Hausse du niveau d’alerte du Sakurajima (Japon) // Alert level raised for Sakurajima (Japan)

drapeau francaisQuelques jours après le redémarrage d’un réacteur à la centrale nucléaire de Sendai, les autorités japonaises ont élevé à 4 le niveau d’alerte du Sakurajima et demandé aux habitants à proximité du volcan de se tenir prêts à évacuer. L’activité sismique a commencé à augmenter sur le Sakurajima vers 7 heures samedi matin et une éruption majeure pourrait se produire dans le court terme.
Le volcan est situé à une cinquantaine de kilomètres de la centrale nucléaire de Sendai qui se trouve également près de cinq grandes caldeiras, avec la plus proche à environ 40 km. Pourtant, l’Autorité de Régulation Nucléaire affirme que le risque d’une éruption volcanique majeure au cours de la durée de vie de l’usine de Sendai est négligeable.

——————————————–

drapeau anglaisA few days after the restart of a reactor at the Sendai nuclear plant, Japanese authorities have raised to 4 the alert level of Sakurajima and asked nearby residents to prepare to evacuate. Seismic activity started increasing on Sakurajima at about 7:00 on Saturday morning and a major eruption might occur in the short term.

The volcano is located about 50 km from the nuclear facility. It is also located near five giant calderas, with the closest one some 40 km away. Still, the Nuclear Regulation Authority (NRA) has said the chance of major volcanic activity during the lifespan of the Sendai plant is negligible.

Sakurajima-blog

Crédit photo: Wikipedia

Nouvelle Zélande: Anniversaire d’éruptions // Eruption anniversaries

drapeau francaisEn Nouvelle-Zélande, 2015 marque le 20ème anniversaire de l’éruption du Ruapehu en 1995-1996. C’est aussi le 40ème anniversaire de l’éruption du Ngauruhoe en 1975 et le 70ème anniversaire d’une autre éruption du Ruapehu en 1945.
L’éruption du Ruapehu entre1995 et 1996 a émis 60 millions de mètres cubes de cendre acide qui ont recouvert la région jusqu’à 300 km du volcan, provoquant des irritations des yeux et de la gorge dans le centre de l’île du Nord, endommageant voitures et machines, contaminant les rivières et les réserves d’eau, dévastant les cultures, obligeant la fermeture de routes nationales et d’aéroports et tuant le bétail dans les pâturages couverts de cendre. Les fournisseurs d’électricité ont connu des pertes de plusieurs millions de dollars à cause de la cendre qui provoquait des courts-circuits sur les pylônes électriques, tandis que les turbines étaient gravement endommagées dans la centrale de Rangipo. Le panache de cendre atteignit jusqu’à 10km de hauteur, avec des risques évidents pour le trafic aérien. L’éruption fut semblable à celle de 1945, mais son impact social et économique fut beaucoup plus important. En 1945, il n’y avait qu’un domaine de ski et pas de remontées mécaniques sur le Ruapehu. En 1995, il y avait trois domaines skiables et 36 remontées mécaniques. Vers le milieu des années 90, on comptait jusqu’à 10.000 personnes sur les pentes du volcan certains jours pendant l’hiver.
Le Tongariro est un autre volcan actif de Nouvelle-Zélande. On l’a longtemps considéré comme un voisin paisible du Ruapehu, mais une étude récente réalisée par Brad Scott, volcanologue à GNS Science, révèle que le volcan est beaucoup plus actif qu’on le pensait. Scott a découvert dans les archives des preuves d’éruptions du Tongariro ignorées jusqu’à présent  Lorsque le Te Maari Crater a envoyé de la cendre jusqu’à sept kilomètres de hauteur le 6 août 2012, on pensait que c’était la première éruption depuis 1896, mais l’histoire du volcan révèle une éruption de ce cratère en 1928, avec d’autres événements survenus au Red Crater voisin en 1909, 1926, 1927 et 1934. En outre, le Tongariro est resté actif jusque dans les années 1970.
Les dernières éruptions du Tongariro ont incité les autorités à prendre une série de nouvelles mesures et à mettre en place des protocoles d’urgence, avec des systèmes d’alerte et une meilleure information du public. L’équipement de surveillance dans la zone a été amélioré et de nouveaux sismographes ont été installés.

Source : The New Zealand Herald.

Il ne faudrait pas oublier White Island qui a connu un épisode éruptif en août 2012 et un événement explosif le 5  de ce même mois, suivi d’une période d’émissions de cendre. On a ensuite assisté à une période d’activité phréatique début 2013, avec assèchement du lac qui est réapparu en juin 2013. DE nouvelles séquences explosives ont été observées le 20 août et le 11 octobre 2013.

——————————————-

drapeau anglaisIn New Zealand, 2015 marks the 20th anniversary of the 1995-96 eruption of Mt Ruapehu. It also marks the 40th anniversary of the 1975 Ngauruhoe eruption and the 70th anniversary of the 1945 Ruapehu eruption.

The 1995-96 eruption of Mt Ruapahu  ejected a total of 60 million cubic metres of acidic ash, blanketing districts up to 300km from the mountain, irritating eyes and throats, damaging car paintwork and machinery, contaminating rivers and water supplies, ruining crops, closing state highways, forcing airports to shut and killing livestock which ate ash-covered pastures. Electricity suppliers were hit with multimillion-dollar losses as ash shorted out power pylons and severely damaged turbines in the Rangipo power station. At times the ash plume reached as high at 10km, which represented a significant aviation hazard. The eruptions were similar in size to those in 1945, but their social and economic impacts were much greater. In 1945 there was just one ski area and no ski lifts on Ruapehu. By 1995, there were three ski areas and 36 ski lifts. By the mid-90s there were up to 10,000 people on the mountain on some days during winter.

Mt Tongariro is another active volcano of New Zealand. It was long considered a peaceful neighbour to Mount Ruapehu, but a recent study by Brad Scott, a GNS Science volcanologist, reveals the volcano is much more active than was previously thought. Scott has found evidence of eruptions at Mt Tongariro that weren’t previously on the records.

When ash shot from the Te Maari Crater 7km into the sky on August 6th 2012 , it was thought at the time to have been the first blow there since 1896, but there are records indicating an eruption at the crater in 1928, with other events at Red Crater in 1909, 1926, 1927 and 1934. Further, there was volcanic unrest at the mountain right up until the 1970s.

Mt Tongariro’s recent eruptions have led to a range of new protocols and emergency policies, including warning systems and more public information. The monitoring equipment in the area has been upgraded and more seismographs have been installed.

Source : The New Zealand Herald.

One should not forget White Island with an eruptive episode which started in August 2012 with an explosive eruption on August 5th, then a period of ash emissions. This was followed by phreatic activity in early 2013 which removed the lake. By June 2013 the lake was re-established. A further explosive eruption followed on August 20th and again on October 11th 2013.

Mount Ruapehu (Photo: C. Grandpey)

Mount Ngauruhoe (Photo: C. Grandpey)

Red Crater (Tongariro) [Photo: C. Grandpey]

White Island (Photo: C. Grandpey)