Le Vendée Globe: un sacré défi!

L’océan et ses tempêtes font partie des forces brutes de la Nature qui m’ont toujours fasciné, au même titre que les volcans et leurs éruptions que l’Homme n’arrivera jamais à dompter. J’aime aussi les gens (femmes ou hommes) qui se lancent des défis. J’ai eu moi-même l’occasion de m’en lancer sur le vélo, par exemple en escaladant les grands cols des Alpes et des Pyrénées. Certains trouveront cela ridicule et inutile. Me concernant, ces expériences m’ont beaucoup apporté, tant dans ma vie personnelle que professionnelle.

Il est donc logique que je sois admiratif des marins qui se lancent à l’assaut des vagues des océans du globe, en particulier des 40èmes Rugissants ou des 50èmes Hurlants. Le samedi 10 novembre sera donné le départ du Vendée Globe, une course en solitaire à laquelle participeront vingt navigateurs.

J’avais donc décidé, comme il y a quatre ans, de me rendre hier aux Sables d’Olonne pour voir ces bateaux et, éventuellement, leurs skippers. Malgré la foule incroyable qui avait eu la même idée, j’ai pu admirer à loisir ces Formule 1 des mers et parfois les marins. J’ai même pu échanger quelques mots avec Mike Golding, Arnaud Boissières ou Samantha Davies.

Une fois la course lancée, je suivrai son évolution sur Internet… Avec les progrès techniques, je pense que, bientôt, le tour du monde en 80 jours imaginé par Jules Verne ne sera plus un rêve. Quand j’ai demandé à Samantha Davies si elle pensait que c’était réalisable, elle m’a répondu : « Who knows? ». J’ai cru déceler un certain optimisme dans sa voix…

Vendee-blog.gif

Mike Golding semble avoir déjà la tête dans la course…

(Photo: C. Grandpey)

Interférométrie radar et prévision volcanique / Radar interferometry and volcanic prediction

drapeau francais.jpgUn article publié dans la revue Geophysical Research Letters indique que deux scientifiques de l’Université de Miami affirment pouvoir détecter les signes d’une éruption imminente en analysant des images satellites.

Leurs conclusions s’appuient sur une étude des volcans actifs de l’arc volcanique de la Sonde à l’aide de l’interférométrie radar à ouverture synthétique (InSAR). Grâce à cette technologie, ils ont découvert des preuves que plusieurs volcans gonflaient avant leur éruption, probablement sous l’effet de la poussée du magma.

L’étude s’appuie sur quelque 800 images InSAR montrant 79 volcans entre 2006 et 2009. Les chercheurs ont repéré des signes de gonflement sur six d’entre eux et trois édifices sont entrés en éruption au terme de la période de surveillance.

Il serait toutefois hasardeux de généraliser les conclusions des scientifiques à l’ensemble des volcans de la planète. Ils font d’ailleurs remarquer dans l’article que leurs observations concernent des volcans à chambre magmatique peu profonde (moins de 3 km).

L’interférométrie radar à usage volcanique n’est pas vraiment récente. Je me souviens d’une conférence il y a une dizaine d’années au cours de laquelle un scientifique vantaient les avantages de cette technologie qui a toutefois ses limites et ne saurait être appliquée seule à des volcans plus complexes, à chambre magmatique plus profonde.

On pourrait citer plusieurs volcans dont le seul gonflement ne suffit pas à annoncer une éruption : Yellowstone, Mauna Loa, Kilauea. On sait que Yellowstone peut gonfler périodiquement et dégonfler ensuite, sans autre activité visible. On sait que le Mauna Loa a gonflé récemment mais que l’éruption de 1984 reste la dernière de la série. La détection par satellite des successions d’épisodes de gonflement et de dégonflement du Kilauea (déjà en éruption) par satellite ne serait pas d’une grande utilité.

D’autres outils sont nécessaires pour essayer de comprendre le comportement de ces volcans et savoir si une éruption est en préparation. S’agissant des satellites, la détection d’anomalies thermiques est très utile pour des volcans isolés comme ceux du Kamchatka. Au sol, l’analyse classique des paramètres sismiques et chimiques reste cruciale et c’est souvent elle qui donne les meilleurs résultats.

La volcanologie avance, mais à petits pas. Notre capacité à prévoir les éruptions reste bien limitée !

Source : The RedOrbit.com – Your Universe Online.

————————————————-

drapeau anglais.jpgIn a new report published in the journal Geophysical Research Letters, two scientists from the University of Miami showed they may now be able to detect signs of an impending volcanic eruption by analyzing satellite imagery.

Using Interferometric Synthetic Aperture Radar (InSAR) over the active volcanoes in Indonesia’s west Sunda arc, the researchers uncovered evidence that showed the inflation of several volcanoes prior to their eruption, likely the result of rising magma.

The 800 InSAR images of 79 volcanoes used in the study were taken between 2006 and 2009. The scientists were able to detect signs of inflation at six volcanic centres, three of which erupted after the surveillance period.

However, one should be careful not to extend the scientists’ conclusions to all the volcanoes of the world. By the way, they say that their observations concerned volcanoes with shallow magma chambers (less than 3 km).

The use of radar interferometry on volcanoes is not recent. I can remember a conference some ten years ago with a scientist boasting the advantages of this technology which cannot really be used on complex volcanoes with deeper magma chambers.

One could cite the examples of volcanoes whose sole inflation does not mean that an eruption is about to occur: Yellowstone, Mauna Loa or Kilauea. It is well known that Yellowstone may periodically inflate and then deflate with no other visible activity. Mauna Loa recently inflated but the 1984 eruption is still the last one of the series. The satellite detection of the rapid succession of D/I events on Kilauea (which is erupting) would not be very useful.

More tools are necessary to try and understand the eruptive behaviour of these volcanoes. As fara s satellites are concerned, the detection of thermal anomalies is very useful on isolated volcanoes like those of Kamchatka. On the ground, conventional tools to analyse seismic or chemical parameters are still crucial. They often give the best results.

Volcanology is making slow progress and our ability to predict eruptions is still very limited!

Source : The RedOrbit.com – Your Universe Online.

radar interferometry,interférométrie radar,volcanic prediction,volcans,volcanoes

Le Vieux Fifèle, dans le Parc de Yellowstone (Photo: C. Grandpey)