Etna & Stromboli (Sicile)

A partir d’environ 01h30 (heure locale) le 21 mai 2021, l’INGV a observé la reprise d’une activité strombolienne sur le Cratère Sud-Est de l’Etna, avec un nuage de cendre qui se dirigeait vers le SE. L’amplitude du tremor montrait une hausse qui s’est confirmée avec la poursuite de l’activité strombolienne pendant l’heure suivante.

Vers 3 heures du matin, l’activité strombolienne a évolué en fontaine de lave jusque vers 5 heures quand ’activité a cessé et le tremor a vite chuté vers des valeurs normales. A noter que, comme lors de la crise éruptive précédente, une coulée de lava a avancé sur le flanc SO du volcan.

°°°°°°°°°°

Les caméras de surveillance du Stromboli montrent que la coulée de lave le long de la Sciara del Fuoco est toujours bien alimentée. L’activité de spattering se poursuit dans les zones cratèriques Nord et Centre-Sud. On continue à observer des épisodes explosifs parfois plus intenses. Le tremor continue à fluctuer entre des valeurs moyennes à élevées et faibles à moyennes.

Dernière minute : Le dernier bulletin de l’INGV indique que la coulée le long de la Sciara el Fuoco est moins alimentée et n’atteint plus le littoral.

Source : INGV.

 ———————————–

Starting at about 01:30 (local time) on May 21st, 2021, INGV observed the resumption of Strombolian activity at Mt Etna’s South-East Crater, with an ash cloud drifting SE. The amplitude of the tremor showed an increase which was confirmed with the continuation of the strombolian activity during the following hour.

At about 3 a.m., Strombolian activity evolved into a lava fountain until around 5 a.m. when the activity ceased and the tremor quickly dropped back to normal values. Like during the previous eruptive crisis, a lava flow advanced on the SW flank of the volcano.

°°°°°°°°°°

Stromboli’s  surveillance cameras show that the lava flow along the Sciara del Fuoco is still well fed. The spattering activity continues in the North and Center-South crater areas. Explosive episodes are sometimes more intense. The tremor continues to fluctuate between medium to high and low to medium values.

Last minute : INGV’s latest update indicates that the lava flow along the Sciara del Fuoco is less fed and no longer reaches the coastline.

Source: INGV.

Tentative de détournement de lave sur le Mauna Loa (Hawaii) [1ère partie] // Attempt to divert lava on Mauna Loa (Hawaii) [Part 1]

Fin février 2020, les médias hawaïens ont fait état de la découverte de deux bombes sur le flanc nord du Mauna Loa, mais sans donner plus de détails. On apprend aujourd’hui que les deux bombes faisaient partie d’un largage par des avions de l’US Army Air Corp sur la coulée de lave Humu’ula le 27 décembre 1935. Selon Jack Lockwood – ancien directeur du HVO, que je salue ici –  20 de ces bombes étaient des « demolition bombs » MK I de 600 livres, chacune chargée de 355 livres de TNT et armée d’un détonateur à retardement d’un dixième de seconde. Les 20 autres étaient des « pointer bombs » qui ne contenaient que de petites charges de poudre noire.
La bombe présentée récemment par les médias est l’une des « pointer bombs ». Thomas A. Jaggar, le fondateur du HVO, a décrit la première fois cette bombe lors d’une inspection de la zone en 1939: «La bombe avait pénétré à travers la fine croûte recouvrant la lave liquide et était intacte, avec son nez bien visible dans un tunnel en dessous. » Cette même bombe a été photographiée en 1977 par Lockwood. Sa photo (voir ci-dessous) a été publiée dans un article paru en 1980 avec cette légende: «Pointer bomb» qui a pénétré la coulée pahoehoe en 1935 le long du chenal. »
Les bombes larguées en décembre 1935 faisaient partie d’une première tentative d’utilisation d’explosifs pour arrêter ou détourner une coulée de lave à Hawaï. La destruction d’un tunnel fait partie des trois techniques de base de détournement d’une coulée. Cependant, le détournement de la lave fait l’objet d’un grand débat à Hawaii ; Quelles sont les chances de succès d’une telle initiative ? A-t-on le droit d’intervenir sur des processus naturels au risque de déplaire à la déesse Pele ?
J’ai écrit le 19 décembre 2017 sur ce blog une note relative au détournement des coulées de lave. Vous le trouverez à cette adresse:
https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2017/12/19/detournement-des-coulees-de-lave-diversion-of-lava-flows/

