Taal (Philippines) : nouvelles explosions? // New explosions?

Suite à l’activité phréatomagmatique du 1er juillet 2021, le PHIVOLS indique que le Taal pourrait ne connaître que de faibles explosions dans les prochains jours car le magma est proche de la surface. Les cinq explosions survenues le 1er juillet étaient relativement faibles. La première a été suivie de quatre brefs événements phréatomagmatiques qui n’ont pas duré plus de deux minutes chacun et ont généré des panaches qui se sont élevés à 200 mètres au-dessus du lac dans le Main Crater (cratère principal).

Le niveau d’alerte 3 est maintenu sur le volcan. Il est interdit au public d’entrer dans la Volcano Island qui est une zone de danger permanent. Comme je l’ai écrit précédemment, le PHIVOLCS a conseillé aux habitants des barangays d’Agoncillo et de Laurel dans le district de Batangas de quitter leurs maisons en raison du risquesu de coulées pyroclastiques et de tsunami en cas de forte éruption.

Une fois de plus, la situation sur le Taal montre les limites de la prévision volcanique. La mise en place du principe de précaution reste le meilleur moyen de protéger la population.

——————————-

Following the phreatomagmatic activity of July 1st, 2021, PHIVOLS indicates that Taal may only have weak explosions in the next days because magma is already at a shallow level. The five explosions that occurred on July 1st were relatively weak. The first explosion was followed by four short phreatomagmatic events that lasted no longer than two minutes each and produced plumes that rose 200 metres above the Main Crater lake.

Alert Level 3 is maintained over the volcano. The public is prohibited from entering the entire Taal Volcano Island, which is a permanent danger zone. As I put it before, PHIVOLCS advised residents in the high-risk barangays of Agoncillo and Laurel in Batangas to evacuate due to hazards of pyroclastic density currents and volcanic tsunami in case strong eruptions occur.

Once again, this situation on Taal shows the limits of volcanic prediction. Implementing the precaution principle is the best way to protect the population.

Vue de l’éruption du 1er juillet (Crédit photo : PHIVOLCS)

Nyiragongo !

Finalement, ce n’est pas le Nyiamuragira qui est entré en éruption le 22 mai au soir en République Démocratique du Congo, mais le Nyiragongo, comme le laissait entendre a première dépêche de l’agence Reuters.

Selon les informations en provenance de RDC, une coulée de lave a atteint la lisière de la ville de Goma (600 000 habitants), provoquant la fuite en masse et la panique des habitants. Outre la coulée de lave mentionnée précédemment qui se dirigeait vers le NE (Kibumba/Rwanda), une autre coulée menace la ville. Selon un responsable du parc national des Virunga, cette seconde coulée «a maintenant atteint l’aéroport et, en toute logique, elle va descendre vers le lac Kivu.» Cette information n’a toutefois pas été confirmée de source officielle et des habitants sur place affirmaient que la coulée s’est arrêtée en lisière de l’aéroport. Comme je l’indiquais hier soir, il règne une grande confusion autour de l’éruption et les informations demandent d’être vérifiées en permanence.

Un responsable de l’Observatoire de Goma a indiqué que «cette coulée passe sur le tracé de la coulée de 2002.» A vérifier.

L’éruption semble avoir débuté sans prévenir en début de soirée. Comme je l’écrivais hier soir, des lueurs rougeoyantes se sont étalées au-dessus du cratère et une odeur de soufre s’est répandue dans Goma.

Dans un message aux populations, le gouverneur militaire de la province du Nord-Kivu a confirmé l’éruption du volcan. Peu de temps après, le gouvernement a ordonné l’évacuation de la ville. Le président congolais Félix Tshisekedi aurait décidé d’interrompre son séjour en Europe pour rentrer dès ce dimanche au pays afin de superviser la coordination des secours aux populations des zones menacées par l’éruption.

L’électricité a été coupée dans une grande partie de la ville et des milliers d’habitants ont pris la direction de la frontière rwandaise toute proche. Dans la nuit, des milliers de personnes avaient trouvé refuge au Rwanda, dans la ville frontière de Rubavu.

Source : Presse internationale.

°°°°°°°°°°

Selon les informations dans la presse congolaise, la coulée de lave émise hier soir par le Nyiragongo s’est arrêtée pendant la nuit dans le faubourg de Buhene où des maisons de plusieurs villages ont été détruites. L’aéroport de Goma semble avoir été épargné.

