Le Japon n’a pas retenu la leçon de Fukushima // Japan has not learnt the lesson of Fukushima

drapeau francaisQuelques heures après l’éruption soudaine du Mont Ontake (le dernier bilan fait état de 36 morts), le gouvernement japonais a déclaré que l’événement ne le ferait pas revenir sur sa décision de redémarrer deux réacteurs situés à proximité de volcans actifs, même si le public reste opposé à l’énergie nucléaire après la crise de Fukushima.
Le gouvernement a déclaré lundi que l’éruption du Mont Ontake était difficile à prévoir, ce à quoi les opposants au nucléaire ont répondu que la même chose avait été dite à propos du séisme et du tsunami qui ont provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011.
Des milliers de personnes se sont rassemblées à Kagoshima pour protester contre le projet de redémarrer deux réacteurs de la centrale nucléaire de Sendai, située à environ 50 km du Sakurajima, un volcan actif qui entre fréquemment en éruption (voir mon livre Killer Volcanoes).
L’autorité de régulation nucléaire du Japon (NRA) a déclaré en septembre que la centrale nucléaire de Sendai répondait à de nouvelles normes de sécurité, la première étape nécessaire au redémarrage de l’industrie nucléaire. La centrale doit encore passer des tests de sécurité et obtenir l’approbation des autorités locales. Il se peut qu’elle ne soit pas remise en service avant l’année prochaine. Avant de donner le feu vert initial en juillet, la NRA avait déclaré que le risque d’une activité volcanique majeure était négligeable pendant la durée de vie de la centrale de Sendai.
La plupart des Japonais restent opposés à l’énergie nucléaire plus de trois ans après la catastrophe de Fukushima, même si l’arrêt des réacteurs dans le pays a obligé les autorités à importer des combustibles fossiles coûteux, avec des factures d’électricité plus élevées. Selon les médias locaux, plus de 10 000 personnes se sont rassemblées à Tokyo mardi dernier pour protester contre le projet de redémarrage des réacteurs de la centrale de Sendai.
Source: Agences de presse.

 ———————————————–

drapeau anglaisA few hours after the sudden deadly eruption of Mount Ontake (the latest toll is 36 dead), the Japanese government said this won’t derail its push to restart two reactors located near active volcanoes, even though the public remains opposed to nuclear power after the Fukushima crisis.

The government on Monday said the eruption of Mount Ontake was hard to predict, but critics were quick to note that the same was said about the tsunami and earthquake that caused the Fukushima nuclear disaster in 2011.

Thousands of people gathered in Kagoshima to protest against plans to restart two reactors at nearby Sendai nuclear plant which is located about 50 kilometres from Mount Sakurajima, an active volcano that erupts frequently.

Japan’s Nuclear Regulation Authority (NRA) said in September that the Sendai nuclear plant met its new safety standards, the first step to reopening an industry that was idled by the Fukushima disaster. The plant still needs to pass operational safety checks as well as gain the approval of local authorities and may not restart till next year. Before giving its initial greenlight in July, NRA said the chance of a major volcanic activity during the lifespan of the Sendai nuclear plant was negligible.

Most Japanese remain opposed to nuclear power more than three years after the Fukushima disaster even though the shutdown of the country’s reactors has forced utilities to import expensive fossil fuels, pushing electricity bills higher. According to local media, more than 10,000 people gathered in Tokyo last Tuesday to protest the plans to restart the Sendai reactors.

Source: Press agencies.

Publicités

Photos de volcans

drapeau francaisEn cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une superbe galerie de photos résumant l’activité volcanique à travers le monde au cours des derniers mois :

http://www.boston.com/bigpicture/2014/09/volcanic_activity.html

 ———————————————

drapeau anglaisIf you click on the following link, you will see a great photo gallery that summarizes volcanic activity throughout the world during the past months:

http://www.boston.com/bigpicture/2014/09/volcanic_activity.html

Explosion d’un volcan de boue en Sicile : Deux morts // A mud volcano explodes in Sicily : Two dead.

drapeau francaisLa tragédie s’est produite vers 11 heures samedi matin quand l’un des volcans de boue des Maccalube di Aragona a explosé et englouti un homme et ses deux enfants âgés de 7 et 9 ans. L’homme, âgé de 46 ans, a réussi à s’extraire de la boue mais sa fille de sept ans était déjà morte quand elle a pu être retirée rapidement. Son frère, âgé de 10 ans, a été retrouvé seulement 7 heures plus tard et avait cessé de vivre.