Comme je l’explique dans mon article, la première tentative de détournement de la lave a été effectuée par un groupe de citoyens de la ville de Catane (Sicile) en 1669, quand une  importante coulée de lave émise par l’Etna a menacé leur ville. Protégés de la chaleur par les peaux de bêtes, ils ont tenté de briser le tunnel qui alimentait la coulée, éloignant ainsi la lave de Catane. Leur tentative a été brièvement couronnée de succès mais a déclenché le courroux des habitants de la localité voisine de Paterno qui se sont vite rendus compte que la lave ainsi détournée pourrait atteindre leur propre ville. Ils ont alors pourchassé les Catanais. L’ouverture pratiquée dans le tunnel de lave s’est ensuite refermée et la coulée a repris son trajet vers Catane, pour atteindre finalement la ville et la Mer Ionienne.
D’autres tentatives de détournement ont eu lieu, notamment en 1983 sur l’Etna, sans oublier l’arrêt d’une coulée de lave par aspersion d’eau en 1973, sur l’île d’Heimaey en Islande.
À Hawaï, l’utilisation de dynamite pour freiner la progression d’une coulée de lave a été envisagée, mais non essayée, en 1881 alors qu’une éruption du Mauna Loa menaçait Hilo. L’utilisation d’explosifs a été à nouveau discutée en 1929 au moment où la population craignait qu’un essaim sismique sur le Hualalai déclenche une éruption, mais le volcan ne s’est pas manifesté. L’occasion suivante s’est présentée quelques années plus tard.
Suite à une éruption sommitale du Mauna Loa en 1933, Thomas Jaggar avait prévu qu’une éruption latérale se produirait sur le volcan dans les deux ans et pourrait menacer Hilo. Sa prévision s’est vérifiée et le Mauna Loa est entré en éruption à la fin du mois de novembre 1935.
Au cours de la première semaine, la coulée de lave émise dans la zone de rift nord-est du volcan s’est dirigée vers la base du flanc nord avant de se diriger vers l’ouest, loin de Hilo. Le 27 novembre 1935, une nouvelle bouche s’est ouverte plus bas sur le flanc nord, avec une coulée qui s’est dirigée vers le nord jusqu’au pied du Mauna Kea, où la lave s’est accumulée. Un mois après le début de l’éruption de 1935, le lac de lave qui s’était formé à la base du Mauna Kea s’est éventré et a envoyé une coulée vers Hilo. La lave progressait à un rythme inquiétant de 1,5 km par jour.
Au cours des deux années de l’éruption, Jaggar envisagé d’utiliser des explosifs pour freiner la coulée de lave qui présentait une menace pour Hilo. [NDLR: la technique a été utilisée sur l’Etna lors de l’éruption de 1991-1994 pour freiner la coulée qui menaçait Zafferana Etnea]. Il pensait mettre sur pied une expédition terrestre transportant du TNT qui serait introduit à proximité de la bouche éruptive. Au lieu de cela, un ami de Jaggar lui a suggéré que les avions de l’armée pourraient larguer des bombes explosives plus rapidement et avec plus de précision. Jaggar a donc demandé l’aide de Army Air Corp, qui lui a été rapidement accordée. Le 27 décembre 1935, dix bombardiers Keystone B-3 et B-4 ont largué 40 bombes dans deux zones bien ciblées de la coulée de lave de Humu’ula, à moins de 2 km de la bouche éruptive du Mauna Loa.
Source: USGS / HVO.

———————————————

In late February 2020, Hawaii media reported on the recent discovery of two bombs on the north flank of Mauna Loa, but details were lacking. We learn today that the two bombs were part of a cluster dropped by US Army Air Corp planes on the Humu’ula lava flow on December 27th, 1935. According to a 1980 study by Jack Lockwood, 20 of them were 600-pound demolition MK I bombs, each loaded with 355 pounds of TNT and armed with a 0.1 second time-delay fuse. The other 20 were “pointer bombs”that contained only small black powder charges.

