La chambre magmatique du Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francaisUne étude ayant pour titre « Preuves sismiques d’un réservoir magmatique dans la croûte terrestre sous l’Upper Rift Zone du Kilauea à Hawaii » a été récemment publiée dans la revue Geology. Elle a été effectuée par des scientifiques de l’Ecole Rosensteil (Université de Miami) qui ont découvert la présence d’une chambre magmatique profonde, jusqu’alors inconnue, sous le Kilauea. Il s’agit de la première observation géophysique prouvant que des chambres magmatiques profondes existent dans le système volcanique.

Les scientifiques ont analysé le déplacement des ondes sismiques afin de comprendre la structure interne du système volcanique. Avec ces données, ils ont mis au point le modèle en 3 dimensions d’une anomalie magmatique, à partir de la vitesse de déplacement des ondes. Ils ont pu ainsi déterminer la taille, la profondeur et la composition de la chambre magmatique dont le diamètre est estimé à plusieurs kilomètres, à une profondeur entre 8 et 11 kilomètres.

Jusqu’à présent, on savait que le Kilauea présentait de petites chambres magmatiques peu profondes. Cette étude démontre pour la première fois que de vastes chambres magmatiques existent sous le volcan, dans la croûte océanique profonde. L’étude montre également que cette chambre profonde recèle 10% de magma et 90% de roche. Ce réservoir magmatique sous le Kilauea ressemble à ceux observés sous la plupart des volcans situés sur les dorsales médio-océaniques.

De nombreux petits séismes sont enregistrés sur le Kilauea et l’attention particulière portée à l’activité sismique à proximité de cette chambre magmatique permettra de mieux comprendre l’origine de la lave qui accompagnera les futures éruptions.

Source : University of Miami’s Rosenstiel School.

—————————————–

drapeau anglaisA study, entitled « Seismic evidence for a crustal magma reservoir beneath the upper east rift zone of Kilauea volcano, Hawaii, » was recently published in the journal Geology. It was led by scientists at the University of Miami (UM) Rosenstiel School who uncovered a previously unknown magma chamber deep below Kilauea volcano. This is the first geophysical observation that large magma chambers exist in the deeper parts of the volcano system.

Scientists analyzed the seismic waves that travel through the volcano to understand the internal structure of the volcanic system. Using the seismic data, the researchers developed a three-dimensional velocity model of a magma anomaly to determine the size, depth and composition of the lava chamber, which is several kilometres in diameter and located at a depth of 8-11 km.

It was known before the study that Kilauea had small, shallow magma chambers. This study is the first geophysical observation that large magma chambers exist in the deep oceanic crust below. The study also showed that the deep chamber is composed of a mixture of 10-percent magma and 90-percent rock. The crustal magma reservoir below Kilauea is similar to those widely observed beneath volcanoes located at mid-ocean ridges.

Kilauea volcano produces many small earthquakes and paying particular attention to new seismic activity near this body will help better understand where future lava eruptions will come from.

Source : University of Miami’s Rosenstiel School.

Kilauea-PuuOo-2

Schéma simplifié montrant la relation supposée entre le sommet du Kilauea et l’East Rift Zone  (Source: HVO)

Publicités

Shishaldin (Alaska / Etats Unis)

drapeau francaisDans un bulletin spécial, l’Alaska Volcano Observatory indique que la couleur de l’alerte aérienne du Shishaldin (1093 km au SO d’Anchorage) est passée du Vert au Jaune et le niveau d’alerte volcanique a été élevé à Vigilance car les observations satellitaires des dernières 24 heures ont révélé une hausse de la température au niveau du cratère sommital. De plus, une augmentation des émissions de vapeur a été détectée hier sur ces mêmes images satellitaires ainsi que sur celles de la webcam. L’AVO précise que ces observations ne signifient pas forcément qu’une éruption va avoir lieu.

drapeau anglaisIn a special update, the Alaska Volcano Observatory indicates it has raised the Aviation Colour Code to YELLOW and the Alert Level to ADVISORY at Shishaldin Volcano (1093 km SW of Anchorage) “based on satellite observations over the past day of increased surface temperatures in the summit crater, as well as increased emissions of steam observed yesterday in satellite and web camera images. These observations do not necessarily indicate that an eruption will occur”.

L’Alaska a chaud, trop chaud ! // Alaska is hot, too hot !

drapeau francaisCe n’est pas un secret : N’en déplaise aux négationnistes, le réchauffement climatique me préoccupe au plus haut point. Les volcans en sont presque arrivés à passer au second plan ! Mes voyages en Alaska, dans le Yukon et dans d’autres pays – y compris le nôtre – où les glaciers ornent les montagnes n’ont fait qu’exacerber le sentiment qu’une catastrophe planétaire se profile à l’horizon.

