Dernières nouvelles de La Palma (Iles Canaries) // Latest news from La Palma (Canary Islands)

18:00 : Serait-ce le début de la fin? Personne ne le sait, mais la sismicité, surtout aux profondeurs intermédiaires, a beaucoup baissé ces dernières heures à La Palma. Il faut toutefois rester très prudent : Le signal de tremor n’a pas encore atteint son minimum et les émissions de SO2, même si elles sont en baisse, restent élevées. L’éruption continue.

Les scientifiques ont détecté en fin de matinée ce samedi 4 décembre 2021 une réactivation de la coulée sud qui passe derrière Montaña Cogote et qui avance vers la zone de La Majada. Elle a toutefois ralenti sa progression au cours des dernières heures et avance lentement.
En revanche, 76 jours depuis le début de l’éruption, l’activité du flanc nord-est, où l’accumulation de matériaux a édifié un cône strombolien accompagné d’une activité effusive, l’émission de lave s’est arrêtée. Dans le même temps, au niveau du cône principal, l’activité s’est concentrée dans l’une des sources situées au sud-est, d’où sortait hier 3 décembre une coulée qui se qui se dirigeait vers le sud-ouest, vers Las Manchas, mais elle ne progresse actuellement que très lentement. Les coulées de lave qui ont affecté ces derniers jours le secteur du Fronton sont pratiquement inactives.
La zone affectée par l’éruption reste estimée à 1 146 hectares. La superficie des deltas de lave est d’environ 48 hectares. On estime que la superficie cultivée affectée par l’éruption atteint actuellement 350,39 hectares, soit 1,53 ha de plus que le dernier relevé. 217,37 hectares correspondent à des bananeraies, 61,2 à des vignobles et 26,72 à des avocatiers.

Sources: IGN, Pevolca.

—————————————

6:00 pm : Could this be the beginning of the end? Nobody knows, but seismicity, especially at intermediate depths, has dropped significantly in recent hours at La Palma. The tremor signal has not yet reached its minimum and SO2 emissions are sytill elevated. The eruption continues.
Scientists detected at the end of the morning of December 4th , 2021 a reactivation of the southern lava flow which passes behind Montaña Cogote and which advances towards the area of ​​La Majada. However, it has slowed its progress in the last few hours and is moving slowly.
On the other hand, 76 days since the start of the eruption, activity of the northeast flank, where the accumulation of materials built a Strombolian cone accompanied by effusive activity, the emission of lava has stopped. At the same time, at the main cone, activity was concentrated in one of the sources located to the south-east which, on December 3rd, emitted a flow which was heading south-west, towards Las Manchas, but it is currently progressing very slowly. The lava flows which affected the Fronton area in recent days are practically inactive.
The area affected by the eruption remains estimated at 1,146 hectares. The area of ​​the lava deltas is approximately 48 hectares. It is estimated that the cultivated area affected by the eruption is currently 350.39 hectares, 1.53 hectares more than the last survey. 217.37 hectares correspond to banana plantations, 61.2 to vineyards and 26.72 to avocado trees.
Sources: IGN, Pevolca.

Situation beaucoup plus calme sur le Cumbre Vieja ce soir (capture écran webcam)

La cendre de l’Etna perturbe la vie des Siciliens

Les Siciliens aiment bien l’Etna, mais les désagréments causés par les pluies de cendres à répétition qui accompagnent les paroxysmes commencent à avoir raison de leur bonne humeur.

Le 10ème paroxysme observé le 7 mars 2021 au matin a causé de sérieux désagréments dans toute la partie ionienne de la Sicile, de Giarre à Fiumefreddo, en passant par Sant’Alfio et Milo. La cendre a recouvert les places et les routes en provoquant de sérieux ralentissements de la circulation. De nombreuses routes sont devenues impraticables en raison de la couche de lapilli. Dans les zones rurales, les cultures ont été endommagées car des lapilli aussi gros que des noix ont recouvert la terre. Les équipes des autoroutes siciliennes ont travaillé d’arrache pied pour rendre les chaussées à nouveau praticables. Au début, deux voies de circulation ont été rouvertes et le trafic a ensuite pu reprendre normalement. .

Selon l’INGV, le dernier paroxysme était prévisible car vers 2 heures du matin une activité strombolienne avait animé la Voragine, la Bocca Nuova et le Cratère Nord-Est.

Comme je l’ai indiqué dans ma description du paroxyme, le moment le plus intense a été observé à partir de 7 heures lorsque l’activité du Cratère Sud-est est passée du strombolien à la fontaine de lave. L’INGV a alors détecté la formation d’une colonne éruptive dépassant la hauteur de 10000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le panache de cendre et de lapilli s’est dirigé vers l’est en occasionnant les pluies de cendre qui viennent d’être décrites.

