère.
Source: Presse locale.

Le Turrialba (Costa Rica) est très actif lui aussi, avec deux éruptions au cours du dernier week-end. Les photos et la vidéo indiquent que la plus grande partie de la cendre est retombée à proximité du cratère; le vent n’était pas assez fort pour l’envoyer sur les zones habitées proches du volcan.
Au cours des deux dernières semaines, on a enregistré 14 éruptions du Turrialba. Il est important de noter que l’accès au parc national est interdit et les rangers ont refoulé des touristes ces derniers jours.
Les géologues de l’OVSICORI n’excluent pas la possibilité d’un nouvel épisode d’activité du Turrialba. Comme je l’ai écrit auparavant, l’Irazu qui se dresse à proximité du Turrialba, a connu de récents glissements de terrain, ce qui pourrait entraîner des fermetures temporaires du parc.
Source: Presse locale.

 ————————————————

drapeau anglaisVillarrica (Chile) is still quite active with gas plumes to be seen around the summit while temperatures inside the crater have reached 1,000°C. However, the alert level is kept at Orange, meaning there is no risk to the general population.

The inhabitants of the city of Pucon are not worried by Villarrica’s behaviour and children have gone back to school.   .

We need to keep in mind that on March 3rd, a short-lived eruption of ash and rock led to the evacuation of more than 3,000 persons from the nearby area.

Authorities have restricted access to the area within 5 km from the crater.

Source: Local newspapers.

Turrialba (Costa Rica) is quite active too, with two eruptions over the weekend. The photos and video indicate that most of the ash was deposited in the vicinity of the crater; the windy conditions were not strong enough to blow the ash away from the volcano and onto residential communities.

Over the last two weeks, a total of 14 eruptions have been registered by geologists monitoring Turrialba. It is important to note that access to the national park is forbidden. Park rangers have turned away tourists in recent days.

OVSICORI geologists are not discarding the possibility of further activity Turrialba. As I out it before, Irazu, close to Turrialba, has been subject to recent landslides, which could prompt park closures.

Source: Local newspapers.

Le Villarrica (Chili) vu depuis l’espace // Villarrica (Chile) seen from space

drapeau francaisLa NASA a mis en ligne deux photos du Villarrica prises respectivement le 22 février et le 5 mars. On voit clairement les effets de l’éruption du 3 mars (voir ma note de ce même mois) sur le versant nord de l’édifice volcanique.

——————————————

drapeau anglaisNASA has released two photos of Villarrica taken on February 22nd and March 5th. They clearly show the effects of the 3 March eruption on the northern flank of the volcanic edifice.

Villarrica 01

Villarrica 02

Crédit photo:  NASA

Passage du Rouge à l’Orange sur le Villarrica (Chili) // From Red to Orange on Villarrica (Chile)

drapeau francaisL’alerte rouge a été levée aujourd’hui sur le Villarrica, trois jours après une brève mais spectaculaire éruption. Le niveau d’alerte volcanique a été ramené à l’Orange.

Par précaution, une zone d’exclusion de 5 km a été maintenue autour du volcan

Rappelons que l’éruption a entraîné l’évacuation de quelque 3500 personnes, mais sans causer de dégâts.

——————————————-

drapeau anglaisThe alert level has been downgraded today from Red to Orange on Villarrica, three days after a brief but dramatic eruption.

As a precaution, a 5-km exclusion zone remains around the volcano.

Let’s keep in mind that the eruption prompted the evacuation of about 3,500 persons but did not cause any major damage.

