Nouvel épisode éruptif à Ambae (Vanuatu) // New eruptive episode at Ambae (Vanuatu)

Le Manaro Voui, le volcan sur l’île d’Ambae, montre des signes d’activités plus intenses depuis le 20 juin 2018. Une forte éruption a eu lieu le 16 juillet 2018 avec un panache de cendre qui est monté jusqu’à 9,1 kilomètres d’altitude.
La zone de danger est maintenue à 2 km autour du cratère actif.
Ambae a fait la une des journaux en 2017, lorsque plus de 13 000 personnes ont dû être évacuées. (voir mes notes à ce sujet)
Un nouvel épisode d’activité a débuté sur le volcan à la mi-mars 2018 avec des explosions contenant de plus grandes quantités de cendre qui ont contaminé les cultures et l’eau sur l’île.
Source: GeoHazards.

———————————————-

Manaro Voui, the volcano on Ambae Island, has shown signs of unrest since June 20th, 2018. A strong eruption occurred on July 16th, 2018 with an ash plume that rose up to 9.1 kilometres a.s.l.. Ashfall is expected in several sectors around the volcano.

The Danger Zone is kept at 2 km around the active vent.

Ambae made the headlines in 2017 when more than 13 000 people had to be evacuated. (see my previous posts about this event)

A new outbreak of activity started at the volcano by mid-March 2018 with explosions containing larger amounts of ash which contaminated the cultures and the water on the island.

Source: GeoHazards.

Volcan Manaro Voui (Crédit photo: GeoHazards)

Zones à risques sur l’île d’Ambae (Source: Geohazards)

Kilauea (Hawaii): Dernières nouvelles // Latest news

Le HVO indique que la Fracture n° 8 continue d’envoyer la lave dans un chenal en direction du nord-est vers Kapoho. Le niveau de la lave dans la partie amont du chenal augmente brièvement en réaction aux explosions d’effondrement qui se produisent au sommet. La coulée a’a qui circule en chenal à l’ouest du Kapoho Crater continue d’alimenter l’entrée principale dans l’océan. L’entrée sud reste la plus fournie avec de nombreux points d’entrée dans le Pacifique. La lave se trouve à environ 800 mètres de Isaac Hale Park et de la rampe d’accès pour les bateaux à Pohoiki. Malgré l’absence de connexion visible au chenal issu de la Fracture n° 8, la lave continue de sortir en plusieurs endroits du front de 6 km de large dans l’océan.
Des explosions accompagnées d’effondrements se produisent toujours régulièrement au sommet du Kilauea avec une énergie équivalente à des séismes de M 5.2 -5.4. L’affaissement de Halema’uma’u continue.
Source: HVO.

————————————–

Hawaiian Volcano Observatory reports that Fissure 8 continues to erupt lava into the channel heading northeast toward Kapoho.Lava levels in the upper channel increase briefly following the summit collapse-explosion events at the summit. The channelized a’a flow west of Kapoho Crater continues to be the main ocean entry at the southern edge of the flow front. The south margin of the flow near the ocean entry remains unchanged with the lava flow entering the ocean at numerous points in Kapoho. Lava is approximately 800 metres from Isaac Hale Park/Pohoiki Boat Ramp. Despite no visible surface connection to the fissure 8 channel, lava continues to ooze out at several points on the 6 km (3.7 mi) wide flow front into the ocean.

Collapse/explosion events regularly occur beneath the summit of Kilauea with energy equivalent to M 5.2 -5.4 earthquakes. Inward slumping of Halema’uma’u continues.

Source: HVO.

La lave continue de sortir en abondance de la Fracture n° 8 (Crédit photo: USGS / HVO)

Vue de la partie ouest du champ de lave, avec la coulée principale qui contourne Kapoho Crater (Crédit photo: USGS /HVO)

