Un océan de magma à l’intérieur d’Io?

Un article récemment diffusé par plusieurs revues scientifiques indique qu’une nouvelle analyse des données recueillies par la sonde Galileo de la NASA renforce l’hypothèse qu’Io, la lune de Jupiter, recèle sous sa surface « un océan de magma ». Io est le corps le plus actif du point de vue volcanique de notre système solaire ; elle produit en une année 100 fois plus de lave que ne le fait la Terre.

Une équipe internationale de chercheurs menée par Krishan Khurana (UCLA) a repris les données enregistrées par la sonde Galileo lors de ses survols d’Io, au vu des dernières découvertes scientifiques relatives à la physique des minéraux.

Krishan Khurana et ses collègues ont étudié plus précisément les données du magnétomètre envoyées par Galileo et ils indiquent qu’elles sont en faveur d’une fusion étendue. Les chercheurs ont utilisé comme sonde le champ magnétique en rotation de Jupiter et ils ont découvert que la réponse induite dans Io suggère un grand réservoir de magma électriquement conducteur sous sa croûte. Cette couche globale de magma sous la surface doit avoir selon eux plus de 50 kilomètres d’épaisseur, soit 10% du volume de son manteau. La température de formation de ce magma dépasse probablement les 1 200° C.

Le schéma fourni par les chercheurs montre la structure interne de Io. La croûte de Io a une faible densité avec une épaisseur comprise entre 30 et 50 kilomètres. La fusion du sous-sol, l’asthénosphère, l’ « océan de magma » nouvellement découvert, est épais d’une cinquantaine de kilomètres et représente 10 % du volume du manteau. Le coeur d’Io, dont le diamètre est compris entre 1 200 et 1 800 kilomètres, est constitué de fer et de sulfate de fer.

En conclusion, un scientifique fait remarquer qu’ « il est possible que dans les premiers âges de la Terre et de la Lune, de tels océans de magma existaient sous leurs surfaces, mais ils ont depuis longtemps disparu ».