La presse américaine face au réchauffement climatique // U.S. news media and climate change

Maintenant que Donald Trump n’est plus à la Maison Blanche, la presse américaine n’hésite plus à attribuer le changement climatique aux activités humaines et à l’augmentation des gaz à effet de serre dans l’atmosphère. Ainsi, on peut lire dans le Los Angeles Times que « la vague de chaleur record qui balaie la côte ouest est là pour nous faire comprendre que le changement climatique est bien présent et que nous devons nous adapter ».

Le nord-ouest de la côte Pacifique, y compris le Canada, a connu des conditions que les prévisionnistes ont décrites comme « sans précédent et mettant la vie en danger ». Portland, dans l’Oregon, a atteint 45 °C le 28 juin 2021, pulvérisant le précédent record de 44 °C établi la veille. À environ 160 km plus au sud, à Eugene, les compétitions d’athlétisme en vue des Jeux Olympiques ont été interrompues le 27 juin dans l’après-midi et il a été demandé aux spectateurs de quitter le stade en raison de la chaleur extrême. La température à Seattle, dans l’État de Washington, a atteint 41,6 °C. Il faisait si chaud ces derniers jours que la ville a fermé au moins une piscine publique, de peur que les visiteurs ne se brûlent les pieds sur le carrelage.

Les journaux insistent sur le fait que tout cela se passe en juin et que nous ne sommes qu’au tout début de l’été. Si la population n’avait pas encore pris conscience que le changement climatique provoquait des conditions météorologiques extrêmes, cette vague de chaleur sans précédent en est là pour le lui faire comprendre, et ce n’est probablement pas terminé car le dôme de chaleur responsable des températures record devrait persister dans le nord-ouest, et même se déplacer vers l’Idaho et le Montana.

Ces conditions extrêmement chaudes sont une répétition de l’année dernière, qui a égalé 2016 comme année la plus chaude jamais enregistrée. 2020 a également été la pire année pour les incendies de forêt aux Etats Unis ; plus de 40 000 kilomètres carrés sont partis en fumée. La tendance est appelée à se poursuivre et ces températures extrêmes ne feront que persister. En effet, les activités humaines ne cessent d’envoyer du dioxyde de carbone et d’autres gaz qui piègent la chaleur dans l’atmosphère.

La vague de chaleur actuelle démontre que le monde ne réduit pas assez rapidement l’utilisation des combustibles fossiles et les émissions de carbone. Pour prévenir les pires effets du changement climatique, il faudra que les pays industrialisés, en particulier les Etats Unis, prennent des mesures significatives.

De plus, la canicule actuelle montre que nous ne sommes pas préparés à affronter les conséquences du réchauffement climatique. Il suffit de voir à quel point les températures supérieures à la normale dans le nord-ouest du Pacifique ont paralysé les infrastructures de base. À Washington, la police a fermé une partie d’une route car l’asphalte commençait à se fissurer et à se déformer sous l’effet de la chaleur. Dans certaines régions qui ne sont pas habituées à de telles conditions météorologiques, les bus scolaires n’ont pas de climatisation et ils ne pouvaient plus transporter les écoliers en toute sécurité. À Portland, le système de transport en commun a été mis hors service. Il est conçu pour un temps doux, avec des températures généralement comprises entre 5 et 20 degrés Celsius. Bien que des ajustements aient été apportés ces dernières années pour résister à une chaleur plus intense, la situation devient ingérable en matière de sécurité lorsque le mercure dépasse 43 degrés, comme ce fut le cas ces derniers jours.

De nombreuses routes, systèmes de transport en commun, barrages, digues et réseaux électriques aux États-Unis ont été construits il y a des décennies ; ils sont conçus pour des températures différentes et des fluctuations météorologiques moins extrêmes. Une vague de chaleur record en Californie l’été dernier a déclenché des coupures de courant. Des pannes semblables risquent de se produire à nouveau cette année. Une vague de froid record au Texas au début de l’année 2021 a également entraîné des pannes de courant à grande échelle. Le réseau électrique du pays n’est pas conçu pour résister aux conséquences du changement climatique qui peut pousser les températures à des extrêmes dans les deux sens.

