Merapi (Ile de Java / Indonésie)

drapeau francais.jpg14h00: Le Merapi est entré en éruption à trois reprises dans l’après-midi ou en soirée, heure locale (décalage horaire de 5 heures avec la France), selon les sources. Plusieurs organes de presse indiquent qu’une vingtaine de personnes ont été blessées par une avalanche incandescente et transportées à l’hôpital.

Un bébé de trois mois est mort suite à des difficultés respiratoires causées par la cendre volcanique et une dizaine de personnes sont traitées à l’hôpital de Muntilan pour des problèmes pulmonaires.

Le sommet du Merapi est souvent dans le brouillard et la visibilité est mauvaise. Il est impossible de voir les nuages de cendre s’échapper du volcan. Il existe donc une menace réelle pour les habitants qui n’ont pas voulu quitter leurs villages pour regagner les camps de réfugiés.

Parallèlement à l’éruption du Merapi sur l’île de Java, un séisme de magnitude 7,2 a secoué l’ouest de Sumatra en déclenchant un tsunami qui a tué au moins 108 personnes tandis que plus de 500 autres sont portées disparues.

23 heures : Selon la presse américaine (l’information demande confirmation), l’éruption du Merapi aurait tué au moins 18 personnes, dont le bébé que je mentionnais précédemment. Trois personnes seraient mortes suites à des brûlures dues à une avalanche incandescente. Quatorze cadavres auraient été trouvés dans des maisons sur le flanc du volcan. On a vu des milliers de villageois se précipiter dans les camps de réfugiés pour échapper à la colère du volcan.

Alors que certains craignent une éruption encore plus violente, les volcanologues indonésiens pensent que l’éruption qui vient d’avoir lieu a pu libérer une partie de l’énergie qui s’était accumulée sous le dôme. Selon eux, on se dirigerait vers « une lente et longue éruption ».

On voit nettement l’éruption du Merapi sur le sismogramme ci-dessous, avec une saturation du signal au plus fort de la crise. Dans les heures qui ont suivi, le volcan s’est calmé, mais il n’est pas du tout certain qu’il ait fini de cracher son venin.

 

drapeau anglais.jpg14:00: Mount Merapi erupted three times in the afternoon or the evening, local time (there is a 5-hour time difference with France), according to the sources. Several press reports indicate that about twenty people were injured by a pyroclastic flow and taken to hospital.

A three-month-old baby died of respiratory problems caused by volcanic ash and another ten people suffering from breathing difficulties are being treated in Muntilan hospital

 The summit of Mount Merapi is often shrouded in fog and visibility is poor so that it is impossible to see the ash clouds coming out of the volcano. This is a real threat to the inhabitants who refused to leave their villages to go and take shelter in the camps.

Parallel to the eruption of Mount Merapi, a M 7.2 earthquake shook western Sumatra and triggered a tsunami that killed at least 108 people. More than 500 other persons are reported missing.

23:00: According to the American press (the piece of news needs to be confirmed), the eruption of Mount Merapi killed 18 persons, among whom the baby I mentioned previously. Three persons are said to have succumbed to their burns after being hit by a searing ash cloud. It is also said that fourteen other bodies were found in several houses in a mountainside village. Thousands of villagers started crowding into makeshift emergency shelters to escape the volcano’s anger.

While some people fear the current activity could foreshadow a much more destructive eruption, Indonesian volcanologists think the current eruption may have released some pressure building up beneath the lava dome. In their opinion, we may be heading towards « a slow, long eruption ».

One can clearly see the eruption of Mount Merapi on the seismogram here below, with a saturation of the signal at the height of the crisis. Next, the volcano calmed down but he may not have stopped spitting its venom!

untitled-blog.jpg

 

La webcam du Merapi (Ile de Java / Indonésie)

drapeau francais.jpgNombreux sont ceux qui me demandent l’adresse de la webcam du Merapi. la voici:

http://merapi.bgl.esdm.go.id/aktivitas_merapi.php?page=aktivitas-merapi&subpage=web-kamera

Le site n’est pas toujours accessible. Je suppose qu’une foule de gens se connectent en même temps et que le réseau est vite saturé.

