Soufrière de St Vincent: retour au calme // St Vincent’s Soufriere: return to calm

On ne parle plus guère de la Soufrière de St Vincent. C’est normal car l’activité éruptive s’est réduite de manière significative au cours des derniers mois. La dernière éruption explosive remonte au 22 avril 2021. La couleur de l’alerte volcanique a été abaissée à la couleur Jaune. Tous les habitants qui avaient reçu un ordre d’évacuation le 8 avril 2021 peuvent désormais rentrer chez eux. Par contre, l’accès au sommet du volcan reste déconseillé.

Depuis quelques semaines, les scientifiques qui surveillent la Soufrière constatent un net ralentissement de l’activité éruptive. On observe une baisse des émissions de gaz qui ne devraient plus être détectables à court terme.

Les bulletins d’informations quotidiens à destination de la population vont cesser, faute d’informations vraiment utiles.

Les volcanologues profitent de cet accalmie du volcan pour retourner sur le terrain et constater les modifications de sa topographie. Ils profitent également de cette situation favorable pour installer de nouveaux instruments de surveillance en remplacement de ceux qui ont été détruits pendant l’éruption. Une station sismique a été installée au sommet de la Soufrière avec l’aide d’un hélicoptère de la marine britannique.

Aujourd’hui, différentes cartographies aériennes sont en cours de réalisation. Elles sont importantes pour l’observatoire et pour le gouvernement dans le cadre des différents niveaux d’alerte. Les équipes scientifiques qui ont accédé au sommet ont observé un paysage transformé. Il n’y a plus de dôme. D’ immenses quantités de lave se sont accumulées autour d’un nouveau cratère. Le lieu est encore instable, chaud et dépourvu de végétation. Un petit lac, rempli d’eau chaude occupe le cratère.

Bien que l’accès au sommet soit déconseillé, les habitués du volcan s’y rendent à nouveau pour se baigner dans le nouveau lac.

Source: Presse locale.

—————————————–

There is not much talk of St Vincent’s Soufriere these days. This is normal as eruptive activity has decreased significantly over the past few months. The last explosive eruption dates back to April 22nd, 2021. The colour of the volcanic alert level has been lowered to Yellow. All residents who received an evacuation order on April 8th, 2021 can now return home. However, access to the summit of the volcano is restricted.
In recent weeks, scientists monitoring La Soufriere have observed a marked slowdown in eruptive activity. There is a decrease in gas emissions which should no longer be detectable in the short term.
The daily news bulletins intended for the population will cease, for lack of really useful information.
Volcanologists take advantage of this lull in volcanic activity to return to observe the changes in topography. They also take advantage of this favorable situation to install new monitoring instruments to replace those that were destroyed during the eruption. A seismic station was set up at the summit of La Soufriere with the help of a British Navy helicopter.

https://twitter.com/i/status/1434201438712963073

Today, various aerial maps are in progress. They are important for the observatory and for the government about the different alert levels. The scientific teams who have reached the summit observed a transformed landscape. There is no longer a dome. Huge amounts of lava have accumulated around a new crater. The place is still unstable, hot and devoid of vegetation. A small lake, filled with warm water, occupies the crater.
Although access to the summit is restricted, regulars of the volcano go there again to bathe in the new lake.
Source: Local press.

Le dôme de lave a disparu et la morphologie du cratère a été totalement transformée par l’éruption (Source: UWI)

Eruption islandaise: évacuation en cours // Icelandic eruption: evacuation underway

Selon le site web Iceland Monitor, le site de l’éruption sur la péninsule de Reykjanes est en cours d’évacuation car des coulées de lave traversent le sentier de randonnée A du côté de Fagradalsfjall. Selon le Met Office, il n’y a pas de véritable hausse de l’activité éruptive, mais la lave s’écoule dans la vallée de Geldingadalir le long des digues de protection. Elle recouvre le sentier de A et pénètre dans la vallée de Nátthagi. La zone doit être évacuée car personne ne sait dans quelle direction la lave va se diriger, La lave ne vient pas du cratère proprement dit, mais d’une bouche sur le flanc du cratère. Les photos montrent que la lave se déplace rapidement sous la croûte solidifiée au sud du cratère.

Le Met Office islandais surveille de près l’évolution de la situation tandis que la Protection Civile et la police s’occupent d’évacuer la zone. Entre mille et deux mille personnes se s le secteur au moment de l’évacuation. .

