Images de volcans

La NASA met régulièrement en ligne (voir adresse ci-dessous) des photos de volcans prises depuis l’espace, en particulier grâce à l’Advanced Land Imager (ALI) qui se trouve à bord du satellite Earth-Observing-1 (EO-1).

Les dernières images montrent le volcan Planchón-Peteroa au Chili et Barren Island dans la Mer d’Andaman. En cliquant sur les vignettes, vous pourrez voir également le Kilauea, le Nyiragongo, le Shiveluch, et bien d’autres encore.

 

http://earthobservatory.nasa.gov/NaturalHazards/quarterly.php?cat_id=12

Publicités

Vers une meilleure compréhension des séismes volcaniques?

En 2009, je m’étais fait l’écho de plusieurs articles de presse qui indiquaient qu’un essaim de plusieurs milliers de séismes avait secoué la partie de l’Arabie Saoudite la plus proche de l’Egypte. A l’époque, cet événement avait surpris beaucoup de scientifiques car la région était considérée comme très calme d’un point de vue géologique ; peu de séismes ou d’éruptions volcaniques avaient été recensés au cours du dernier millénaire.

Entre avril et juin 2010, plus de 30 0000 secousses ont affecté la région de Harrat Lunayyir, avec des événements de M 4 ou plus et une secousse de M 5,4 le 19 mai qui a causé des dégâts matériels dans la ville de Al Ays où des murs ont été fissurés. Pris de panique devant cet événement inhabituel, le gouvernement a fait évacuer 40 000 personnes.

La zone volcanique de Harrat Lunayyir concernée par ces séismes fait partie d’une région de 180 000 km2 qui a commencé à se former il y a 30 millions d’années quand l’Arabie s’est détachée de l’Afrique, contribuant à la formation de la Mer Rouge.

Suite aux séismes de 2009, les scientifiques ont découvert une faille de 3 km de long qui a même atteint une longueur de 8 km quand s’est produit la secousse la plus forte de M 5,4. Les images radar fournies par les satellites ont montré que la cause la plus probable de cette ouverture de faille était une intrusion magmatique.    

Les chercheurs ont toutefois estimé que le risque d’une éruption volcanique restait « modéré » et qu’il était « peu probable » que des séismes de M5 ou plus se produisent au cours des deux mois suivants. Une baisse de la sismicité en août 2009 a confirmé leur pronostic et montré que la crise était terminée. Les personnes évacuées ont pu rentrer chez elles.  

A l’avenir, les autorités devront se montrer vigilantes. En effet, on estime que le magma se trouve maintenant à faible profondeur (environ 2 km) et le risque éruptif est devenu réel car il  sera maintenant plus facile au magma d’atteindre la surface.

Les scientifiques sont persuadés que l’étude des données sismiques collectées en Arabie Saoudite permettra à l’avenir de mieux prévoir les éruptions volcaniques. En effet, les séismes volcaniques génèrent souvent simultanément des ondes haute fréquence et basse fréquence qui aident à connaître le moment où une éruption est susceptible de se produire. Le problème est que ces signaux sont souvent atténués par la nature du sol qu’ils traversent. Dans le cas de l’Arabie, on a pu les détecter très clairement à travers les roches cristallines de la région. Les ondes sismiques basse fréquence générées par les séismes de Harrat Lunayyir semblent montrer que le magma circulait dans les profondeurs tandis que les ondes haute fréquence révèlent une fracturation des roches volcaniques provoquée par le magma au cours de son ascension. Les chercheurs sont persuadés qu’une bonne compréhension de ces signaux ne peut que faire avancer la prévision et la prévention des éruptions volcaniques à travers le monde.

Source : Nature Geoscience.

La cendre de l’Eyjafjallajökull au microscope

Les scientifiques britanniques du British Geological Survey sont en train d’examiner la cendre de l’Eyjafjallajökull retombée en Grande Bretagne pendant l’éruption du printemps dernier. Elle a été récupérée à l’aide d’adhésif double face qui permet de ne pas modifier sa structure. Cette analyse permettra de mieux comprendre comment la cendre se disperse dans l’atmosphère après une éruption et aidera peut-être à éviter une paralysie du trafic aérien, comme cela s’est produit pendant l’éruption islandaise.

Les échantillons de cendre observés au microscope par les chercheurs britanniques se présentent sous toutes sortes de formes et de dispositions. Certains ont une forme allongée, d’autres présentent une structure anguleuse ; d’autres encore ont une forme arrondie. Il y a aussi de minuscules cristaux d’un aspect très séduisant au microscope.