On peut lire dans les journaux qu’une dizaine de séismes ont été ressentis à Goma depuis l’aube.

Les habitants qui avaient fui Goma dans un mouvement de panique commencent à regagner leur domicile. La population reste angoissée car les autorités n’ont fait aucune communication ce matin.

°°°°°°°°°°

Dernières informations:

Le gouverneur du Nord-Kivu a communiqué ce dimanche le bilan provisoire de l’éruption du Nyiragongo. Si la coulée de lave n’a tué personnes, au moins cinq ont trouvé la mort dans un accident de route survenu sur la route au moment de l’évacuation de Goma.

Il est fait état de vols et pillages des magasins. Une tentative d’évasion a été signalée à la prison centrale de Munzenze, ce qui est à la cause des tirs entendus pendant la nuit à Goma.

Comme je l’écrivais précédemment, plusieurs habitations ont été détruites par la lave dans la bourgade de Buhene, à la limite entre Goma et le territoire de Nyiragongo.

Plus de 5 000 personnes qui ont fui dans la soirée de samedi sont revenues ce matin à Goma en provenance de Gisenyi, au Rwanda. Le même mouvement est observé sur le tronçon Sake-Goma.

Le porte-parole du gouvernement a annoncé des dispositions gouvernementales pour apporter une réponse humanitaire aux victimes de l’éruption.

Source : Actualité.cd.

Voici une photo aérienne de la coulée de lave diffusée par la Virunga Alliance. Plusieurs centaines de structures auraient été détruites.

°°°°°°°°°°

Dernières nouvelles (suite) :

Les dégâts causés par l’éruption du Nyiragongo sont importants. Une coulée de lave a coupé la route Goma-Rutshuru au niveau de Kilima Nyoka, 17 km au nord de la ville. La lave a traversé la route pour continuer au Rwanda.

La ville de Goma n’a pas été touchée par cette éruption. Mais les dégâts sont énormes dans le territoire de Nyiragongo où la lave a rasé plusieurs habitations. Des montagnes de débris sont visibles à Buhene, un quartier périphérique à la limite de Goma et Nyiragongo.

La lave s’est arrêtée à 50 mètres de l’aéroport de Goma et le réservoir de carburant a donc été épargné.

Comme je l’ai indiqué plus haut, des milliers de Congolais (on les estime à 6000) qui s’étaient réfugiés à Gisenyi (Rwanda) retournent chez eux.

Le Nyiragongo est toujours actif comme le montre la sismicité qui est encore présente. Les autorités demandent aux habitants de rester prudents.

Après une coupure générale à partir des centrales d’Inga vers 22 heures, l’électricité a été rétablie peu après minuit. Le black-out était dû à une surtension sur le réseau.

La dizaine de touristes qui étaient présents samedi au sommet du Nyiragongo sont sains et saufs ? Les gorilles de montagne ne sont pas non plus menacés.

Source : Actualité.cd.

°°°°°°°°°°

Bilan de l’éruption :

Au final, l’éruption du Nyiragongo aura provoqué des pertes humaines puisqu’on dénombre 15 morts à l’heure actuelle. Un accident de la circulation a fait 9 morts parmi des personnes qui fuyaient l’éruption et 2 autres ont été calcinées. 4 prisonniers qui ont tenté de fuir de la prison de Munzenze ont été rattrapés et abattus.

Les Forces armées de la République Démocratique du Congo et la Police nationale congolaise ont été chargées d’assurer la sécurité de la ville de Goma et des voies d’évacuation afin d’éviter des cas de vols et de barbarie.

——————————————

Ultimately, it was not Nyiamuragira that erupted on the evening of May 22nd in the Democratic Republic of Congo, but Nyiragongo, as the first Reuters dispatch suggested.

According to reports from the DRC, a lava flow reached the edge of the city of Goma (pop,  600,000), causing the flight and panic of the inhabitants. Besides the previously mentioned lava flow which was heading towards the NE (Kibumba / Rwanda), another flow threatens the city. According to an official of the Virunga National Park, this second flow « has now reached the airport and it will descend towards Lake Kivu. » This information, however, was not confirmed from an official source and local residents affirmed that the flow stopped on the edge of the airport. As I mentioned last night, there is a lot of confusion surrounding the eruption and the information needs to be checked constantly.