————————————

According to the Iceland Monitor website, the eruption site on the Reykjanes Peninsula had to be evacuated because lava flows are travelling over hiking path A at the eruption site by Fagradalsfjall. According to the Met Office, there is not increased volcanic activity, but lava is flowing into Geldingadalir valleys along the protective walls, over hiking path A and into Nátthagi valley. The area needs to be evacuated, since nobody knows precisely where the lava will flow, The lava does not come from the crater itself, but from a vent on the side of the crater. Photos suggest the lava flows at great speed under the solidified lava, south of the crater.

The Icelandic Met Office monitors developments closely while the Department of Civil Protection and Emergency Management and police are in charge of evacuating the area. Between one and two thousand people were estimated to be in the area at the time of the evacuation.

Taal (Philippines) : nouvelles explosions? // New explosions?

Suite à l’activité phréatomagmatique du 1er juillet 2021, le PHIVOLS indique que le Taal pourrait ne connaître que de faibles explosions dans les prochains jours car le magma est proche de la surface. Les cinq explosions survenues le 1er juillet étaient relativement faibles. La première a été suivie de quatre brefs événements phréatomagmatiques qui n’ont pas duré plus de deux minutes chacun et ont généré des panaches qui se sont élevés à 200 mètres au-dessus du lac dans le Main Crater (cratère principal).

Le niveau d’alerte 3 est maintenu sur le volcan. Il est interdit au public d’entrer dans la Volcano Island qui est une zone de danger permanent. Comme je l’ai écrit précédemment, le PHIVOLCS a conseillé aux habitants des barangays d’Agoncillo et de Laurel dans le district de Batangas de quitter leurs maisons en raison du risquesu de coulées pyroclastiques et de tsunami en cas de forte éruption.

Une fois de plus, la situation sur le Taal montre les limites de la prévision volcanique. La mise en place du principe de précaution reste le meilleur moyen de protéger la population.

——————————-

Following the phreatomagmatic activity of July 1st, 2021, PHIVOLS indicates that Taal may only have weak explosions in the next days because magma is already at a shallow level. The five explosions that occurred on July 1st were relatively weak. The first explosion was followed by four short phreatomagmatic events that lasted no longer than two minutes each and produced plumes that rose 200 metres above the Main Crater lake.

Alert Level 3 is maintained over the volcano. The public is prohibited from entering the entire Taal Volcano Island, which is a permanent danger zone. As I put it before, PHIVOLCS advised residents in the high-risk barangays of Agoncillo and Laurel in Batangas to evacuate due to hazards of pyroclastic density currents and volcanic tsunami in case strong eruptions occur.

Once again, this situation on Taal shows the limits of volcanic prediction. Implementing the precaution principle is the best way to protect the population.

Vue de l’éruption du 1er juillet (Crédit photo : PHIVOLCS)

Nyiragongo !

Finalement, ce n’est pas le Nyiamuragira qui est entré en éruption le 22 mai au soir en République Démocratique du Congo, mais le Nyiragongo, comme le laissait entendre a première dépêche de l’agence Reuters.

Selon les informations en provenance de RDC, une coulée de lave a atteint la lisière de la ville de Goma (600 000 habitants), provoquant la fuite en masse et la panique des habitants. Outre la coulée de lave mentionnée précédemment qui se dirigeait vers le NE (Kibumba/Rwanda), une autre coulée menace la ville. Selon un responsable du parc national des Virunga, cette seconde coulée «a maintenant atteint l’aéroport et, en toute logique, elle va descendre vers le lac Kivu.» Cette information n’a toutefois pas été confirmée de source officielle et des habitants sur place affirmaient que la coulée s’est arrêtée en lisière de l’aéroport. Comme je l’indiquais hier soir, il règne une grande confusion autour de l’éruption et les informations demandent d’être vérifiées en permanence.

Un responsable de l’Observatoire de Goma a indiqué que «cette coulée passe sur le tracé de la coulée de 2002.» A vérifier.

L’éruption semble avoir débuté sans prévenir en début de soirée. Comme je l’écrivais hier soir, des lueurs rougeoyantes se sont étalées au-dessus du cratère et une odeur de soufre s’est répandue dans Goma.