Les autorités américaines commencent à agir face à ces menaces et à investir des milliards de dollars dans des projets visant à rendre les infrastructures plus résilientes au changement climatique. Le besoin est grand, et le financement est encore trop faible. Il ne faut pas se voiler la face ; le changement climatique coûtera cher aux États-Unis, quelle que soit la rapidité avec laquelle le gouvernement fédéral réagira. Le choix est clair : ou bien il réagit et investit dès à présent pour éviter des dommages plus importants, ou bien il attend que le pays soit confronté à des vagues de chaleur, des incendies de forêt, des inondations et d’autres catastrophes plus meurtrières. Le coût n’en sera que plus élevé.

En France, les médias nous ont certes informés qu’il faisait très chaud dans l’ouest de l’Amérique, mais la nouvelle n’a pas fait les gros titres. Elle a été supplantée par les élections locales et leur taux d’abstention record, le Tour de France et l’Euro de football. La principale question posée par les journalistes français à propos du « dôme de chaleur» aux États-Unis et au Canada a été : Est-ce que ça peut nous arriver ? Les climatologues ont expliqué que le phénomène n’était pas causé en premier lieu par le changement climatique, mais il est accéléré et de plus en plus fréquent en raison de l’accumulation de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Source : The Los Angeles Times.

—————————————-

Now that Donald Trump is no longer in the White House, U.S. newspapers no longer hesitate to attribute climate change t human activities and the increase of greenhouse gases in the atmosphere. For instance, the Los Angeles Times wrote that “the record-breaking heat wave baking the West Coast is another painful sign that climate change is here, and we have to adapt.”

The Pacific Northwest, including Canada, has been sizzling, with conditions forecasters have described as “unprecedented and life-threatening.” Portland, Oregon, hit 45°C on June 28th, 2021, breaking the previous all-time high of 44°C, set the day before. About 160 km to the south, in Eugene, the U.S. track and field Olympic trials were halted on June 27th in the afternoon, and spectators were asked to evacuate the stadium, due to the extreme heat.

Seattle in Washington State hit 41.6°C. It was so hot in recent days that the city closed at least one public pool amid concerns that visitors would burn their feet on the deck.

The newspapers insists that all of this is happening in June, the very beginning of summer. If it was not already clear that climate change is fueling more extreme weather patterns, this unprecedented heat wave is another blistering example. There is surely more to come, as the heat dome responsible for the record-breaking temperatures is expected to linger in the Northwest, moving slowly toward Idaho and Montana.

These extremely hot conditions are just a replay of last year, which tied 2016 for the hottest year on record. 2020 was also the worst year on record for wildfires, with more than 40,000 square kilometres burned. And this trend is bound to continue as temperatures are driven upward by the warming effects of human activities that spew carbon and other heat-trapping compounds into the atmosphere.

The current heat wave is another reminder that the world is not moving fast enough to curtail the use of fossil fuels and reduce carbon emissions. To prevent the worst effects of climate change will take dramatic change on the part of the world’s industrialized nations, most especially the United States.

Most imortant, as the current heat wave demonstrates, we are already feeling the effects of climate change, and we are totally unprepared. It suffices to see how higher-than-normal temperatures in the Pacific Northwest crippled basic infrastructure. In Washington, the police closed a portion of a highway after the asphalt started to crack and buckle under the heat. In some areas that are unaccustomed to such weather, school buses had no air conditioning and could not safely transport students to summer school.

In Portland, the city’s transit system was taken out of service. It was designed for mild weather, with temperatures typically between 5 and 20 degrees Celsius. While the transit agency has made adjustments to the system in recent years to withstand more intense heat, it cannot safely operate when the mercury goes above 43 degrees, as it did in recent days

Many of the roads, transit systems, dams, levees and energy grids in the U.S. were built decades ago, designed for different temperatures and less-extreme weather fluctuations. A record-breaking heat wave in California last summer triggered rolling blackouts; heat-driven outages will be a risk again this year. A record-breaking cold snap in Texas earlier this year also led to mass power outages. The nation’s infrastructure is not prepared to withstand the consequences of climate change, which can push temperatures to extremes in both directions.

