Les effets du changement climatique dans les Alpes (3) : Gestion de l’eau et des risques naturels

Le réchauffement climatique et la fonte des glaciers impliqueront forcément une nouvelle gestion de l’eau qui ne se bornera plus à un simple ajustement aux modifications de l’environnement naturel. Elle devra aussi tenir compte des changements socio-économiques. Dans les régions où l’irrigation agricole est pratiquée, la demande en eau pourrait dépasser les ressources lors d’étés caniculaires et très secs. De nouvelles réglementations sur l’allocation de la ressource hydrique à différents usagers, l’installation de nouveaux réservoirs, et des améliorations techniques devront être mises en place.

Les grands barrages alpins seront affectés dès la deuxième moitié du 21èmesiècle, par le fort retrait attendu des glaciers, les eaux de fonte ne remplissant plus autant les lacs de retenue qu’actuellement. De ce fait, les capacités de stockage pourraient être réduites, avec pour conséquence une diminution de la production hydroélectrique. Il en résultera des difficultés à répondre à une demande en électricité qui se décalera progressivement depuis l’hiver vers l’été, en raison des besoins en climatisation. Cela nécessitera de mettre en place une gestion optimale de l’eau dans le réseau interconnecté des grands barrages, ainsi que des mécanismes économiques permettant d’influencer l’offre et la demande.

++++++++++

En termes de risques naturels dans les Alpes, l’effet cumulé de précipitations intenses dans les régions de basse et moyenne altitude conduirait à de forts taux d’érosion des pentes. L’augmentation attendue  de précipitations extrêmes devrait entraîner une augmentation de la fréquence et de la sévérité des crues. Ce genre de situation a prévalu dans un proche passé, par exemple en février 1995 lorsque la fonte précoce du manteau neigeux dans les Alpes, associée à des pluies abondantes en Allemagne, ont mené à des crues tout au long du parcours du Rhin.

Il faudra aussi prendre en compte le risque d’effondrements et de lahars provoqués par la fonte du permafrost rocheux en haute altitude. Plusieurs exemples ont récemment été observés en Suisse et en Italie.

Source : Encyclopédie de l’Environnement.

Barrage de Roselend (Savoie) [Crédit photo: Wikipedia]

Eboulement en Suisse (image YouTube)

Islande : Vers la fin de la crue glaciaire // Iceland : Toward the end of the glacial outburst

Dans ma dernière mise à jour sur l’Islande, j’indiquais que la crue glaciaire de la rivière Múlakvísl diminuait lentement. La conductivité de l’eau était tombée à 330 μS / cm. Aucun événement significatif n’est survenu depuis. Le niveau de la rivière retourne lentement à la normale et aucun autre séisme n’a été enregistré.

————————————–

In my latest note about Iceland, I indicated that the glacial flood of the Múlakvísl River was slowly declining. Water conductivity had dropped to 330µS/cm. No significant event has occurred since that time. The level of the Múlakvísl River is slowly going back to normal and no other earthquakes have been recorded.

Mise au point du Met Office islandais à propos du Katla // Icelandic Met Office’s clarification about Katla volcano

drapeau-francaisComme je l’ai écrit dans une note précédente, l’activité sismique du Katla est en hausse depuis la mi-juin, ce qui a provoqué la crainte de l’imminence d’une éruption. Le Met Office islandais n’est pas de cet avis et vient de publier une mise au point.
Depuis le 1er juin 2016, plus de 100 séismes superficiels ont été détectés dans la caldeira du Katla, ce qui représente près de quatre fois la moyenne mensuelle par rapport aux années précédentes. Ces séismes ont eu lieu sous forme de séquences de quelques minutes à quelques heures, souvent avec 20 événements ou plus. Leur magnitude maximale était M 3.2. Cette hausse de l’activité sismique pendant l’été est fréquente sur le Katla et l’activité de cette année est semblable à celle observée en 2012 et 2014. Elle se produit souvent en relation avec une vidange des eaux de fonte de plusieurs chaudrons de glace bien connus formés par l’activité hydrothermale.
Depuis la fin juin 2016, on a observé trois petites crues de la rivière Múlakvísl qui sort du Mýrdalsjökull, le glacier qui recouvre le Katla. Le niveau de l’eau et les mesures de conductivité électrique effectuées au niveau du pont sur la Múlakvísl révèlent une augmentation d’écoulement de l’eau de fonte en provenance du Mýrdalsjökull.
Dans le secteur du Katla proprement dit, aucune déformation significative du sol et aucun épisode de tremor n’a été enregistré. Cela signifie qu’il n’y a pas de mouvements de magma en profondeur.

L’intérêt des médias pour les volcans islandais reste très fort depuis l’éruption de l’Eyjafjallajökull en 2010.

Ce bulletin d’activité émanant d’une source officielle a pour but d’éviter les interprétations erronées et autres digressions au niveau des organes de presse.

Source: Icelandic Met Office.

————————————–

drapeau-anglaisAs I put it in a previous post, earthquake activity at Katla volcano has increased since mid-June, which has caused fear that an eruption might be imminent. The Iceland Met Office does not think so and has issued a report explaining why.

Since June 1st 2016, more than 100 shallow earthquakes have been detected in Katla caldera, which is almost four times the monthly average compared to previous years. Earthquakes occurred mainly in bursts ranging from minutes to hours, often with 20 events or more. Their largest magnitude was M 3.2. Such summertime increases in seismicity are common at Katla and this year’s activity is similar to summertime unrest observed in 2012 and 2014. It often occurs in association with drainage of meltwater from several known ice-cauldrons, formed by hydrothermal activity.

Since late June 2016 there have been three small floods in the Múlakvísl river, an outlet from Mýrdalsjökull, the ice-cap overlying Katla. Water level and electrical conductivity measurements at the bridge over Múlakvísl show increased drainage of geothermal meltwater from Mýrdalsjökull.

Around Katla, no signs of increased ground deformation or bursts of seismic tremor have been recorded. Had they been observed, they might have indicated movement of magma.   Media interest in Iceland’s volcanoes has remained high since the 2010 Eyjafjallajökull. The current activity summary is intended as an official monitoring statement, in case of diverging media reports.

Source: Icelandic Met Office.

Myrdalsjokull

Vue du glacier Myrdalsjökull qui recouvre le volcan Katla.

(Crédit photo: Wikipedia)