Les volcans sont situés sur la colline de la réserve naturelle des Maccalube. Selon les autorités locales, l’explosion a donné lieu à ce qu’on appelle un «basculement» de la colline qui s’est effondrée sur elle-même, créant une zone boueuse d’un diamètre de plusieurs centaines de mètres.

Au moment de l’explosion, le père et ses deux enfants se trouvaient en haut de la colline, tandis que d’autres touristes étaient plus loin et en état de choc après avoir été témoins du drame.
L’accès à la réserve des Maccalube di Aragona a immédiatement été fermé. La dernière explosion de ce type s’est produite en 1995.

————————————————-

drapeau anglaisThe tragedy occurred at about 11 a.m. on Saturday morning when one of the mud volcanoes of the Maccalube di Aragona exploded and engulfed a man and two children aged 7 and 9. The man, aged 46, managed to get out of the mud but his seven-year-old daughter was already dead when she was able to be removed quickly. His brother, aged 10, was found only 7 hours later and was dead.
The volcanoes are located on the hill in the natural reserve of the Maccalube. According to local authorities, the explosion resulted in a so-called ‘tipping’ of the hill that collapsed on itself, creating a muddy area with a diameter of several hundred metres.
At the time of the explosion, the father and his two children were at the top of the hill, while other tourists were away and in shock after witnessing the drama.
Access to the Maccalube di Aragona was immediately closed. The latest explosion of this type occurred in 1995.

Maccalube

L’un des volcans de boue des Maccalube  (Photo:  C.  Grandpey)

Violente éruption du Mont Ontake (Japon) // Violent eruption of Ontake volcano (Japan)

drapeau francaisLe volcan Ontake a connu une violente crise éruptive samedi matin, avec un panache de cendre et de blocs qui a surpris plusieurs centaines de randonneurs qui se trouvaient sur les flancs du volcan. Les images mises en ligne sur Internet ne laissent guère de doute sur l’origine phréatique ou phréato-magmatique de l’événement. C’est le type même d’éruptions pour lesquelles aucune prévision n’est possible.

Un demi millier de militaires et de policiers japonais ont été mobilisés pour venir en aide aux personnes prises au piège et les aider à redescendre les pentes recouvertes d’un manteau de cendres.

Le bilan est très lourd, avec une trentaine de morts et une quarantaine de blessés dont plusieurs souffrent de fractures.

Le volcan, situé à la limite des préfectures de Nagano et de Gifu, à 200 km environ à l’ouest de Tokyo, est un lieu de randonnée privilégié à cette époque de l’année, permettant notamment d’observer les couleurs automnales de la végétation. Sa précédente éruption remontait à 2007.

La Japan Meteorological Agency a élevé le niveau d’alerte du volcan à 3 sur une échelle de 5.

Voici un lien vers une petite vidéo de l’éruption :

http://www.theguardian.com/world/video/2014/sep/27/mount-ontake-japans-second-highest-volcano-erupts-video

Le professeur Masashi Tsukui, l’un des volcanologues japonais les plus renommés, a dit ne pas être surpris par cette éruption. Il pense que les mouvements tectoniques provoqués par le puissant séisme de mars 2011 ont fait monter la pression dans les chambres magmatiques de plusieurs volcans du centre du pays. Selon lui, le Mont Fuji, proche du mont Ontake, pourrait lui aussi entrer un jour en éruption.

Pour moi, cela s’appelle parler pour ne rien dire ! En effet, personne ne sait si le séisme de 2011 a fragilisé les volcans japonais. De toute évidence, comme je l’ai indiqué auparavant, les vidéos qui ont été mises en ligne montrent assez clairement que l’éruption du Mont Ontake samedi est d’origine phréatique ou phréato-magmatique. Il s’agit très probablement d’une éruption violente mais très ponctuelle qui peut se produire sur n’importe quel volcan, sans événement antérieur susceptible de la déclencher.

Il est très facile de dire que le séisme de 2011 a pu déstabiliser le Mont Fuji. Peut-être que oui. Peut-être que non. Personne ne le sait. En tout cas, plus de 3 ans après le séisme de 2011, le Mont Fuji semble toujours aussi calme et rien ne dit que, s’il se réveille, ce sera à cause des événements de 2011.