U.S. lawmakers are beginning to act on the seriousness of the threat and investing billions of dollars for projects aimed at making infrastructure more resilient to climate change. The need is great, and the funding is still too little. The reality is that climate change will cost the United States, no matter how quickly it responds. We can pay now to avoid greater damage or pay later, when the nation is forced to manage more deadly heat waves, wildfires, floods and other disasters.

Sure, the French news media informed us that it was very hot in western America but the news did not make the headlines. It was overtaken by the local elections and their record abstention rate and the Euro football tournament. The main question asked by French journalists about the “heat dome” in the U.S. and Canada was: Can it happen to us? Climatologists explained that the phenomenon was not caused by climate change, but accelerated and becoming more frequent because of the accumulation of greenhouse gases in the atmosphere.

Source : The Los Angeles Times.

Source : The Vancouver Sun

Hausse du niveau de la mer en Chine // Sea level rise in China

Les autorités chinoises indiquent que le niveau des eaux côtières a augmenté de 3,4 millimètres par an au cours de la période 1980-2020 et elles ont atteint en 2020 leur troisième niveau le plus élevé jamais enregistré. Dans son bulletin annuel sur l’état de l’environnement en Chine, le Ministère de l’Écologie et de l’Environnement (MEE) a déclaré que les eaux côtières chinoises étaient désormais 73 millimètres plus hautes que la « normale » ; cette dernière est la moyenne sur la période 1993-2011.

Le Ministère a également déclaré que les températures moyennes en Chine étaient de 10,25°C en 2020, légèrement inférieures à celles de l’année précédente, mais toujours supérieures de 0,7°C à la moyenne de 1981-2010.

Le niveau des océans dans le monde a augmenté en raison de la température plus chaude de l’eau ainsi que de la fonte des glaciers et des calottes glaciaires.

Selon un rapport du Ministère chinois des Ressources Naturelles publié le mois dernier, la température moyenne de la mer le long des côtes en Chine a augmenté en moyenne de 0,27°C par décennie depuis 1980, tandis que la température de l’air le long des côtes a augmenté de 0,39°C.

Le Ministère a également indiqué que le niveau des eaux côtières pourrait augmenter à nouveau de 55 à 170 millimètres au cours des 30 prochaines années. Cela obligerait la Chine à s’adapter afin de protéger ses côtes. Les villes de la côte orientale de la Chine ont déjà élaboré des plans d’urgence pour faire face à l’élévation du niveau de la mer. Ainsi, le principal centre financier de Shanghai envisage déjà la construction de nouveaux tunnels de drainage et de portes de régulation des marées comme cela se fait déjà à Venise (Italie).

Source: Yahoo News.

—————————————–

Chinese authorities indicate that the country’s coastal sea waters have risen by 3.4 millimetres per annum over the 1980-2020 period and hit their third highest level on record in 2020.

In its annual bulletin on the state of the country’s environment, the Ministry of Ecology and Environment (MEE) said China’s coastal waters were now 73 millimetres higher than « normal », defined as the average over the 1993-2011 period.

The ministry also said that average national temperatures stood at 10.25°C in 2020, slightly lower than the year before, but still 0.7°C higher than the 1981-2010 average.

Global sea levels have risen as a result of warmer water temperatures as well as melting glaciers and ice sheets.

According to a report from the Ministry of Natural Resources published last month, average coastal sea temperatures in China have risen by an average of 0.27°C per decade since 1980, while coastal air temperatures have risen 0.39°C.

The ministry also forecast that coastal water levels could rise by another 55-170 millimetres in the next 30 years, requiring China to adapt more thoroughly in order to protect its coastlines. Cities on China’s eastern coast have already been making contingency plans to cope with rising sea levels, with the major financial hub of Shanghai already looking into building new drainage tunnels and tidal gates like those on Venice (Italy).

