L’Islande peut faire sourire ! // Iceland can make us smile !

drapeau-francaisNe tombez pas dans le panneau!

J’aime beaucoup lire la presse nordique, celle d’Islande en particulier. Parmi les dernières nouvelles de ce pays, on peut lire que le panneau montrant un touriste en train de faire ses besoins (voir ci-dessous) est de plus en plus répandu pour inciter les gens à se rendre dans les lieux prévus à cet effet. Avec le nombre croissant de visiteurs, les touristes peu scrupuleux sont devenus un problème en Islande, probablement à cause du manque de sanitaires ou pour d’autres raisons dont une qui s’appelle le sans-gêne. En 2015, on a vu des touristes déféquer dans le centre-ville de Reykjavik, à l’extérieur d’un magasin, sur les chemins de randonnée dans les hautes terres de l’intérieur, ainsi qu’à la chute d’eau de Gullfoss. Le problème semble toutefois être moins présent cette année.

Campings bruyants.

Un autre problème a été constaté dans les campings islandais: Le bruit produit par les Islandais ivres et bruyants ! Il a fallu rembourser des touristes dérangés par les manifestations bruyantes d’Islandais ivres dans le camping très fréquenté de Flúðir, dans le sud de l’Islande. Suite à ce problème, le camping a été divisé en deux sections, l’une pour les touristes, l’autre pour les habitants de la région. La nouvelle division n’est pas ferme et définitive mais il est vrai que les Islandais ont tendance à faire davantage la fête que les étrangers pendant le week-end. La fréquentation du camping a doublé par rapport à l’année dernière. Le terrain de camping est vaste et personne ne se plaint vraiment de la séparation mise en place. Je me souviens d’avoir campé un soir dans le nord de l’Islande. Un jeune homme est venu me voir pour me prévenir qu’il allait faire la fête avec ses amis et il m’a conseillé de planter ma tente un peu plus loin pour ne pas être dérangé. Sympa, n’est-ce pas?

Epousailles islandaises ?

Le Ministère des Affaires Etrangères islandais a reçu des dizaines de demandes d’hommes intéressés par l’offre de 5000 dollars, émanant du gouvernement, d’épouser une femme islandaise afin de compenser le manque d’hommes dans le pays. Malheureusement pour les intéressés, cette offre alléchante est un canular publié sur le site web «The Spirit Whispers». Écrite en mauvais anglais, l’annonce indiquait que «En raison de la plus forte proportion de femmes que d’hommes, le gouvernement de ce pays a eu recours à la solution d’accorder 5000 dollars par mois par immigrant qui épouserait une Islandaise.»
En dépit de la nature douteuse de l’annonce, des dizaines d’hommes ont contacté le Ministère des Affaires Etrangères pour obtenir plus d’informations sur cette offre qui était trop belle pour être vraie ! Chaque courrier a reçu une réponse précisant que l’offre était un canular et qu’il n’y a eu absolument aucune initiative du gouvernement pour inciter des hommes étrangers à venir en Islande épouser les femmes de ce pays!

Source : Iceland Review.

————————————–

drapeau-anglaisStrange signs!

I love reading the newspapers of northern countries, including Iceland. Among the latest news from this country, we can read that the « pooping tourist » sign is becoming increasingly popular around Iceland to warn tourists against pooping, where they’re not supposed to.

With the increasing number of visitors, pooping tourists have become somewhat of a problem in Iceland, probably because of the lack of facilities or other reasons like bad manners. In 2015, tourists were reported defecating in the city centre outside a store, in the highlands in popular hiking paths and at Gullfoss waterfall.  The problem seems to have subsided this year.

Noisy campsites.

Another problem is often present in Icelandic campsites: The noise made by drunk, noisy Icelanders! Cases of refunds for tourists disturbed by the drunken antics of Icelanders at the very popular campsite in Flúðir, South Iceland, have occurred and now the campsite is divided into two sections, one for tourists, one for locals. The new division is not a firm rule but Icelanders camping there tend to party more on weekends than the foreign ones. Figures have doubled at the campsite compared to last year. No one has complained about the separation, it’s a large camping site. I remember camping in northern Iceland and a young man coming to see me to warn me that he would be partying with his friends. He advised me to pitch my tent a bit farther away in order not to be disturbed. Nice, isn’t it?

Icelandic mariages?

Iceland’s Foreign Ministry has received dozens of enquiries from men interested in taking up the Icelandic government’s offer of $5,000 to marry an Icelandic woman and make up for the lack of men in the country. Unfortunately for the interested gentlemen, the exciting offer is a hoax posted on a website called ‘The Spirit Whispers’. Written in poor English, the offer said that “Because of the high proportion of females than males have resorted government of that country to the solution is to grant $ 5,000 per month per immigrant marries Icelandic.”