The device featured in recent media reports is one of the pointer bombs. Dr. Thomas A. Jaggar, HVO’s founder, first described this bomb during a 1939 post-eruption inspection of the area: “The bomb had plunged through a thin crust into liquid lava and was intact, its nose exposed protruding down into a tunnel below.” The same bomb was found and photographed in 1977 by Lockwood. His photo (see below) was published in his 1980 paper with the caption, “‘Pointer bomb’ that penetrated 1935 pahoehoe flow alongside channel.”

The December 1935 bombs were part of the first test of using explosives to stall or divert a lava flow in Hawaii. Destroying a lava conduit to redirect a flow is one of three basic diversion tactics. However, lava diversion is the subject of great debate in Hawaii, with concerns about the success of influencing a lava flow’s progress and whether humans should interfere with natural processes and Pele.

I wrote a post about lava diversion on this blog on December 19th, 2017. You will find it at this address:

https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2017/12/19/detournement-des-coulees-de-lave-diversion-of-lava-flows/

As I explain in my post, the first known use of lava diversion was by a group of Catania citizens, Sicily, in 1669, when a large lava flow from Mount Etna threatened their town. Protected from the heat by cowhides, they tried to break open the lava conduit that fed the threatening flow, releasing lava into a new path away from Catania. The effort was briefly successful until citizens of nearby Paterno realized that the diverted flow could reach their own city and chased off the Catanians. The hole in the conduit then sealed and the flow toward Catania resumed, ultimately reaching the city and the Ionian Sea.

Other attempts were made, especially in 1983 on Mt Etna, without forgetting the stopping of a lava flow by soraying water on it, in 1973 on the island of Heimaey (Iceland).

In Hawaii, the use of dynamite to disrupt a lava flow was planned, but not tried, in 1881 when a Mauna Loa eruption threatened Hilo. The use of explosives was discussed again in 1929, when residents feared that an earthquake swarm on Hualalai might lead to an eruption of that volcano, but none occurred. The next opportunity came a few years later.

Following a Mauna Loa summit eruption in 1933, Jaggar predicted that a flank eruption would occur on the volcano within two years and might threaten Hilo. His prediction came true as Mauna Loa erupted in late November 1935.

During the first week, the flow moved from the volcano’s Northeast Rift Zone down its north flank and turned west, away from Hilo. But on November 27th, 1935, a new vent opened lower on the north flank and erupted a lava flow that went north to the base of Mauna Kea, where it ponded.

A month after the 1935 eruption began, the lava pond at the base of Mauna Kea breached, sending a flow toward Hilo. This lava flow advanced at an alarming rate of 1.5 km per day.

For the previous two years, Jaggar had talked about using explosives to disrupt a lava flow that might threaten Hilo. [Editor’s note : The technique was used on Mt Etna during the 1991-1994 eruption]. He envisioned a land expedition carrying TNT to near the vent. But a friend of Jaggar’s suggested that Army planes might be able to drop explosive bombs more quickly and accurately. So, Jaggar requested Army Air Corp assistance, which was quickly granted. On December 27th, 1935, ten Keystone B-3 and B-4 biplane bombers delivered 40 bombs to two target areas on the Humu’ula lava flow, both within 2 km of the Mauna Loa vent.

Source : USGS / HVO.

“Pointer bomb” dans la coulée de 1935. (Crédit photo; Jack Lockwood)

