Journée calme sur l’Etna, avec sismicité en baisse // A quiet day on Mt Etna, with decreasing seismicity

drapeau-francaisLa journée d’aujourd’hui semble avoir été calme sur l’Etna. Les mauvaises conditions météo (épaisse couverture nuageuse) n’ont pas permis de faire de bonnes observations. Le tremor a retrouvé un niveau acceptable. L’INGV indique que la fréquence et la magnitude des événements sismiques enregistrés depuis avant-hier sur le versant NE « ont décliné de manière significative ». L’essaim sismique est en mettre en relation avec le « dégonflement de l’édifice volcanique suite à l’évacuation d’un important volume de magma ». C’est la réaction normale des structures tectoniques – la faille de Pernicana, par exemple – qui cisaillent la partie orientale de l’Etna.

————————————

drapeau-anglaisToday was calm on Mt Etna. The tremor has now regained normal levels. Visibility was quite poor because of the cloud cover. INGV indicates that the frequency and magnitude of seismic events on the northeast flank of the volcano are “decreasing significantly”. The earthquake swarm recorded since day before yesterday should be linked to “the deflation of the volcanic edifice as a consequence of the subtraction of a significant volume of magma”. It is the normal response of the tectonic structures – especially the Pernicana Fault – located in the eastern part of Mt Etna.

Tremor Etna

Source: INGV

COP21 : Sans la moindre illusion ! // Without the slightest illusion !

drapeau-francaisDrôle de COP21 ! Chaque journée me conforte dans l’idée que cette conférence sur le climat va déboucher sur un échec, ou sur des décisions qui ne seront pas contraignantes pour les nations les plus pollueuses. Le texte initial se réduit comme peau de chagrin, éclusé derrière des portes closes. La présidence française met la pression pour obtenir un accord dans les délais, afin de pouvoir annoncer au public un succès diplomatique, mais les paroles de Laurent Fabius sonnent faux et personne ne se fait vraiment d’illusion sur le résultat de la COP21 : Les négociateurs risquent fort de s’accorder sur un texte a minima. Les options susceptibles de déboucher sur des solutions réelles face au dérèglement climatique sont gentiment éclipsées.
Cerise sur le gâteau, en pleine COP21, Greenpeace publie des échanges de courrier avec d’éminents professeurs américains. Dans une vidéo que l’ONG fait tourner sur les réseaux sociaux (https://www.youtube.com/watch?v=4hsETp_06c4), on voit notamment un militant de Greenpeace s’approcher de William Harper, professeur de physique à l’Université de Princeton et ancien membre du ministère de l’énergie américain. Il lui serre la main et lui demande combien il a touché, lui ou son groupe de réflexion, de la part de Peabody, un producteur de charbon américain. William Harper n’aime pas du tout, se lève et l’insulte. Le militant est sorti manu militari de la salle de réunion.
Tout cela fait vraiment désordre, alors que les phénomènes climatiques extrêmes se multiplient dans le monde. Ces derniers jours, des pluies diluviennes ont causé de sévères inondations au Royaume-Uni et en Scandinavie, sous oublier une tempête de neige encore jamais vue en Islande.
Source : France Info.

——————————

drapeau-anglaisThe COP21 definitely looks very strange!. Every day confirms my idea that this climate conference will result in a failure, or decisions which will not be binding for the most polluting nations. The original text is reduced to a trickle, with bargaining behind closed doors. The French Presidency puts pressure to reach an agreement in time to be able to announce to the public a diplomatic success, but Laurent Fabius’ words don’t ring true and nobody really has illusions about the outcome of the COP21: Negotiators are likely to agree on a text at a minimum. The options that can lead to real solutions to climate disruption are kindly overshadowed.
Best of all, Greenpeace is releasing mail exchanges with prominent American professors. A video that can be seen on social networks (https://www.youtube.com/watch?v=4hsETp_06c4), shows a Greenpeace activist approach William Harper, Professor of Physics at Princeton University and former member of the US Department of Energy. He shakes his hand and asks him how much money he or his think tank received from Peabody, a US coal producer. William Harper does not like it at all, stands up and insults the activist who is forcibly expelled from the meeting room.
All this is really messy, while extreme weather events are increasing in the world. In recent days, torrential rains caused severe flooding in the UK and Scandinavia, as well as a snowstorm never seen in Iceland.
Source: France Info.

Mais qui donc a tué les dinosaures ? // Who on earth killed the dinosaurs ?

drapeau-francaisLa cause de la disparition des dinosaures il y a quelque 66 millions d’années est une question qui taraude le monde scientifique et aucune réponse définitive n’a été fournie à ce jour. Il y a quelques semaines, certains chercheurs faisaient coïncider l’activité volcanique des trapps du Deccan en Inde avec la collision d’un astéroïde dans la péninsule du Yucatan au Mexique. Aujourd’hui, les partisans de cette dernière théorie défendent leur beefsteak et émettent des doutes sur l’hypothèse volcanique. Parmi ceux-ci, des chercheurs de l’Université britannique de Leeds pensent que les écoulements basaltiques des trapps n’ont joué qu’un rôle mineur, voire négligeable, dans la disparition des dinosaures. Ils pensent que les quantités de dioxyde de soufre émises par ces éruptions étaient très insuffisantes pour affecter la vie animale ou végétale sur Terre. Leurs modélisations révèlent que les émissions de SO2 n’auraient provoqué qu’une baisse de 4,5°C des températures et que l’effet de cette chute du mercure n’aurait pas duré plus d’une cinquantaine d’années. Pour entraîner une extinction de masse, il aurait fallu que le refroidissement se prolonge pendant un siècle ou plus. Dans le même temps, d’autres scientifiques pensent que l’impact de l’astéroïde au Mexique a pu contribuer à accélérer l’activité éruptive en Inde.
Le débat reste donc ouvert et ne semble pas près d’être clos !
Source : The Washington Post.

———————————–

drapeau-anglaisThe cause of the disappearance of the dinosaurs some 66 million years ago is a question that torments the scientific world and no definitive answer has been provided yet. A few weeks ago, some researchers explained that volcanic activity in the Deccan trapps coincided with the collision of an asteroid in the Yucatan Peninsula in Mexico. Today, proponents of this last theory defend their arguments and cast doubt on the volcanic hypothesis. Among these, researchers from the British University of Leeds believe the basaltic flows of the Indiann trapps played only a minor, if not negligible, part in the disappearance of the dinosaurs. They think that the quantities of sulfur dioxide emitted by these eruptions were very insufficient to affect animal and plant life on Earth. Their models show that SO2 emissions probably caused a temperature drop of 4.5°C whose effect did not last more than fifty years. To cause a mass extinction, the cooling should have continued at least for one century. Meantime, other scientists think that the impact of the asteroid in Mexico contributed to accelerate the eruptive activity in India.
The debate remains open and does not seem close to being closed!
Source: The Washington Post.

Tyrannosaurus

Tyrannosaurus, l’un des derniers dinosaures à prospérer sur Terre avant l’extinction.
(Source : Wikipedia)