Manam (Papouasie-Nouvelle-Guinée / Papua-New-Guinea)

Selon le site web The Watchers, une violente éruption a eu lieu sur le Manam (sur l’île du même nom) le 25 août 2018 à 06h00 (heure locale). L’événement a propulsé des nuages de cendre jusqu’à 15 km d’altitude et généré des coulées de lave qui ont provoqué la fuite de 2 000 villageois. Selon la population locale, les nuages de cendre étaient si épais que la lumière du soleil est restée totalement bloquée pendant quelques heures. Le directeur du Centre National de Gestion des Catastrophes de Papousie-Nouvelle-Guinée a déclaré que trois villages avaient été directement touchés par les coulées de lave et que les habitants avaient dû être évacués. Les zones les plus touchées sont Baliau et Kuluguma. A cause de la très mauvaise visibilité à cause de la cendre, les gens devaient utiliser des lampes pour se déplacer
Il n’y a pas de blessés, mais il est demandé aux gens de se tenir loin des vallées pour éviter les coulées de boue. Il y a une épaisse couche de cendre sur les flancs du volcan et s’il y a de fortes pluies, il y aura une forte menace de lahars.
Selon l’Observatoire Volcanologique de Rabaul, la phase initiale de l’éruption est maintenant terminée mais une nouvelle bouche s’est ouverte, ide sorte que l’on peut s’attendre à une poursuite de l’activité.
Source: The Watchers.

—————————————–

According to the website The Watchers, a powerful eruption took place at Manam volcano (on the island with the same name) on August 25th, 2018 at 06:00 (local time). The event sent volcanic ash up to 15 km above sea level and produced lava flows that forced 2 000 villagers to flee. According to the local population, the ash was so thick that sunlight was totally blocked for a few hours. The director of the PNG National Disaster Center said three villages were directly impacted by the lava flows and residents had to be evacuated.The most affected areas were Baliau and Kuluguma and due to the very poor visibility caused by the ash fall, people were using torchlight to move around.
There are no casualties but people are told to keep away from valleys for risk of mudflows. There is a heavy thick blanket of ash on the flanks of the volcano and if there is heavy rainfall, there will be a high threat of lahars..
According the the Rabaul Volcano Observatory, the initial phase of the eruption is now over but a new vent had opened, indicating more activity could be expected.
Source: The Watchers.

Activité éruptive à Manam (Crédit photo/ Wikipedia)

Shindake (Ile de Kuchinoerabu / Japon)

L’Agence Météorologique Japonaise a relevé le niveau d’alerte de l’île de Kuchinoerabu de 2 à 4 sur une échelle de 5. L’Agence a déclaré avoir détecté une augmentation de l’activité sur le volcan Shindake qui a connu sa dernière éruption majeure en mai 2015. L’événement a obligé la population entière de l’île, qui compte environ 140 habitants, à chercher refuge sur l’île voisine de Yakushima pendant plusieurs mois. 105 habitants sont revenus vivre sur l’île volcanique.
Les autorités locales ont demandé à tous les habitants de se préparer à une évacuation en cas de nouvelle éruption violente et ont exhorté les personnes âgées vivant dans la zone à risque de 3 kilomètres à se rendre immédiatement dans un centre communautaire de l’île.
Source: JMA, médias d’information japonais.

—————————————-

The Japan Meteorological Agency raised the alert level for Kuchinoerabu Island from two to four on a scale of five. The agency said it has detected an increased activity at the Shindake volcano. The volcano had the last major eruption in May 2015, forcing the island’s entire population of about 140 to seek safety on nearby Yakushima island for several months. A total of 105 residents are back on the volcanic island.
Local authorities told all residents to start preparing for an evacuation in case of another violent eruption, and urged elderly people within the 3-kilometre high-risk zone to leave immediately to a community center at a safer location on the island.
Source: JMA, Japanese news media.