Dans un message aux populations, le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu a confirmé l’éruption du volcan. Peu de temps après, le gouvernement a ordonné l’évacuation de la ville. Le président congolais Félix Tshisekedi aurait décidé d’interrompre son séjour en Europe pour rentrer dès ce dimanche au pays afin de superviser la coordination des secours aux populations des zones menacées par l’éruption.

L’électricité a été coupée dans une grande partie de la ville et des milliers d’habitants ont pris la direction de la frontière rwandaise toute proche. Dans la nuit, des milliers de personnes avaient trouvé refuge au Rwanda, dans la ville frontière de Rubavu.

Source : Presse internationale.

°°°°°°°°°°

Selon les informations dans la presse congolaise, la coulée de lave émise hier soir par le Nyiragongo s’est arrêtée pendant la nuit dans le faubourg de Buhene où des maisons de plusieurs villages ont été détruites. L’aéroport de Goma semble avoir été épargné.

On peut lire dans les journaux qu’une dizaine de séismes ont été ressentis à Goma depuis l’aube.

Les habitants qui avaient fui Goma dans un mouvement de panique commencent à regagner leur domicile. La population reste angoissée car les autorités n’ont fait aucune communication ce matin.

°°°°°°°°°°

Dernières informations:

Le gouverneur du Nord-Kivu a communiqué ce dimanche le bilan provisoire de l’éruption du Nyiragongo. Si la coulée de lave n’a tué personnes, au moins cinq ont trouvé la mort dans un accident de route survenu sur la route au moment de l’évacuation de Goma.

Il est fait état de vols et pillages des magasins. Une tentative d’évasion a été signalée à la prison centrale de Munzenze, ce qui est à la cause des tirs entendus pendant la nuit à Goma.

Comme je l’écrivais précédemment, plusieurs habitations ont été détruites par la lave dans la bourgade de Buhene, à la limite entre Goma et le territoire de Nyiragongo.

Plus de 5 000 personnes qui ont fui dans la soirée de samedi sont revenues ce matin à Goma en provenance de Gisenyi, au Rwanda. Le même mouvement est observé sur le tronçon Sake-Goma.

Le porte-parole du gouvernement a annoncé des dispositions gouvernementales pour apporter une réponse humanitaire aux victimes de l’éruption.

Source : Actualité.cd.

Voici une photo aérienne de la coulée de lave diffusée par la Virunga Alliance. Plusieurs centaines de structures auraient été détruites.

°°°°°°°°°°

Dernières nouvelles (suite) :

Les dégâts causés par l’éruption du Nyiragongo sont importants. Une coulée de lave a coupé la route Goma-Rutshuru au niveau de Kilima Nyoka, 17 km au nord de la ville. La lave a traversé la route pour continuer au Rwanda.

La ville de Goma n’a pas été touchée par cette éruption. Mais les dégâts sont énormes dans le territoire de Nyiragongo où la lave a rasé plusieurs habitations. Des montagnes de débris sont visibles à Buhene, un quartier périphérique à la limite de Goma et Nyiragongo.

La lave s’est arrêtée à 50 mètres de l’aéroport de Goma et le réservoir de carburant a donc été épargné.

Comme je l’ai indiqué plus haut, des milliers de Congolais (on les estime à 6000) qui s’étaient réfugiés à Gisenyi (Rwanda) retournent chez eux.

Le Nyiragongo est toujours actif comme le montre la sismicité qui est encore présente. Les autorités demandent aux habitants de rester prudents.

Après une coupure générale à partir des centrales d’Inga vers 22 heures, l’électricité a été rétablie peu après minuit. Le black-out était dû à une surtension sur le réseau.

La dizaine de touristes qui étaient présents samedi au sommet du Nyiragongo sont sains et saufs ? Les gorilles de montagne ne sont pas non plus menacés.

Source : Actualité.cd.

°°°°°°°°°°

Bilan de l’éruption :

Au final, l’éruption du Nyiragongo aura provoqué des pertes humaines puisqu’on dénombre 15 morts à l’heure actuelle. Un accident de la circulation a fait 9 morts parmi des personnes qui fuyaient l’éruption et 2 autres ont été calcinées. 4 prisonniers qui ont tenté de fuir de la prison de Munzenze ont été rattrapés et abattus.

Les Forces armées de la République Démocratique du Congo et la Police nationale congolaise ont été chargées d’assurer la sécurité de la ville de Goma et des voies d’évacuation afin d’éviter des cas de vols et de barbarie.