An official from the Goma Observatory indicated that « this flow follows that same path as the 2002 flow. » This, again, needs to be checked.

The eruption appears to have started without warning in the early evening. As I wrote last night, a glow was spreading above the crater and a smell of sulfur pervaded Goma.

In a message to the population, the military governor of the province of North Kivu confirmed the eruption of the volcano. Soon after, the government ordered the evacuation of Goma. Congolese President Félix Tshisekedi is said to have decided to interrupt his stay in Europe to return home this Sunday to supervise the coordination of aid to populations in areas threatened by the eruption.

Electricity was cut off in much of the city and thousands of residents headed for the nearby Rwandan border. During the night, thousands of people had taken refuge in Rwanda, in the border town of Rubavu.

Source: International press.

°°°°°°°°°°

Selon les informations dans la presse congolaise, la coulée de lave émise hier soir par le Nyiragongo s’est arrêtée pendant la nuit dans le faubourg de Buhene où des maisons de plusieurs villages ont été détruites. L’aéroport de Goma semble avoir été épargné.

On peut lire dans les journaux qu’une dizaine de séismes ont été ressentis à Goma depuis l’aube.

Les habitants qui avaient fui Goma dans un mouvement de panique commencent à regagner leur domicile. La population reste angoissée car les autorités n’ont fait aucune communication ce matin.

°°°°°°°°°°

Latest :

The governor of North Kivu revealed this Sunday the provisional assessment of the eruption of Nyiragongo. While the lava flow did not kill anybody, at least five persons were killed in a traffic accident during the evacuation of Goma.

There are reports of thefts and looting of shops.

An attempted escape was reported at the central prison of Munzenze, which is the cause of the gunfire heard during the night in Goma.

As I put it earlier, several houses were destroyed by lava in the town of Buhene, on the border between Goma and the Nyiragongo territory.

More than 5,000 people who fled on Saturday evening returned to Goma this morning from Gisenyi, Rwanda.

The same movement is observed on the toad between Sake and Goma.

A government spokesman announced government arrangements to provide a humanitarian response to the victims of the eruption.

Source: Actualité.cd.

°°°°°°°°°°

Latest news (continued) :

The damage caused by the eruption of Nyiragongo is significant. A lava flow cut the Goma-Rutshuru road at Kilima Nyoka, 17 km north of the city. Lava crossed the road and continued into Rwanda.

The city of Goma was not affected by the eruption. However, the damage is enormous in the territory of Nyiragongo where lava has destroyed several houses. Mountains of debris can be seen in Buhene, a peripheral neighbourhood on the border between Goma and Nyiragongo.

The lava stopped 50 metres from Goma airport, so the fuel tank was spared.

As I indicated above, thousands of Congolese (an estimated 6,000) who had taken refuge in Gisenyi (Rwanda) are returning home.

Nyiragongo is still active as shown by the seismicity which is still present. The authorities ask residents to remain cautious.

After a blackout from Inga’s power plants around 10 p.m., electricity was restored shortly after midnight. The blackout was due to a surge on the network.

The ten tourists or so who were at the summit of Nyiragongo on Saturday are safe. Mountain gorillas are not under threat.

Source: Actualité.cd.

°°°°°°°°°°

In the end, the eruption of Nyiragongo caused loss of life, with 15 dead at present. A traffic accident killed 9 people fleeing the eruption and 2 others were charred. 4 prisoners who tried to escape from Munzenze prison were caught and shot. The Armed Forces of the Democratic Republic of Congo and the Congolese National Police were tasked with ensuring the security of the city of Goma and the evacuation routes in order to avoid cases of theft and barbarism.

Source : Wikipedia

Urgence et évacuations à St Vincent-et-les Grenadines // Emergency and evacuations at St Vincent-and-the Grenadines

9 avril 2021 – 8h (heure française): Selon les derniers bulletins de l’UWI, la situation évolue rapidement et une urgence a été décidée à La Soufrière de St Vincent.

Une évolution rapide de l’activité sismique a été observée le 8 avril 2021. Six épisodes de tremor ont été enregistrés à partir de 3 heures du matin, à des intervalles d’environ deux heures et demie. De plus, ces épisodes de tremor, généralement associés à l’ascension du magma vers la surface, ont lentement augmenté en intensité.