Vue de l’île de Kuchinoerabu (Crédit photo: Wikipedia)

Eruption du Kilauea (Hawaii): Projet de nouvelle voie d’évacuation // Project of a new evacuation route

Le Département des Transports prévoit de mettre en place une troisième voie d’évacuation au cas où la Highway 130 deviendrait impraticable dans le district de Lower Puna. Une section de cette route entre Pahoa et Kalapana a été endommagée par l’éruption mais reste praticable grâce à des plaques d’acier posées sur les fractures à travers la route. Dans le cas où la route ne pourrait plus être utilisée, le Service des Transports a rouvert l’ancienne Chain of Craters Road en dégageant la lave qui en interdisait l’accès à travers le Parc National des Volcans d’Hawaï. Cette route permet d’atteindre Alaili Road en traversant une propriété privée.
La troisième voie d’évacuation partirait de la Highway 130 et traverserait la subdivision de Black Sand pour rejoindre les Kaohe Homesteads. Il n’y a pas de calendrier pour le début des travaux et leur coût n’a pas été communiqué, mais le projet avance assez rapidement. Les autorités veulent s’assurer que les différentes zones habitées ne seront pas isolées en cas d’intensification de l’éruption. Pour le moment, les fractures qui tranchent la Highway 130 continuent d’émettre de la chaleur, mais la situation demeure stable.
Source: Service des Transports.

———————————————-

The Department of Transportation (DOT) is planning to build a third evacuation route in case Highway 130 is no longer passable in Lower Puna. A section of this highway between Pahoa and Kalapana has been damaged by the ongoing eruption but remains passable with the help of steel plates. In case it no longer can be used, DOT re-established an evacuation route on the former Chain of Craters Road through Hawaii Volcanoes National Park and to Alaili Road through private property.

The third route would go from Highway 130 through the Black Sand subdivision and connect with Kaohe Homesteads. There is no timeline for when the work will begin or how much it will cost, but the project is moving fairly quickly. Authorities want to be prepared for anything in order to keep the communities connected. The cracks on Highway 130 continue to emit heat, but the situation remains stable.

Source: Department of Transportation.

Source: Department of Transportation

Dernières nouvelles du Kilauea (Hawaii) // Latest news of Kilauea Volcano (Hawaii)

7 heures (heure française): C’est toujours la coulée de lave produite par la Fracture n° 8 qui inquiète le plus les autorités. La vitesse de progression du front de coulée était faible lorsque la lave s’est accumulée dans une zone plate, mais elle s’est accélérée par la suite et atteint maintenant une centaine de mètres par heure. À 6 h 30 (heure locale), la coulée de lave se trouvait à 800 mètres de Four Corners. Des avancées mineures sont observées sur les autres branches de la coulée issue de la Fracture n° 8.

Lava a brûlé deux bâtiments de la centrale Puna Geothermal Venture. Une sous-station et un entrepôt adjacent où était stocké du matériel de forage ont été recouverts par la lave le 31 mai. La principale route d’accès à la centrale est également bloquée par la lave. Une route d’accès alternative reste ouverte. Deux entrées de puits géothermiques ont été détruites le 28 mai.

Le travail est presque terminé sur une route d’urgence tracée à travers une propriété privée à Lower Puna. Elle permettra d’atteindre Alaili Road qui débouche ensuite la Highway 130. L’itinéraire devrait être opérationnel pour une utilisation d’urgence le 2 juin.
En attendant, les travaux sur la Chain of Craters Road devraient également être terminés le 2 juin.
.
La bouche de l’Overlook Crater à l’intérieur du cratère de l’Halema’uma’u est complètement obstruée par les matériaux d’effondrement, ce qui empêche l’émission de panaches de cendre. Les scientifiques du HVO ne savent pas si cette situation signifie la fin de l’éruption sommitale ou risque de provoquer une nouvelle explosion. Une mission avec drone a filmé le 31 mai les changements spectaculaires survenus dans le cratère :.
https://youtu.be/2lx7MPJPwDs

Cette obstruction du cratère par des matériaux d’effondrement me rappelle la Bocca Nuova de l’Etna en septembre 1979, elle aussi obstruée par des matériaux qui empêchaient les gaz de s’échapper. Le 12 septembre, une violente explosion secouait le cratère, tuant 9 personnes et en blessant 23 autres. La situation de l’Halema’uma’u est donc à surveiller très attentivement.