Certaines particules de cendre ont moins d’un micron (un millionième de mètre) de diamètre et elles cohabitent avec des amas de cendre pouvant atteindre 200 microns (environ deux fois l’épaisseur d’un cheveu).

Les échantillons recueillis en Grande Bretagne seront comparés à ceux récoltés en Islande. On comprendra alors mieux comment la cendre contenue dans le panache éruptif a pu former des agrégats avant de retomber au sol. En Islande, on pense que l’électricité statique et l’eau en provenance du glacier ont largement contribué à ce processus qui s’est poursuivi pendant la douzaine d’heures nécessaires à la cendre pour atteindre le Royaume-Uni. .    

Il est essentiel de comprendre la rapidité de ce processus et savoir quelle quantité de cendre fine est restée dans l’atmosphère pendant l’éruption de l’Eyjafjallajökull. Cela permettra de créer des modèles de dispersion de la cendre et permettra aux responsables de l’aviation civile de prendre de meilleures décisions et éviter – peut-être – le chaos d’avril 2010.

Source : BBC News.              

Mont Baekdu (Corée du Nord)

drapeau francais.jpgEn attendant l’éruption du Piton de la Fournaise, j’ai lu dans la presse asiatique en langue anglaise qu’un volcan nord-coréen pourrait causer de très gros dégâts jusqu’en Chine voisine, s’il venait à se réveiller. La Corée du Sud serait affectée indirectement avec, en particulier, des perturbations dans son trafic aérien.

Le volcan en question a pour nom Mont Baekdu et ne figure pas sur la liste des volcans coréens de la Smithsonian Institution. Pourtant, une étude qui vient d’être réalisée pour le compte de la commission coréenne de prévention des risques a attribué au Mont Baekdu l’index de dangerosité 6. Cela signifie qu’une éruption pourrait être de 10 à 100 fois plus violente que celle de l’Eyjafkallajökull en Islande en avril 2010, en sachant que l’index 4 fait déjà référence à une explosion majeure. L’éruption provoquerait des séismes, émissions de lave, des nuages de cendre pouvant atteindre 25 km de hauteur, ainsi que des inondations. En particulier, le Lac Cheonji (littéralement « Lac du Paradis ») – d’un diamètre de 12 km et d’une profondeur de 213 mètres – pourrait faire se déverser en moins d’une heure quelque 2 milliards de tonnes d’eau sur les plaines en aval.

Je ne suis toutefois pas du tout certain que la Corée du Nord nous accueillera à bras ouverts pour assister au spectacle…

 

drapeau anglais.jpgWaiting for the eruption of the Piton de la Fournaise, I could read in the English-speaking Asian press that the eruption of a North-Korean volcano would cause massive damage not only in North Korea but also in neighbouring Chinese territory. South Korea would suffer indirect damage, including cancellations of flights.

The volcano is called Mount Baekdu and is not included in the list released by the Smithsonian Institution. However, a study which has just been made on behalf of the National Institute for Disaster Prevention gave Mount Baekdu a Hazard Index of 6. This means an eruption could be 10 to 100 times more violent than that of Eyjafjallajökull in Iceland in last April. A reading of four or higher is already considered a massive explosion. A volcanic eruption on Mount Baekdu would entail floods, earthquakes, the ejection of lava, and the emergence of ash clouds as high as 25 km. Lake Cheonji (Lake of Heaven), which measures 12 kilometres in diameter and is 213 meters deep, could pour in less than an hour some 2 billion tons of water over the plains that lie downstream.  

However, I am not sure that North Korea is ready to let us watch the show…

Baekdu-blog.jpg
Le Mont Baekdu vu depuis l’espace
(Avec l’aimable autorisation de la NASA)

Volcans indonésiens

drapeau francais.jpgSuite à une baisse d’activité sismique du Sinabung, une déformation moindre de l’édifice et une baisse des émissions de SO2,  le VSI a réduit le niveau d’alerte de 4 (couleur rouge) à 3 (couleur orange).  Les personnes vivant dans un rayon de plus de 3 km du volcan ont été autorisées à quitter les camps de réfugiés et à rentrer chez elles. A l’heure actuelle, il ne reste guère que 2000 personnes dans deux des 11 camps mis en place par le gouvernement indonésien.

Dans le même temps, le niveau d’alerte du Mérapi a été élevé de 1 à 2 (couleur jaune) le 19 septembre car la sismicité était plus marquée et on observait des signes de gonflement du versant sud ainsi qu’une augmentation des émissions gazeuses.