Despite the questionable nature of the posting, dozens of men have contacted Iceland’s Foreign Ministry to get more information on this too-good-be-true offer. Every enquiry has been personally answered, obviously to the effect that the piece is a complete hoax and that there is absolutely no initiative in place to pay foreign men to come to Iceland and marry local women!

Source : Iceland Review.

Islande 01

La Nature peut sourire ! // Nature can smile !

drapeau-francaisCes jours-ci, on voit passer en boucle sur les réseaux sociaux une image du petit cratère situé dans la partie ouest du Pu’uO’o à Hawaii. Réalisée depuis un hélicoptère de l’agence Paradise Helicopters, elle donne l’impression que le volcan est en train de sourire.

Personnellement, j’ai pris une photo assez semblable du glacier Worthington, près de Valdez en Alaska. Là aussi, la Nature avait l’air de se réjouir de ma présence…

————————————

drapeau-anglaisThese days, one can see on social networks an image of the small crater located in the western part of Pu’uO’o volcano on Hawaii Big Island. Taken from a helicopter of the Paradise Helicopters agency, it gives the impression that the volcano is smiling.

Personally, I took a fairly similar picture of the Worthington Glacier near Valdez, Alaska. Again, Nature seemed pleased to see me…

Sourire 2

Image extraite d’une vidéo Paradise Helicopters.

Sourire

Glacier Worthington (Alaska) [Photo: C. Grandpey]

Les dangers des deltas de lave // The dangers of lava deltas

drapeau-francaisA Hawaii, la coulée 61g de lave reste active et continue à entrer dans l’océan. Pélé, la déesse du feu, a donc retrouvé sa soeur, Na Maka, la déesse de la mer. Au moment où elle tombe du haut de la falaise pour atteindre la mer, la coulée à une vingtaine de mètres de large. Un autre bras de lave avance également le long de la bordure ouest de la coulée principale. En cliquant sur ce lien, vous pourrez voir une vidéo tournée par l’agence Paradise Helicopters :
https://youtu.be/xf_rUnmU78o

Chaque jour, des centaines de touristes (ils étaient 2000 dans la soirée de lundi dernier!) vont à pied ou en bateau admirer le mariage de la lave et de l’eau. Quelques-uns s’approchent très près de la coulée tandis que d’autres gardent leurs distances. Le HVO rappelle que lorsque la lave entre dans l’océan pendant des périodes prolongées – ce qui contribue à l’agrandissement de la Grande Ile – le phénomène comporte de nombreux risques.
Il existe quatre risques principaux associés aux entrées de lave dans l’océan :

1) L’effondrement brutal de la banquette formée par accumulation de la nouvelle lave,

2) Les explosions déclenchées par cet effondrement,

3) Les vagues d’eau à très haute température qui viennent frapper le rivage,

4) Le panache de vapeurs acides (acide chlorhydrique en particulier) et de minuscules particules de lave entraînées par le vent au-delà du point d’entrée.
Les trois premiers dangers peuvent être mortels ou causer des blessures graves. Le quatrième peut provoquer des difficultés respiratoires, en particulier chez les personnes souffrant déjà de maladies respiratoires. En effet, l’inhalation ou le contact avec les gaz et les vapeur acides contenus dans le panache peut irriter la peau, les yeux et les voies respiratoires.
La lave qui pénètre dans l’océan se refroidit rapidement et se fractionne en une multitude de fragments qui s’accumulent sur le plancher océanique où ils construisent une base instable sur laquelle les nouvelles coulées de lave viennent se superposer. Cette nouvelle terre s’appelle un delta de lave. Au fur et à mesure que ces deltas de lave s’agrandissent, ils tendent à s’affaisser sous le poids de la nouvelle lave qui les recouvre jour après jour. Lorsque les matériaux sous-jacents ne peuvent plus supporter la masse de plus en plus lourde du delta, ou à cause d’un glissement de terrain sous la surface de l’océan, le delta s’effondre.
Au cours de l’effondrement, la lave vient instantanément en contact avec l’eau de mer. Au contact de cette lave dont la température est supérieure à 1100°C, l’eau de mer vaporise instantanément, ce qui déclenche de puissantes explosions avec projections de matériaux incandescents. Certaines de ces explosions peuvent projeter des blocs de près d’un mètre de diamètre jusqu’à 300 mètres à l’intérieur des terres. Pendant un important effondrement du delta en 1993, et malgré une interdiction d’accès du site par le Parc des Volcans, un photographe a été emporté par la mer. Plus d’une douzaine d’autres personnes ont été blessées alors qu’elles tentaient de fuir.
De grandes vagues peuvent déferler sur le rivage, à cause de la houle normale, ou suite à l’effondrement soudain d’un delta de lave, avec des projections d’eau bouillante sur le delta de lave et à proximité. Des personnes qui se trouvaient dans cette zone ont reçu des brûlures au deuxième degré. En 2000, la mort de deux personnes gravement brûlées qui se trouvaient près d’une entrée de lave dans l’océan a été causée par l’inhalation de vapeurs acides.
La meilleure façon d’éviter ces dangers est de ne jamais aller s’aventurer sur un delta de lave actif et, lorsqu’un nouveau delta de lave avance de quelques dizaines de mètres au-delà de la falaise côtière, il est recommandé de rester au moins à 400 mètres de l’endroit où la lave entre dans la mer. De petits fragments de roche peuvent tomber au-delà de cette distance lors de grandes explosions déclenchées par l’effondrement d’un delta de lave.