Sources ; HVO, Protection Civile, journaux locaux.

°°°°°°°°°

12h30 (heure française): Un survol effectué avec Paradise Helicopters le vendredi 1er juin 2018 a permis de faire les observations suivantes:
La lave émanant de la Fracture n° 8 continue de couler abondamment dans un impressionnant chenal en direction de Kapoho. Un énorme lac de lave surélevé alimente la coulée qui se dirige vers Kapoho. Il y a parfois des ruptures dans les parois du chenal et la lave envahit alors les zones voisines.
Le front de coulée a progressé d’environ 2,5 km durant la nuit et le matin du 1er juin (heure locale), il était situé entre Green Mountain et le petit cône de cendre au nord. La lave se dirige directement vers l’endroit où  se trouvait Kapoho Town et se trouve maintenant à environ 800 mètres de Four Corners qu’elle devrait atteindre dans les prochaines heures. Elle semble maintenant en mesure de menacer Kapoho Beach Lots et Vacationland.
Il ne reste que très peu de choses des Lanipuna Gardens, et la partie supérieure de Pohoiki Road est presque entièrement recouverte par la lave. La plupart des maisons sur et autour du quartier de Malama dans les Leilani Estates sont toujours debout. Cependant, presque toute la végétation a été brûlée ou détruite par les gaz  qui s’accumulent généralement dans ce secteur.

Source: Paradise Helicopters.

°°°°°°°°°°

20 heures (heure française) :  Le 1er juin, les responsables de la Protection Civile ont continué de demander aux habitants de   Kapoho de partir car la coulée émise par la Fracture n° 8  se trouvait à seulement 800 mètres du carrefour de « Four Corners ».
La lave a coupé le dernier virage de la Highway 132 en se rapprochant de plus en plus de l’intersection avec la Highway 137, la seule voie d’évacuation restante pour les habitants de la région. La lave a déjà traversé la Highway 137 à l’ouest entre les parcs Isaac Hale et MacKenzie.
Les équipes de la Protection Civile ont fait du porte-à-porte vendredi le long de la Highway 132 pour inciter les derniers habitants à partir. 87 maisons ont été détruites par la lave depuis le début de l’éruption le 3 mai.

Les habitants de Kapoho Vacationland et ses environs ont été informés à nouveau qu’ils devaient partir. Il est difficile de déterminer le moment où la lave atteindra Four Corners où se rencontrent les routes 132 et 137, mais vendredi était probablement le dernier jour où les gens pouvaient partir. Ce soir, le front de coulée est à 150 mètres de Four Corners.

Ci-dessous, vous pourrez voir la dernière carte des coulées publiée le 2 juin 2018.

Source : Protection Civile.

°°°°°°°°°°°

23 heures (heure française): Dans sa dernière mise à jour publiée le 2 juin 2018 à 9h20 (heure locale), le HVO indique que les fontaines de lave continuent sans relâche au niveau de la fracture n° 8 et alimentent une coulée canalisée qui se dirige vers le nord-est le long de la Highway 132 pour aboutir dans le secteur du carrefour de Four Corners. À 6h40 (heure locale), le front de coulée se trouvait à une centaine de mètres à l’ouest du carrefour et avançait sur un large front de plus de 300 mètres de largeur s’étendant à la fois au nord et au sud de Highway 132. On observe de fréquents débordements du chenal de lave ; certains se produisent à proximité de l’intersection entre la Highway 132 et Pohoiki Road. Les autres branches de la coulée issue de la Fissure 8 sont inactives. La seule autre coulée de lave repérée lors du survol du matin sortit de la fracture16 et était faiblement active.
Source: HVO.

——————————————————–

7:00 a.m. (French time): It is still the lava flow produced by fissure 8 that worries most the authorities. The advance rate of the distal part of the flow was low as lava ponded in a flat area., but it accelerated later to about 100 metres per hour. As of 6:30 a.m. (local time), the lava flow front was 800 metres above Four Corners. Minor advancement occurred on other branches of the Fissure 8 lava flow.