Colombie : Glaciers en péril // Colombia : Glaciers at risk

Selon un document publié par l’Institut d’hydrologie, de météorologie et d’études environnementales (IDEAM) de Colombie, la superficie glaciaire actuelle dans ce pays est passée de 45 km2 en 2010 à 37 km2 en 2017. Les principaux glaciers colombiens se trouvent sur des chaînes de montagnes comme la Sierra Nevada del Cocuy, la Sierra Nevada del  Guican et la Sierra Nevada Santa Marta, ainsi que sur quatre volcans enneigés: le Ruiz, le Santa Isabel, le Nevado del Tolima et le Nevado del Huila. Au cours des deux dernières années, 5,8% de la superficie des glaciers colombiens, soit 2,3 km², s’est évaporée. Un contexte temporel plus large montre que, entre 2010 et le premier semestre de l’année 2017, la superficie glaciaire totale de la Colombie s’est réduite de 8,4 km².
Le rapport de l’IDEAM attire l’attention sur le volcan Nevado Santa Isabel, un écosystème qui, au cours de la période entre janvier 2016 et février 2018, a perdu 37% de sa superficie, un processus jamais enregistré auparavant en si peu de temps. A ce rythme, le Santa Isabel pourrait disparaître dans les dix prochaines années.
Chaque glacier est unique et a sa propre dynamique qui le rend plus ou moins vulnérable. Dans le cas du Santa Isabel, les causes de la perte de surface sont dues à sa petite taille (0,63 kilomètres carrés en février 2018), à la basse altitude (moins de 5000 mètres), de rares précipitations de neige et de cendre volcanique sur sa surface.
Ses voisins, les volcans Nevado del Ruiz et Tolima, ont augmenté leur perte de glace de 7% entre 2016 et 2017. La Sierra Nevada de Santa Marta (6,71 km ² en 2017) maintient une perte de 5,5%. De leur côté, la Sierra Nevada Cocuy etu la Sierra Nevada del  Guican, le plus grand glacier du pays (13,3 kilomètres carrés), restent relativement stables avec un taux de perte annuelle de 4,8% depuis 2017 grâce à de fortes chutes de neige (par exemple un mètre de neige au cours du premier semestre 2018, ce qui est inhabituel ces dernières années). Le glacier le plus au sud de la Colombie, le volcan Nevado del Huila, conserve une perte de superficie de 2,7% malgré son activité volcanique.
Cette fonte des glaciers colombiens est attribuée à des causes multiples comme la sensibilité particulière de ces neiges équatoriales à des conditions climatiques mondiales, régionales et locales. Il faut aussi prendre en compte les caractéristiques géographiques physiques, telles que les différences dans les glaciers d’altitude, notamment la topographie ou leur situation dans des zones volcanique actives.

Selon le Ministre de l’Environnement colombien, les conséquences du réchauffement climatique sont énormes pour le pays et 30% de la biodiversité de la Colombie pourrait disparaître. La Colombie est le deuxième pays au monde, après le Brésil, où la biodiversité est la plus importante.

Source : EDEAM.

Voici une petite vidéo montrant le glacier du Nevado Santa Isabel :

 https://youtu.be/Tn6Q52vafG8

————————————————–

According to a document published by the Institute of Hydrology, Meteorology and Environmental Studies (IDEAM) of Colombia, the current glacial area in this country has dropped from 45 km2 in 2010 to 37 km2 in 2017. The main Colombian glaciers are found on mountain ranges such as Sierra Nevada del Cocuy, Sierra Nevada del Guican and Sierra Nevada Santa Marta, as well as four snowy volcanoes: Ruiz, Santa Isabel, Nevado del Tolima and Nevado del Huila. Over the past two years, 5.8% of Colombia’s glacier area, or 2.3 km², has evaporated. A broader temporal context shows that between 2010 and the first half of 2017, the total glacial area of ​​Colombia decreased by 8.4 km².
The IDEAM report draws attention to the Nevado Santa Isabel volcano, an ecosystem that, between January 2016 and February 2018, has lost 37% of its area, a process never recorded before in so little time. At this rate, the Santa Isabel could disappear in the next ten years.
Each glacier is unique and has its own dynamics that makes it more or less vulnerable. In the case of Santa Isabel, the reasons for the loss of surface are due to its small size (0.63 square kilometres in February 2018), the low altitude (less than 5000 metres), rare snow and volcanic ash on its surface.
Its neighbours Ruiz and Tolima volcanoes, have increased their ice loss by 7% between 2016 and 2017. The Sierra Nevada de Santa Marta (6.71 km ² in 2017) maintains a 5.5% loss. Sierra Nevada Cocuy and Sierra Nevada del Guican, the largest glacier in the country (13.3 square kilometres), remain relatively stable with an annual loss rate of 4.8% since 2017 thanks to heavy snowfall (for example one metre of snow during the first half of 2018, which is unusual in recent years). The southernmost glacier in Colombia, the Nevado del Huila volcano, retains a 2.7% loss of surface despite its volcanic activity.
This melting of Colombian glaciers is attributed to multiple causes such as the special sensitivity of these equatorial snows to global, regional and local climatic conditions. Physical geographical features, such as differences in high altitude glaciers, including topography or their location in active volcanic areas, must also be taken into account.
According to the Colombian Minister of the Environment, the consequences of global warming are enormous for the country and 30% of Colombia’s biodiversity could disappear. Colombia is the second largest country in the world, after Brazil, where biodiversity is the most important.
Source: EDEAM.

Here is a short video showing the Nevado Santa Isabel glacier:

Vue du Nevado Santa Isabel (Crédit photo: Wikipedia)