——————————————

Ultimately, it was not Nyiamuragira that erupted on the evening of May 22nd in the Democratic Republic of Congo, but Nyiragongo, as the first Reuters dispatch suggested.

According to reports from the DRC, a lava flow reached the edge of the city of Goma (pop,  600,000), causing the flight and panic of the inhabitants. Besides the previously mentioned lava flow which was heading towards the NE (Kibumba / Rwanda), another flow threatens the city. According to an official of the Virunga National Park, this second flow « has now reached the airport and it will descend towards Lake Kivu. » This information, however, was not confirmed from an official source and local residents affirmed that the flow stopped on the edge of the airport. As I mentioned last night, there is a lot of confusion surrounding the eruption and the information needs to be checked constantly.

An official from the Goma Observatory indicated that « this flow follows that same path as the 2002 flow. » This, again, needs to be checked.

The eruption appears to have started without warning in the early evening. As I wrote last night, a glow was spreading above the crater and a smell of sulfur pervaded Goma.

In a message to the population, the military governor of the province of North Kivu confirmed the eruption of the volcano. Soon after, the government ordered the evacuation of Goma. Congolese President Félix Tshisekedi is said to have decided to interrupt his stay in Europe to return home this Sunday to supervise the coordination of aid to populations in areas threatened by the eruption.

Electricity was cut off in much of the city and thousands of residents headed for the nearby Rwandan border. During the night, thousands of people had taken refuge in Rwanda, in the border town of Rubavu.

Source: International press.

°°°°°°°°°°

Selon les informations dans la presse congolaise, la coulée de lave émise hier soir par le Nyiragongo s’est arrêtée pendant la nuit dans le faubourg de Buhene où des maisons de plusieurs villages ont été détruites. L’aéroport de Goma semble avoir été épargné.

On peut lire dans les journaux qu’une dizaine de séismes ont été ressentis à Goma depuis l’aube.

Les habitants qui avaient fui Goma dans un mouvement de panique commencent à regagner leur domicile. La population reste angoissée car les autorités n’ont fait aucune communication ce matin.

°°°°°°°°°°

Latest :

The governor of North Kivu revealed this Sunday the provisional assessment of the eruption of Nyiragongo. While the lava flow did not kill anybody, at least five persons were killed in a traffic accident during the evacuation of Goma.

There are reports of thefts and looting of shops.

An attempted escape was reported at the central prison of Munzenze, which is the cause of the gunfire heard during the night in Goma.

As I put it earlier, several houses were destroyed by lava in the town of Buhene, on the border between Goma and the Nyiragongo territory.

More than 5,000 people who fled on Saturday evening returned to Goma this morning from Gisenyi, Rwanda.

The same movement is observed on the toad between Sake and Goma.

A government spokesman announced government arrangements to provide a humanitarian response to the victims of the eruption.

Source: Actualité.cd.

°°°°°°°°°°

Latest news (continued) :

The damage caused by the eruption of Nyiragongo is significant. A lava flow cut the Goma-Rutshuru road at Kilima Nyoka, 17 km north of the city. Lava crossed the road and continued into Rwanda.

The city of Goma was not affected by the eruption. However, the damage is enormous in the territory of Nyiragongo where lava has destroyed several houses. Mountains of debris can be seen in Buhene, a peripheral neighbourhood on the border between Goma and Nyiragongo.

The lava stopped 50 metres from Goma airport, so the fuel tank was spared.

As I indicated above, thousands of Congolese (an estimated 6,000) who had taken refuge in Gisenyi (Rwanda) are returning home.

Nyiragongo is still active as shown by the seismicity which is still present. The authorities ask residents to remain cautious.

After a blackout from Inga’s power plants around 10 p.m., electricity was restored shortly after midnight. The blackout was due to a surge on the network.

The ten tourists or so who were at the summit of Nyiragongo on Saturday are safe. Mountain gorillas are not under threat.

Source: Actualité.cd.

°°°°°°°°°°

In the end, the eruption of Nyiragongo caused loss of life, with 15 dead at present. A traffic accident killed 9 people fleeing the eruption and 2 others were charred. 4 prisoners who tried to escape from Munzenze prison were caught and shot. The Armed Forces of the Democratic Republic of Congo and the Congolese National Police were tasked with ensuring the security of the city of Goma and the evacuation routes in order to avoid cases of theft and barbarism.

Source : Wikipedia