Source: Yahoo News.

Avril 2021 : 9ème mois d’avril le plus chaud // April 2021 was the 9th warmest April

Selon la NASA et la NOAA, avril 2021 a été le neuvième mois d’avril le plus chaud depuis le début des relevés en 1880. La température moyenne a été de 0,79°C supérieure à la moyenne du 20ème siècle. L’année 2021 est pratiquement certaine de se classer parmi les 10 années les plus chaudes jamais enregistrées, et très probablement entre la quatrième à la neuvième place.

Avril 2021 a aussi été le mois d’avril le plus frais depuis 2013. Cette fraîcheur relative est en partie le résultat de la présence de La Niña qui est en train de s’estomper dans le Pacifique oriental où les eaux plus fraîches ont contribué à faire baisser les températures de surface à l’échelle de la planète. L’événement modéré La Niña qui a commencé à l’été 2020 s’est terminé en avril 2021. Au cours du mois dernier, la température de surface de la mer dans le Pacifique tropical oriental a été en moyenne d’environ 0,1°C sous la moyenne, ce qui la situe dans la fourchette «neutre». La situation devrait rester «neutre» pendant l’été dans l’hémisphère nord. Les prévisions pour l’automne sont de 49% de chances de La Niña, 43% de chances de conditions neutres et 8% de chances d’El Niño.

Les États-Unis ont connu une chaleur supérieure à la moyenne en avril. Environ 48% du pays était en sécheresse le 8 mai 2021. Les 12 derniers mois ont été les plus secs jamais enregistrés pour le Nevada, l’Arizona et le Nouveau-Mexique, et les deuxièmes plus secs pour la Californie et l’Utah. La sécheresse devrait se propager vers l’est dans les Grandes Plaines et s’étendre vers le nord, dans la majeure partie du nord-ouest d’ici la fin juillet.

L’étendue de la glace de mer dans l’Arctique en avril 2021 était la sixième plus faible des 43 dernières années de données satellitaires. Il y a eu peu de changement dans la répartition de la glace de mer par rapport à l’an dernier.

L’étendue de la banquise antarctique en avril était supérieure à la moyenne au début du mois et proche de la moyenne à la fin du mois.

Source: NASA et NOAA.

————————————————

According to NASA and NOAA, April 2021 was the ninth-warmest April since global record-keeping began in 1880, 0.79 degrees Celsius above the 20th-century average. April 2021 came in as the coolest April since 2013. The relative coolness was partially the result of a dissipating La Niña event in the Eastern Pacific: Its cool waters helped depress global surface temperatures.

The moderate La Niña event that began in the summer of 2020 ended in April 2021. Over the past month, sea surface temperatures in the eastern tropical Pacific have averaged about 0.1 degrees Celsius below average, falling in the “neutral” range. The situation should remain “neutral” during the northern summer of June-July-August. The forecast for the autumn is for a 49% chance of La Niña, 43% chance of neutral conditions, and an 8% chance of El Niño.

The U.S. experienced above-average warmth in April, with the month ranking in the top third for warmth since records began in 1895. Approximately 48% of the contiguous U.S. was in drought on May 8th, 2021. The 12-month period ending April 2021 was the driest on record for Nevada, Arizona, and New Mexico, and second-driest for California and Utah. The drought is expected to creep eastward into the Plains and expand northward though most of the Pacific Northwest by the end of July.

Arctic sea ice extent during April 2021 was the sixth-lowest in the 43-year satellite record. There was little change in the age distribution of the ice compared to last year.

Antarctic sea ice extent during April was above average during the beginning of the month, and close to average by the end of the month.

Source : NASA & NOAA.

Source : NOAA

Climat: L’Australie un pays réaliste! // Australia : a realistic country!

Voici un point de vue sur le changement climatique que d’autres pays ne tarderont probablement pas à partager au vu de la situation actuelle. L’Académie Australienne des Sciences a publié un rapport le 31 mars 2021 qui rappelle les enjeux du sommet sur le climat organisé par le président Biden le 22 avril et ceux de la prochaine COP qui doit avoir lieu à Glasgow.