————————————-

drapeau-anglaisAt Hawaii, the 61g lava flow remains active and is still entering the ocean. Pele, the Goddess of Fire, has once again reunited with her sister, Na Maka, the Goddess of the Sea. The flow is about 20 metres wide where it spills over the sea cliff. Another narrow lobe of the flow has advanced along the west margin of the main flow. By clicking on this link, you will see a Paradise Helicopters video showing the lava flow:

https://youtu.be/xf_rUnmU78o

Dozens of visitors (they were 2,000 last Monday in the evening!) made their way on foot and by boat to watch lava interacting with the Pacific Ocean. Some stood directly over the main breakout feeding lava into the water while others kept their distance. HVO reminds people they should keep in mind that when lava enters the ocean for sustained periods of time, the island-building activity creates a unique set of hazards.

Four main dangers associated with lava flowing into the ocean include 1) the sudden collapse of new land and adjacent sea cliffs into the ocean, 2) explosions triggered by the collapse, 3) waves of scalding hot water washing onshore, and 4) a steam plume that rains hydrochloric acid and tiny volcanic glass particles downwind from the entry point.

The first three of these dangers can be deadly or cause serious injury. The fourth can cause breathing difficulties, particularly for people with pre-existing respiratory diseases. This is because inhaling or contacting the acid gases and liquids in the plume can irritate skin, eyes, and respiratory tracts.

Lava streaming into the ocean cools rapidly and shatters into sand-sized and larger angular fragments that accumulate on the steep submarine slope where they build an unstable foundation upon which lava flows can spread above sea level. This new land is called a lava delta. As lava deltas grow seaward and along the shoreline, they slowly settle or sink as the loose debris shifts under the weight of the overlying lava flows. When the underlying debris can no longer support a delta’s growing mass, or is undercut by a deeper submarine landslide, the delta collapses into the ocean.

During a collapse, the lava flow instantly comes into contact with seawater. With temperatures higher than 1,100 degrees Celsius, active lava causes seawater to flash to steam, which triggers an explosive blast of rocks, steam, and molten lava fragments into the air. The largest of these explosions have hurled rocks nearly a metre in size as far as about 300 metres inland from the collapsed delta. During a large delta collapse in 1993, and despite a well-posted closure in Hawaii Volcanoes National Park, a photographer was swept out to sea. More than a dozen other people were also injured when they attempted to flee the hot rocks and lava fragments hurled onshore.

Unexpected large waves produced by normal ocean swells or sudden collapse of an active lava delta can send scalding hot water crashing onto shore, both inland and adjacent to lava deltas. People standing in these areas have received second-degree burns from the hot water swept onshore. In 2000, the deaths of two severely burned individuals found near an active coastal lava flow were caused by the inhalation of acidic steam from the ocean entry.

The best way to avoid these hazards is to never walk onto an active lava delta, and, once a new lava delta extends a few tens of metres from the old sea cliff, stay at least 400 metres away from where lava enters the sea. Small rock fragments can even fall beyond this distance during large explosions triggered by lava delta collapse.

Delta lave

Delta de lave et coulée active à Hawaii (Photo: C. Grandpey)

 

Pavlof (Iles Aléoutiennes / Alaska)

drapeau-francaisSelon un message que m’a adressé hier soir l’AVO, on observait le 28 juillet un fort dégazage du Pavlof sur les images des webcams installées à Cold Bay et Black Hills. Les images satellites et les pilotes d’aéronefs font état d’un panache de vapeur avec un peu de cendre qui monte jusqu’à 4,5 km d’altitude. La sismicité est relativement élevée, avec des épisodes de tremor.

