Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgLe Tungurahua a connu une violente séquence éruptive au cours de la journée de vendredi, avec des projections de blocs incandescents jusqu’à 2 km de distance. 300 personnes ont dû quitter leurs maisons et les écoles ont été fermées pour la troisième journée d’affilée. Une douzaine de villes ont été affectées par des retombées de cendre, y compris Baños, à 5 km du volcan.

Un scientifique a indiqué que les plus petits blocs avaient la taille d’une voiture et les plus gros la taille d’un camion. Leur chute sur les flancs du volcan a creusé des cratères d’impact d’une dizaine de mètres de largeur.

 

drapeau anglais.jpgTungurahua hurled truck-sized incandescent boulders up to 2 km away on Friday in a powerful eruption that prompted at least 300 people to flee their homes. Schools were closed for a third straight day as ash showered down on a dozen towns including Baños, 5 km from the volcano.

A scientist said the smallest blocks were the size of an automobile while the biggest reached the size of a truck, which caused impact craters up to 10 metres wide as they hit the flanks.

 

Publicités

Popocatepetl (Mexique)

drapeau francais.jpgOn parle très peu du volcan mexicain en ce moment, mais il ne faudrait pas oublier qu’il reste bien actif et que ses éruptions peuvent être redoutables. Les derniers bulletins du CENAPRED font état de quelques émissions de gaz et de vapeur que l’on peut observer sur les images de la webcam (voir ci-dessous). L’Observatoire prévoit la poursuite de telles émissions dans les prochaines semaines, avec une éventuelle incandescence au niveau du cratère et quelques projections si des explosions devaient se produire. La couleur du niveau d’alerte est maintenue à « Jaune Phase 2 ».  

 

drapeau anglais.jpgLittle is said about the volcano but one should not forget it is quite active and that its eruptions can be devastating. CENAPRED’s latest reports indicate a few gas and steam emissions that can be observed on the webcam images (see here below). The expected activity in the next weeks consists of similar exhalations with occasional mild incandescence and sporadic low level explosions with some projections inside the crater. The colour of volcanic alert remains in YELLOW Phase 2.

Popo-27-avril.jpg
(Avec l’aimable autorisation du CENAPRED)

 

Ile de Pagan (Archipel des Mariannes)

drapeau francais.jpgDans le dernier bulletin hebdomadaire du GVN, on peut lire que le 23 avril, l’équipage d’un navire de recherche océanographique qui croisait au large des côtes de l’île de Pagan a observé de l’incandescence au sommet du volcan. L’activité éruptive de Pagan est officiellement considérée comme basse actuellement ; toutefois, avec le risque d’une augmentation de cette activité, la couleur du niveau d’alerte pour l’aviation est passée au Jaune et le niveau d’alerte pour le volcan a été élevé à Vigilance.  

 

drapeau anglais.jpgIn the GVN’s latest weekly report, one can read that on April 23rd, a research vessel in the vicinity of Pagan reported night time observations of incandescence at the summit of the volcano. Eruptive activity is considered currently to be at a low level; however with the possibility that the activity may escalate, the aviation colour code for Pagan was raised to Yellow and the volcano alert level to Advisory.

 

Kilauea (Hawaii / Etats Unis) & Taal (Philippines)

drapeau francais.jpgLa situation est relativement stable sur ces deux volcans.

S’agissant du Kilauea, le pit crater de l’Halema’uma’u continue à traverser une succession de phases de gonflement et de dégonflement qui font quelque peu varier le niveau du lac de lave au fond de la bouche. La lave reste toutefois à grande profondeur, de sorte que sa lueur est rarement visible depuis la terrasse du Jagger Museum.

On observe toujours un bel épanchement de lave dans le Pu’uO’o qui est moins affecté par les phases de gonflement et de dégonflement, de sorte que le graphique du tiltmètre est en général beaucoup plus régulier que celui de l’Halema’uma’u.

Globalement, l’alimentation des deux sites éruptifs reste relativement réduite et il n’est donc pas très surprenant que la lave ne s’écoule pas en ce moment sur les flancs du Kilauea.

 

La situation n’a guère varié sur le Taal où le dernier bulletin du PHILVOCS fait état de 12 séismes volcano-tectoniques au cours des dernières 24 heures. La température de l’eau du lac est passée de 30.1°C à 31.8°C, ce qui n’est pas vraiment révélateur d’un changement. Cela fait maintenant plusieurs semaines que cette situation perdure et le volcan ne semble pas disposé, pour le moment, à entrer en éruption. Le niveau d’alerte reste à 2.

 

 

drapeau anglais.jpgThe situation is quite stable on both volcanoes.

As far as Kilauea is concerned, the pit crater in Halema’uma’u is still going through a series of D/I events that cause the level of the lava pond to vary from time to time but lava is still very deep in the pit so that its glow can rarely be seen from the terrace of the Jagger Museum.

Lava is still spreading profusely in Pu’uO’o which is less affected by D/I events.

Globally, lava feeding on both sites is relatively low so that it is not a surprise if lava is not flowing anywhere on the slopes of Kilauea.

