Vatnajökull (Islande): Eruption sous-glaciaire en vue?

drapeau francais6 heures: On observe depuis quelques heures une forte augmentation de la sismicité dans la partie nord du glacier Vatnajökull. Il ne serait pas surprenant qu’une éruption sous-glaciaire se produise dans le court terme, probablement au niveau du volcan Bardarbunga.

L’essaim sismique a débuté vers 3 heures du matin le 16 août avec des événements à faible profondeur qui oscillent autour de M 1,5 pour la plupart, avec quelques secousses supérieures à M3, signalées par une étoile sur la carte ci-dessous. La situation est semblable à celle qui a précédé l’éruption du Grimsvötn en 2011 (Photos: http://en.vedur.is/earthquakes-and-volcanism/articles/nr/2185). De plus, les stations GPS installées sur le Vatnajökull montrent des déformations horizontales et verticales depuis le début du mois de juin, ce qui trahit des mouvements de magma sous le volcan Bardarbunga.

En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne est passée du Vert au Jaune.

12 h30 : A la mi-journée, l’activité sismique reste intense dans la partie septentrionale du Vatnajökull mais aucune dépêche ne fait état d’une éruption aérienne ou sous-glaciaire. Il ne semble pas y avoir de crue  (jokulhlaup en islandais) non plus. Rappelons qu’une éruption sous-glaciaire ne se manifeste pas forcément par des panaches de cendre. Elle peut rester discrète. On s’en rend d’ailleurs compte en consultant l’histoire éruptive du Bardabunga sur le site de la Smithsonian Institution. La dernière éruption officielle remonte à 1910. D’autres événements ont probablement eu lieu depuis mais ils sont répertoriés comme « incertains ».

22h30: L’essaim sismique continue ce soir, avec des événements qui ont peut-être perdu un peu de leur intensité, si l’on en juge par le diagramme diffusé par le Met Office. Ce dernier indique qu’il n’y a « actuellement aucun signe que le magma monte vers la surface ».

————————————————–

drapeau anglais6 o’clock: For a few hours, there has been a strong in seismicity in the northern part of Vatnajökull Glacier. A subglacial eruption might occur in the short term, probably at Bardarbunga volcano.

The seismic swarm started at about 3 a.m. on August 16th with shallow events around M 1.5 for most of them, with a few quakes above M 3 (stars on the map below). The situation is similar to the one that preceded the eruption of Grimsvötn volcano in 2011 (See photos: http://en.vedur.is/earthquakes-and-volcanism/articles/nr/2185).  Since early June 2014, displacements at GPS stations around Vatnajökull show an increased upward movement and away from Bárðarbunga, a sure sign of magma movements beneath this volcano.

As a consequence, the aviation colour code has changed from Green to Yellow.

12:30: At midday, seismic activity remains intense in the northern part of Vatnajökull but no press report indicates an aerial or subglacial eruption. There does not seem to be any flood (jokulhlaup in Icelandic) either. We need to keep in mind that a subglacial eruption is not necessarily accompanied by ash plumes. It can remain discreet. This becomes clear when one consults the eruptive history of Bardabunga volcano on the website of the Smithsonian Institution. The last official eruption was in 1910. Other events have probably occurred since, but they are listed as « uncertain. »

22:30: The seismic swarm continues tonight with events that may have lost some of their intensity, judging from the diagram released by the Met Office which declares that « presently there are no signs of magma moving to the surface ».

Vatna-aout-2014

Source: Icelandic Met Office.

Askja (Islande) : Un glissement de terrain a-t-il causé la mort de deux géologues allemands en 1907 ? //Did a landslide cause the deaths of two German geologists in 1907?

drapeau francaisLe 10 juillet 1907, deux scientifiques allemands ont mystérieusement disparu alors qu’ils étudiaient l’Öskjuvatn, le lac qui occupe la caldeira de l’Askja. Un groupe de trois hommes – un étudiant en géologie, un géologue professionnel et un peintre – se trouvaient dans la région de l’Askja à l’époque. Selon le journal Morgunbladid publié le jour du 100ème anniversaire de la tragédie, l’étudiant en géologie travaillait quelque part sur les montagnes au nord du lac tandis que le géologue et le peintre naviguaient dans une petite embarcation sur l’Öskjuvatn.
Lorsque l’étudiant de géologie revint au camp, ses partenaires d’expédition et leur bateau avaient disparu. On a alors supposé qu’ils s’étaient noyés dans le lac, mais leurs corps n’ont jamais été retrouvés.
D’autres théories ont prétendu que l’étudiant en géologie avait assassiné ses partenaires, ou bien qu’un glissement de terrain ou un tremblement de terre avait causé leur mort. Certains ont raconté les avoir vus en vie deux semaines après leur disparition, tandis que d’autres ont affirmé que leurs fantômes hantaient la région de l’Askja.
Les recherches organisées l’année suivante ont été infructueuses. La seule trace des deux hommes d’aujourd’hui est un monument au nord-ouest du cratère Víti.
La tragédie est évoquée aujourd’hui car elle pourrait bien avoir un lien avec ce qui s’est passé il y a quelques semaines. Comme je l’ai expliqué dans une note précédente, le 21 juillet, un pan de montagne d’environ un kilomètre de large s’est effondré pendant la nuit et a terminé sa course dans l’Öskjuvatn, soulevant plusieurs vagues de 30 mètres de hauteur qui sont venues s’écraser sur les rochers autour du lac, jusque dans le Víti, après avoir franchi la haute crête qui le sépare de Öskjuvatn. Selon les estimations, 50 millions de mètres cubes de terre se sont séparés de la montagne. Le Met Office islandais fait remarquer que c’est le plus grand glissement de terrain de l’histoire de l’Islande.
Des études indiquent que le sol avait commencé à se déstabiliser bien avant le glissement de terrain, mais le temps chaud qui prévalait dans la région dans les jours précédant l’événement a fait fondre rapidement la glace autour du lac et probablement accéléré le processus. Les couches de roches sur les pentes autour de l’Öskjuvatn sont plus jeunes que les autres parties de la caldeira, ce qui les rend moins stables. Il y a des signes de glissements de terrain antérieurs et d’autres éboulements sont susceptibles de se produire dans les prochaines années, les prochaines décennies ou les prochains siècles.
Les restrictions d’accès aux sentiers autour de l’Öskjuvatn ont été levées, mais la fréquentation du bord du lac implique un certain risque et les gens qui s’y trouvent doivent être conscients que, dans le cas d’un glissement de terrain jusque dans le lac, il suffit d’une ou deux minutes à un raz-de-marée pour le traverser, tandis qu’il faut dix secondes au bruit pour effectuer la même distance.
La mystérieuse disparition en 1907 doit être mis en relation avec les événements récents. En effet, un glissement de terrain provoquant un raz de marée dans l’Öskjuvatn aurait pu facilement renverser la petite embarcation dans laquelle se trouvaient les scientifiques allemands, les noyant dans le même temps.
C’est une théorie probable, mais le mystère de leur disparition ne sera probablement jamais résolu.