Le réseau sismique a également enregistré cinq séismes longue période (LP), généralement associés à des mouvements de magma, au cours des deuxième et quatrième épisodes de tremor. Il y a également eu deux brefs essaims sismiques volcano-tectoniques (VT) à des profondeurs allant jusqu’à 5 kilomètres sous le sommet du volcan. Deux essaims VT avaient déjà été enregistrés les 23-26 mars et le 5 avril.

Les émissions de gaz au sommet du volcan ont également augmenté. En particulier, la hauteur du dôme a considérablement augmenté le 8 avril. Il a maintenant atteint la hauteur du cratère à l’ouest (partie sous le vent) de l’île. Son incandescence est désormais visible depuis l’Observatoire de Belmont.

Tous ces paramètres montrent que le magma s’approche probablement de la surface, avec le risque d’une éruption explosive. En conséquence, le niveau d’alerte a été élevé au Rouge et un ordre d’évacuation a été émis pour les habitants de la zone Rouge autour du volcan

Le navire MV Gem Star est amarré à la jetée de Chateaubelair pour accueillir les personnes évacuées. Le Centre national des opérations d’urgence (NEOC) fonctionne désormais 24 heures sur 24. Les navires de croisière font route vers St Vincent pour aider aux évacuations. La compagnie Carnival Cruise Lines envoie deux navires. Chaque navire pourra accueillir jusqu’à 1 500 personnes qui seront transportés vers les îles voisines. Toutes les précautions seront prises pour protéger la santé et la sécurité de l’équipage du navire et des passagers qui montent à bord. Les compagnies Royal Caribbean et Celebrity Cruises ont envoyé chacune un navire qui devait arriver le 8 avril dans la soirée.

Pour le moment, on ne sait pas combien de personnes seront évacuées, où le navire les emmènera ou si elles resteront temporairement à bord. Environ 16 000 personnes vivent dans la zone Rouge et devront être évacuées vers le sud de l’île où les abris d’urgence sont prêts à les accueillir. Les supermarchés et les stations service ont rapidement été pris d’assaut, par les riverains qui craignent sans doute une crise économique consécutive à la catastrophe naturelle attendue.

Il se peut que la pandémie de Covid-19 vienne brouiller les cartes. Le Premier ministre de Saint-Vincent a déclaré lors d’une conférence de presse que les gens doivent être vaccinés s’ils montent à bord d’un bateau de croisière ou s’ils sont hébergés temporairement dans d’autres îles voisines.

Il est bon de rappeler que l’éruption explosive du 6 mai 1902, a tué 1700 personnes. La dernière éruption explosive remonte à 1979. Elle n’a pas fait de victimes

Source: médias d’information locaux.

Source : UWI

Source : NEMO

++++++++++

18h00: Les scientifiques de l’Observatoire de Belmont indiquent qu’il y a eu une crise éruptive sur La Soufrière à 8h40 le matin du 9 avril 2021. Des panaches de cendres jusqu’à 8 km de hauteur ont été observés. Des retombées de cendre ont affecté l’aéroport international d’Argyle Comme je l’ai déjà écrit, toutes les personnes vivant dans la zone Rouge ont été invitées à évacuer immédiatement. Les géologues de l’Université des Antilles (UWI) indiquent que la « percée » du dôme a eu lieu à 8 h 41, et qu’un panache de cendres vertical s’en est échappé. Contrairement à ce qu’ont affirmé certains médias, il n’y a pas eu d’explosion majeure du dôme sommital. Selon l’UWI, le volcan a retrouvé une période calme, mais d’autres explosions sont attendues prochainement et la première crise éruptive n’était probablement pas la plus importante. De plus, les séquences éruptives à La Soufrière peuvent se poursuivre pendant des jours ou des semaines.

En raison de la direction du vent, la plupart de la cendre devrait rester dans la partie nord de l’île où il est toutefois fait état de chute de «graviers chauds» (probablement des lapilli) sur les toits des maisons dans différentes parties de l’île.

La police a déployé son personnel dans les endroits stratégiques pour protéger la vie et les biens et assurer la libre circulation des véhicules sur les routes de l’île. Les points de contrôle garantiront qu’aucune personne ou véhicule non autorisé ne pénètre dans la zone Rouge. De plus, il est conseillé aux personnes qui ne résident pas dans la zone rouge de ne pas s’y rendre car cela pourrait compliquer l’évacuation des personnes affectées par l’éruption. La police exhorte tous les automobilistes à se garer sur le côté gauche des routes et à céder le passage à tous les véhicules prioritaires et autres impliqués dans le transport des personnes évacuées. La police, avec d’autres agences de sécurité, assurera la sécurité dans tous les sites d’hébergement et fera en sorte que les personnes évacuées se trouvent dans un environnement sécurisé pendant et après l’éruption de La Soufrière. La police sécurisera également les biens et le bétail laissés par les familles évacuées.

