L’Askja (Islande) sous haute surveillance // Askja Volcano (Iceland) closely monitored

Le Met Office islandais surveille de près la situation sur l’Askja, au nord du Vatnajökull. L’inflation continue et les scientifiques islandais disent que la possibilité d’une éruption ne peut être exclue. Depuis le début du mois d’août 2021, l’inflation atteint 15 cm, soit une augmentation de 7 cm depuis un mois. Elle est relativement stable, mais semble ralentir.
Les scientifiques du Met Office expliquent qu’il est beaucoup trop tôt pour dire s’il faut s’attendre à une éruption. Cependant, l’inflation signifie que le magma s’accumule, très probablement à une profondeur de deux ou trois kilomètres.
Si une éruption devait se produire, il y aurait des signes avant-coureurs. L’inflation se poursuivrait, avec une hausse de l’activité sismique, et il y aurait des indications de chaleur géothermale.
Des scientifiques du Met Office islandais ont récemment effectué deux expéditions sur l’Askja pour installer de nouvelles stations GPS, des stations sismiques et des caméras. L’objectif principal des expéditions était de permettre la surveillance du volcan pendant l’hiver.
Source : Iceland Monitor.

——————————————–

The Icelandic Met Office is closely monitoring the situation at Askja volcano, north of Vatnajökull. Inflation continues, and Icelandic scientists say the possibility of an eruption cannot be ruled out. Since the beginning of August 2021, inflation has amounted to 15 cm, an increase of 7 cm since a month ago. The inflation is relatively steady, but is probably slowing down.

Met Office scientists explain it is much too early to tell whether an eruption should be expected. However, the inflation means that magma is accumulating, most likely at a depth of two to three kilometers.

Should an eruption occur, there would be clear signs announcing it. Inflation would continue, together with, more seismic activity, and there would be more signs of geothermal heat.

Specialists from the Icelandic Met Office recently made two expeditions to Askja to install new GPS stations, seismic stations and cameras. The main goal of the expeditions was to make it possible to continue monitoring the volcano during the winter.

Source: Iceland Monitor.

L’Oskjuvatn et le Viti occupent la caldeira de l’Askja (Photo: C. Grandpey)

Eruption islandaise: et maintenant? // Icelandic eruption: what next?

La situation est actuellement très calme sur le volcan Fagradalsafjall sur la péninsule de Reykjanes. L’éruption qui a débuté le 19 mars 2021 marque une pause depuis le 2 septembre et aucune nouvelle activité n’a été observée depuis ce jour. Le cratère ne fait que dégazer tranquillement. A noter que l’activité éruptive avait diminué dans les jours qui ont précédé la pause actuelle.

Source: IMO

Capture image webcam

Cette pause peut être due à un blocage dans les conduits d’alimentation. Elle peut aussi être due à une migration du magma qui a trouvé une autre voie dans les profondeurs de la Terre. De telles migrations magmatiques ne sont pas exceptionnelles en Islande ; l’une d’elles, très spectaculaire, a été observée lors de l’éruption de 2014. En conséquence, la sismicité doit être soigneusement surveillée pour voir si une telle migration est en cours. La pause actuelle peut également signifier que l’éruption est terminée, ce qui serait une mauvaise nouvelle pour le tourisme en Islande, même si l’été est maintenant terminé. Les aurores boréales vont bientôt faire leur apparition dans le ciel. Le mariage de la lave avec leurs magnifiques couleurs serait un grand spectacle ! Un bref aperçu a pu être observé le 7 septembre au-dessus de Reykjavik, avant de disparaître dans les nuages.

Photo: C. Grandpey

Comme je l’ai écrit précédemment, l’Askja montre actuellement des signes d’activité avec une inflation du sol détectée dans la région. Cependant, le Met Office islandais explique qu’il n’y a aucune indication d’une éruption à court terme, même si le niveau d’alerte a été élevé à « Incertitude » et la couleur de l’alerte aérienne est passée du Vert au Jaune.

Cratère Viti sur l’Askja (Photo: C. Grandpey)

Le Met Office explique également que les volcans actifs en Islande se caractérisent souvent par des périodes d’inactivité qui peuvent durer des années ou des décennies, avec des intervalles marqués par une forte sismicité, une activité géothermale et des périodes d’inflation. Dans la plupart des cas, les intrusions magmatiques ne débouchent par sur des éruptions.
Le Met Office dit qu’il est très difficile de prévoir comment la situation évoluera, que ce soit sur l’Askja ou le Fagradalsfjall, mais la situation continuera à être étroitement surveillée.