Lava has burned down two buildings at the Puna Geothermal Venture plant.

A substation and adjacent warehouse that stored a drilling rig at the plant were covered by lava on May 31st.  The main access road to the plant has also been covered and blocked by lava. An alternative access road remains open. Two geothermal wellheads were destroyed on May 28th.

Work is nearly complete on an emergency road through private property in Lower Puna.

The route would connect with Alaili Road, which connects to Highway 130. The route is expected to be ready for emergency use on June 2nd.

Meanwhile, work on Chain of Craters evacuation route also is expected to be completed on June 2nd.

The vent inside Halema‘uma‘u Crater is blocked with debris, preventing more large ash plumes for the time being. HVO scientists do not know if this spells the end for the summit eruption or could lead to another explosion. A drone mission on Thursday filmed details of the dramatic changes occurring within the crater summit.

https://youtu.be/2lx7MPJPwDs

This clogging of the Overlook Crater with collapse marerial reminds me of Mt Etna’s Bocca Nuona in September 1979. The vent was full of collapse material that prevented the gases from escaping. On September 12th, a violent explosion shook the crater, killing 9 persons and injuring 23 others. Halema’uma’u Crater should therefore be monitored very closely.

Sources ; HVO, Civil Defense, local newspapers.

°°°°°°°°°°

12:30 (French time): An overflight performed with with Paradise Helicopters on Friday, June 1st, 2018 allowed to make the following observations:

Lava emanating from Fissure 8 continues to flow profusely in a gigantic channel toward Kapoho. An enormous perched pond is feeding the Kapoho flow, and occasionally breaching the walls of the holding area, quickly sending lava to the areas nearby.

The flow front moved about 2.5 km overnight and this morning (local time) was located between Green Mountain and the cinder pit to the north. Lava has now flowed directly over where Kapoho Town once stood and is now located about 800 metres from Four Corners. It is likely to reach Four Corners in the next hours. It now appears it may threaten Kapoho Beach Lots and Vacationland.

Very little remains of Lanipuna Gardens, and the upper portion of Pohoiki Road is almost completely covered. Most of the homes on and around lower Malama in the Leilani estates are still standing. However, nearly all the vegetation has been burnt or killed by the heavy gases that generally blow in that direction.

Source: Paradise Helicopters.

°°°°°°°°°°

8:00 p.m. (French time): Civil Defense officials continued to warn Kapoho residents to leave Friday as a river of molten rock advanced a half-mile from “Four Corners.”

The flow cut the last curve on Highway 132 by the afternoon as it neared ever closer to the intersection with Highway 137, the only exit route remaining for residents in the area. Lava already crossed Highway 137 to the west between Isaac Hale and MacKenzie beach parks.

Civil Defense crews went door-to-door Friday on Highway 132 to get the last residents there to leave. 87 homes have been destroyed since the eruption started May 3.

Residents of Kapoho Vacationland and its environs were notified again that morning that they needed to leave. It is difficult to peg the timing of lava crossing Four Corners, where Highways 132 and 137 meet, but added that Friday was likely the last chance for people to leave.

Here below, you can see the most recent maps of the lava flows released on June 2nd, 2018.

Source : Protection Civile.

°°°°°°°°°°

11 p.m. (French time): In its latest update released on June 2nd, 2018 at 9:20 (local time), HVO indicates that fountaining at Fissure 8 continues unabated, feeding a channelized lava flow to the northeast along Highway 132 and down into the Four Corners region. As of 6:40 (local time), the flow front was approximately 100 metres west of the intersection and advancing along a broad front over 300 metres in width extending both north and south of Highway 132. Small overflows from the Fissure 8 channel are common, some of which are occurring near the intersection of Highway 132 and Pohoiki Road. Other branches of the Fissure 8 lava flow were inactive. The only other lava flow noted by the morning overflight was at Fissure 16, which was weakly active.

Source: HVO.