 Source: médias d’information locaux.

Le panache éruptif le 9 avril 2021 au matin (Source : UWI)

——————————————–

April 9th, 2021 – 8 am (French time): : According to the latest reports, the situation is changing rapidly and an emergency has been decided at St Vincent’s La Soufriere.

A rapid change in seismic activity was observed on April 8th, 2021. Six separate episodes of tremors starting at 3 am were recorded with intervals of about two and a half hours between them. Moreover, the tremor episodes, usually associated with the movement of magma to the surface, have slowly increased in magnitude.

The seismic network has also recorded five long-period earthquakes, isually associated with the movement of magma, during the second and fourth episodes of tremor.

There have also been two brief swarms of small volcano-tectonic (VT) earthquakes, located at depths up to 5 kilometres below the summit of the volcano. Two similar VT swarms had already been recorded on 23-26 March and on April 5th.

Gas emissions at the summit of the volcano gave also increased.

Visual observations indicate that the dome’s height increased significantly on April 8th. It has now reached the height of the crater on the western (Leeward side) of the island. The glow from the dome is now visible from the Belmont Observatory.

All these parameters show that a fresh batch of magma is probably getting close to the surface, with the risk of an explosive eruption.  As a consequence, the alert level has been elevated to RED and an evacuation order has been issued for residents in the Red Hazard Zone of the La Soufriere Volcano.

The MV Gem Star is docked at the Chateaubelair Jetty to transport residents who are evacuated. The National Emergency Operating Center (NEOC) has been fully activated and is operating around the clock. Cruise ships are heading to St Vincent to assist in evacuations. Carnival Cruise Lines is sending two ships. Each ship will accommodate up to 1,500 residents who will be transported to neighbouring islands. All precautions will be taken to protect the health and safety of Carnival crew and the passengers who board the ships. Royal Caribbean and Celebrity Cruises are each sending one ship expected to arrive on April 8th in the evening.

It is not immediately clear how many people will be evacuated, where the ship will take them or if they will remain temporarily aboard. Roughly 16,000 people live in the red zone and will need to be evacuated to the south of the islands where emergency shelters are ready to welcome them. Supermarkets and gas stations were quickly invaded by residents who feared an economic crisis following the expected natural disaster.

Evacuation efforts could be hampered by the pandemic. St Vincent’s Prime Minister told a news conference that people have to be vaccinated if they go aboard a cruise ship or are granted temporary refuge in other nearby islands.

Let’s bear in mind that the explosive eruption of May 6th, 1902, killed 1,700 people. The last explosive eruption dates back to 1979. It claimed no casualties

Source: Local news media.

+++++++++

6:00 pm : Scientists at the Belmont Observatory indicate that there was an explosive eruption at the La Soufriere Volcano at 8.40 on the morning of April 9th, 2021. Ash plumes of up to 8 km were observed. Ashfall has been recorded at the Argyle International Airport

As I put it before, all persons in the Red zone have been asked to evacuate immediately.

The University of the West Indies (UWI) geologists indicate that the “punching” of the dome took place around 8.41, with a vertical ash plume. According to UWI, the volcano is now back into a quiet period, but more explosions expected soon; the first one was not the biggest and the eruptions at La Soufriere could continue for days or weeks.

Due to the wind direction, most of the ash is expected to remain in the northern part of the island where there have been reports of “hot gravel” (probably lapilli) falling on house roofs across different parts of the island

The police has deployed its staff at strategic locations throughout the country to safeguard life and property, and to ensure the free flow of traffic on the nation’s roads. Check points will ensure that no unauthorized persons or vehicles enter the Red Zones. In addition, persons who do not reside in the “Red Zones” are advised not to visit these areas as it could complicate the transportation of affected persons from the Disaster Zones. The police is urging all motorists to pull to the “left side” of the roads and “give way” to all emergency and other vehicles involved in transporting persons out of the danger zones so as to maintain a free flow of traffic at all times. The police, along with other security agencies, will coordinate security at all designated shelters to ensure that evacuees are in a safe and secure environment during and after the explosive eruption of the La Soufriere volcano.