L’épisode éruptif a produit une coulée de lave de plusieurs bras qui s’est dirigée vers la Valle del Bove où le front s’est arrêté à une altitude de 2400 mètres. Le panache s’étant dirigé vers l’est, l’aéroport de Catane n’a pas été impacté par ce paroxysme.

Source : La Sicilia.

Fontaines et coulées de lave font partie du spectacle offert par l’Etna

Iles Canaries: La tempête de sable a provoqué un désastre agricole // Canary Islands: Sandstorm caused agricultural disaster

Hier, j’ai consacré un chapitre de ma note «Volcans du monde» au calima, une impressionnante tempête de sable qui a affecté les îles Canaries entre le 22 et le 24 février 2020. Les calimas sont des tempêtes de sables accompagnées de vents chauds qui transportent le sable du Sahara vers les îles Canaries. Ces vents sont capables de propulser la poussière à des milliers de mètres au-dessus de l’Océan Atlantique.
La tempête de sable a été un désastre pour l’agriculture des îles Canaries. Les autorités s’attendent à des dégâts sur le long terme. En effet, non seulement la récolte actuelle est perdue, mais les prochaines sont également menacées.
Il se dit que la tempête de sable est la pire depuis 40 ans. Elle a entraîné l’annulation de centaines de vols, bloquant des milliers de touristes; elle a ravivé les feux de végétation, avec l’évacuation de milliers de personnes ; mais elle a surtout gravement affecté le secteur agricole. Parmi les cultures les plus touchées figurent la banane, la pomme de terre et l’avocat. Les fleurs ornementales sont également menacées.
Dans certaines régions, l’impact de la tempête sur les bananeraies est le même que celui de la tempête tropicale « Delta » en 2005. De nombreuses plantations devront être déracinées et semées à nouveau, avec l’investissement que cela implique. Il se peut qu’il y ait une année de perte car les futures récoltes sont également menacées.
S’agissant des cultures de pommes de terre, les zones touchées par la tempête de sable sont celles qui n’avaient pas encore été affectées par la sécheresse. On craint une baisse de production de près de 50 pour cent.
Les légumes à feuilles vertes comme la laitue et la scarole ont également été gravement endommagées. Les tomates ont aussi beaucoup souffert à La Aldea. Les avocats étaient en pleine floraison :la prochaine récolte sera donc compromise.
Une évaluation des dégâts est en cours et il faudra probablement plusieurs jours pour évaluer la totalité des pertes qui, selon les autorités locales, est susceptible d’être « substantielle ».
Source: The Watchers.

——————————————-

Yesterday, I devoted a chapter of my post « Volcanoes of the world » to calima, an impressive sandstorm that affected the Canary Islands between February 22nd and 24th, 2020. Calimas are hot wind storms that carry sand towards the Canary Islands from the Sahara; they are capable of lifting dust thousands of metres above the Atlantic Ocean.

The sandstorm was a disaster to agriculture in the Canary Islands. Agrarian leaders are expecting the damage to be long-term. Indeed, not only the current harvest was lost, but the next ones are also at risk.

The sandstorm was described to be the worst in 40 years. It cancelled hundreds of flights, stranding thousands of tourists; it exacerbated bushfires, forcing thousands to evacuate; and above all, it badly affected the agricultural sector. Among the worst-hit crops are banana, potato, and avocado. Ornamental flowers are also threatened.

In some parts, the impact of the storm on banana plantations may be the same as that of Tropical Storm « Delta » in 2005. Many plantations will have to be uprooted and sown again, with the investment that this entails. There may be a year of loss ahead as future harvests are also at risk.

For potato crops, the areas hit by the sandstorm are those which had not yet been affected by the drought. It is feared that there will be a reduction in the production of potatoes at nearly 50 percent.

Green leafy vegetables such as lettuce and escarole were also severely hit. Tomato crops in the municipality of La Aldea were impacted. Avocados were ravaged in the middle of the flowering period, thus, the next harvest will be compromised.

The damage assessment is now underway and it may take days to finalize the full extent which is likely to be « substantial, » according to the local authorities..

Source : The Watchers.

La tempête de sable vue depuis l’espace (Source: NASA)

Effets du réchauffement climatique

La radio française France Info (https://www.francetvinfo.fr/) a mis en ligne plusieurs articles montrant les effets du réchauffement climatique.