 ——————————————-

drapeau anglaisOntake volcano went through a violent eruption on Saturday morning, with a plume of ash and blocks that  took by surprise hundreds of hikers who were on the flanks of the volcano. The images posted on the Internet leave little doubt about the phreatic or phreato-magmatic origin of the event. This is the kind of eruptions for which no forecast is possible.
A half thousand Japanese military and police were mobilized to help the people trapped and help them down the ash blanketed slopes of the mountain.
The toll is very heavy, with thirty dead and forty wounded, often suffering from multiple fractures.
The volcano, located on the border of the prefectures of Nagano and Gifu, about 200 km west of Tokyo, is a privileged place to hike this time of year, allowing visitors to see the aurumn colours of the vegetation. Its previous eruption dates back to 2007.
Japan’s Meteorological Agency raised the alert level for Mount Ontake to 3 on a scale of 1 to 5.

Here is a link to a short video of the eruption:

http://www.theguardian.com/world/video/2014/sep/27/mount-ontake-japans-second-highest-volcano-erupts-video

Professor Masashi Tsukui, one of the most renowned Japanese volcanologists said he was not surprised by this eruption. He thinks that the tectonic movements caused by the powerful earthquake of March 2011 have raised the pressure in the magma chambers of several volcanoes in central Japan. In his opinion, Mount Fuji, near Mount Ontake, could also erupt some day.
To my mind, this is talking without saying anything! Indeed, no one knows whether the 2011 earthquake has affected Japanese volcanoes. Obviously, as I put it before, the videos that have been released clearly show that the eruption of Mount Ontake Saturday was phreato or phreato-magmatic. The odds are that it was a violent but very punctual eruption that can occur on any volcano without any prior event likely to trigger it.
It is very easy to say that the 2011 earthquake may have destabilized Mount Fuji. Maybe yes. Maybe not. Nobody knows. In any case, more than 3 years after the 2011 earthquake, Mount Fuji looks as calm as before and nobody will be able to prove that, if it wakes up, it will be because of the events of 2011.
My note of September entitled « Volcanic Forecast? « Has demonstrated through Iceland and Hawaii our inability to make short-term forecasts. The long term is limited to question marks.

Ma Transcanadienne de Vancouver à Toronto: 5) L’Ontario

Après les vastes plaines de la Prairie canadienne, la Transcanadienne fait traverser les zones boisées de l’Ontario et leurs milliers de lacs, paradis de la pêche et de la chasse. Les magasins de matériel et d’appâts en tous genres trônent au milieu de la moindre localité. Les plans d’eau recèlent des poissons dont la taille est souvent à l’échelle du pays: colossale. Les pêcheurs m’ont indiqué que les prises étaient essentiellement composées de carnassiers tels que perches et brochets, sans oublier une espèce locale de sandre, le walleye, également appelé pickerel, à la chair succulente.

Les forêts sont le domaine des ours et des élans qui demandent la plus grande vigilance sur les routes pendant la nuit. Les milliers de panneaux annonçant leur présence nocturne ne doivent pas être pris à la légère.

L’Ontario est également le domaine des Grands Lacs avec des noms – Supérieur, Michigan, Huron, Erié et Ontario – qui rappellent des souvenirs aux collégiens de ma génération. Ces lacs servent également de frontière entre le Canada et les Etats Unis. Les célèbres chutes du Niagara se partagent d’ailleurs entre les deux pays, mais le spectacle est beaucoup plus beau du côté canadien. J’avais prévu de faire étape à Niagara Falls avec pas mal de doute car je me méfie des sites vantés par les brochures touristiques et où s’entassent des dizaines de milliers de visiteurs. Même si les célèbres chutes d’eau attirent les foules, leur vue mérite un détour car on est impressionné par leur puissance et par celle des rapides qui s’engouffrent dans le défilé situé en aval.

La différence de niveau entre les lacs empêcherait tout trafic maritime si des écluses n’existaient pas. Celles de Sault Ste Marie, lieu de passage important sur la liaison entre le Lac Supérieur et le Lac Huron, sont un bel exemple de la maîtrise de la Nature par l’Homme.

Les chutes du Niagara constituaient le dernier site majeur de ce périple canadien où les arbres commencent à revêtir les couleurs de l’automne.

Sur le chemin de l’aéroport de Toronto, une halte à Niagara-on-the Lake, charmante bourgade sur les bords du lac Ontario, permet d’apprécier les vins produits par les nombreux vignobles qui entourent celle localité.