Le niveau d’alerte du Karangetang a été élevé lui aussi le 23 septembre. Il est passé du jaune (niveau 2) à l’orange (niveau 3) suite à une augmentation de l’activité sismique et un épisode de tremor qui a débuté le 22 septembre au soir.

 

drapeau anglais.jpgA decrease in seismic activity on Mount Sinabung, together with less deformation of the edifice and lower SO2 concentrations led the VSI to lower the alert level from the highest level of Red (level 4) to the second-highest level of Orange (level 3). Residents living beyond the radius of 3km from the volcano have been allowed to go home. Only 2,000 people are remaining in two of the 11 government-run shelters.

  

Meantime, the alert level of Merapi was raised from 1 to 2 (yellow) on September 19th. Indeed, seismicity was more marked and there were signs of inflation on the southern flank of the volcano and increased gas emissions.

The alert level on Karangetang was raised on September 23rd. It was increased from yellow (level 2) to orange (level 3) due to an increase in seismic activity and an episode of tremor that started on September 22nd in the evening.

 

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous aurez accès à une séquence vidéo réalisée le 21 septembre avec la caméra thermique dont l’œil plonge dans la bouche qui perce le cratère de l’Halema’uma’u. Les dimensions de cette dernière n’ont guère changé au cours des derniers mois (60 X 90 mètres) et la lave mijote à une profondeur d’environ 160 mètres. La convection se fait du nord au sud, zone où l’on observe fréquemment du spattering au moment où la lave retourne dans les profondeurs. Le défilement des images a été accéléré (vitesse x 4) pour mieux montrer le mouvement de la lave. Dans la réalité, cette dernière se déplaçait à une vitesse estimée à 18 mètres par minute au moment où la séquence a été filmée.

Je rappelle que l’accès à la bouche de l’Halema’uma’u – ainsi qu’à un vaste secteur du sommet du Kilauea – est interdit. Ceux qui braveraient l’interdiction en seraient d’ailleurs pour leurs frais car on ne voit pas la lave depuis le bord de la bouche. Seules les caméras ont ce privilège.    

 

http://hvo.wr.usgs.gov/kilauea/update/archive/2010/Aug/HMMvent_20100921.mov

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

drapeau francais.jpgLe volcan semble s’être calmé, au moins momentanément. En conséquence, la Préfecture a de nouveau autorisé l’accès du public à l’Enclos Fouqué et aux sentiers balisés jusqu’au sommet du Piton de la Fournaise.

Le niveau d’alerte « Vigilance » est maintenu sur le volcan.

Au vu des événements sismiques et inclinométriques de ces derniers jours, on peut raisonnablement penser que l’éruption – si éruption il y a ! – annoncée pour les prochains jours ne sera pas de grande envergure. Les séismes les plus significatifs sont de l’ordre de M 1,4 ou M 1,6 et ne sont donc pas ressentis par la population. On observe une inflation de l’édifice volcanique, mais les deux ou trois centimètres de gonflement montrent que l’on n’a pas affaire à un énorme volume de magma.

Si je devais me hasarder à faire un pronostic, je dirais que la lave va de nouveau sortir dans le Cratère Dolomieu. Au départ, il y aura quelques petites fontaines, histoire d’évacuer la pression des gaz. Ensuite, la lave s’écoulera tranquillement pendant quelques jours vers le fond du cratère, comme elle l’a fait lors de la dernière éruption. Cela contribuera à faire remonter le plancher du Dolomieu, mais il faudra encore de gros volumes de lave pour le combler !!

Mais, bien sûr, je peux avoir tout faux !

 

 

 

drapeau anglais.jpgThe volcano seems to have calmed down, at least for the time being. As a consequence, the access to the Enclos Fouqué (« The Enclosure ») as well as to the waymarked footpaths leading to the summit of the Piton de la Fournaise has again been allowed by the Prefecture

The alert level is kept at « Watch ».  

Judging from the latest seismic and tiltmetric activity, one can reasonably think that the eruption – if an eruption does occur! – forecast for the next few days will not be dramatic. The magnitude of the most significant earthquakes is only 1.4 or 1.6 and is not felt by the population. There has been some 2- or 3-centimetre inflation of the volcanic edifice, which shows there is not an enormous volume of magma.

Should I make a forecast, I would say that lava will again come out inside the Dolomieu Crater. At the start, there will be some fountaining caused by the release of gas pressure. Then, lava will travel some days towards the floor of the crater, as it did during the previous eruption. The crater floor will get a little higher but it will demand far bigger volumes of lava to fill the crater to the rim!

But, of course, I may be completely wrong!