Eruption du Villarrica (Chili)

drapeau francaisTôt mardi matin, les autorités ont évacué des milliers de personnes après une crise érupive du Villarrica vers 3 heures (heure locale). Le volcan o produit un spectacle impressionnant, avec des coulées de lave qui descendaient sur ses flancs et de volumineux panaches de gaz et de cendre qui s’élevaient dans le ciel.

http://www.theguardian.com/world/gallery/2015/mar/03/volcano-villarrica-erupts-chile-in-pictures
La Protection Civile a émis un bulletin d’alerte rouge et a ordonné les premières évacuations dès le début de l’éruption. Aucune victime n’a été signalée, mais les autorités craignent que la fonte de la neige déclenche des glissements de terrain et mettre en danger les localités autour du volcan. La petite ville de Pucon (environ 22 000 habitants) se trouve tout près du Villarrica. La région se situe à 650 km au sud de Santiago.
Les autorités chiliennes avaient émis une alerte orange lundi (voir ma note précédente) en raison de l’augmentation de l’activité sismique.
L’éruption a fait monter le niveau de nombreuses rivières de la région suite à la fonte de la neige et de la glace sous l’effet de la chaleur de la lave. Les autorités surveillent près de 200 personnes qui se sont trouvé isolées lorsque deux ponts ont été détruits par la montée des eaux des rivières. Le Villarrica est recouvert d’une calotte de glace d’environ 38 km carrés et la neige enveloppe ses flancs à partir de 1500 mètres d’altitude.
La Présidente Michelle Bachelet est arrivée à Pucon mardi pour vérifier la mise en place des mesures de sécurité et elle a déclaré l’état d’urgence agricole pour aider les agriculteurs locaux.
Après les évacuations, Pucon ressemblait à une ville déserte. Toutefois, quand l’activité volcanique a diminué, certains habitants ont décidé de regagner leurs maisons ; de plus en plus de voitures ont été vues dans les rues et certaines personnes ont même décidé de prendre le soleil au bord d’un lac qui se trouve à proximité de la localité.
Les touristes sont nombreux dans la région du Villarrica où ils se livrent à des activités de plein air comme le kayak, l’équitation, la pêche et la randonnée autour du volcan. Des dizaines de touristes figurent parmi les personnes évacuées. Les autorités ont déclaré mardi soir que près de 15 000 personnes vivant dans les zones rurales à proximité du Villarrica souffraient de pénuries d’eau après l’éruption et l’alerte rouge est maintenue pour les zones à proximité du volcan.
Source: Presse chilienne & The Guardian.

N.B.: Désolé pour ce petit retard dans la transmission de l’information sur le Villarrica mais je me trouvais hier à Vendôme (Loir-et-Cher) où je faisais une conférence devant plus de 200 personnes sur les volcans et risques volcaniques. Un grand merci à l’Université du Temps Libre du Vendômois – et en particulier André Gilg – de m’avoir fait confiance pour cet événement.

 —————————————————

drapeau anglaisEarly Tuesday morning, authorities evacuated thousands of people after volcano Villarrica erupted around 3 a.m. local time. The volcano created a fiery spectacle as streams of lava poured down the mountainside and heavy plumes of gas and ash belched in the air.

http://www.theguardian.com/world/gallery/2015/mar/03/volcano-villarrica-erupts-chile-in-pictures

The National Emergency Office issued a red alert and ordered the early morning evacuations. No injuries have been reported, however authorities are worried melting snow may trigger mudslides and endanger nearby communities. The small city of Pucon (pop. about 22,000) sits in the shadow of the volcano. The area is 650 km south of Santiago.

Chilean authorities had issued an orange alert on Monday because of increased seismic activity at the volcano.

The eruption is causing numerous rivers in the area to rise as snow along the sides of the volcano began melting. Officials are monitoring nearly 200 people who were cut off from main roads when two bridges were destroyed by rising waters from nearby rivers.

Villarrica is covered by a glacier cap covering some 38 square kilometres and snow from about 1,500 metres on up.

President Michelle Bachelet arrived in Pucon on Tuesday to check on safety preparations and declared an agricultural emergency to help local farmers.

After the evacuations, Pucon looked like a deserted town, but as the volcanic activity decreased, some local residents decided to return to their homes, more cars were seen in the streets and some people had even decided to sunbathe at a nearby lake.

Tourists flock to the area around Villarrica for outdoor activities like kayaking, horseback riding, fishing and hiking around the volcano. Dozens of tourists were among those evacuated. Officials said late Tuesday that about 15,000 people living in rural areas near the volcano were suffering water shortages after the eruption and kept the red alert for nearby areas.

Source : Chilean newspapers & The Guardian.