Les volcans pleurent…

Je suis très triste. François Le Guern vient de nous quitter et de rejoindre celui qu’il appelait son « patron », Haroun Tazieff, dans un autre monde. La maladie a eu raison de cet homme avec lequel la volcanologie perd une sacrée pointure. Scientifique de génie, il avait mis au point plusieurs systèmes de mesures sur les volcans de la planète, et les Américains ou les Japonais n’hésitaient pas à faire appel à ses compétences.

J’avais rencontré Fanfan à plusieurs reprises ces derniers temps et j’avais remarqué que la maladie avait tendance à gagner rapidement du terrain. Ma dernière rencontre a eu lieu le 7 mai dernier lors de l’assemblée générale de l’ADIS, association que le volcanologue avait créée dans le but de diffuser la culture scientifique en partageant l’émotion vécue sur le terrain.

Poussant la tyrolienne en jouant de cet accordéon dont il ne se séparait jamais, Fanfan m’a permis de connaître des moments très chaleureux. En particulier, je n’oublierai jamais cette soirée dans la banlieue de Bruxelles où nous nous sommes retrouvés entre amis au terme d’une journée à la mémoire d’Haroun Tazieff…

Adieu Fanfan.   

Le-Guern.jpg
(Photo: C. Grandpey)