Source: USGS

Capture d’images de la vidéo (Source: USGS)

Kilauea (Hawaii): En cas d’évacuation… // Is case of an evacuation…

Avec une route coupée et une autre menacée, les autorités craignent toujours que des coulées de lave isolent les habitants de Lower Puna. Cela pourrait se produire si une fracture s’ouvrait sur ou à proximité de la Highway 130 dont certaines parties ont été recouvertes de plaques de métal à cause des fractures dans le sol.
Deux Sikorsky CH-53 Sea Stallions sont en attente sur Big Island et sont prêts à intervenir en cas d’évacuation d’urgence. Ces hélicoptères sont capables de transporter 43 personnes à la fois et pourraient être utilisés si des habitants se trouvaient isolés ou si un incident se produisait à la centrale géothermique Puna Geothermal Venture.
La Highway 137 a été coupée le 19 mai lorsque la lave est entrée dans l’océan. L’éruption le long de l’East Rift Zone du Kilauea a déplacé environ 2 000 personnes. La lave a  couvert plus de 700 hectares et détruit une cinquantaine de structures depuis le 3 mai. Moins de 2 000 personnes seraient touchées si la lave coupait la Highway130, route d’évacuation essentielle pour la population. Les autorités envisagent également la réouverture de la Chain of Craters Road – qui est partiellement recouverte de lave – comme voie d’évacuation à travers le Parc National des Volcans. Selon le HVO, de la chaleur est détectée sous les plaques de métal sur la Highway 130 et des fractures à proximité continuent à émettre de la vapeur, mais il ne semble pas y avoir de SO2 en provenance du sol dans cette zone. Bien que la situation n’ait pas beaucoup changé, elle reste toutefois préoccupante.
Dans l’ensemble, la déformation du sol et la sismicité se sont stabilisées le long de la zone du rift. De grandes quantités de lave continuent à être vomies par les fractures dans la partie centrale de la zone d’éruption, depuis les Leina Estates jusqu’aux Lanipuna Gardens qui sont presque complètement recouverts de lave.
D’agissant de la centrale géothermique PGV, les équipes de techniciens continuent d’achever le colmatage des puits géothermiques. Les efforts visant à protéger les puits de la lave en y introduisant de l’eau ont vraisemblablement éliminé ou atténué tout risque de libération brutale de sulfure d’hydrogène. Si une fuite devait provoquer un dégagement de gaz, une évacuation serait probablement décrétée sur un rayon de 1 à 5 kilomètres, selon les conditions de vent et l’heure de la journée, mais il est aussi possible qu’aucune évacuation ne soit nécessaire.
Source: journaux hawaïens.

—————————————–

With one highway severed and another one threatened, officials still fear the possibility of lava flows isolating residents in Lower Puna. That could happen if a fissure opens at or near Highway 130, portions of which have been plated over because of ground cracks

Two Sikorsky CH-53 Sea Stallions are on Hawaii Island and can be put into use in case of an emergency evacuation. Those aircraft are capable of airlifting 43 people at a time, and could be flown if residents become isolated or if an incident happens at Puna Geothermal Venture.

Highway 137 was severed on May 19th when lava entered the ocean. The eruption along Kilauea’s East Rift Zone has displaced about 2,000 people, covered more 700 hectares with lava and destroyed about 50 structures since May 3rd. Less than 2,000 people would be affected if lava cut off Highway 130, a major lifeline for residents. Officials also are looking at reopening Chain of Craters Road, which is partially covered by lava rock, as an evacuation route through Hawaii Volcanoes National Park. According to HVO, heat is being detected from under the metal plates on Highway 130 and cracks nearby continue to steam, but there doesn’t appear to be any SO2 coming from the ground in that area, where the highway crosses the rift zone. Although the situation has not changed much, it remains concerning.

Overall, ground deformation and seismicity has levelled off along the rift zone. Large amounts of lava continue to pour from fissures in the central part of the eruption zone from the Leilani Estates to the Lanipuna Gardens which are almost completely covered by lava.