—————————————-

The situation is currently very quiet at Fagradalsafjall volcano on the Reykjanes Peninsula.The eruption that started on March 19th, 2021 has paused since September 2nd and no new activity has been observed since that day. The crater is currently only slightly degassing. It should be noted that eruptive activity had decreased in the days that preceded the current pause.

The pause may be due to some sort of blockage in the feeding conduits. It may also be due to a migration of magma which has found another route underground. Such magmatic migtations are not unusual in Iceland; a dramatic one was observed during the 2014 eruption. As a consequence, seismicity should be carefully monitored to see if such a migration is taking place. The current pause might also mean that the eruption is over, which would be bad news for tourism in the country, even though summer is now over. But northern lights will soon appear in the sky. The marriage of lava with aurora borealis would be a great show!

As I put it before, Askja is currently showing some signs of activity with ground inflation detected in the region. However, the Icelandic Met Office explains that there is no indication of an eruption in the short term, even though the alert level has been raised to « Uncertainty » and the aviation colour code has been elevated from Green to Yellow.

The Met Office also explains that active volcanoes in Iceland are often characterized by periods of inactivity, lasting years to decades, with intervals of enhanced seismicity, geothermal activity, and inflation. In most cases, magmatic intrusions do not culminate into an eruption.

The Met Office says it is very difficult to anticipate how the situation will evolve both on Askja and Fagradalsfjall, but it will continue to monitor the situation.

Nouvelles d’Islande // News from Iceland

Le Met Office islandais (IMO) a indiqué dans un récent bulletin que le sol autour de l’ Askja, dans le centre de l’Islande, s’est soulevé augmente à raison de 5 centimètres par mois. Cela est probablement dû à une nouvelle ascension de magma vers la surface. Un tel événement peut déboucher sur une éruption volcanique mais le magma peut également se refroidir et se durcir sans jamais atteindre la surface. Il n’y a actuellement aucune indication qu’une éruption est imminente.

Les observations GPS et les cartes de déformation du sol obtenues grâce au satellite Sentinel-1 révèlent que l’Askja a commencé à montrer des signes d’inflation début août 2021. Le signal a été localisé en bordure ouest de l’Öskjuvatn et correspond à environ 5 cm/mois de mouvement vertical. La modélisation géodésique indique que la source de cette inflation se trouve à une profondeur d’environ 3 km et correspond à un apport de volume magmatique d’environ 0,001 km³/mois.

La dernière éruption de l’Askja a eu lieu en 1961 et a duré 5 à 6 semaines. En 1970-1972, les mesures géodésiques ont montré une période de soulèvement du sol, mais lorsque les mesures ont repris en 1983, la terre avait commencé à s’affaisser. Depuis cette époque, une déflation d’environ 1 cm/an a été’ détectée jusqu’à la phase d’inflation actuelle.

Source : OMI.

°°°°°°°°°°

Une nouvelle crue glaciaire, ou jökulhlaup, a commencé le 6 septembre 2021, avec sa source dans le chaudron oriental du Skaftárketill dans le Vatnajökull. En conséquence, une alerte a été décrétée dans la région. Cependant, les habitants auront le temps de réagir en cas d’urgence Ils savent exactement comment se déroulent les crues glaciaires de la Skaftá. Il se peut que les routes de la région soient inaccessibles et qu’une grande quantité de limon et de boue se répande sur la plaine côtière, avant d’être transportée par le vent une fois que les dépôts se sont asséchés. Cette dernière crue glaciaire intervient à la suite d’une autre crue dont la source était le chaudron occidental du Skaftárketill, le 2 septembre dernier (voir ma note sur cet événement). Aucune crue en provenance du chaudron oriental ne s’était produite depuis 2018. La crue de 2015 était beaucoup plus importante et a causé davantage de dégâts.

°°°°°°°°°°

Aucune lave n’est sortie du cratère de Fagradalsfjall depuis plusieurs jours. Le tremor éruptif est stable avec des valeurs faibles. Il est impossible de faire des prévisions sur la suite de l’éruption. Ce n’est peut-être qu’une pause, avec une reprise d’activité dans les prochains jours. Il pourrait aussi s’agir de la fin de l’éruption qui a débuté le 19 mars 2O21. Une preuve supplémentaire venant confirmer que nous ne savons pas prévoir une éruption volcanique.

