Tungurahua (Equateur): Hausse de l’activité // Increased activity

drapeau francaisDepuis plusieurs mois, le Tungurahua connaît une alternance de périodes d’activité intenses et de phases plus calmes. L’Institut Géophysique indique qu’au cours des dernières 48 heures on a observé « une augmentation considérable du nombre des explosions qui sont, pour la plupart d’intensité faible à modérée ». Ces explosions s’accompagnent de panaches de cendre grise ou noire que l’on devine sur les images des webcams derrière la couverture nuageuse qui dissimule très souvent le volcan. De temps à autre, une petite coulée pyroclastique apparaît dans la zone sommitale. Il est fait état de retombées de cendre dans des localités comme Chacauco, Manzano et Bilbao, ou encore Penipe, Choglontus et Runtún. . Il est fortement recommandé à la population de ne pas s’aventurer dans les ravines car les fortes pluies sont susceptibles de déclencher des lahars.

 

drapeau anglaisOver the past months, Tungurahua has gone through an alternation of periods of high activity and quieter phases. The Geophysical Institute indicates that during the past 48 hours there has been “ a considerable increase in the number of explosions which are mostly low to medium intensity. These explosions produce grey to black ash plumes that can be seen on the webcam images behind the clouds that usually conceal the volcano. An occasional pyroclastic flow may appear in the summit area. Ashfall has been reported in several communities like Chacauco, Manzano and Bilbao, or else Penipe, Choglontus and Runtún. . Local inhabitants are strongly advised not to enter the drainages as the heavy rains may trigger dangerous lahars.

White Island (Nouvelle Zélande)

drapeau francaisAprès l’explosion qui s’est produite à White Island le 11 Octobre, GNS Science indique que l’activité volcanique se poursuit, même si le tremor a diminué et a retrouvé son niveau du milieu de la semaine précédente. Le code couleur de l’aviation a été abaissé de l’Orange au Jaune, mais le niveau d’alerte volcanique reste à 2.
Il est intéressant de noter que les émissions de SO2 ont atteint un maximum de plus de 1000 tonnes par jour le 11 Octobre, jour où l’explosion s’est produite. C’est l’une des valeurs les plus élevées depuis juin l’année dernière.
En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez voir une courte vidéo montrant l’apparition du nuage de cendre qui se dirige vers la caméra. Les brefs éclairs de lumière sont des éclairs volcaniques, ce qui tend à prouver que l’éruption a projeté des matériaux anciens fragmentés au cours d’une explosion phréatique:
http://youtu.be/7YuOFddVGwc
Les photos de la caméra située au bord du cratère montrent les effets de l’éruption. Une image a été capturée la veille de l’éruption et une autre la matinée suivante. On voit très bien le la boue de couleur gris foncé qui a recouvert les parois et le fond du cratère. L’éruption a été plus violente que les événements antérieurs de 2013 si l’on considère la zone affectée par la boue. Comme je l’ai écrit précédemment, l’éruption aurait pu tuer des touristes présents à ce moment-là sur l’île.

WI-blog
White Island n’a pas une histoire d’éruptions majeures ayant atteint la Nouvelle-Zélande continentale. L’événement mortel le plus récent a eu lieu en 1914 quand 10 mineurs ont été tués par une coulée de boue provoquée par un glissement de terrain. Il est décrit en détail dans mon livre  » Killer Volcanoes, éruptions meurtrières des Temps Modernes  » (voir colonne de gauche de ce blog).

 

drapeau anglaisAfter the explosion that occurred at White island on October 11th, GNS Science indicates that volcanic unrest continues, even though the tremor level has declined and is now at levels equivalent to the middle of previous week. The aviation colour code has been lowered from Orange to Yellow but the volcanic alert level remains at 2.

It is interesting to notice that SO2 emissions reached a maximum of over 1,000 tonnes per day on October 11th when the explosion occurred. This is one of the highest values measured since June last year.

By clicking on the link below, you will see a short video showing the rapidly expanding ash cloud moving towards the camera. The brief flashes of light are volcanic lightning, which supports the idea that the eruption mostly included older material fragmented in a phreatic explosion. :

http://youtu.be/7YuOFddVGwc

The photos from the crater rim camera show the effects of the eruption with one image from the day before the eruption and one image from the morning afterwards. One can see perfectly well the dark grey mud coating the crater floor and crater walls. The eruption was larger than previous events over the last year, in terms of the area impacted by mud. As I put it before, it would have been life threatening if there had been people on the island.

 WI-blog

White Island has no history of major eruptions affecting New Zealand mainland. The most recent deadly event was in 1914 when 10 miners were killed by a mudflow caused by a landslide. The event is fully described in my book “Killer Volcanoes, éruptions meurtrières des temps modernes” (see left-hand column of this weblog).