Image classique des lacs de l’Ontario:

Aon 01

Immensité du Lac Supérieur:

Aon 02

Vagues d’une mer intérieure:

Aon 03

Le sable succède aux galets:

Aon 04

Aon 06

Les Grands Lacs: Une immense voie d’eau navigable:

Aon 07

Aon 08

L’écluse historique de Sault-Sainte-Marie:

Aon 09

Aon 10

Le trafic est intense sur les lacs:

Aon 12

Les chutes du Niagara:

Aon 13

Aon 14

Aon 15b

Aon 16

Aon 17

Des rapides redoutables:

Aon 18

Aon 19

Un avant-goût de l’automne pour terminer ce voyage…:

Aon 20

(Photos:  C.  Grandpey)

Ma Transcanadienne de Vancouver à Toronto: 4) Le Manitoba

Les paysages du Manitoba présentent le plus souvent la même monotonie que ceux du Sakatchewan. Winnipeg, la capitale, n’a pas de charme particulier. J’avais prévu d’y faire étape pour aller jeter un coup d’oeil aux lacs Manitoba et Winnipeg qui étirent leurs immenses étendues au nord de la ville. Leurs eaux et les champs qui les entourent sont le domaine des bernaches qui profitent de la fin des moissons pour ingurgiter abondance de grain avant d’aller vivre sous d’autres cieux pendant le long hiver canadien.

Un autre pôle d’intérêt à Winnipeg est le « Voyage à Churchill », structure spécialement dédiée à la faune arctique et qui a ouvert ses portes au début du mois de juillet 2014. Logée au coeur du zoo de la ville – lui-même sans grand intérêt – ce pôle arctique est une réussite et je ne peux qu’en conseiller la visite car son intérêt pédagogique est certain. Comme nous sommes au Canada, les explications sont rédigées en anglais et en français, ce qui ravira mes compatriotes peu exercés à la langue de Shakespeare… Un Centre International de Conservation des ours Blancs occupe une place importante. Son rôle est de surveiller le comportement des plantigrades et de leur environnement à une époque où le réchauffement climatique entraîne de fortes modifications dans les régions nordiques. Au cours de la visite, on pourra observer quatre ours polaires en provenance directe de Churchill, ville du nord du Manitoba où les ours rôdent fréquemment autour des maisons. La structure arctique de Winnipeg leur a réservé un vaste espace de plusieurs hectares ainsi qu’une piscine traversée par un tunnel de verre qui permet de voir leurs ébats dans l’eau, pour le grand bonheur des jeunes visiteurs. Très intéressant! Des loups, boeufs musqués, élans, caribous et chouettes harfang complètent le tableau. Il y a également un renard arctique qui venait de faire preuve de « mauvaise conduite » (dixit un employé du zoo) lors de ma visite: il avait préféré prendre la clé des champs et le personnel du zoo le recherchait activement…

Un aperçu de l’univers arctique:

Ama 01

Ama 02

Les ours blancs: Une espèce menacée:

Ama 03

Ama 04

Ama 05

Un tunnel permet d’observer les phoques et les ours dans leur univers aquatique:

Ama 11

Ama 12

Pendant ce temps, les bernaches occupent le ciel…

Ama 13

…et les eaux du Lac Winnipeg:

Ama 14

Ama 15

Les vagues du Lac Manitoba viennent saper les côtes sableuses:

Ama 16

Ama 17

(Photos:  C.  Grandpey)

Hawaii: Interdictions renforcées dans le district de Puna // More interdictions in Puna District

drapeau francaisLe Département des Terres et des Ressources Naturelles (DLNR) a interdit l’accès à tous les terrains inoccupés à proximité de la coulée de lave dans la zone des Kaohe Homesteads. Des panneaux mettent en garde le public sur les dangers de ce secteur. Le DLNR a été informé que des groupes de touristes et des touristes individuels fréquentaient ces terres – propriété de l’Etat d’Hawaii – afin de pouvoir observer la lave. Bien que la coulée principale ait cessé d’avancer, au moins provisoirement, il y a encore des coulées éphémères sur ces terres qui sont désormais interdites d’accès, sauf aux personnes accréditées. Le DLNR avait déjà interdit tout accès à la réserve forestière de Wao Kele O Puna et la réserve naturelle de Kahaualea. Pénétrer sur ces terres est une violation de la loi et les contrevenants risquent une amende de 5000 dollars.

 ———————————————

drapeau anglaisThe Department of Land and Natural Resources (DLNR) has closed all state unencumbered lands in the immediate vicinity of the lava flow activity adjacent to the Kaohe Homesteads. Signs have been posted at various access points warning the public of the hazardous conditions. DLNR has been receiving reports of tour groups and individuals wandering onto state lands to get a better look at the lava. Although the lava flow has temporarily stopped, there are outbreaks still entering onto state lands. To ensure safety, DLNR is closing this area to all but essential personnel. DLNR has also closed Wao Kele O Puna forest reserve, and Kahaualea Natural Area Reserve. Both areas are off-limits to all persons. Entry into closed lands is a violation of the law and subject of penalty up to $5,000.