At PGV, crews continue to finish quenching one more geothermal well. Efforts to secure the wells from lava by quenching with water or plugging have likely mitigated any risk of an unabated release of hydrogen sulphide. If a well breach causes a gas release, an evacuation could occur between 1 and 5 kilometres, depending on wind conditions and time of day, though it is possible no evacuation would be needed.

Source : Hawaiian newspapers.

Des hélicoptères Sikorsky CH-53 Sea Stallion seraient utilisés en cas d’évacuation d’urgence (Crédit photo: Wikipedia)

Vue de la centrale PGV (en bas de l’image) sous la menace des coulées de lave (Crédit photo: USGS)

Ambae (Vanuatu): Evacuation à brève échéance // Evacuation in the short term

Le Vanuatu se prépare à évacuer définitivement toute la population d’Ambae car les volumineux nuages de cendre qui s’échappent du volcan Manaro Voui anéantissent les récoltes, polluent l’eau et l’air. Plus d’un quart de l’île d’Ambae a été durement affecté par l’éruption et de nombreux toits de chaume traditionnels se sont effondrés sous le poids de la cendre. Des jardins ont été complètement détruits dans certains endroits et les réserves d’eau ont été polluées ; l’eau a un goût étrange et peu engageant. En outre, les particules de cendre peuvent causer des problèmes respiratoires.
Les quelque 10 000 personnes qui restent sur Ambae ont des sentiments mitigés quant au plan d’évacuation. Celles qui sont gravement affectées par la cendre sont impatientes de partir alors que d’autres n’ont pas envie de perdre leurs terres et leurs cultures.
L’île a été temporairement évacuée en septembre dernier lorsque l’éruption du Manaro Voui a commencé. Cette fois, les autorités prévoient une évacuation permanente. Le Conseil des Ministres de Vanuatu devrait approuver le plan de relocalisation d’ici la semaine prochaine. Il y a encore beaucoup de détails à traiter, comme les écoles et les biens à attribuer aux personnes déplacées, ainsi que la négociation pour l’attribution de nouvelles terres et de nouvelles maisons.
Beaucoup de gens à Ambae ont des liens familiaux et spirituels étroits avec Maewo et Pentecôte, les îles où ils seront transférés. Selon la religion traditionnelle, les îles font même partie d’une famille dans laquelle Pentecôte est la mère, Maewo le père et Ambae le fils.
La plupart des habitants d’Ambae vivent d’une agriculture de subsistance et de la pêche. Des centaines de personnes ont déjà été évacuées vers des abris temporaires sur des parties de l’île qui ne sont pas touchées par la cendre.
Des pays comme la France, la Nouvelle-Zélande et l’Australie ont fourni une aide matérielle et financière au moment de l’évacuation de septembre. L’Australie vient d’annoncer qu’elle allouerait une somme de 300 000 dollars australiens pour aider à l’évacuation permanente de l’île, en mettant l’accent sur les besoins des femmes, des enfants et des personnes handicapées.
Personne ne sait si les habitants d’Ambae pourront un jour revenir vivre sur leur île. Un porte-parole du gouvernement a déclaré qu’il n’avait pas la réponse à une telle question. « Nous ne savons pas », a-t-il dit. « Il faut demander au volcan. »
Source: Newstimes.

—————————————-

Vanuatu is preparing to permanently evacuate the entire population of Ambae as thick ash spewing from Manaro Voui Volcano kills crops, dirties water supplies and fouls the air. More than one-quarter of Ambae has been severely impacted, with many traditional thatch roofs collapsing under the weight of the thick ash. Gardens have been buried and killed in some places and water supplies have been discoloured and the water tastes strange. Besides, the fine ash can cause respiratory problems.

The 10,000 or so people who remain on Ambae have mixed feelings about the plans. Some who are badly affected by the ash are eager to leave while others are resisting losing their land and culture.

The island was temporarily evacuated last September when the eruption cycle began. This time, authorities are planning a permanent move. The Vanuatu Council of Ministers is expected to approve a relocation plan by next week. There are still many details to work through, including providing schools and facilities to the displaced residents and negotiating land and new homes for them.