———————————

The Icelandic Met Office (IMO) has indicated in a recent bulletin that land by Askja volcano in central is rising at a rate of 5 centimetres per month,. This is likely due to new magma flowing towards the surface. Such an event can end in a volcanic eruption but magma may also cool and harden without ever reaching the surface. There are currently no indications that an eruption is imminent.

GPS observations and ground deformation maps derived from Sentinel-1 satellite data reveal that Askja volcano began inflating at the beginning of August 2021. The uplift signal is centered on the western edge of Öskjuvatn, and corresponds to about 5 cm/month of vertical motion. Geodetic modelling indicates that the source of this inflation is located at a depth of about 3 km and corresponds to a volume change of approximately 0.001 km³/month.

The last eruption at Askja was in 1961 and lasted 5-6 weeks. In 1970-1972, geodetic measurements showed a period of uplift, but when measurements resumed in 1983 the land had begun sinking again. Since then, continued subsidence of a rate of 1 cm/year was detected until the current inflation phase.

Source : IMO.

°°°°°°°°°°

A new glacial outburst flood, or jökulhlaup, from the Eastern Skaftárketill cauldron in Vatnajökull glacier started on September 6th, 2021.. As a result, an alert phase was declared in the area. However, residents have time to react. The people who live in the region know precisely where the Skaftá glacial outburst floods have an effect. Roads in the area could close, and a great deal of silt and mud could spread around the area and be carried with the wind once the area dries.

The glacial outburst flood from the Eastern Skaftárketill cauldron comes in the wake of another flood from the western one, which began September 2nd (see my previous post about this event).

A flood from the eastern cauldron has not occurred since 2018. The flood in 2015 was considerably larger and caused more damage.

°°°°°°°°°°

No lava has been seen emerging from the Fagradalsfjall crater for several days. The eruptive tremor is stable at low values. It is impossible to make predictions about the future of the eruption. It may just be a pause, with new activity in the next days. It could also be the end of the eruption that started on March 19th, 2021. This is one more proof that we are unable to predict a volcanic eruption.

Le cratère de Fagradalsfjall se contente de dégazer (Capture écran webcam)

Si vous aimez l’Islande…

A la fin du mois de juillet 2020, je conseillais à ceux qui, comme moi, aiment l’Islande, la lecture d’un roman intitulé Heimaey par Ian Manook. L’ouvrage a été publié en septembre 2018 aux Editions Albin Michel. Il est également disponible en Livre de Poche.

https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2020/07/25/islande-la-peninsule-de-reykjanes-et-un-peu-de-lecture/

Ian Manook a écrit un autre roman, Askja, qui, comme son nom l’indique, attire le lecteur dans les Hautes Terres du nord de l’Islande dominées par la masse imposante du Herðubreið. J’ai dévoré ce polar avec la même voracité que le précédent. Sans perdre le fil de l’enquête, l’auteur nous fait voyager de Vik à Akureyri. Il nous fait traverser les champs de lave ornés de mousses parfois fluorescentes. On pénètre au cœur de la chambre magmatique multicolore du Thrihnukagigur. On côtoie la demeure des elfes, sans oublier les escapades amoureuses avec les femmes islandaises à la peau blanche et aux seins lourds…

Voici le résumé du livre proposé par l’ami Google :

Dans le désert de cendre de l’Askja, au coeur de l’Islande, le corps d’une jeune femme assassinée reste introuvable.
Près de Reykjavik, des traces de sang et une bouteille de vodka brisée au fond d’un cratère, mais là non plus, pas le moindre cadavre. Et dans les deux cas, des suspects à la mémoire défaillante. Ces crimes rappellent à l’inspecteur Kornelius Jakobson, de la police criminelle de Reykjavik, le fiasco judiciaire et policier qui a secoué l’Islande au milieu des années 70 : deux crimes sans cadavres, sans indices matériels, sans témoins, que des présumés coupables finissent par avouer sans pourtant en avoir le moindre souvenir.
Après Heimaey, Ian Manook nous entraîne cette fois au coeur d’une Islande plus brute et plus sauvage, dans les rouages d’une machination politique qui révèle une toute autre facette de cette république exemplaire.

Publié à l’origine aux Editions Albin Michel, l’ouvrage est également disponible en Livre de Poche.