The police will also secure the properties and livestock that are left behind by the evacuees from break-ins and thefts.

Source: Local news media.

Dernières nouvelles de La Soufrière de St Vincent // Latest news of St Vincent’s Soufriere

La croissance du nouveau dôme de lave dans la partie ouest du cratère de la Soufrière de Saint-Vincent se poursuit. Les volcanologues de l’UWI expliquent que cette croissance s’accélère et il est possible que le dôme finisse par remplir le cratère et se rapproche de sa lèvre. Si c’est le cas, l’incandescence de la lave pourrait devenir visible depuis les zones autour du volcan. Au final, la lave pourrait déborder du cratère et atteindre le secteur de Larikai qui est inhabité. Mais nous n’en sommes pas encore là !

De nouveaux instruments ont été installés sur le volcan, ainsi qu’une station GPS à Georgetown; ils permettront d’obtenir plus d’informations sur l’activité volcanique. Le gouvernement de St Vincent recherche maintenant un hélicoptère pour effectuer des travaux d’observation sur le sommet et collecter des échantillons du nouveau dôme.

Les scientifiques et le gouvernement doivent lutter contre les fausses informations sur l’éruption. Ainsi, il n’y a pas eu d’évacuations de la population et les théories affirmant que de  nouveaux volcans pourraient apparaître sur l’île en raison de l’activité à La Soufrière sont complètement fausses.

De la même manière, les médias qui affirment que l’éruption actuelle a commencé de la même manière que l’événement de 1979 se trompent. J’ai expliqué dans ce blog que l’éruption de 1979 a commencé brutalement le 13 avril à 4 heures du matin, avec quelques séismes pendant les vingt-quatre heures qui ont précédé. La première phase de l’éruption, de type vulcanien avec un panache de 20 kilomètres de hauteur, a duré moins de deux semaines. Ce n’est que pendant la deuxième partie de l’éruption que l’on a assisté à la lente extrusion d’un dôme de lave dans le cratère. Il a mis cinq mois pour atteindre sa taille finale. L’éruption n’a pas fait de victimes grâce à l’évacuation de 22 000 habitants du nord de l’île.

Aujourd’hui, ces mêmes habitants surveillent attentivement l’éruption et se préparent à une éventuelle évacuation. Certains d’entre eux hésitent à partir par crainte d’une contamination par le coronavirus dans les centres d’hébergement. D’autres se souviennent de 1979. Après plusieurs mois passés dans des centres d’hébergement, les fermiers sont retournés chez eux pour constater qu’ils avaient été victimes de vols. On se retrouve dans la même situation qu’en Indonésie, sur le Merapi ou l’Agung, par exemple.

Source: Médias locaux.

————————————————

The growth of the new dome on the western side of the crater of St Vincent’s Soufriere continues. UWI volcanologists explain that the growth is accelerating, and there is the possibility it can fill the crater and get close to the crater rim. If it does, the glow might be visible from surrounding areas. In the end, lava might spill over into Larikai which is uninhabited.

More instruments have been installed on the volcano, as well as a GPS station at Georgetown; they will offer more details of the volcanic activity. The St Vincent government is now seeking helicopter support to carry out work on the summit and collect rock samples from the new dome.

The scientists and the government have to fight fake news about the eruption. There have been no evacuations and the theories about new volcanoes emerging across the island due to activity at La Soufriere are completely wrong

In the same way, the media that affirm that the current eruption started in the same way as the 1979 event are wrong. I have explained in this blog that the 1979 eruption began abruptly on April 13th at 4 a.m., with only a few earthquakes in the twenty-four hours before. The first phase of the eruption was vulcanian-type with a plume 20 kilometres high. It lasted less than two weeks. It was only during the second episode of the eruption that a lava dome grew into the crater. It took it five months to reach its final size. The eruption claimed no casualties thanks to the evacuation of 22,000 residents of the north of the island.

Residents in the northern part of the island are watching the eruption carefully and getting ready for a possible evacuation. However, some of them are releuctant to leave beacause the fear a coronavirus contamination in the shelters. Others remember 1979. After several months in shelters, farmers returned home to find they had been robbed. It is like in Indonesia, on Mt Merapi or Mt Agung, for instance.

Source: Local news media.

Source : NEMO