Source : Iceland Review.

 ————————————————

drapeau anglaisOn July 10th, 1907, two German scientists mysteriously disappeared while studying Öskjuvatn, the lake in Askja caldera. A party of three men including a geology student, a professional geologist and a painter, were in the Askja region at the time. According to the Morgunbladid newspaper issued on the day of the 100th anniversary of the tragedy, the geology student was studying the mountains to the northeast of the lake while the geologist and the painter were sailing in a small boat on Öskjuvatn.

When the geology student returned to the camp, his expedition partners and their boat were gone. It was assumed that they had drowned in the lake but their bodies have never been found.

Further theories suggested that the geology student had murdered his partners, or that a landslide or an earthquake had caused their death. Some reported to have seen them alive two weeks after the disappearance, while others claimed their ghosts have since haunted Askja.

The research that was organised the following year was fruitless. The only trace of the two men today is a memorial which stands just northwest of the crater Víti.

The tragedy is all the more remembered today as it might be connected to what happened a few weeks ago. As I explained it in a previous note, on July 21st this year, a roughly one-kilometre wide piece of land fell into Öskjuvatn during the night, causing several up to 30-metre tidal waves to crash on the rocks around the lake, spilling into Víti, across the high ridge that separates it from Öskjuvatn. According to estimates, up to 50 million cubic metres of land fell down the mountain, which is the largest rockslide in historical times in Iceland, according to the Icelandic Met Office.

Studies indicate that the ground had started to destabilize long before the rockslide occurred but warm weather in the area in the days preceding the event, caused ice around the lake to melt quickly and likely sped up the process.

The layers of rock in the slopes around Öskjuvatn are younger than other parts of the caldera, which makes them less stable. There are signs of previous rockslides and further rockslides are likely to occur in future years, decades or centuries.

The restrictions on walking paths around Öskjuvatn have now been lifted but being down by the lake involves a certain risk and people who go there should be aware that in the case of a rockslide falling into the lake, it only takes a tidal wave one or two minutes to cross it, while the sound of a rockslide takes ten seconds to be carried the same distance.

The mysterious disappearance in 1907 must be put into context with the recent events. Indeed, a landslide causing a tidal wave in Öskjuvatn could easily have toppled the German scientists’ small sailboat, drowning them in the process.

It is a likely theory, although the old mystery will probably never be solved.

Iceland Review.

Askja-blog

(Photo:  C.  Grandpey)

La Sicile vue depuis l’espace // Sicily seen from space

drapeau francaisLes astronautes à bord de la station spatiale internationale (ISS) diffusent régulièrement des images aussi belles que spectaculaires de notre planète. Il y a quelques jours, l’un d’eux a mis en ligne des images de la botte italienne et de la Sicile.

On distingue parfaitement sur l’image de jour les panaches émis par l’Etna et le Stromboli. Vous les verrez en cliquant sur ce lien (cliquez sur l’image pour l’agrandir):

https://twitter.com/astro_reid/status/499877611045023745/photo/1

Le lien ci-dessous montre la Sicile de nuit. En y regardant bien, on aperçoit les points d’incandescence de l’Etna et du Stromboli, actuellement tous les deux en éruption. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

https://twitter.com/Astro_Alex/status/499878134679105538/photo/1

 ————————————————

drapeau anglaisThe astronauts aboard the International Space Station (ISS) regularly release great and dramatic images of our planet. A few days ago, one of them posted images of southern Italy and Sicily.
We can perfectly discern on the photo taken during daytime the plumes emitted by Mount Etna and Stromboli. You’ll see them by clicking on this link (Click to enlarge the image):
https://twitter.com/astro_reid/status/499877611045023745/photo/1

The link below shows Sicily at night. If you look carefully, you can see the glowing points of Etna and Stromboli, both currently erupting. (Click to enlarge the image):
https://twitter.com/Astro_Alex/status/499878134679105538/photo/1

Sicile-nuit

Crédit photo:  NASA.