Détournement des coulées de lave // Diversion of lava flows

Au cours de l’histoire, les hommes on tenté à plusieurs reprises de détourner des coulées de lave qui devenaient une menace pour les zones habitées. La première tentative de ce genre a eu lieu en 1669, lorsqu’un flot de lave en provenance de l’Etna menaça la ville de Catane. Cette tentative fut largement infructueuse, en partie à cause de l’opposition des citoyens de Paterno. Des tentatives pour détourner la lave du Mauna Loa sur l’île d’Hawaii ont été réalisées en 1935 et 1942. Des digues de terre ont été construites à la hâte pour détourner des coulées du Kilauea en 1955 et 1960, sans grand succès.
Le premier détournement de lave positif a eu lieu en 1973 sur l’île d’Heimaey en Islande quand une coulée de lave a’a a pu être stoppée et un port sauvé en envoyant d’importantes quantités d’eau de mer sur la coulée de lave pour entraver sa progression.
Lors de l’éruption de l’Etna en 1983, des scientifiques ont réussi, pour la première fois, à utiliser des explosifs pour détourner une importante coulée de lave. Ces efforts ont été couronnés de succès mais ont posé un problème juridique. Comme me l’a expliqué H. Tazieff un jour, «sommes-nous autorisés à envoyer la lave sur une terre qui serait autrement épargnée?
Au cours de l’éruption de l’Etna de 1991 à 1993 qui menaçait la ville de Zafferana Etnea, des explosifs ont été installés dans des tunnels de lave dans la haute Valle del Bove. Il semble que l’opération ait été un succès, même si au moment où elle a eu lieu, l’éruption avait bien baissé d’intensité. Le succès de l’opération n’a jamais vraiment été prouvé.
Comme je l’ai écrit ci-dessus, une coulée de lave a été bombardée pendant l’éruption du Mauna Loa en 1935 à Hawaii car elle aurait pu menacer la ville de Hilo. Il se dit souvent que Thomas Jaggar, fondateur de l’Observatoire des Volcans d’Hawaï, a été capable d’arrêter la coulée de lave, mais tout le monde n’en est pas aussi sûr!

L’éruption a commencé le 21 novembre 1935. Six jours plus tard, l’ouverture d’une bouche à une altitude de 2 550 mètres sur le flanc nord du Mauna Loa a envoyé une coulée de lave a’a vers le nord. Dans le même temps, de la lave pahoehoe s’accumulait pendant deux semaines à la base du Mauna Kea, puis commençait à avancer vers Hilo à une vitesse d’environ 1,6 km par jour.
Le 23 décembre, craignant que la coulée atteigne le cours supérieur de la rivière Wailuku qui alimentait en eau la ville de Hilo, Jaggar appela les responsables de la base de l’armée de l’air américaine à Oahu et leur demanda de bombarder la source de la coulée de lave. Il espérait que les tunnels ou les chenaux de lave seraient détruits, empêchant ainsi la coulée de progresser, tout en alimentant une autre coulée qui recouvrirait la même zone. Le bombardement a eu lieu le 27 décembre et la lave a cessé de couler pendant la nuit du 1er au 2 janvier 1936.
Jaggar a publiquement félicité l’armée pour sa réactivité et sa précision technique pour le largage des bombes sur les cibles sélectionnées. À son tour, Jaggar a été félicité pour la réussite de sa tentative pour sauver Hilo.
Ce que l’on sait moins, c’est qu’un géologue de l’USGS, Harold Stearns, était à bord du dernier avion qui a largué les bombes sur les zones choisies par Jaggar. A 12h40 le 27 décembre, son avion a largué deux bombes de 270 kilogrammes (chacune avec 135 kilogrammes de TNT), mais elles ont raté leur cible d’une centaine de mètres.
Dans une lettre adressée à Jaggar en janvier 1936, Stearns s’est interrogé sur l’efficacité de la tentative de bombardement. Jaggar a répondu que l’examen de la source de la coulée montrait que « ce chenal a été brisé par les bombardements et de nouvelles coulées se sont déversés sur les flancs de l’amoncellement de matériaux …. Je n’ai aucun doute que cette perforation du  tunnel source [par les bombes] a ralenti la progression du front … »
Stearns ne fut pas convaincu par la réponse de Jaggar. Dans son autobiographie parue en 1983, il a écrit au sujet du bombardement de la coulée du Mauna Loa: « Je suis sûr que c’était une coïncidence …. »
Aujourd’hui, la plupart des scientifiques sont d’accord avec les conclusions de Stearns. Le bombardement a-t-il, oui ou non, arrêté la coulée de lave du Mauna Loa en 1935 ? C’est toujours un sujet très controversé !
Source: USGS / HVO.

—————————————

Throughout history, men have tried several times to divert lava flows that were becoming a threat to populated areas. The first attempt was this kind occurred in 1669, when a flow from Mount Etna volcano threatened the city of Catania. This attempt was largely unsuccessful, in part due to opposition by citizens of another town, Paterno. Attempts to divert lava flows from Mauna Loa Volcano on the island of Hawaii by aerial bombing were made in 1935 and 1942. Earthen barriers were hurriedly constructed in attempts to divert flows from Kilauea Volcano, Hawaii in 1955 and 1960, with little success.

