Trois photos pour le dire…

En remettant de l’ordre dans mes archives photographiques, j’ai mis la main sur plusieurs photos alpines qui permettent de se rendre compte de l’évolution du Glacier des Bossons et de la Mer de Glace au cours des dernières décennies. J’ai choisi pour chaque site trois clichés réalisés en 1956, 1982 et 2015. Ceux de 1956 ont été réalisés par mon père car j’étais encore un peu jeune pour tenir un appareil photo !
Comme je l’ai fait remarqué à plusieurs reprises, on se rend compte que l’impact du réchauffement climatique s’est accéléré dans les années 1980. Entre 1950 et 1980, les modifications sont moins significatives. Depuis les années 80, la perte de volume glaciaire est spectaculaire. Cette impression est confirmée par les panneaux qui indiquent les niveaux atteints par la Mer de Glace au fil des ans. Autres faits marquants : La jonction entre les glaciers des Bossons et du Taconnaz est une chose du passé et la langue terminale du Glacier des Bossons s’est effondrée au printemps 2014.
Aussi alarmantes que puissent être ces photos – auxquelles je pourrais ajouter celles du recul des glaciers en Alaska et la réduction de la banquise en Arctique – je ne suis pas certain que les chefs d’états présents à la prochaine conférence de Paris sur les changements climatiques comprendront l’urgence de la situation. Une réaction rapide de leur part se heurterait immédiatement à des enjeux économiques.

Mer de Glace blog 01

Mer de Glace en 1956

Mer de Glace blog 02

Mer de Glace en 1982

Mer de Glace 2015 blog 03

Mer de Glace en 2015

 Bossons 1956 web

Glacier des Bossons en 1956

Bossons-1982-web

Le Glacier des Bossons en 1982

Bossons 2015 web

Le Glacier des Bossons en 2015

(Photos: G & C. Grandpey)

Une réflexion au sujet de « Trois photos pour le dire… »

  1. Bonjour Claude,
    Effectivement, spectaculaire témoignage. On pourrait presque dire, pour se forcer à sourire par courtoisie, qu’avec « ces clichés, il n’y a pas photo ». La catastrophe est déjà bien avancée.
    Je pense comme vous que la « COP 21 » n’aboutira pas à quelque chose de concret qui endiguerait ce phénomène, semblant bien pour longtemps être irréversible. S’agissant de la vingt et unième « Conference Of the Parties », nous nous orientons plutôt encore une fois vers une « partie » de conférence. Il y a cependant un soupçon d’espoir à voir coté US se développer quelques initiatives intéressantes. Ainsi, si vous consultez le site NOVETIC dans sa rubrique « empreinte terre », on trouve une bonne nouvelle, certes très « dollarisée », concernant une initiative assez généreuse de quelques Méga compagnies, toutes US bien sûr. De ce pool de bienfaiteurs, (Pour Goldman Sachs, restons réservés sur le terme) n’y figurent malheureusement pas nos préférés, ni « lessiveurs » (Procter & Gambel), ni « pétroleurs » (Exxon mobil), ni « biochimistes agricoleurs » (Monsanto).
    Comme quoi, faire payer un pollueur est une bonne manière de se le payer. Mais cela suffira-t-il à l’empêcher de polluer ?
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.