Voici un autre lien pour voir le nuage de cendre du Merapi:

http://www.republika.co.id/berita/breaking-news/nusantara/10/10/26/142633-gunung-merapi-meletus

 

 

drapeau anglais.jpgThere many people who ask for the address of the webcam on Mount Merapi/ Here it is:

http://merapi.bgl.esdm.go.id/aktivitas_merapi.php?page=aktivitas-merapi&subpage=web-kamera

The website is sometimes difficult to get to. I suppose lots of folks are getting connected at the same time and the network may be saturated!

Here is another link to see Mount Merapi’s ash cloud:

http://www.republika.co.id/berita/breaking-news/nusantara/10/10/26/142633-gunung-merapi-meletus

Le gardien du Merapi (Ile de Java / Indonésie)

Vue depuis la France, la décision d’évacuation prise devant la montée en puissance du Merapi semble raisonnable. Le volcan a un passé peu glorieux et quand on pense aux nombreux villages accrochés sur ses pentes, la mise en sécurité des habitants semble justifiée. Comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises, une décision d’évacuation est très délicate à prendre pour les autorités. Il faut qu’elle soit vraiment nécessaire et que l’évacuation ne s’éternise pas. Les personnes évacuées sont, pour la plupart, des paysans qui redoutent qu’on leur vole leurs biens ou leurs animaux pendant leur absence.

Quand se produit l’éruption d’un volcan indonésien, il y a un autre facteur à prendre en compte : le gardien du volcan. On a vu lors de la pseudo éruption du Kelud en 2007 que son gardien avait annoncé qu’elle ne serait pas immédiate, ce qui avait compliqué le travail de persuasion des scientifiques à l’égard de la population qui s’est montrée souvent réticente à évacuer la zone de sécurité.

Mbah Marijan est le gardien officiel (iuru kunci) du Merapi. En tant que tel, c’est l’un des personnages les plus importants de Yogjakarta après le sultan. Il fait partie de cette vieille tradition indonésienne liée aux mythes et à l’histoire de cette partie du monde située à l’un des points de rupture de l’écorce terrestre. Tous les matins, Mbah Marijan se rend devant un petit autel sur le flanc du volcan où il fait quelques offrandes. Comme les autres gardiens des volcans indonésiens, son rôle consiste à entretenir le dialogue avec cette puissance naturelle, par la prière et le recueillement.

Si une éruption se produit, la population agit en principe en fonction des réactions du gardien du volcan. S’il refuse de quitter son poste, les villageois des hameaux voisins du volcan refusent aussi de quitter leur logis, ce qui met leur vie en danger et pose un sérieux problème aux autorités civiles chargées de la sécurité de la région.  

Hier, Mbah Marijan a dit qu’il ne quitterait pas son village de Kinahrejo, pourtant situé à seulement 5 kilomètres du cratère, donc très sérieusement menacé par le volcan. Il a dit : « Si je fuis, je crains que les gens interprètent mal mon geste et se mettent à paniquer. Ils vont penser que la situation du Merapi est très sérieuse. Pourtant, je leur demande d’obéir aux ordres d’évacuation du gouvernement ».  

40 000 personnes vivent sous la menace du Merapi. Les propos du gardien du volcan devraient faciliter la tâche des autorités.

L’éruption de Santorin et les 10 plaies de l’Egypte (3ème partie)

Interprétation scientifique des 10 plaies de l’Egypte.

Comment les 2 scientifiques mentionnés précédemment ont-ils pu établir un lien entre les 10 plaies de l’Egypte et l’éruption du volcan de Santorin ?

Examinons les résultats de leurs recherches !

 

  • 1) Lorsque, à la demande de YAHVE, le Dieu des Hébreux, Moïse frappe les eaux du Nil avec son bâton pour les changer en sang, ce sont (selon les scientifiques) les cendres volcaniques qui auraient troublé l’onde du fleuve et l’auraient teinté de rouge.

Cette approche est plausible, car dans les laves acides émises par les   volcans du type de Santorin, on trouve des rhyolites de couleur rouge.

De plus, l’acide sulfurique peut avoir oxydé des roches ferreuses du lit du fleuve, lui conférant ainsi une couleur rouille.

 

  • 2) Les ténèbres: C’est un classique de la volcanologie. Poussées par les vents, les particules forment un épais nuage de poussière qui s’étale en nappe. En opacifiant le ciel, il plonge la région dans l’obscurité, comme ce fut le cas dans la région du Pinatubo en 1991

 

  • 3) La grêle: Au niveau de la troposphère, les particules volcaniques peuvent constituer des noyaux de condensation pluviogènes (cas le plus fréquent) ou glaciogènes (plus rare, mais possible, comme lors de l’éruption du Mont St Helens en 1980).