Les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient. Sans aller plus loin, des inondations affectent cruellement la Bretagne, le sud-est et le sud-ouest de la France, rappelant aux populations qu’il n’est pas toujours judicieux de construire des habitations à proximité des cours d’eau ou du littoral.

En Indonésie, Jakarta connaît des problèmes identiques, avec une trentaine de morts à la clé, sans parler des glissements de terrain qui sont régulièrement provoqués par les fortes pluies.

L’Alaska connaît le mois de janvier le plus chaud de son histoire. La neige fond à la vitesse V et provoque des avalanches. L’une d’elles, d’une ampleur encore jamais vue, obstrue, pour une durée indéterminée, la seule route d’accès au port de Valdez.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-WjQ9GCUSH4

La station de ski d’Aleskya, pas très loin d’Anchorage, a dû fermer, faute de neige. Plusieurs courses de traîneaux, qualificatives pour la célèbre Iditarod ont été annulées. La course elle-même, qui relie Anchorage à Nome sur 1600 km, pourrait bien être perturbée si le froid et la neige ne reviennent pas. L’hibernation des ours pourrait être raccourcie par ces températures anormalement hautes. Il ne gèle que très peu la nuit et le thermomètre prend parfois des allures de mois de juin pendant la journée !

Je ne reviendrai pas sur la fonte des glaciers qui reculent à vue d’œil.

Certains me feront remarquer que le nord-est de l’Amérique a connu une période de froid polaire avec de la neige en abondance. C’est vrai, mais le phénomène a été ponctuel et on ne se base pas que sur une région de la planète pour définir l’évolution globale de la température.

Bien sûr, rien n’est fait par nos gouvernants et il semblerait que l’expression « réchauffement climatique » soit devenue taboue. Il est vrai que le phénomène est facile à dissimuler derrière tous les problèmes qui assaillent actuellement notre société. L’expression à la mode est « On remettra ça à plus tard », mais il est fort à craindre que ce « plus tard » devienne rapidement « trop tard » !

drapeau anglaisIt is not a secret: Even though it may not please those who deny it, global warming greatly worries me and has nearly pushed volcanoes into the background ! My travels to Alaska, the Yukon and other countries – including ours – where glaciers adorn the mountains have only exacerbated the feeling that a global catastrophe is looming on the horizon.
Extreme weather events are getting more and more frequent. Without going any further , floods severely affecting Britain, the southeast and the southwest of France, reminding people that it is not always sensible to build houses close to rivers or the coastline.
Indonesia, Jakarta is experiencing similar problems, with thirty deaths at that, not to mention landslides are regularly caused by heavy rains.
Alaska is going through the hottest January in history. Snow is melting at great speed and triggers avalanches. One of them, with a size never seen before, has led to the closure of the only access road to the port of Valdez.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-WjQ9GCUSH4

Aleskya, the Anchorage ski resort, had to close due to the lack of snow. Several sled races , qualifying for the famous Iditarod had to be canceled. The race itself , which connects Anchorage to Nome over 1600 km, could be disrupted if the cold and the snow do not return. The hibernation of bears could be shortened by the unusually high temperatures. It freezes very little at night and the temperature sometimes looks like in June during the day!
I will not harp on the melting glaciers which are receding rapidly .
Some people will undoubtedly telle me that north-eastern America has experienced a period of arctic cold with snow in abundance. This is true, but the phenomenon was punctual and one should not refer to one single region of the world to define global temperature changes.
Of course, no significant measures have ever been taken by our leaders and it seems that the term  » global warming  » has become taboo. It is true that the phenomenon is easy to hide behind all the problems currently facing our society. We’ll see later, they say, but it is greatly to be feared that « later » will quickly become « too late ». Too late too bad !

Glacier-melting

(Photo:  C. Grandpey)

Etna (Sicile / Italie)

drapeau francaisL’épisode éruptif (le mot « paroxysme » est inadapté dans le cas présent!) semble toucher à sa fin. Le tremor a retrouvé un niveau quasiment normal. Les dernières images de la coulée visibles sur la webcam LAVE montrent que la partie active se fait de plus en plus courte. La question maintenant est de savoir quand se produira le prochain épisode. L’Etna seul a la réponse !

drapeau anglaisIt looks as if the current eruptive episode (the word « paroxysm is totally irrelevant » right now) is definitely coming to an end. The tremor has nearly got back to background levels. The latest images released by the LAVE webcam show that the active part of the lava flow is getting shorter and shorter. The question is to know when the next episode will take place. Mount Etna is the only one who knows the answer!

