L’éruption de Santorin et les 10 plaies de l’Egypte (3ème partie)

Interprétation scientifique des 10 plaies de l’Egypte.

Comment les 2 scientifiques mentionnés précédemment ont-ils pu établir un lien entre les 10 plaies de l’Egypte et l’éruption du volcan de Santorin ?

Examinons les résultats de leurs recherches !

 

  • 1) Lorsque, à la demande de YAHVE, le Dieu des Hébreux, Moïse frappe les eaux du Nil avec son bâton pour les changer en sang, ce sont (selon les scientifiques) les cendres volcaniques qui auraient troublé l’onde du fleuve et l’auraient teinté de rouge.

Cette approche est plausible, car dans les laves acides émises par les   volcans du type de Santorin, on trouve des rhyolites de couleur rouge.

De plus, l’acide sulfurique peut avoir oxydé des roches ferreuses du lit du fleuve, lui conférant ainsi une couleur rouille.

 

  • 2) Les ténèbres: C’est un classique de la volcanologie. Poussées par les vents, les particules forment un épais nuage de poussière qui s’étale en nappe. En opacifiant le ciel, il plonge la région dans l’obscurité, comme ce fut le cas dans la région du Pinatubo en 1991

 

  • 3) La grêle: Au niveau de la troposphère, les particules volcaniques peuvent constituer des noyaux de condensation pluviogènes (cas le plus fréquent) ou glaciogènes (plus rare, mais possible, comme lors de l’éruption du Mont St Helens en 1980).

 

  • 4) Les sauterelles
  • 5) Les grenouilles
  • 6) La vermine

Il se peut que l’Egypte (surtout si l’éruption a eu lieu en hiver) ait connu des pluies abondantes qui, dans une zone désertique, peuvent avoir des effets calamiteux.

On a un risque de pullulation des criquets. Une telle perturbation météorologique peut déclencher une invasion de criquets susceptible de durer 20 ans.

S’agissant des batraciens, l’augmentation de la pluviosité peut avoir des effets aussi spectaculaires. Invisibles auparavant (car ils s’étaient enfouis dans le sol pendant plusieurs semaines pour y trouver l’humidité), ils envahissent villages et habitations pour rejoindre leur lieu de reproduction.

Que ce soit l’invasion des criquets ou celle des batraciens, un tel événement a très bien pu s’être produit le long du Nil où les batraciens étaient beaucoup plus nombreux qu’aujourd’hui.

De même, la vermine – les parasites en particulier – ne manque pas de pulluler dans de telles circonstances. Elle expliquerait la mort du bétail décrite dans une autre plaie.

 

      7) Concernant les ulcères qui se développèrent sur les gens et les bêtes, il pourrait s’agir des maladies externes ou des désordres cutanés causés par les larves de divers insectes et autres parasites mentionnés ci-dessus. Ces larves peuvent en particulier générer des furoncles et autres lésions de la peau.

 

  • 7) Une autre plaie décrit la mort des premiers-nés des Egyptiens. Selon l’OMS, une éruption volcanique ne cause pas directement d’épidémie. En revanche, elle peut pousser des gens à se déplacer et se regrouper. L’hygiène se dégrade, faute d’eau, et des maladies comme le choléra apparaissent très vite. Dans le cas présent, des pluies chargées d’acide sulfurique peuvent avoir rendu l’eau toxique et impropre à la consommation. Dans de telles conditions, les personnes les plus vulnérables (en particulier les nouveau-nés) sont les plus exposées à ce type de maladies.

++++++++++

Voici donc quelques explications scientifiques susceptibles de jeter un peu de lumière sur les 10 plaies d’Egypte.

Personnellement, je dois dire que je suis assez sceptique et je trouve que beaucoup de ces explications sont vraiment ‘tirées par les cheveux’.

S’il est probable que les cendres de Santorin sont effectivement arrivées en Egypte, le cataclysme était (à mon avis) beaucoup trop distant pour avoir causé de telles perturbations. En particulier, vouloir expliquer le retour des eaux de la Mer Rouge par un raz-de-marée semble illusoire, d’autant que celui causé par Santorin a eu lieu en Méditerranée. De plus, étant donné la distance, il est quasi impossible qu’un tel tsunami ait atteint l’Egypte.

Les dernières éruptions d’importance (Krakatau au 19ème siècle,  St Helens et Pinatubo au 20ème siècle) ont engendré des perturbations surtout dans les zones proches.

Le phénomène à distance le plus spectaculaire concerne les perturbations climatiques. En effet, les cendres produites lors des grosses éruptions peuvent faire plusieurs fois le tour de la terre et freiner l’ensoleillement, ce qui entraîne des phénomènes comme les ‘étés pourris’. Rappelons que l’éruption du Laki en Islande en 1783 a engendré un été froid et humide en France, avec des chutes de neige à Paris en plein mois d’août ! Les récoltes ont été catastrophiques dans les mois qui ont suivi, avec apparition de la famine qui a déclenché une rébellion du peuple. Certains historiens pensent que tous ces événements ont peut-être constitué l’une des causes de la révolution française de 1789.

 

Un autre mythe lié à l’éruption de Santorin est celui de l’Atlantide auquel Platon  (4ème-5ème siècle avant JC) fait allusion dans Critias : « Dans l’espace d’un seul jour et d’une nuit terrible, toute l’armée fut engloutie d’un seul coup sous la terre et de même l’île d’Atlantide s’abîma dans la mer et disparut ».

Comme beaucoup de mythes, celui de l’Atlantide garde son secret et a au moins un mérite : celui de nous faire rêver. Et c’est tant mieux!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.