 

The situation has not much changed at Taal where PHILVOCS’s latest update indicates that 12 volcano-tectonic earthquakes occurred during the past 24 hours. Water temperature in the lake rose from 30.1°C to 31.8°C, which does not reveal a real change. This kind of situation has been observed for several weeks now and Taal does not seem to be ready to erupt, for the time being. The alert level is kept at 2.    

Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgLe volcan connaît un regain d’activité depuis le 20 avril. Une intensification de cette activité au cours des dernières 24 heures a poussé les autorités à fermer des écoles dans quatre localités et à évacuer des personnes vivant à proximité du volcan dont le panache de cendre montait à 6 km de hauteur. Six phases éruptives successives ont été enregistrées, avec des retombées de cendre qui ont déjà endommagé des pâturages et des cultures.

 

drapeau anglais.jpgThe volcano has been active again since April 20th. An intensification of this activity during the past 24 hours led the authorities to close schools in four communities and evacuate people living close to the volcano whose ash plumes rose up to 6 km. Six eruptive episodes have been recorded, with ashfall that have already damaged pastures and crops.

Eyjafjallajökull (Islande)

Un rapport scientifique qui vient d’être publié dans le bulletin Proceedings of the  National Academy of Sciences révèle que l’arrêt du trafic aérien – et la panique que cela a provoqué dans les aéroports – en avril 2010, suite à l’éruption de l’Eyjafjallajökull, était justifié.

Les chercheurs ont analysé des échantillons de cendre du volcan et ont eu la confirmation qu’ils étaient susceptibles de causer une catastrophe. En effet, ces fragments très abrasifs auraient pu endommager les vitres des cockpits au point de rendre nulle la visibilité et ils étaient susceptibles de bloquer les moteurs des avions.

Il est écrit dans le rapport que ces résultats d’analyses pourraient servir de référence pour la conduite à tenir lors de futures éruptions.

 

Cette étude entraîne de ma part un certain nombre de remarques :

Comment se fait-il que ces conclusions ne parviennent que plus d’un an après l’événement? Il n’est pas besoin d’être un éminent scientifique pour se rendre compte que les cendres volcaniques – celles de l’Eyjafjallajökull en particulier – sont abrasives. Un simple examen au microscope le montre en quelques minutes !!

S’agissant du blocage des moteurs, l’étude fait référence aux problèmes rencontrés par les pilotes lors de l’éruption du Galunggung en 1982, mais elle ne fait aucune allusion aux résultats obtenus avec des avions « renifleurs de cendre » durant l’éruption islandaise de 2010 ! Ces tests s’étaient révélés relativement négatifs car les dégâts subis par les appareils étaient jugés négligeables.

Pour terminer, aucune comparaison n’est faite entre la densité de cendre dans les panaches de l’Eyjafjallajökull et dans ceux du Galunggung. Comme plusieurs scientifiques l’ont fait remarquer à l’époque de l’éruption islandaise, l’arrêt du trafic aérien était justifié lors de la première phase de l’éruption mais l’était beaucoup moins par la suite.

 

Reste à savoir maintenant quelle sera l’attitude des compagnies aériennes si une nouvelle éruption de ce type se produit ! Je ne suis pas certain qu’elles suivront les conclusions de cette étude scientifique ! Il ne faudrait pas oublier que les panaches de cendre de l’Eyjaflallajökull n’ont rien à voir avec ceux de volcans comme le Mont St Helens ou le Merapi  (dont la dernière éruption n’a que très peu perturbé le trafic aérien en Asie). Il est fort à parier que des compagnies comme Air France, British Airways ou la Lufthansa ne sont pas prêtes à connaître de nouvelles pertes financières s’il n’est pas prouvé de manière irréfutable (ce qui n’a pas été le cas en 2010) que leurs passagers sont mis en danger.

Etna & Stromboli (Sicile / Italie)

drapeau francais.jpgLe calme est revenu sur l’Etna après le bref épisode éruptif du 10 avril dont on peut voir les traces sur l’image satellite mise en ligne par la NASA. 51 jours s’étaient écoulés entre cette dernière colère du volcan et la précédente qui avait eu lieu le 18 février 2011. Il y a de fortes chances pour que l’Etna se manifeste à nouveau d’ici quelques semaines (en juin ?), lorsque la pression des gaz sera suffisante. On peut imaginer que le Cratère SE sera à nouveau le siège de cet événement.

De son côté, le Stromboli est particulièrement calme en ce moment avec, en moyenne, 9 événements explosifs de faible intensité chaque heure.

 

drapeau anglais.jpgThe situation is quiet again on Mount Etna after the short eruptive episode that occurred on April 10th and that can be seen on NASA’s satellite image here below. The time span with the previous eruption (February 18th) was 51 days and the odds are that another eruption will take place in a few weeks (some time in June?) once gas pressure is sufficient. The SE Crater will probably be again the seat of the event.

As far as Stromboli is concerned, the situation is very quiet with an average of 9 low-intensity explosive events each hour.

Etna-NASA.jpg
Les traces laissées par la dernière éruption de l’Etna.
(Avec l’aimable autorisation de la NASA)