L’activité reste intense à Stromboli (Sicile / Italie) // Activity remains intense at Stromboli (Sicily / Italy)

drapeau francaisL’activité est particulièrement intense depuis quelques jours à Stromboli. Outre les épisodes stromboliens classiques, on observe régulièrement des coulées de lave qui avancent sur la Sciara del Fuoco. L’INGV indique que des débordements et coulées de lave à partir le la terrasse intracratérique ont été observés entre le 22 et le 24 juin, puis le 29 juin, avec une belle activité de spattering au niveau de la source éruptive. Un nouveau débordement s’est produit le 7 juillet au matin, avec une coulée qui a suivi la même trajectoire que les précédentes. Au même moment, l’effondrement d’un petit cône pyroclastique a déclenché une nuée ardente avec un nuage de cendre et de poussière qui est descendu jusqu’à la mer. En cliquant sur ce lien, vous verrez une petite vidéo en accéléré qui montre parfaitement cet événement :

http://www.youtube.com/watch?v=OZpgF_yTlUg

Un tel phénomène n’est pas rare sur le Stromboli, surtout quand l’activité est intense, avec son lot de projections et d’accumulations de matériaux. Leur poids associé à la pente raide de la Sciara del Fuoco provoque inévitablement des effondrements.

De nouvelles coulées de lave sur la Sciara del Fuoco ont été observées les 10 et 16 juillet.

 —————————————————-

drapeau anglaisActivity has been quite intense in recent days at Stromboli. Besides the conventional Strombolian episodes, lava flows can often be seen travelling along the Sciara del Fuoco. INGV indicates that overflows and lava flows starting from the crater terrace were observed between June 22nd and 24th and on June 29th, with a nice spattering activity at the eruptive source. A new overflow occurred on July 7th  in the early morning, with a lava flow that followed the same path as the previous ones. At the same time, the collapse of a small pyroclastic cone triggered a small pyroclastic flow with a cloud of ash and dust that came down to the sea. By clicking this link, you will see a small time lapse video which perfectly shows this event:
http://www.youtube.com/watch?v=OZpgF_yTlUg

Such a phenomenon is not uncommon at Stromboli, especially when activity is intense, with a lot of ejections and accumulations of materials. Their weight together with the steep slope of the Sciara del Fuoco inevitably leads to collapses.
New lava flows were observed on the Sciara del Fuoco on July 10th and 16th.

Le système AVOID refait surface! // The AVOID system is back!

drapeau francaisLe Daily Mail, toujours bien informé quand il s’agit d’écrire des articles à sensations, nous informe que la technologie destinée à aider les pilotes d’avions à détecter la cendre volcanique est en passe de passer en production commerciale et EasyJet sera la première compagnie aérienne à l’utiliser.
Théoriquement, le système AVOID (mentionné dans plusieurs de mes notes) cautionné par EasyJet est censé réduire le risque de voir se répéter la crise provoquée par le volcan islandais Eyjafjallajökull au printemps 2010.
Comme je l’ai déjà écrit, le système AVOID utilise la technologie infrarouge qui, une fois installée à bord d’un avion, fournit des images qui permettront aux pilotes de voir un nuage de cendre jusqu’à 95 kilomètres de distance et à une altitude comprise entre 1500 et 15 000 mètres. Cela leur permettra donc de faire de petites corrections de trajectoire pour éviter les nuages de cendre. Le concept est très similaire aux radars météorologiques dont sont équipés les avions de ligne aujourd’hui.
Au sol, les informations obtenues à bord de l’avion avec le système AVOID seront utilisées pour obtenir une image précise du nuage de cendre volcanique en utilisant des données en temps réel. Cela permettra d’ouvrir de vastes zones d’espace aérien qui seraient autrement fermées lors d’une éruption volcanique.
La technologie a été testée par l’avionneur européen Airbus en novembre dernier au cours d’une expérience unique qui a impliqué la création d’un nuage de cendre artificiel.
Ian Davies, responsable du secteur industriel de EasyJet a déclaré: «EasyJet a cautionné le développement de cette technologie innovante depuis l’éruption volcanique de 2010 qui a paralysé le trafic aérien en Europe. Nous nous réjouissons de pouvoir être la première compagnie à adapter cette technologie sur nos appareils. »

Reste à voir à quel point cette technologie pourra venir en aide aux pilotes et si elle permettra d’éviter une paralysie du trafic aérien comme en 2010. Il y a un fossé énorme entre un test artificiel avec le déversement de quelques sacs de cendre volcanique dans l’atmosphère et une éruption d’envergure comme celle de l’Eyjafjallajökull. Le système n’a encore jamais été testé dans de véritables conditions éruptives pourtant fournies ces derniers mois par des volcans comme l’Etna, le Sinabung, l’Ubinas ou encore le Sangeang Api. Pas sûr que les compagnies aériennes fassent totalement confiance à ce système et osent mettre en danger la vie de milliers de passagers. On peut facilement imaginer ce qui se passera si une catastrophe se produit !

 ————————————————–

drapeau anglaisThe Daily Mail, always well informed when it plans to write sensational articles, informs us that the technology to help aircraft detect volcanic ash is set to go into commercial production, with EasyJet planning to be the first airline to use it.

Theoretically, the AVOID system (mentioned in several of my past notes) has been supported by EasyJet and is supposed to reduce the chances of a repeat of the Icelandic volcanic ash-cloud crisis of spring 2010.

As I put it before, the system utilises infra-red technology fitted to aircraft to supply images that will enable pilots to see an ash cloud up to 95 kilometres ahead of the aircraft and at altitudes between 1,500 and 15,000 metres, thus allowing them to make small adjustments to the plane’s flight path to avoid any ash cloud. The concept is very similar to weather radars which are standard on commercial airliners today.

On the ground, information from aircraft with AVOID technology would be used to build an accurate image of the volcanic ash cloud using real-time data. This could open up large areas of airspace that would otherwise be closed during a volcanic eruption.

The technology was tested by European planemaker Airbus last November through a unique experiment which involved the creation of an artificial ash cloud.

EasyJet’s engineering director Ian Davies said : « EasyJet has supported the development of this innovative technology since the 2010 volcanic eruption which brought aviation to a halt in Europe. We look forward to being the first airline to fit this technology on our aircraft. »

Let’s see how far this technology can help air pilots and if it will avoid a paralysis of air traffic as in 2010. There is a huge gap between an artificial test performed with the release of a few bags of volcanic ash the atmosphere and a major eruption like that of Eyjafjallajökull. The system has never been tested in real eruptive conditions even though the opportunity was given by such volcanoes as Mount Etna, Sinabung, Ubinas or else Sangeang Api. I’m not  sure that airlines will fully trust the system and dare put at risk the lives of thousands of passengers. One can easily imagine what would happen if a disaster occurred!