En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne est passée à l’Orange, tandis que l’alerte volcanique a été élevée à Vigilance.

———————————–

drapeau-anglaisAccording to a message I received last night from AVO, vigorous steam degassing was observed at Pavlof volcano in web camera images from Cold Bay and Black Hills on July 28th. Satellite observations and pilot reports indicate minor amounts of ash associated with the steam cloud at an altitude of less than 4.5 km. Seismicity remains elevated, with periods of volcanic tremor.

The Aviation Colour Code and the Volcano Alert Level have been raised to Orange and Watch, respectively.

Pavlof_modifié-1

Vue du Pavlof le 28 juillet 2016 (Source: AVO/Webcam Cold Bay)

 

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Vers une situation pré-éruptive?

drapeau-francaisDans son dernier bulletin en date du 28 juillet 2016, l’OVPF indique que, depuis la reprise de la sismicité le 13 juillet dernier, on a  enregistré 163 séismes volcano-tectoniques superficiels sous les cratères sommitaux; avec deux pics les 19 et 26 juillet, ainsi que 18 séismes sous l’île. 226 effondrements ont été observés dans le Cratère Dolomieu et sur la coulée d’août-octobre 2015.

S’agissant de la déformation de l’édifice volcanique, on note depuis le 13 juillet une reprise de l’inflation. Elle se poursuit à des taux semblables à ceux enregistrés avant les éruptions de 2015 et 2016, avec une élongation sommitale d’environ 1 mm/jour.

Les mesures de gaz révèlent depuis le 21 juillet, une augmentation modérée des concentrations moyennes en H2S au sommet. D’autre part, la baisse des concentration en CO2 au niveau du sol sur les stations lointaines pourraient marquer des épisodes de transfert magmatique profond vers de plus faibles profondeurs.

Le niveau d’alerte pour le Piton de la Fournaise est maintenu à Vigilance

———————————–

drapeau-anglaisIn its latest update (July 28th, 2016), OVPF indicated that since the resumption of seismicity on July 13th, there have been 163 shallow volcano-tectonic earthquakes beneath the summit craters; with two peaks on 19 and 26 July, as well as 18 earthquakes beneath the island. 226 collapses were observed in the Dolomieu Crater and along the August-October 2015 lava flow.
Regarding the deformation of the volcanic edifice, there has been a pickup in inflation since July 13th . It is going on at rates that are similar to those recorded before the 2015 and 2016 eruptions, with a summit elongation of about 1 mm / day.
Since July 21st, gas measurements have revealed a moderate increase in average concentrations of H2S at the summit. Moreover, lower CO2 concentration at ground level at the distant stations could reveal deep magmatic transfer episodes to lower depths.
The alert level for the Piton de la Fournaise is kept at “Vigilance.”

Déformation Piton

Illustration de la déformation sommitale depuis l’éruption du 26-27 mai 2016 (en jaune). Le graphique montre une ligne de base (distance entre deux récepteurs GPS) traversant le cratère Dolomieu d’est en ouest (en noir les données brutes, en bleu les données lissées sur une semaine). Une hausse est synonyme d’élongation et donc de gonflement du volcan. (Source : OVPF)

Noces de feu à Hawaii / A hot wedding in Hawaii

drapeau-francaisComme je l’ai indiqué précédemment, la lave est de nouveau entrée dans l’Océan Pacifique tôt le matin du 26 juillet. C’est un événement qu’attendaient impatiemment les touristes en vacances à Hawaii. En effet, la lave n’était pas allée flirter avec la mer depuis le mois d’août 2013. Le site d’entrée se trouve à l’intérieur du parc des Volcans et est accessible depuis Kalapana via la route de secours tracée lors de l’éruption de 2014 qui menaçait la bourgade de Pahoa. Il faut toutefois parcourir à pied une bonne quinzaine de kilomètres aller-retour depuis Kalapana pour atteindre la coulée 61g.

Cette entrée de lave dans l’océan fait le bonheur des agences de voyages de la Grande Ile. Les bateaux peuvent de nouveau conduire les visiteurs devant le spectacle qui est très beau depuis la mer. En 1998, à la demande de l’ami Guy de Saint Cyr (Agence Aventure et Volcans), j’avais réussi à trouver un pêcheur qui accepterait de nous conduire devant les coulées. A l’époque, pratiquement personne ne choisissait cette option pour observer l’éruption du Kilauea. Au début, le pêcheur a pensé que c’était un canular mais il a vite compris que je ne plaisantais pas. Depuis, cette découverte originale des coulées s’est répandue et plusieurs agences organisent des sorties en mer. Attention toutefois si vous êtes sujet au mal de mer car ça secoue parfois un peu ! Depuis la terre ferme, le spectacle est également très spectaculaire.