Avec la hausse des températures, forêts, déserts, paysages et même le cycle de l’eau risquent de subir une « transformation majeure » au cours du prochain siècle. C’est la conclusion d’une étude publiée le 31 août dans la revue Science. L’étude s’appuie sur des fossiles et des relevés de température remontant à 21 000 ans, à la fin de la dernière période glaciaire, lorsque la température planétaire a augmenté de 4 à 7 degrés. Les experts ont souligné que leurs prévisions étaient prudentes, car ce réchauffement lointain a été causé par des variations naturelles et sur une période beaucoup plus longue. Certains changements se manifestent déjà dans le sud-ouest des Etats-Unis, où des incendies sans précédent détruisent des dizaines de milliers d’hectares de forêts. Selon l’étude, dans les 100 à 150 prochaines années, ces changements vont probablement s’étendre aux savanes et aux déserts, bouleversant les écosystèmes et menaçant la faune et la flore, en particulier en Europe et aux Etats-Unis. Selon les scientifiques, si les émissions de gaz à effet de serre sont plafonnées aux objectifs fixés par l’Accord de Paris de 2015, « la probabilité d’une modification à grande échelle de la végétation est inférieure à 45% ». En revanche, si les engagements pris ne sont pas respectés, cette probabilité est « supérieure à 60% ». Un tel bouleversement n’affectera pas seulement les forêts, mais aussi l’eau potable et le cycle même de l’eau.

Selon une autre étude parue dans la revue Science le 30 août 2018, le réchauffement climatique a un impact direct sur les cultures, mais aussi sur leurs ravageurs. La hausse des températures pourrait stimuler la croissance des insectes et leur appétit, y compris celui des nuisibles qui dévorent par exemple le maïs, le riz et le blé. Des chercheurs de l’Université de l’Etat de Washington en concluent que la production agricole mondiale pourrait voir son rendement réduit. Les insectes ont tous en commun de manger plus quand il fait plus chaud. Dans les régions tempérées, la hausse des températures va en outre permettre aux insectes de se reproduire plus vite. Les chercheurs ont évalué la perte agricole supplémentaire en simulant l’impact d’une hausse de température de 2°C sur le métabolisme des insectes et en calculant l’appétit supplémentaire ainsi engendré. Leur calcul ne prend pas toutefois pas en compte l’éventualité d’une utilisation plus importante de pesticides pour prévenir ces ravages. Selon leurs estimations, Etats-Unis, France et Chine subiraient les plus fortes pertes. Pour la France, ils estiment que la perte actuelle due aux insectes représente 6,6% de la production pour le maïs, et que cette perte passerait à l’avenir à l’équivalent de 9,4%. Une espèce invasive devrait particulièrement en profiter : le puceron russe du blé. Ce puceron vert d’un ou deux millimètres a colonisé les Etats-Unis dans les années 1980 et s’attaque au blé et à l’orge.

En France, un tiers de la production annuelle d’huîtres et la totalité des moules ont été tuées, cet été, dans l’étang de Thau (Hérault) par la malaïgue (« mauvaise eau » en occitan) qui se caractérise par une coloration blanche des eaux. Le phénomène ne s’était pas manifesté sur l’étang depuis 2006. La propagation d’algues, lié au réchauffement climatique, engendre une chute de la teneur en oxygène de l’eau, ce qui décime les huîtres. Les moules succombent pour leur part aux fortes températures de l’eau (plus de 29°C enregistrés sur huit jours cet été dans l’étang). Les pertes sont estimées à près de six millions d’euros.

A côté de ces effets négatifs du réchauffement climatique, il est une conséquence qui fait sourire les viticulteurs. Plus l’année est chaude, plus la date des vendanges est précoce. Et l’année 2018 n’échappe pas à la tendance observée depuis plusieurs dizaines d’années : les vendanges ont commencé très tôt cette année dans certains vignobles, comme en Alsace et en Champagne. Cette évolution de la date du lancement de la récolte viticole est directement liée au changement climatique, comme le rappelle le ministère de la Transition écologique et solidaire, pour qui « une évolution conduisant à une avancée de la date des vendanges est un marqueur efficace du réchauffement climatique, et de la réaction de la végétation ». En moyenne, les vendanges ont lieu 15 jours plus tôt qu’il y a 40 ans. Cet avancement a un impact très concret sur la production vinicole car il se traduit par une hausse du taux de sucre dans les baies de raisin, donc par une hausse du degré d’alcool. Cette hausse est de l’ordre d’un degré tous les dix ans dans les vignobles du sud du pays, et d’environ 0,5 ou 0,7 degré dans ceux du Nord.

Photo: C. Grandpey