Mayon (Philippines)

drapeaufrancais.jpgBien que l’on parle peu du volcan, il faut savoir que l’alerte de niveau 2 est toujours en vigueur. En effet, les mesures effectuées la semaine dernière (émissions de SO2, sismicité, déformation du sol, incandescence au niveau du cratère et activité de dégazage) justifient le maintient du niveau 2 qui indique une activité modérée.

Samedi les émissions de SO2 atteignaient 1001 tonnes par jour et 815 tonnes vendredi. Le PHILVOCS considère que la normale pour le volcan se situe au-dessous de 500 tonnes par jour. 

Les sismos ont enregistré samedi 2 séismes d’origine volcanique et 6 effondrements provoqués par des chutes de blocs sur le front des coulées sur les hautes pentes du volcan.  

Avec l’alerte de niveau 2, le PHILVOCS conseille fortement à la population d’éviter la zone de danger permanent de 6 km de rayon autour du Mayon.

 

drapeau anglais.jpgAlthough little is said about it, alert level 2 is still in effect. Indeed, monitored parameters such as SO2 emissions, seismicity, ground deformation, crater glow and steaming activity in the past week are still appropriate for alert level 2 or moderate unrest.”

Last Saturday, Mayon had an SO2 emission rate at an average value of 1001 tons/day and 815 tonnes/day on Friday. Phivolcs consider 500 tonnes and below SO2 emission as “normal” for the volcano.

Seismographs on Saturday also recorded two volcanic earthquakes and six rockfall events related to the detachment of lava fragments at the volcano’s upper slopes.

With Alert Level 2 in effect, PHILVOCS strongly recommends that the public should not enter the six-kilometre radius Permanent Danger Zone around Mayon.

Pu’uO’o (Kilauea / Hawaii / Etats Unis)

drapeaufrancais.jpgLe Pu’uO’o permet à la lave de dégazer avant sa sortie sur le Thanksgiving Eve Breakout (TEB) à 2 km plus à l’est. Les dernières mesures du SO2 ont révélé 1100 tonnes par jour le 21 janvier dernier. Le 22 janvier, à 10h30, une petite portion de la lèvre située juste devant la webcam s’est écroulée dans le cratère en projetant de petits morceaux de roche sur le verre protecteur. Cet effondrement a révélé une bouche incandescente au pied de la paroi opposée. Jusqu’à présent, cette bouche n’apparaissait pas sur les images de la webcam. Elle était la source de la lueur que l’on voyait la nuit depuis plusieurs semaines.

Une telle bouche s’ouvre de temps en temps dans le Pu’uO’o. J’ai eu la chance de pouvoir photographier l’une d’entre elles depuis la lèvre du cratère en 1998 (voir photo ci-dessous). C’était comme un chaudron au fond duquel bouillonnait une soupe couleur d’or. Un peu plus tard, la descente au fond du Pu’uO’o fut une aventure qui faillit tourner au drame quand nous (Guy de St Cyr et quatre autres amis) fûmes pris dans un nuage de gaz qui  rendit extrêmement difficile notre sortie du cratère. Je raconte cet épisode dans Volcanecdotes, un livre que j’ai écrit quelques années plus tard… 

 

drapeau anglais.jpgThe Pu`u `O`o crater allows lava to degas before erupting from the TEB vent, located 2 km to the east. The most recent SO2 emission rate measurement was 1,100 tonnes/day on January 21st. On January 22nd just before 10:30 am, a small sliver of the rim immediately in front of the webcam fell into the crater, ejecting small rock bits onto the camera’s protective glass. The collapse revealed a glowing hole at the base of the opposite wall of the crater. Up to now, the hole was not visible in the webcam. It is the source of the strong glow that can be seen at night.

Such a vent opens from time to time in Pu’uO’o. I could observe one of them from the crater rim in 1998 (see photo below). It was like a cauldron at the bottom of which a gold-coloured soup was bubbling. Next, getting down into the crater was quite an adventure when we (I mean Guy de St Cyr and four other friends) were trapped in a thick cloud of gas and nearly failed to find our way back! This episode is one of the Volcanecdotes, a book I wrote some years later…

ESA-41-bis.jpg
(Photo: C. Grandpey)