Vous verrez ci-dessous quelques photos montrant le douloureux mariage de la lave et de l’eau sur la côte sud de Big Island.

——————————–

drapeau-anglaisAs I put it previously, lava again entered the Pacific Ocean in the early morning of July 26th. It is an event that was eagerly expected by tourists on vacation in Hawaii. Indeed, lava had not fallen in love with the sea since August 2013. The entry site is located inside the Hawaiian Volcanoes National Park and is accessible from Kalapana via the emergency road that was built during the 2014 eruption that threatened the small town of Pahoa. However, visitors need to walk at least fifteen kilometres roundtrip from Kalapana to get to the 61g lava flow.
This lava entry is good news for the Big Island travel agencies. Boats can again take visitors to the show which is very nice from the sea. In 1998, at the request of my friend Guy de Saint Cyr (Aventure et Volcans), I managed to find a fisherman who accepted to take us in front of the lava flows. At the time, hardly anybody had chosen this option to observe the eruption of Kilauea volcano. At the beginning, the fisherman thought it was a joke but he soon realized that it was not. Since then, this original discovery of the lava flows has spread and several agencies organize boat trips. However take care if you are prone to seasickness because it sometimes shakes a little! The show is also very dramatic from the land.
Here are some pictures showing the painful marriage between lava and the ocean on the south coast of Hawaii Big Island.

Entree 00

Entree 01

Entree 03

Entree 04

Entree 05

Entree 06

Entree 07

Entree 08

Entree 09

Photos: C. Grandpey

Katla (Islande): Pas d’éruption en vue // No eruption in the short term

drapeau-francaisLe Katla est connu pour être l’un des volcans les plus dangereux d’Islande. A la moindre augmentation de la sismicité et à la moindre crue glaciaire, les volcanologues locaux le surveillent encore plus étroitement.
Une petite crue glaciaire est partie du glacier Mýrdalsjökull il y a quelques jours. Le niveau de la rivière glaciaire Múlakvísl a augmenté en même temps que l’on observait une intensification de l’activité sismique sur le Katla. Les deux phénomènes sont très souvent liés et ne sont pas inquiétants. Il est probable que l’eau de fonte des chaudrons de glace présents sur le Mýrdalsjökull  s’est écoulée dans la Múlakvísl qui naît sous le glacier, hypothèse soutenue par une augmentation de la conductivité dans la rivière. En l’état actuel des choses, la crue glaciaire est insignifiante par rapport celle survenue sur la Múlakvísl en 2011 et qui avait détruit un pont sur la route n°1. Il se peut que l’inondation causée par la crue détruise des passerelles sur les sentiers de randonnée dans la région. Un autre risque est la présence de gaz soufrés qui accompagnent la crue glaciaire et qui pourraient se concentrer dans les zones basses. Malgré tout, il n’y a rien de vraiment inquiétant. Ce type de crue est fréquent en été ; il correspond à une libération de l’eau hydrothermale sous le glacier et se produit tous les deux ans et parfois même tous les ans.
Il n’y a aucune indication d’une prochaine éruption du Katla dont la dernière colère remonte à 1918, avec des inondations et des retombées de cendre.
Sources: Iceland Rewiew & Iceland Geology, le site web de Jón Frímann.

———————————-

drapeau-anglaisKatla is known to be one of the most dangerous volcanoes in Iceland. At the slightest increase in seismicity and at the slightest glacial flood, local volcanologists monitor the volcano even more closely.

A small glacier flood started from Mýrdalsjökull glacier few days ago. The water level of the glacial river Múlakvísl has risen in line with increased seismic activity at Katla volcano. It is likely that melt water from cauldrons in Katla has flowed into Múlakvísl from underneath the glacier, a hypothesis supported by increased conductivity in the river. At the current stage, the glacial outburst flood is insignificant compared to the massive flood which occurred in Múlakvísl in 2011 and destroyed a bridge on the Ring Road. There is a minor risk of the flood destroying footpath bridges in the area it goes over Another risk is from sulphur gases from the glacier flood that might be concentrated in lower areas. However, this is a normal summer release of hydrothermal water from the glacier. It happens every other year and sometimes every year.

There are currently no indications of an upcoming volcanic eruption. Katla last erupted in 1918, causing flooding and ashfall.

Sources : Iceland Rewiew & Jón Frímann’s Iceland Geology.

Katla1918

Source: Wikipedia.