The first successful lava diversion took place in 1973 on the island of Heimaey (Iceland), when a thick lava flow was impeded and a harbour saved by pumping massive quantities of seawater over advancing aa lava.

During the 1983 eruption of Etna, Italian scientists managed, for the first time, to use explosives to divert a major lava flow. These efforts were fairly successful, although they posed a legal problem. As H. Tazieff told me one day, “are we allowed to send lava on a land that would otherwise pe spared?”

During the 1991-93 eruption of Mt Etna that was becoming a threat to the city of Zafferana Etnea, explosives were lowered in tunnels in the upper Valle del Bove. It seems the operation was a success, but by the time it occurred, the eruption was far less intense and the success of the operation has never really been proved.

As I put it above, bombings of a lava flow were performed during the 1935 eruption of Mauna Loa in Hawaii in an attempt to stop a lava flow that might have threatened the city of Hilo. A widely-held belief is that Thomas Jaggar, founder of the Hawaiian Volcano Observatory, was able to stop the lava flow. But everybody is not so sure !

The eruption began on November 21st, 1935. Six days later, an unusual breakout at an elevation of 2,550 metres on the north flank of Mauna Loa sent a’a lava to the north. Pahoehoe lava ponded at the base of Mauna Kea for two weeks before advancing toward Hilo at a rate of about 1.6 km per day.

On December 23rd, fearing that the flow would reach the headwaters of the Wailuku River, which supplied water for the town of Hilo, Jaggar called on the United States Army Air Corps, based on Oahu, to bomb the lava flow source. His hope was that the lava tubes or channels could be destroyed, thereby robbing the advancing flow while feeding another flow that would re-cover the same area. The flow was bombed on December 27th, and lava stopped flowing during the night or early morning of January 2nd, 1936.

Jaggar publicly praised the Army for its responsiveness and technical accuracy in delivering the bombs to his selected targets. In turn, Jaggar was praised for his successful experiment and saving Hilo.

What is not widely known is that a USGS geologist, Harold Stearns, was on board the last plane to deliver bombs to Jaggar’s targeted areas. At 12:40 p.m. on December 27th, his plane dropped two 270-kilogram bombs (each with 135 kilograms of TNT), but they hit a hundred metres from their target.

In a letter to Jaggar in January 1936, Stearns questioned the effectiveness of the bombing. Jaggar wrote back that later examination of the flow’s source showed that “This channel was broken up by the bombing and fresh streams poured over the side of the heap…. I have no question that this robbing of the source tunnel slowed down the movement of the front….”

Stearns remained unconvinced. In his 1983 autobiography, he wrote about bombing the Mauna Loa flow: “I am sure it was a coincidence….”

Modern thinking mostly supports Stearns’ conclusion. Whether or not the bombing stopped the 1935 Mauna Loa lava flow remains a controversial topic today.

Source : USGS / HVO.

Préparation de l’opération « Thrombose » sur l’Etna en 1993.

(Photos: C. Grandpey)

Quelques nouvelles d’Hawaii // A few pieces of news from Hawaii

Aucun changement significatif n’a été observé au cours de l’éruption du Kilauea qui continue dans les cratères de l’Halema’uma’u et du Pu’uO’o. Le lac de lave sommital, qui dont le niveau était monté jusqu’à 17 mètres en dessous de la lèvre de l’Overlook Crater au cours des derniers jours, se trouve maintenant à une trentaine de mètres de profondeur sous l’effet d’une nouvelle alternance d’inflation et de déflation du volcan.
Les images des webcams montrent l’incandescence habituelle dans le cratère du Pu’uO’o et au niveau du petit lac de lave dans la partie ouest du cratère.
La coulée de lave 61g reste active et entre dans l’océan à Kamokuna. Le nouveau delta de lave, apparu après l’effondrement du précédent le 3 mai dernier, continue à grandir, avec des fractures parallèlement à la côte. Les coulées actives s’étirent actuellement dans la partie ouest du champ de lave, à environ 500 mètres sous la base du pali et ne constituent donc pas une menace pour les zones habitées.

