Eyjafjöll (Islande)

drapeau francais.jpgLa situation reste stable ce matin. Il fait beau sur l’Eyjafjallajökull et on voit parfaitement sur les webcams le panache de vapeur qui s’échappe du cratère. Aucun événement sismique significatif ne s’est produit au cours des dernières heures et le tremor continue à décliner. Je recommande aux personnes qui reçoivent la revue LAVE de lire l’excellent article de Michel Detay qui analyse remarquablement l’éruption de l’Eyjafjöll et la replace dans l’ensemble du contexte volcanique islandais.

 

drapeau anglais.jpgThe situation is stable this morning. The weather is fine on Eyjafjallajökull so that one can perfectly see the steam plume that comes out of the crater. No significant seismic event occurred in the past hours and the tremor keeps declining. There is an excellent article by Michel Detay in the French review LAVE. Michel makes an excellent analysis of the eruption of Eyjafjöll  while inserting it in Iceland’s global volcanism.  

Panache-Islande.jpg
Le panache de vapeur de l’Eyjafjöll ce matin à 8 heures (heure française)

Une prudence exagérée?

Selon l’International Air Transport Association (IATA), il est urgent que les autorités aéronautiques européennes revoient les règles définissant l’ouverture et la fermeture de leur espace aérien afin de minimiser la désorganisation du trafic, comme cela vient de se produire pendant l’éruption du volcan islandais.

Selon l’IATA, le danger du nuage de cendre a été largement exagéré et la fermeture de certains aéroports n’était pas nécessaire. La sécurité doit bien sûr rester la priorité, mais les décisions motivant l’ouverture ou la fermeture de l’espace aérien doivent s’appuyer « sur des faits et non sur des simulations théoriques qui n’ont pas été vérifiées ».

L’IATA met la France à l’écart de ses reproches, car les autorités françaises, grâce à une bonne interprétation des données sur la trajectoire du nuage de cendre,  ont souvent mieux géré la situation que les états voisins.

Sur les  200 0000 vols qui ont traversé l’espace aérien européen au moment où le nuage de cendre sévissait, aucun n’a enregistré la présence de cendre dans les moteurs des avions lors de leur inspection après l’atterrissage.

L’IATA estime à 1,7 milliard de dollars la perte subie par les compagnies à cause de la fermeture de l’espace aérien européen.

                             +++++++++++

Alors que l’IATA tirait ces conclusions, le fabricant américain Honeywell Aerospace faisait savoir qu’il allait étudier l’impact de la cendre volcanique sur les moteurs d’avions qu’il produit. La firme a envoyé en avril et en mai plusieurs avions équipés de ses moteurs dans les zones affectées par le nuage de cendre. Les deux moteurs qui équipaient l’un des avions ont été acheminés à Phoenix (Arizona) où ils vont être démontés et passés à la loupe.

Il ne fait aucun doute qu’un avion qui viendrait à traverser le nuage de cendre directement émis par un volcan peut subir des dommages (1). Reste à savoir si, comme ce fut le cas avec le nuage islandais, les particules de cendre abrasive qui ont été dispersées en haute altitude peuvent, elles aussi, représenter une menace pour les avions.   

 

Sources : Agences Reuters et Associated Press.

(1) C’est ce qui s’est passé en 1982 en Indonésie, en 1989 en Alaska et en 1991 lors de l’éruption du Pinatubo quand des avions ont traversé les nuages de cendre émis par ces volcans, mais la quantité de cendre contenue dans ces nuages était autrement plus importante que celle véhiculée par le nuage de cendre de l’Eyjafjallajökull !

Pacaya (Guatemala)

drapeau francais.jpgL’INSIVUMEH indique que l’activité du Pacaya au cours des dernières heures consistait en explosions de type strombolien, modérées à fortes, avec des ondes de choc sensibles à 5 km du volcan. Les panaches de cendre atteignent 500 à 1000 mètres au-dessus du cratère.

Le 28 mai au soir, on a observé une réactivation du cône adventif situé devant le Cerro Chino, avec une coulée de lave de 100 mètres de largeur et 1000 mètres de longueur. Plus récemment, on a observé aussi une coulée de 300 mètres de long sur le flanc E.

L’activité sismique est stable, avec des explosions toutes les 5, 10 et 30 secondes.

Des retombées de cendre modérées ont affecté le secteur de San Vincente Pacaya.

Le volcan reste en alerte Rouge.

En cliquant sur le lien suivant, vous aurez accès à une petite vidéo montrant l’intensité de l’éruption:

http://www.youtube.com/watch?v=fFoF57KX2yU

 

drapeau anglais.jpgINSIVUMEH indicates that activity at Pacaya over the past hours consisted of strombolian-type explosions, moderate to strong, with shock waves that could be felt as far as 5 km from the volcano. Ash plumes are rising from 500 to 1,000 metres above the crater.

On May 28th in the evening, there was a reactivation of the adventitious cone close to Cerro Chino, with a lava flow that was 100 metres wide and 1,000 metres long. More recently, another 300-metres-long flow was observed on the E flank.

Seismic activity is stable with explosions every 5, 10 and 30 seconds.

Moderate ashfall occurred in the area around San Vincente Pacaya.

The alert level is kept at Red.

By clicking on the following link, you’ll see a short video showing the intensity of the eruption:

http://www.youtube.com/watch?v=fFoF57KX2yU

Eyjafjallajökull (Islande)

drapeau francais.jpgDes observations faites sur le terrain par l’Institut des Sciences de la Terre le jeudi 27 mai ont révélé que la couche de téphra autour de la partie orientale des cratères atteint une épaisseur de 40 mètres. Une grande quantité de vapeur sort des cratères, avec parfois de petites explosions de cendre. On perçoit un bruit de bouillonnement, probablement dû à l’eau de fonte de la glace qui s’écoule encore dans les cratères, ainsi qu’un fort grondement de dégazage. Une forte odeur de soufre règne autour des cratères.

La hauteur du panache de vapeur a été estimée à 2,8 km dans la soirée. Le niveau du tremor est encore supérieur à ce qu’il était avant le début de l’éruption et de petites pointes ont été enregistrées dans la fréquence la plus basse.

Source: Icelandic Met Office.

 

drapeau anglais.jpgObservations made by the Institute of the Earth Sciences on Thursday, May 27th revealed that  tephra thickness in and around the eastern half of the craters is up to 40 metres thick. Intense steam rises up from the craters, with occasional small ashy explosions. The noise of intense boiling (probably due to melting water that is still flowing into the craters) and degassing is heard from the craters. There is a strong smell of sulphur around the craters.

The steam plume was measured to be at the altitude of 2.8 km in the evening. The tremor is still higher than before the onset of the eruption, and small tremor pulses have been detected on the lowest frequency.  

Source: Icelandic Met Office.