Le rapport, publié par l’équivalent australien de la Royal Society of London, émet des doutes sur la faisabilité de l’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à «bien en dessous» de 1,5 degrés Celsius par rapport au niveau préindustriel d’ici 2100.

L’Académie Australienne des Sciences qualifie cet objectif de «pratiquement impossible» en raison de l’importance de la hausse des températures et du manque d’engagements des pays à réduire des émissions qui permettraient de relever le défi.

En accord avec d’autres études récentes, le rapport affirme que le monde est sur une trajectoire de 3 degrés Celsius de hausse des températures si les promesses actuelles de réduction des émissions de gaz à effet de serre ne sont pas tenues.

L’Australie, qui est le continent habité le plus sec au monde, a beaucoup à perdre à cause du changement climatique. Il suffit de se souvenir des récentes inondations et des incendies de forêt qui ont ravagé la Nouvelle-Galles du Sud avec pour conséquence le blanchissement de vastes portions de la Grande Barrière de Corail.

À mesure que le réchauffement climatique s’aggrave, les infrastructures énergétiques de l’Australie seront de plus en plus sollicitées à l’occasion des vagues de chaleur et des tempêtes. Le rapport recommande de «diversifier les sources d’énergie» et de rendre les systèmes plus résilients.

Le rapport explique que pour atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050, le pays devra «en priorité faire passer à zéro émission les industries d’exportation d’énergie». Cela semble presque impossible étant donné que l’Australie est l’un des plus principaux exportateurs de charbon au monde, avec une grande partie acheminée vers la Chine.

On peut lire dans la conclusion du rapport que si à court terme des niveaux d’émissions beaucoup plus ambitieux ne sont pas établis – ce qui est le principal objectif des conférences sur le climat de la Maison Blanche et de l’ONU – l’objectif le moins ambitieux la COP 21 de Paris (2 degrés Celsius) ne sera pas réalisable. En effet, les émissions de gaz à effet de serre auront commencé à baisser beaucoup trop tard pour parvenir.

Source: Presse australienne.

————————————–

Here is a point of view about the Earth’s climate that more nations are likely to share in view of the current situation.

The Australian Academy of Science released a report on March 31st, 2021 that underlines the stakes of President Biden’s April 22 climate summit and the next U.N. climate conference due to take place in Glasgow.

The report, produced by Australia’s equivalent to the Royal Society of London, raises doubts on the feasibility of the Paris Agreement’s target of limiting global warming to “well below” 1.5 degrees Celsius compared to preindustrial levels by 2100.

The Australian Academy of Science calls the goal “virtually impossible” based on how significantly temperatures have already shifted, and the lack of emissions reduction commitments that would meet the challenge.

Consistent with other recent studies, the report warns the world is on course for at least about 3 degrees Celsius of warming if current greenhouse gas emission reduction pledges are not dramatically altered.

Australia which is the world’s driest inhabited continent has much to lose from climate change. One just needs to remember the recent huge flooding and the wildfires that ravaged New South Wales with the bleaching of vast stretches of the Great Barrier Reef as a consequence..

As warming worsens, Australia’s energy infrastructure will be increasingly stressed by heatwaves and storms. The report recommends “diversifying energy sources” and making systems more resilient.

The report notes that to reach net-zero emissions by 2050, the country would need to “shift energy export industries to zero emissions as a matter of urgency.” This sounds nearly impossible, considering that Australia is one of the world’s largest coal exporters, much of it flowing to China.

In its conclusion, the report writes that unless far more ambitious near-term emissions targets are established, which is the main goal of both the White House and UN climate meetings, even the less stringent Paris 2-degree target won’t be achievable. This is because emissions trajectories would begin arcing downward too late to get there.

Source : Australian newspapers.

La Grande Barrière de Corail sous la menace du réchauffement climatique

(Crédit photo : Wikipedia)