Mauvaise nouvelle pour les visiteurs des parcs nationaux à Hawaï. Les droits d’entrée au Parc des Volcans vont augmenter le 1er juin. Par véhicule, il faudra désormais débourser 25 dollars pour un pass de sept jours. L’entrée par personne, cycliste ou piéton, s’élèvera à 12 dollars. Les visiteurs âgés de moins de 16 ans continueront d’être admis gratuitement.
Le pass annuel pour les trois parcs (parc national des volcans, parc Pu’uhonua o Hōnaunau et Haleakalā passera de 25 à 30 dollars. Les pass peuvent être achetés sur place ou sur Internet.
Les frais d’entrée pour les agences de voyage augmenteront également le 1er juin. Les minibus transportant entre un et six passagers paieront une taxe de base de 25 dollars, ainsi qu’un droit d’entrée de 12 dollars par personne.

Sources : HVO & Big Island Now.

————————————

No significant change has been observed at the eruption of Kilauea Volcano which continues to erupt at its summit in Halema’uma’u and at Pu’uO’o. The summit lava lake, which had risen up to 17 metres below the Overlook Crater rim in the past days is now lying about 30 metres deep in concert with an inflation and a deflation episode of the volcano.
Webcam images show glow at long-term sources within Pu’uO’o crater and from a small lava pond on the west side of the crater.

The episode 61g flow remains active and is entering the ocean at Kamokuna. Growth of a new lava delta continues following the May 3rd delta collapse, with narrow cracks observed on the delta running parallel to the coast. Webcam views show surface activity within the 61g flow field, on the western margin of the 61g flow. These flows extend slightly beyond the base of the pali and pose no threat to nearby communities at this time.

Bad news for visitors of the national parks at Hawaii. Entrance fees at Hawai‘i Volcanoes National Park will increase once again on June 1st.  Per vehicle, the fee will change from $20 to $25 for a seven-day pass. The per-person fee, required for bicyclists and pedestrians, will rise from $10 to $12. The motorcycle fee will increase to $20. Visitors who are under the age of 16 will continue to be admitted for free.

The annual tri-park pass, which includes Hawai‘i Volcanoes National Park, Pu‘uhonua o Hōnaunau National Historical Park, and Haleakalā National Park, will increase from $25 to $30. All visitors are eligible to purchase the annual pass, which grants unlimited entry to all three parks for one year. They may be purchased in-person at the parks, or online.

Park entrance fees for commercial tour companies will also increase on June 1st. Road-based tour vans carrying between one and six passengers will pay a $25 base fee, as well as a $12 per-person rate to enter the park.

Sources: HVO & Big Island Now.

Delta de lave de Kamokuna le 23 mai 2017 (Crédit photo: HVO)

Nouvelle vidéo de l’éruption du Kilauea (Hawaii) // New video of the Kilauea eruption (Hawaii)

drapeau-francaisUn hélicoptère de la compagnie Paradise Helicopters a effectué un survol de l’éruption du Kilauea le jeudi 19 janvier 2017. Les bonnes conditions météorologiques ont permis de faire des observations intéressantes du Pu’uO’o, et plus particulièrement du lac de lave dans la partie orientale du cratère. La vidéo peut être vue à cette adresse:
Https://youtu.be/UYIQzg6loHo

Le bras secondaire de la coulée 61g dont le front se trouve à 2,5 km au NE du Pu’uO’o est à peine actif et « semble sur le point de se tarir », selon un photographe à bord de l’hélicoptère.
Le bras principal de la coulée 61g continue à déverser d’importants volumes de lave dans l’océan Pacifique à Kamokuna juste à l’intérieur du Parc des Volcans. L’entrée de la lave se situe sur le côté est, alors que l’ancienne entrée ouest reste totalement inactive. Aucun delta de lave n’a encore commencé à se former.
Le pilote de l’hélicoptère a pu voir, une nouvelle fois, le bateau d’une agence de voyage à moins de 20 mètres de l’arrivée de la lave dans l’océan. Les bateaux et les pilotes d’hélicoptères ne sont pas autorisés à s’approcher à moins de 300 mètres de l’entrée de lave, mais les bateaux continuent à aller au plus près.
Source: Big Island Now.