Many people on Ambae have close family and spiritual ties to the islands where they willl be relocated, Maewo and Pentecost. Traditional religion even has it that the islands are part of a family, Pentecost being the mother, Maewo the father and Ambae the son.

Most people on Ambae live a subsistence lifestyle by farming and fishing. Already hundreds of people have moved to temporary shelters on parts of the island that are not so affected by the ash.

Other countries including France, New Zealand and Australia provided aid and financial help for the September evacuation. Australia has just announced it was providing 300,000 Australian dollars to help with the island’s permanent evacuation, with a focus on the needs of women, children and people with disabilities.

Nobody knows if there is a chance that the residents might be able to one day move back to Ambae. A government spokesman said that was not a question for him. « We don’t know, » he said. « You’ll have to ask the volcano. »

Source : Newstimes.

Crédit photo: GNS Science

Ambae (Vanuatu): Dernières nouvelles // Latest news

Comme je l’ai écrit dans une note précédente, le Manaro Voui est en alerte de niveau 3 sur une échelle de cinq et représente toujours une menace pour la santé des habitants de l’île que le gouvernement encourage à évacuer. Le volcan est entré en éruption en septembre 2017, provoquant une brève évacuation. L’éruption s’est intensifiée le mois dernier, forçant le gouvernement à décréter l’état d’urgence et à inciter la population à quitter Ambae pour aller vivre dans des endroits plus sûrs ailleurs au Vanuatu.
Le Vanuatu Daily Post nous apprend que le chef suprême d’Ambae avait demandé au Conseil de l’île Santo de lui octroyer de la terre lors d’une récente cérémonie traditionnelle organisée par le Conseil National des Chefs. Nous apprenons aujourd’hui que le Conseil des chefs de l’île Santo a accepté de réinstaller les 11 000 habitants d’Ambae. Une lettre a été écrite au gouvernement d’Ambae pour lui donner l’autorisation de commencer le processus de relocalisation.
Une réponse positive avait également été reçue d’autres îles voisines comme Maewo et Pentecôte, mais la cendre d’Ambae affecte également Maewo et Pentecôte qui ne sont pas assez grandes pour accueillir tous les habitants d’Ambae.
Le chef de l’île Santo a déclaré que le site proposé sur son île était assez grand pour recevoir les 11 000 personnes. Les populations du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest d’Ambae pourront s’organiser en fonction de leurs régions respectives.
En attendant, les volcanologues qui surveillent l’éruption sur Ambae ont indiqué qu’elle était susceptible de se calmer et qu’il retomberait donc moins de cendre sur l’île. Cependant, la situation actuelle et les dégâts importants causés par la cendre montrent que de nouvelles éruptions peuvent se produire et perturber encore davantage la vie sur l’île.
Source: New Zealand Herald.

—————————————-

As I put it in a previous post, Ambae’s Manaro Voui crater is at alert level three on a scale of five, posing a threat to the health of the island’s inhabitants who are being encouraged by the government to evacuate. The volcano began erupting in September last year, prompting a short term evacuation. It intensified last month, forcing the government to announce a state of emergency and to incite the population to leave Ambae to go and live in safer places elsewhere in Vanuatu.

The Vanuatu Daily Post reports that Ambae’s paramount chief had requested the land from Santo’s council during a recent traditional ceremony organised by the National Council of Chiefs. We learn today that the Council of Chiefs on Vanuatu’s Santo Island has agreed to resettle 11,000 people from Ambae. A letter has been written to the Ambae government to grant it the right to start the process.

There was also a good response from other neighbouring islands like Maewo and Pentecost, but ashfall from Ambae is also affecting Maewo and Pentecost which are not large enough to accomodate all Ambae residents.

The Santo Chief said the proposed site on his island was big enough for all 11,000 people. It is large enough to accommodate the people of North, South, East and West Ambae in their respective areas.

Meanwhile, volcanologists monitoring the eruption on Ambae said the eruption was likely to calm down and the ashfall was likely to ease on the island. However, the current situation and the heavy damage caused by the ash shows that more eruptions may occur and affect even more people’lives.

Source: New Zealand Herald.

Crédit photo: NASA