Etna-22-janvier

Image satellite du Vanuatu

drapeau francaisLa NASA a mis en ligne une image (les couleurs sont réelles) de l’archipel du Vanuatu prise le 7 janvier 2014 par le satellite Aqua. Un vaste panache de brouillard volcanique (baptisé « smog » par les Américains) s’élève d’Ambrym et s’étire à travers le Pacifique Sud, avec une branche vers le NO et une autre vers le NE.

Actuellement, les volcans les plus actifs du Vanuatu sont le Yasur et son activité strombolienne sur l’île de Tanna, tandis que l’on observe le Benbow et le Marum sur l’île d’Ambrym. Un spectaculaire chaudron de lave s’agite au fond du cratère du Benbow.

La dernière éruption d’Ambrym a eu lieu en 1913 et a entraîné la mort de 21 personnes. Elle est décrite en détail dans mon livre Killer Volcanoes (voir colonne de gauche de ce blog).

drapeau anglaisNASA has released a true-colour image of the Vanuatu archipelago taken on January 7th 2014 by the Aqua satellite. A broad plume of volcanic vog (a combination of “volcanic” and “smog”) and ash rises from Ambrym and spreads across the South Pacific, arching from the volcanic island both to the northwest and to the northeast.

Currently, the most active volcanoes at Vanuatu are Yasur which shows strombolian activity on Tanna Island while Marum and Benbow are to be seen at Ambrym, with a nice lava caldron deep inside Benbow’s crater.

The last eruption at Ambrym occurred in 1913 and caused the death of 21 people. It is described in my book Killer Volcanoes (see left-hand column of this blog).

Vanuatu-blog

Crédit photo:  NASA

Nii-jima & Nishino-shima (Japon)

drapeau francaisL’éruption de Nii-jima continue. Comme je l’ai indiqué précédemment, cet événement pourrait bien donner au Japon la possibilité d’étendre quelque peu ses eaux territoriales et, de ce fait, sa zone économique.

Depuis le début de l’éruption en novembre 2013, Nii-jima a pris de l’envergure avec l’émission de nouvelles coulées de lave qui ont permis la jonction avec l’île voisine de Nishino-shima, inhabitée, qui se trouve à quelque 130 km à l’ouest de Chichi-jima, la plus grande de l’archipel d’Ogasawara.

Un survol effectué par les gardes-côtes japonais le 20 janvier a permis de constater que la petite île observable au début de l’éruption couvre maintenant une surface d’une trentaine d’hectares, ce qui signifie qu’elle a plus que doublé la taille de Nishino-shima. Cette dernière s’est agrandie à l’est, à l’ouest et au sud. Comme aucune île ne se trouve à l’ouest de Nishino-shima, la limite des eaux territoriales japonaises va probablement s’étirer quelque peu. A cet effet, une fois que l’éruption aura baissé d’intensité, les gardes-côtes japonais procéderont à des mesures précises de la nouvelle île afin d’apporter des modifications aux cartes de navigation.

Source : Japan Times.

drapeau anglaisThe eruption of Nii-jima is going on. As I put it before, this event has given rise to the possibility that Japan’s exclusive economic zone (EEZ) may expand a fraction.

Since the start of the eruption in November 2013, Nii-jima has grown with the emission of new lava flows which have now completely merged with neighbouring Nishino-shima, an uninhabited islet lying some 130 km west of Chichi-jima, the largest island in the Ogasawara archipelago.

An aerial observation by the Coast Guard on January 20th showed that what used to be a new islet now covers an area of about 30 hectares, meaning it has more than doubled the size of Nishino-shima. Nishino-shima has expanded in its eastern, western and southern portions.

Because no island lies to the west of Nishino-shima, the boundary line of Japan’s EEZ is likely to expand a little, according to the Coast Guard which plans to take precise measurements of the island and revise its navigational charts after volcanic activities wind down.

Source : Japan Times.

Niijima-blog

Nii-jima & Nishino-shima le 12 janvier 2014  (Crédit photo:  Japan Coast Guard)

Etna (Sicile / Italie): Vers la fin de l’épisode éruptif? // Is the eruptive episode coming to an end?

drapeau francaisDepuis le 25 janvier en fin de journée, le tremor éruptif décline très progressivement. L’activité strombolienne a perdu de sa vigueur et l’effusion de lave semble s’essouffler sur le versant E du NCSE, comme le montrent les dernières images visibles ce soir sur la webcam L.A.V.E. Un sursaut est toujours possible, mais il semble bien que l’on s’achemine peu à peu vers la fin de l’épisode éruptif actuel.

drapeau anglaisThe eruptive tremor has been steadily declining since January 25th in the evening. Strombolian activity has become less intense and lava is coming out less profusely from the vent on the E flank of there NSEC, as can be seen on the last images of the LAVE webcam. A relapse is still possible but it looks as if the current eruptive episode is going to come to an end.

Etna-22-janvier

Etna-webcam