————————————–

drapeau-anglaisA Paradise Helicopter could fly over Kilauea’s current eruption on Thursday, January 19th 2017. The good weather conditions allowed to make good observations of Pu’uO’o, and more particularly the lava lake in the eastern part of the vent. The video can be seen at this address:

https://youtu.be/UYIQzg6loHo

The lava flow whose front lies 2.5 km NE of Pu’uO’o is barely active and “appears to be dying,” according to a photographer’s report.

The main 61g flow keeps dumping tons of lava into the Pacific Ocean at Kamokuna just inside Hawai‘i Volcanoes National Park. The main ocean entry is located on the eastern side, whereas the past western entry is still inactive. No lava delta has yet begun to form.

The helicopter pilot could see one tour boat, once again, within 20 metres of the ocean entry. Boat and helicopter pilots are restricted to 300 metres from the ocean entry, but the boats continue to sail very close to it.

Source: Big Island Now.

BI 002

Lac de lave dans le cratère du Pu’uO’o en 2006 (Photo: C. Grandpey)

Hawaii: La coulée 61g et ses dangers // Hawaii: The 61g lava flow and its dangers

drapeau-francaisDans une galerie photo publiée le 7 octobre, le HVO montre les dangers associés à la coulée de lave 61g de lave et son entrée dans l’Océan Pacifique.
Le HVO rappelle aux visiteurs que l’approche du delta de lave est très dangereuse car il peut s’effondrer à tout moment et générer des explosions qui expédient des matériaux incandescents. La zone a été bouclée pour prévenir les accidents. Voici deux photos montrant que des prises de vues spectaculaires sont possibles tout en étant à l’extérieur de la zone fermée L’utilisation de la fonction téléobjectif sur un appareil photo compact ou sur un smartphone permet d’obtenir une vue rapprochée du site, en toute sécurité.

dangers-01

Les mêmes remarques s’appliquent à la coulée de lave sur la plaine côtière. Des lucarnes apparaissent parfois et leur accès est en général fermé avec une ligne de corde et des panneaux d’avertissement. Le Parc des Volcans fait remarquer que fin septembre, une lucarne s’est ouverte brusquement sur la plaine côtière quelques minutes après le passage de deux touristes dans la zone interdite. Tout comme pour le delta de lave, il est possible de bien voir la lucarne sans entrer dans la zone fermée. Avec un appareil photo équipé d’un téléobjectif ou un smartphone avec cette fonction, on peut zoomer pour obtenir plus de détails, comme le montre l’image ci-dessous.

dangers-01b

Voici une autre photo d’une lucarne. On remarque l’affaissement du sol au premier plan, signe que la zone est très instable. Là encore, on peut obtenir de belles photos de la lucarne en utilisant un téléobjectif.

danger-03

S’agissant de l’activité du Kilauea, l’inflation de l’édifice a cessé et vient d’être remplacée par un brusque épisode de dégonflement. Le niveau du lac de lave qui était monté jusqu’à 13 mètres sous la lèvre de la bouche active, a commencé à décliner.

———————————

drapeau-anglaisIn a photo gallery released on October 7th, HVO shows the dangers associated with the 61g lava flow and its entering into the Pacific Ocean.

HVO reminds visitors that approaching the lava delta is highly dangerous as it can collapse at any time, generating explosions sending red-hot material very far away. The area has been cordoned off to prevent accidents. You can see above two photos showing that spectacular views are possible from outside the closed area  Using the telephoto feature on a point-and-shoot camera you can get a close and safe view of the site.

The same remarks apply to the lava flow on the coastal plain. Skylights occasionally appear and are usually cordoned off with a rope line and warning signs. The Park reports that in late September, a skylight opened abruptly on the coastal plain just minutes after a couple of visitors had walked through the closed area. Just like for the lava delta, it is possible to see the skylight without entering the closed area, and with a camera or smart phone, you can zoom in for more detail, as shown in the image above.

Here is another photo of a skylight (see above). Note the sagging lava surface in the foreground, an indication of just how unstable this area is. Here again, you can get nice photos of the skylight by zooming in.

++++++++++++

As far as global activity is concerned, inflation of Kilauea volcano has stopped and been replaced by a sudden deflation. The surface of the lava lake, which had risen up to 13 metres below the rim, has now started to drop.