 

  • 4) Les sauterelles
  • 5) Les grenouilles
  • 6) La vermine

Il se peut que l’Egypte (surtout si l’éruption a eu lieu en hiver) ait connu des pluies abondantes qui, dans une zone désertique, peuvent avoir des effets calamiteux.

On a un risque de pullulation des criquets. Une telle perturbation météorologique peut déclencher une invasion de criquets susceptible de durer 20 ans.

S’agissant des batraciens, l’augmentation de la pluviosité peut avoir des effets aussi spectaculaires. Invisibles auparavant (car ils s’étaient enfouis dans le sol pendant plusieurs semaines pour y trouver l’humidité), ils envahissent villages et habitations pour rejoindre leur lieu de reproduction.

Que ce soit l’invasion des criquets ou celle des batraciens, un tel événement a très bien pu s’être produit le long du Nil où les batraciens étaient beaucoup plus nombreux qu’aujourd’hui.

De même, la vermine – les parasites en particulier – ne manque pas de pulluler dans de telles circonstances. Elle expliquerait la mort du bétail décrite dans une autre plaie.

 

      7) Concernant les ulcères qui se développèrent sur les gens et les bêtes, il pourrait s’agir des maladies externes ou des désordres cutanés causés par les larves de divers insectes et autres parasites mentionnés ci-dessus. Ces larves peuvent en particulier générer des furoncles et autres lésions de la peau.

 

  • 7) Une autre plaie décrit la mort des premiers-nés des Egyptiens. Selon l’OMS, une éruption volcanique ne cause pas directement d’épidémie. En revanche, elle peut pousser des gens à se déplacer et se regrouper. L’hygiène se dégrade, faute d’eau, et des maladies comme le choléra apparaissent très vite. Dans le cas présent, des pluies chargées d’acide sulfurique peuvent avoir rendu l’eau toxique et impropre à la consommation. Dans de telles conditions, les personnes les plus vulnérables (en particulier les nouveau-nés) sont les plus exposées à ce type de maladies.

++++++++++

Voici donc quelques explications scientifiques susceptibles de jeter un peu de lumière sur les 10 plaies d’Egypte.

Personnellement, je dois dire que je suis assez sceptique et je trouve que beaucoup de ces explications sont vraiment ‘tirées par les cheveux’.

S’il est probable que les cendres de Santorin sont effectivement arrivées en Egypte, le cataclysme était (à mon avis) beaucoup trop distant pour avoir causé de telles perturbations. En particulier, vouloir expliquer le retour des eaux de la Mer Rouge par un raz-de-marée semble illusoire, d’autant que celui causé par Santorin a eu lieu en Méditerranée. De plus, étant donné la distance, il est quasi impossible qu’un tel tsunami ait atteint l’Egypte.

Les dernières éruptions d’importance (Krakatau au 19ème siècle,  St Helens et Pinatubo au 20ème siècle) ont engendré des perturbations surtout dans les zones proches.

Le phénomène à distance le plus spectaculaire concerne les perturbations climatiques. En effet, les cendres produites lors des grosses éruptions peuvent faire plusieurs fois le tour de la terre et freiner l’ensoleillement, ce qui entraîne des phénomènes comme les ‘étés pourris’. Rappelons que l’éruption du Laki en Islande en 1783 a engendré un été froid et humide en France, avec des chutes de neige à Paris en plein mois d’août ! Les récoltes ont été catastrophiques dans les mois qui ont suivi, avec apparition de la famine qui a déclenché une rébellion du peuple. Certains historiens pensent que tous ces événements ont peut-être constitué l’une des causes de la révolution française de 1789.

 

Un autre mythe lié à l’éruption de Santorin est celui de l’Atlantide auquel Platon  (4ème-5ème siècle avant JC) fait allusion dans Critias : « Dans l’espace d’un seul jour et d’une nuit terrible, toute l’armée fut engloutie d’un seul coup sous la terre et de même l’île d’Atlantide s’abîma dans la mer et disparut ».

Comme beaucoup de mythes, celui de l’Atlantide garde son secret et a au moins un mérite : celui de nous faire rêver. Et c’est tant mieux!