Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

drapeau francais.jpgAlors qu’un incendie continue à ravager le Maïdo, l’éruption se poursuit tranquillement sur le Piton de la Fournaise, avec de faibles projections et petites fontaines aux bouches éruptives principales, une diminution de l’activité explosive et du dégazage. Les coulées de lave se propagent lentement vers est-sud/est. Le tremor est stable (1/7 par rapport au début de l’éruption). La sismicité volcano-tectonique est faible. Aucune augmentation d’inflation de l’édifice n’a été enregistrée.

Source : Observatoire.

 

drapeau anglais.jpgWhile a wildfire is still burning the Maïdo, the eruption is going on at a slow rate at the Piton de la Fournaise, with small ejections and lava fountains from the main active vents, a decrease in explosive activity and degassing. Lava flows are spreading slowly ESE. The eruptive tremor is stable (1/7 compared with the start of the eruption). Volcano-tectonic seismicity is at a low level. No inflation of the edifice has been recorded.

Source: The Observatory.
 

Un nouveau parfum islandais!

Après la montre « Spéciale Eyjafjallajökull », voici un parfum mis au point par une Islandaise qui, de toute évidence, a le sens des affaires ! Elle affirme que lorsque l’Eyjafjöll est entré en éruption, elle a eu « soudain l’idée d’amener la puissance de la nature islandaise jusque dans les foyers, et l’idée d’utiliser l’eau du glacier comme ingrédient pour un parfum en a découlé ».

Le parfum à la «  fragrance citronnée » sera fabriqué en France près de Grasse et conditionné dans des flacons cubiques avec un morceau de lave accroché en pendentif au col. Sa créatrice l’a baptisé EFJ Eyjafjallajökull. Trois lettres précèdent le nom typiquement islandais du glacier qui enveloppe le volcan « pour que les non-Islandais puissent également prononcer le nom de leur parfum ».

Le parfum devrait être mis en vente à la mi-novembre en Islande et pourrait ensuite être commercialisé dans les boutiques hors taxe des aéroports.

 

Très honnêtement, j’ai du mal à saisir le lien entre la « fragrance citronnée » de ce parfum islandais et les effluves volcaniques ! Certes, l’eau du glacier contribue à sa fabrication, mais c’est tout de même bien peu. Je conseille à ceux qui voudraient garder en souvenir les odeurs d’un volcan d’aller se plonger en maillot de bain (et, pourquoi pas  en t-shirt) dans les bains de boue de Vulcano qui sont très riches en hydrogène sulfuré. Plusieurs mois après cette expérience – au demeurant bénéfique pour la santé – le tissu conserve l’odeur du soufre qui fait renaître des souvenirs un peu comme la célèbre madeleine de Proust… En plus, c’est beaucoup moins cher !

Vulcano5--Bains-de-boue.jpg

Les bains de boue de Vulcano (Photo: C. Grandpey)